RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis : le Capitole s’agrippe au passé (La Jornada)

Éditorial du journal La Jornada (Mexique, gauche) du vendredi 05 juin 2015. La veille, avec 247 voix pour 176 contre, la Chambre des Représentants des États-Unis approuvait un amendement législatif maintenant la restriction des voyages à Cuba, en claire opposition avec la nouvelle politique d’ouverture du président Barack Obama.

La Chambre des Représentants des Etats-Unis, de majorité républicaine, a voté hier en faveur d’une clause pour le budget du transport urbain, qui maintient de facto les restrictions de voyage à Cuba. Quelques jours avant, la Maison Blanche avait manifesté une certaine disposition pour opposer son veto à cette initiative, non seulement parce qu’elle freine l’infime rapprochement entre Washington et La Havane, mais parce qu’elle réduit des investissements possibles en matière de transport et de sécurité.

L’approbation législative d’hier représente un revers du Capitole pour le gouvernement de Barack Obama et sa décision stratégique de tenter de mettre un terme au long conflit entre son pays et l’île caribéenne, résultat de l’acharnement historique de Washington de vouloir empêcher l’autodétermination des cubains.

Bien que l’on puisse considérer cela comme une mesure pour sauver l’image d’une présidence décevante à bien des égards, on ne peut pas nier qu’il y a quelques mois la Maison Blanche a fait des pas inattendus pour inverser la politique contreproductive et hostile contre Cuba. Peut-être que le plus symbolique soit le retrait de l’île de la liste des « pays qui soutiennent le terrorisme », un document dont la seule existence est réprouvable puisqu’il n’a été qu’un prétexte pour servir les fins de la politique hostile et belliqueuse de Washington contre des gouvernements qu’il a en ligne de mire.

En dehors du cadre strictement gouvernemental – tant du côté étasunien que cubain- le dégèle entre les deux nations est bien palpable : des évènements à la fois simples mais symboliquement forts comme le match de football entre l’équipe new-yorkaise Cosmos et l’équipe nationale cubaine, qui a eu lieu mardi dernier, ou bien l’intérêt qu’ont manifesté des entreprises étasuniennes de divers secteurs pour explorer des opportunités d’investissements dans l’île, ou encore la progression du consensus au niveau de l’opinion publique étasunienne par rapport à la fin de l’embargo contre Cuba qui se situe à 29% d’après les chiffres d’un récent sondage de Gallup.

Toutes ces circonstances laissent à penser que nous assistons à un point d’inflexion historique et que le rapprochement initié entre les deux nations sera u processus certes sinueux et long, mais irréversible. C’est pourquoi la votation qui a eu lieu hier au Congrès, même si l’on considère les calculs politico-électoraux sous-jacents, a exhibé Législatif étasunien qui s’agrippe à une inertie propre à l’époque de la Guerre Froide, et qui ne correspond même plus à la volonté de la majorité de l’opinion publique de ce pays.

Tant que les lois étasuniennes qui imposent un embargo commercial à l’île depuis plus d’un demi-siècle seront en vigueur, les avancées obtenues jusqu’à maintenant dans le but de normaliser les relations entre Washington et La Havane seront certainement insuffisantes pour réparer l’injustice historique qui a été commise contre le peuple cubain.

Il est nécessaire que la tendance d’opinion favorable à la fin du conflit entre Washington et La Havane se propage aussi chez les législateurs de ce pays, que ceux-ci laissent derrière eux la posture anachronique qu’ils ont manifesté hier et qu’ils dérogent le plus rapidement possible le socle légal d’une politique qui est critiquée au niveau international depuis bien des années et qui pourrait se transformer en un nouveau facteur de défiance envers la classe politique du voisin pays du nord.

Traduit pour Le Grand Soir par Luis Alberto Reygada

»» http://www.jornada.unam.mx/2015/06/05/opinion/002a1edi
URL de cet article 28744
  

Même Thème
Victor Hugo à La Havane
Maxime VIVAS
Victor Hugo a pris parti pour Cuba, dans des textes admirables en faveur des femmes cubaines et pour fustiger l’armée d’occupation espagnole pendant qu’en Europe il portait le fer rouge de ses vers au front de l’injustice. Le poète a su associer son talent d’écriture, ses dons de visionnaire et ses penchants humanistes pour bâtir, dans cette complétude humaine, une oeuvre par cela frappée du sceau du génie. On découvrira ici qu’avec lui, des dizaines d’autres Français glorieux ont tissé des liens (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les moyens de défense contre un danger extérieur deviennent historiquement les instruments d’une tyrannie intérieure.

James Madison
4ème président des Etats-Unis, 1751-1836

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.