Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Reese Erlich : « Trump va probablement provoquer une escalade dans diverses guerres »

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre analyse à propos du retrait américain de l’accord du nucléaire iranien ?

Reese Erlich : Les États-Unis violent l’accord depuis un certain temps en faisant pression sur les autres pays pour qu’ils ne fassent pas des affaires avec l’Iran. Cela a commencé sous Obama et s’est intensifié sous Trump. La décision de Trump de réimposer des sanctions sévères envoie un message autour du monde que vous ne pouvez pas faire confiance aux États-Unis, au cas où vous leur auriez déjà fait confiance. C’est aussi un pas vers la confrontation militaire avec l’Iran, comme le montrent les récentes actions israéliennes. Je pense que la décision isolera finalement les États-Unis au Moyen-Orient, en Europe et en Asie. Cela rendra un accord coréen encore plus difficile.

 « The Iran agenda » est un livre visionnaire où vous avez parlé d’une éventuelle frappe américaine sur l’Iran. Pensez-vous que l’administration Trump peut aller jusqu’à une confrontation militaire avec l’Iran ?

Il semble maintenant probable que Trump se dirige vers une confrontation à grande échelle avec l’Iran. Les États-Unis chercheront n’importe quelle excuse pour attaquer l’Iran, que ce soit une attaque directe contre les installations nucléaires iraniennes ou en attaquant les alliés iraniens en Irak ou en Syrie. Le secrétaire d’État Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton sont des faucons infâmes. Ils pourraient prétendre faussement que l’Iran développe une bombe et attaquer un site nucléaire dans l’intention de provoquer un changement de régime. Le peuple iranien s’opposerait certainement à une telle attaque et se rassemblerait autour de son gouvernement comme il l’avait fait pendant la guerre Iran-Irak. Tout effort américain pour renverser le gouvernement iranien nécessiterait des troupes d’occupation massives et serait certainement vaincu au fil du temps. Le peuple iranien a de nombreuses plaintes légitimes contre son gouvernement, mais il ne veut pas qu’un pouvoir extérieur impose un nouveau régime. Ils ont déjà vécu cette expérience lorsque la CIA a renversé le gouvernement démocratique de Mohammad Mossadegh en 1953 et a réinstallé le Shah.

D’après vous, ne sommes nous pas à la veille d’une guerre entre Israël et l’Iran ?

Nous voyons déjà les débuts des bombardements israéliens en Syrie, attaquant des sites militaires présumés iraniens. Je ne pense pas que nous verrons des bombardements directs de Téhéran et de Tel-Aviv par des forces opposées. Mais les Israéliens pourraient lancer des attaques encore plus importantes en Syrie et contre le Hezbollah au Liban. Israël se prépare à attaquer à nouveau le Liban. Israël pourrait bien perdre une telle guerre. Rappelez-vous que le Hezbollah a battu Israël en 2000, forçant les Israéliens à se retirer du sud du Liban et de nouveau en 2006. L’armée israélienne n’est pas plus capable que les États-Unis de gérer une longue guerre d’usure.

Dans votre livre « Conversations with Terrorists », vous parlez de vos entretiens avec Khaled Meshal, le chef du Hamas, et Mohsen Sazegara, le fondateur iranien du corps des gardiens de la révolution, etc. D’après vous, des mouvements comme le Hezbollah ou le Hamas sont-ils des mouvements de résistance et pourquoi les Occidentaux considèrent-ils ces mouvements comme des groupes terroristes ?

Le terrorisme a remplacé le communisme comme croquemitaine de notre temps. Les impérialistes doivent avoir quelque chose pour effrayer les gens et les convaincre qu’il est acceptable de dépenser des milliards de dollars pour la guerre. Les États-Unis affirment maintenant que quiconque opposé à la politique américaine qui opte pour la lutte armée est un terroriste. Nous sommes bombardés de toutes sortes de propagande à propos de ces terroristes malveillants, que ce soit dans le New York Times ou dans des films hollywoodiens.

Le Hamas et le Hezbollah sont des partis politiques avec des milices armées. La semaine dernière, la coalition libanaise qui comprend le Hezbollah a remporté une solide majorité aux élections parlementaires libanaises. Le Hamas a remporté les dernières élections parlementaires en Palestine. Je ne suis pas d’accord avec la politique de l’un ou l’autre groupe et je ne voterais pas pour eux si je vivais dans la région. Mais ce sont des partis légitimes dont les opinions politiques font partie de la réalité politique au Moyen-Orient.

Hillary Clinton a déclaré publiquement que les États-Unis ont créé Al Qaïda. Les Saoudiens et les Qatari, alliés des Occidentaux, ont armé et financé Daech et Al-Qaïda. Selon vous, pourquoi les Occidentaux continuent-ils à avoir des relations privilégiées avec l’Arabie Saoudite et le Qatar ?

Est-ce que ce pourrait être le pétrole ? L’Arabie Saoudite, le Qatar et d’autres royaumes riches en pétrole fournissent des milliards de dollars de profits aux compagnies pétrolières américaines. Certains pays fournissent également des bases de la marine et de l’armée de l’air aux États-Unis. Les États-Unis sont parfaitement heureux de soutenir des dictatures brutales tant qu’elles sont pro-américaines et stables.

Soit dit en passant, je ne pense pas que les États-Unis aient créé Al-Qaïda ou ISIS. Les États-Unis et l’Arabie Saoudite ont financé et manipulé la guerre antisoviétique en Afghanistan. Mais Al-Qaïda a émergé quelque temps plus tard. Je crois que les guerres d’occupation américaines ont créé les conditions de la montée de ces groupes terroristes. Lorsque les gens se sont rebellés contre l’occupation, divers groupes ont émergé dans l’opposition. Les États-Unis et leurs alliés ont soutenu les groupes affiliés à Al-Qaïda en Syrie, par exemple, mais ne les ont pas créés.

Vous connaissez beaucoup de responsables politiques au Moyen Orient et vous avez des contacts avec de hautes personnalités. Comment voyez-vous l’évolution de la situation géostratégique au Moyen Orient sous l’administration Trump ?

À court terme, la situation sera très mauvaise. Trump va probablement provoquer une escalade dans diverses guerres. Mais les gens du Moyen-Orient et des États-Unis eux-mêmes s’opposeront fortement aux politiques de Trump. Il existe de nombreux partis politiques et de milices armées qui combattront l’occupation américaine. Si des soldats américains sont tués au combat, il y aura une forte réaction aux États-Unis. Quatre soldats américains ont été tués au Niger, et c’est devenu la première page des nouvelles pendant des jours. Nous ne savons toujours pas pourquoi les troupes américaines se battent dans ce pays. Les progressistes aux États-Unis s’opposent fermement à Trump, et je pense que les républicains feront face à de sérieux revers lors des élections de novembre. Cela nuira à l’agression de Trump.

Vous avez traité la question des relations américano-coréennes. Que pensez-vous du sommet qui va avoir lieu entre Donald Trump et Kim Jong-un ? À votre avis, quel sera l’impact du rapprochement des deux Corées sur des pays comme le Japon ou les États-Unis ?

Les Nord-Coréens peuvent être disposés à abandonner certaines de leurs armes nucléaires, mais pas toutes. En retour, ils voudront une aide internationale et un traité de paix officiel mettant fin à la guerre de Corée. Les meilleurs conseillers de Trump s’opposent à cela ou à tout autre accord significatif. Trump est un électron libre. Il a un ego énorme et il pourrait être d’accord avec quelque chose d’acceptable pour les deux Corées. Mais je pense que c’est très improbable.

Le NY Times a publié un article selon lequel le Pentagone avait reçu l’ordre de faire une étude sur la réduction des troupes américaines en Corée du Sud. C’est une bonne idée ! Mais le lendemain, l’administration Trump a nié toute étude de ce genre. Bienvenue dans le merveilleux monde de la diplomatie Trump.

S’il y a rapprochement, les peuples de la Corée du Sud et du Japon en bénéficieront car les chances de guerre seront grandement réduites. Mais je ne pense pas que le rapprochement soit probable.

Votre livre « Target Irak « coécrit avec Norman Solomon est devenu un best-seller et montre le vrai visage de la guerre et de l’intervention américaine en Irak où la propagande médiatique a joué un grand rôle. Des années après cette intervention criminelle, pensez-vous que les gens sont au courant de ce qui s’est réellement passé en Irak ? Ne pensez-vous pas que la destruction de l’Irak et la dissolution de l’armée irakienne dues à l’intervention américaine ont été une erreur stratégique des USA dont la région du Moyen Orient continue à subir les conséquences encore aujourd’hui ?

La plupart des Américains réalisent que la guerre en Irak a été un désastre car plus d’un billion de dollars ont été gaspillés, plus de 4400 soldats américains tués et 32.000 blessés. Des centaines de milliers d’Irakiens sont morts. Les Américains sont maintenant très méfiants à l’égard des déclarations de la Maison-Blanche à cause des fausses informations sur les armes de destruction massive. Mais je ne pense pas que la plupart des Américains réalisent encore toute l’ampleur de la catastrophe. L’occupation irakienne a détruit l’Irak, provoqué l’EIIL et aidé à déstabiliser les pays de la région. L’histoire verra l’occupation de l’Irak comme un tournant décisif dans le déclin de l’impérialisme américain.

Vous déclarez que les USA continuent à être dans six conflits armés : l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Libye, la Somalie. À votre avis, les guerres sont-elles nécessaires pour la survie des États-Unis ?

Ces guerres sont désastreuses pour la population civile là-bas. Et le peuple des États-Unis serait bien mieux sans ces guerres également. Les États-Unis se battent dans la plupart de ces guerres pour des raisons géopolitiques – pour empêcher quelqu’un de venir au pouvoir – ou pour combattre l’Iran. Les guerres ne profitent à personne à l’exception d’un petit nombre de sociétés multinationales, de profiteurs de guerre et de faucons à Washington. Les États-Unis gaspillent des milliards de dollars qui pourraient être utilisés pour les soins de santé, l’éducation, la reconstruction de l’infrastructure et d’autres besoins domestiques dont ils ont grand besoin.

Dans la guerre au Yémen, l’Arabie saoudite, alliée stratégique des USA, utilise des armes prohibées que les États-Unis et les Occidentaux lui ont vendues. Vous avez parlé dans un article de la responsabilité des USA dans cette guerre. Comment expliquez-vous le silence de la communauté internationale face à cette barbarie et quelle est encore l’utilité de l’ONU ? D’après vous, ne sommes-nous pas dans la loi de la jungle ?

Il y a eu une certaine couverture médiatique des bombes à fragmentation et d’autres armes prohibées utilisées au Yémen, mais beaucoup trop peu. Il suffit de comparer ces cris angoissés sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie avec les attaques bien pires contre les civils yéménites. Ceux qui mènent des guerres d’occupation exagèrent toujours les crimes de leurs ennemis et minimisent les leurs.

Ce n’est pas très connu, mais dans ma colonne de Foreign Correspondent, j’ai écrit que les États-Unis pourraient arrêter la guerre du Yémen du jour au lendemain. Des citoyens américains travaillant pour Boeing chargent les bombes et entretiennent les avions de l’armée de l’air saoudienne. Le gouvernement américain pourrait ramener ces techniciens chez eux et l’armée de l’air saoudienne serait paralysée. Les États-Unis pourraient arrêter la guerre avec un appel téléphonique.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est Reese Erlich ?

L’histoire de Reese Erlich dans le journalisme remonte à plus de 40 ans. Il a travaillé comme journaliste pour Ramparts, un magazine de reportages d’investigation édité à San Francisco. Ses articles ont paru dans Vice News et Foreign Policy. Ses documentaires télévisés ont été diffusés dans les stations PBS du pays. Il écrit une colonne distribuée à l’échelle nationale dans Foreign Correspondent.

Reese Erlich a écrit plusieurs livres dont : « Target Iraq » coécrit avec Norman Solomon, a été un best-seller en 2003. Il a aussi publié “The Iran Agenda : The Real Story of U.S. Policy and the Middle East Crisis“(2007) ; « Dateline Havana : The Real Story of U.S. Policy and the Future of Cuba » (2009) ; “Conversations with Terrorists : Middle East Leaders on Politics, Violence and Empire (2010) ; Inside Syria : the Backstory of Their Civil War and What the World Can Expect  préfacé par Noam Chomsky a été publié en 2014. Son dernier livre « The Iran Agenda Today : The Real Story of US Policy and the Middle East Crisis » sera publié cet automne.

Il a aussi realisé de nombreux documentaires radiophoniques dont : « Inside Syria », documentaire radio de 50 minutes avec un reportage de première main sur le soulèvement syrien ; « Who Won the Egyptian Revolution ? » ; « Lessons from Hiroshima 60 Years Late » ; « Security Check : Confronting Today’s Global Threats » reportage de 10 minutes sur les drogues et les armes légères en Colombie ; « Reaching for Peace in the Holy Land », etc.

En 2013-2016, Reese Erlich a reçu des subventions du Centre Pulitzer sur les rapports de crise pour sa couverture de la Syrie, du Bahreïn et de l’Iran. En 2012, la Société des journalistes professionnels (nord de la Californie) a décerné à Erlich le prix du meilleur journalisme explicatif radiophonique pour son documentaire Inside the Syrian Revolution. En 2011, Erlich a reçu deux subventions du Centre Pulitzer sur les rapports de crise pour couvrir les soulèvements du printemps arabe. En 2010, Erlich et son co-auteur, Peter Coyote, ont reçu une mention honorable du Project Censored pour leur article publié en 2009 dans Vanity Fair Online et intitulé « Murders at Al-Sukariya ». En 2006, il a reçu le prix Peabody, partagé avec les producteurs de « Crossing East », un documentaire radiophonique public décrivant l’histoire des Asiatiques aux États-Unis. Le Clarion Award présenté par l’Association pour les femmes dans les communications pour le documentaire de la radio publique « Children of War » (2006). Une deuxième et troisième place des National Headliner Awards dans les catégories du meilleur documentaire et de la couverture de guerre pour « Children of War » (2004). Le projet Censored à Sonoma State University, huitième histoire la plus censurée en Amérique en 2002-03 pour l’article « Hidden Killers » sur l’utilisation de l’uranium appauvri aux États-Unis. Le prix de reportage de profondeur pour le journalisme de radiodiffusion décerné par le chapitre nord-californien de la Society of Professional Journalists pour le documentaire de la radio publique The Russia Project hébergé par Walter Cronkite (2002). La médaille de bronze mondiale dans la catégorie des nouvelles nationales/internationales des Festivals de New York pour The Russia Project (2002). La deuxième place dans la catégorie des reportages d’investigation du Festival international du film de Chicago (1996) pour le documentaire télévisé d’Erlich « Prison Labor/Prison Blues ».

Published in American Herald Tribune, May 12, 2018 : https://ahtribune.com/politics/2259-reese-erlich.html

»» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2018/05/13/reese-erlich-trump-...
URL de cet article 33381
   
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de pays musulman plus intégriste que l’Arabie Saoudite (...) et pourtant c’est à la fois un ami et un pays important pour les Etats-Unis. (...) Nous ne devons nous opposer à l’intégrisme que dans la mesure exacte où nos intérêts nationaux l’exigent.

James Baker
Ministre des Affaires Etrangères des Etats-Unis, 1996


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.