Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Réforme du marché du travail : NON à la signature de cet accord scélérat avec le Medef ! par Gérard Filoche.




Sarkozy-Parisot






Lundi 14 janvier 2008.


Ce matin, France Inter n’ose pas interroger Mme Parisot sur le trafic d’argent sale du Medef-UIMM. Non à l’accord scélérat imposé aux syndicats par le Medef !



Mme Parisot vient sur France inter lundi 14 janvier et ne rend pas compte des 600 millions d’euros d’argent liquide, sale, dont elle est aussi responsable que M Denis Gautier-Sauvagnac...Le journaliste n’ose pas l’interroger sur ses trafics ! Par contre les formidables reculs contenus dans le texte proposé par le Medef à la signature des syndicats sont ignorés et masqués !


Mais pourquoi cette bande organisée du Medef-UIMM qui trafique de l’argent sale par mallette entières, peut-elle continuer à plastronner sans rendre des comptes à la justice ?

600 millions d’euros en double cotisation par les entreprises... Sur quelle ligne comptable ? 2 millions d’euros, au moins par an ? Par qui, on sait l’UIMM-MEDEF.

Gautier-Sauvagnac-Parisot... Mais à qui ? Silence, omerta, mafia... N’importe quelle bande organisée de banlieue, pour beaucoup moins que cela, serait en prison préventive pour les empêcher de se concerter et de détruire les preuves, pourquoi pas eux ? Eux, ils paient des avocats et communicants des dizaines de milliers d’euros pour organiser le silence et masquer leurs multiples délits et la récidive constante qui est la leur depuis des décennies...


"Liaisons sociales" raconte ce mois que M. Denis Gautier-Sauvagnac dinaît chaque mois avec M Jean-Denis Combrexelle, directeur des relations du travail, qui avait la charge depuis deux ans de "recodifier" le code du travail, en le passant à l’acide. Qui payait l’addition ? Sinon les salariés qui y ont perdu des milliers de droits ?

Et le cabinet Barthélemy qui était membre officiel de la commission des cinq "recodificateurs" , est le même qui assistait la remplaçante de Denis Gautier-Sauvagnac dans la négociation récente qui veut faire avaler de nouveaux reculs aux syndicats si certains de ceux-ci, hélas, s’y prêtent (séparabilité, contrats de mission, allongement de la période d’essai, plafonnement des indemnités de licenciement...). C’est "copains et coquins" contre les droits des travailleurs.

Non à la signature de cet accord scélérat avec le Medef !

- Les salariés ont davantage besoin de protection, pas d’être davantage livrés à la flexibilité et au chantage à l’emploi.

- Les salariés ont besoin de davantage de protection vis-à -vis des licenciements abusifs et boursiers, pour un véritable nouveau contrôle administratif sur les licenciements.

- Les indemnités légales de licenciement ne sont pas augmentées, Mme Parisot ment : "deux dixièmes de mois par année d’ancienneté" , cela existe depuis la loi de modernisation sociale de janvier 2002 de Lionel Jospin, décrets d’application du 7 mai 2002, cela vaut les "un cinquième de mois" envisagés dans le nouvel accord, par contre : non au plafonnement de ces droits ! Et à toute réduction de la prescription pour les réclamer devant les prud’hommes.

- Les salariés comme les chômeurs ont besoin de garanties en matière de durée légale du travail à 35 h, d’heures supplémentaires contrôlées, majorées et payées à 50 %, de façon à les rendre plus coûteuses que l’embauche. Le 31 octobre 1995, le patronat signait un accord interprofessionnel affirmant que "les heures supplémentaires devaient être imprévisibles et exceptionnelles" , retour à cet accord.

- Les salariés ont besoin qu’on baisse la durée maxima du travail de 48 à 44 h pour leur santé et pour permettre davantage d’embauche.

- Les salariés ont besoin de deux jours de repos consécutifs, de la semaine maximum de cinq jours pas du retour au 19° siécle.

- Non à l’apprentissage à 14 ans, le travail de nuit et du dimanche des enfants à 15 ans

- Les salariés ont besoin de sécurité et non pas de "contrats de mission" aléatoires.

- Les salariés ont besoin que le CNE soit abrogé, que les CDD soient contingentés (pas plus de 5 % d’emplois précaires par entreprise)

- Les salariés ont besoin que la retraite soit garantie à 60 ans à taux plein pour permettre l’embauche en CDI des jeunes.

- Les salariés ont besoin de droits syndicaux renforcés, d’institutions représentatives du personnel renforcées, de meilleurs prud’hommes, d’une inspection du travail aux effectifs doublés.

- Les salariés ont besoin de hausse immédiate des salaires, de rattrapage massif, d’une redistribution des richesses qu’ils produisent et dont ils ne reçoivent la part qu’ils méritent.


Le CAC 40 dépasse les 100 milliards de bénéfices l’an passé. Les 500 premières familles ont gagné 80 milliards d’euros de profits de plus l’an passe que l’année précédente. Les entreprises ont perçu 65 milliards d’aides à l’emploi, aux 35 h en 2006. Et Sarkozy a rajouté 15 milliards de cadeaux fiscaux. Mme Parisot est la 273 ° fortune de France. Les caisses ne sont pas vides, jamais la France n’a été aussi riche, jamais la "cagnotte privée" n’a été aussi considérable. Cessez de "siphonner" les salaires, rendez les 160 milliards d’euros qui sont passés des salaires aux profits !

Voilà ce que la gauche socialiste défend en face des formidables reculs qui sont en train d’être imposés en droit du travail.

Gérard Filoche, pour Démocratie & Socialisme.
www.democratie-socialisme.org




Contrat de travail : Nouvelles « négociations » et encore une victoire du MEDEF-Sarkozy, par La Riposte.




Denis Gautier-Sauvagnac, Medef : Le plus grand scandale de ce début de siècle éclate, par Gérard Filoche.


Caisse noire de l’UIMM : pour la première fois, un négociateur de la CFTC raconte comment le patronat a tenté en vain de le corrompre, par Renaud Lecadre.




C’est FAUX : Continental, contrairement à ce qu’écrit à tort toute la presse, ne peut revenir sur les 35 h et "passer aux 40 h" , par Gérard Filoche.



Le fiasco du Président Sarkozy, par Jean-Jacques Chavigné.






URL de cet article 5930
   
Même Auteur
SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.