RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le fiasco du Président Sarkozy, par Jean-Jacques Chavigné.








12 janvier 2008.


Au lendemain de la présentation des voeux du président de la République, France 2, ce qui est plutôt rare, s’est décidé à faire du journalisme. Elle nous a montré des images de Sarkozy candidat, frétillant et sûr de lui, annonçant qu’il serait le « Président du pouvoir d’achat ». Aussitôt après, la chaîne nous montrait d’autres images : celles du Président Sarkozy, la veille, les épaules basses, annonçant qu’il ne pouvait rien faire pour le pouvoir d’achat des Français : les caisses de l’Etat étaient vides et il n’avait pas d’ordres à donner aux chefs d’entreprises. Le fiasco !

Il est extrêmement peu fréquent que la télévision opère de tels rapprochements. Habituellement elle fait tout, au contraire, pour que la mémoire se brouille. Peut-être les attaques de Sarkozy contre le financement des chaînes publiques y étaient-elles pour quelque chose…


Sarkozy avait tout oublié

Dans son show, Sarkozy avait même oublié ce qu’il avait annoncé à la fin de l’année dernière. Où était donc passée la prime de 1 000 euros que devaient percevoir les salariés des entreprises où il n’y avait pas d’accord de participation ? Dans les mêmes oubliettes que celles où Sarkozy avaient jeté ses promesses d’augmenter de 25 % le minimum vieillesse et de revaloriser les remboursements de lunettes ou de soins dentaires ?

Les caisses de l’Etat son vides ? Mais qui les a vidées ? Qui a fait un cadeau de 11 milliards d’euros annuels aux ménages les plus riches de notre pays ? Les caisses de l’Etat sont vides ? Mais alors, qui paiera les 23 millions d’heures supplémentaires impayées et les 3,54 millions de jours de congés accumulés par l’ensemble des salariés de l’hôpital que Sarkozy s’était engagé à payer lors de sa dernière intervention de l’année 2007 ?

Le Président Sarkozy n’a pas d’ordre à donner aux employeurs ? Mais alors pourquoi le candidat Sarkozy affirmait-il que les salariés pourraient faire des heures supplémentaires quand ils le souhaiteraient ? En réalité, Sarkozy peut fort bien agir sur le pouvoir d’achat en augmentant le Smic et les retraites. Mais il s’est refusé à donner un coup de pouce au Smic et alors que l’inflation avoisinera les 2 % en 2008, les retraites n’augmenteront que de 1,1 %.

En remettant en cause la durée légale du travail, c’est les heures supplémentaires que Sarkozy remet en cause puisque la durée de 35 heures de travail correspond uniquement au seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Après avoir été le candidat des « heures supplémentaires », après avoir construit toute sa campagne électorale sur « travailler plus pour gagner plus », Nicolas Sarkozy veut supprimer les heures supplémentaires et obliger ainsi les salariés à « travailler plus pour gagner moins ».


Où sont les résultats de « l’homme aux résultats » ?

Où est le bilan des huit mois qu’il vient de passer à l’Elysée ? Les exonérations fiscales devaient relancer la croissance et le pouvoir d’achat : où est cette croissance, où est ce pouvoir d’achat ? La réalité est que le grand adepte de la « culture de résultat » que prétend être le président de la République n’a obtenu aucun résultat sur ce qu’il annonçait être le but fondamental de sa candidature : le pouvoir d’achat.

«  Les Français n’en peuvent plus d’attendre. Je m’étonne que l’on puisse nous reprocher qu’on aille trop vite… » affirmait-il lors de ce même show. Mais ce que lui reprochent les Français c’est de faire preuve d’une extrême célérité lorsqu’il s’agit de faire des cadeaux fiscaux aux plus riches, d’instaurer des franchises médicales ou de s’attaquer aux retraites mais d’être incapable d’augmenter le pouvoir d’achat ou de faire baisser le chômage, ailleurs que dans les statistiques.


Malaise dans la civilisation

Rattrapé par la réalité, l’homme « des résultats » sans résultat essaye de botter en touche et de nous parler de son grand projet de « civilisation ». Ce grand projet commence à ne plus avoir de secret pour personne, la civilisation qu’il veut nous imposer c’est celles des Etats-Unis : aucun obstacle à l’enrichissement des plus riches, 45 millions de personnes sans aucune couverture sociale, des retraites de misère pour la majorité des salariés, l’emprisonnement des pauvres, les immigrés pourchassés, la guerre au Moyen-Orient, la bourse et les multinationales qui dictent leur loi au grand jour…

Mais cela ne fonctionne pas. Les habitants de notre pays sont lassés du baratin, des jets, du strass et des paillettes. Sarkozy est aujourd’hui en chute libre dans l’opinion. Il perd 17 points d’opinions favorables depuis les lendemains de son élection. Sa rupture avec les électeurs de gauche, en particulier, « c’est du sérieux ! » : en juin, 49 % des électeurs du PS le trouvaient « convaincants », ils ne sont plus que 20 % aujourd’hui (Figaro du 4 janvier 2008).


La conjoncture est favorable

La conjoncture est favorable pour que l’unité syndicale se réalise (contre le gouvernement et le Medef) et exiger la hausse du pouvoir d’achat, le refus de l’augmentation de la durée de cotisation des retraites, la fin de la précarité de l’emploi.

La conjoncture est favorable pour mettre un coup de frein à l’agression de Sarkozy contre le salariat et l’obliger à respecter la démocratie. Il faut pour cela que tous les parlementaires de gauche se rendent à Versailles, le 4 février, et lui imposent, en votant contre le projet de modification de la Constitution, de soumettre le Traité Modificatif Européen (TME) à un nouveau référendum. Seul le peuple, en effet, peut défaire ce que le peuple a fait.

Jean-Jacques Chavigné pour Démocratie & Socialisme.
www.democratie-socialisme.org




Le baratineur Sarkozy est en train de nous faire les poches ... par Jean-Jacques Chavigné.



Nouveau venus dans l’ angoisse sociale, par Jean Luc Mélenchon.



L’usine à gaz Sarkozy, par Michel Husson.




Sarkozy, municipales, Traité Européen, référendum, trahison, Hollande, Royale, Versailles, Fabius, Emmanuelli, et CONSTRUCTION d’ une nouvelle force politique à Gauche : TOUT SE TIENT, par Denis Collin.



Avec LUI (et avec NOUS ?) tout devient possible, par Jacques Richaud.






URL de cet article 5925
   

Même Auteur
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.