Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Riyad a les clés du rôle de négociateur que veut jouer Moscou (Al Arabiya)

Riyad voit Moscou comme un futur partenaire fiable, beaucoup plus fiable que les puissances occidentales, dans les domaines sécuritaires et économiques.

Un grande activité diplomatique règne entre Riyad et Moscou à propos de l’Irak bien sûr, mais aussi de la Syrie. La Russie veut jouer le rôle de négociateur sur toutes ces questions et l’Arabie Saoudite détient les clés. Si elle parvient à ses fins, la Russie enregistrera des gains substantiels aux dépens des Etats-Unis. La politique de coopération du Royaume avec les Russes peut produire des fruits de paix et modifier encore plus le paysage géopolitique.

Le ministre russe des Affaires Etrangères, Sergei Lavrov est arrivé à Jeddah il y a deux jours pour discuter de la crise du Levant avec des officiels saoudiens. Ces entretiens font suite au meeting du 3 juin à Sotchi entre le ministre des Affaires Etrangères saoudien, le prince Al-Faisal, et le président russe, Vladimir Poutine. Le 9 juin, Lavrov et le prince saoudien ont parlé au téléphone des solutions à apporter à la crise en Syrie. Le 20 juin, Poutine a appelé le président irakien en difficulté, Nouri al-Maliki, pour l’assurer de son soutien contre les pressions exercées par des groupes irakiens et des pays étrangers pour qu’il démissionne. Poutine a confirmé "le soutien russe le plus total à l’action du gouvernement irakien pour libérer au plus vite le territoire de la république des terroristes." Ce débordement d’activité montre que le Kremlin veut jouer un rôle majeur dans le règlement de la situation au Levant en volant la politesse aux Etats-Unis.

La Russie prouve qu’elle avait raison

La Russie a déjà joué un rôle de médiateur au Proche-Orient et dans d’autres zones de conflits. Pendant la guerre aérienne en Serbie, le premier ministre russe de l’époque, Viktor Chernomyrdin, a négocié une pause dans la campagne aérienne étasunienne qui avait soulevé la colère de Moscou. Depuis plus de 10 ans, la politique étrangère russe s’oppose ostensiblement à toute intervention étrangère dans les affaires d’un autre pays souverain et la Russie a beau jeu de prouver qu’elle a raison en dénonçant le chaos et la violence qu’ont engendrés au Moyen Orient l’interventionnisme étasunien et occidental soit armé soit sous forme de soutien. De plus, le Kremlin s’est positionné comme un agent de paix lorsqu’il a essayé d’empêcher l’Occident de commettre les mêmes erreurs en Syrie en faisant adopter une solution au conflit intérieur syrien qui excluait l’intervention militaire étasunienne, donnant ainsi le mauvais rôle aux Etats-Unis et à l’Europe occidentale. De toute évidence, le fait d’avoir trouvé la solution au problème des armes chimiques syriennes et empêché "l’agression américaine" est porté au crédit de la Russie par nombre d’officiels arabes.

Le Royaume et le Kremlin se sont mis d’accord pour revenir à l’esprit de la Conférence de Genève 1 qui était de favoriser une transition politique en Syrie. C’est un développement significatif qui montre que la réélection du président syrien Bashar Assad, le 3 juin, est un fait acquis non seulement pour la Russie qui l’a toujours vue ainsi, mais aussi pour Riyad qui la considère désormais comme essentielle à la stabilité de la Syrie. L’Iran qui voit que l’aide financière et militaire qu’il a apportée à la Syrie a servi à quelque chose, ne peut que se réjouir de ces développements. L’Iran est proche du Kremlin, et la Russie va pouvoir aider Riyad et Téhéran à négocier une solution au conflit syrien qui leur convienne à tous les deux. Le temps nous dira ce que sera la transition politique.

La méfiance de Riyad envers l’Amérique

Le raz de marée d’ISIS en Irak est arrivé au bon moment pour conforter les arguments du Kremlin sur l’échec des "révolutions globales de couleur" dirigées par la "communauté américano-atlantiste" qui détruisent les pays et les laissent sans défenses devant l’infiltration terroriste. La nouvelle offensive diplomatique russe consiste à montrer aux Saoudiens que ces ingérences sont la cause des malheurs du Levant et principalement de la débâcle catastrophique en Irak. Le Royaume n’a aucun mal à se laisser convaincre étant donné son manque de confiance dans l’Amérique.

L’avancée d’ISIS en Irak rappelle aux Saoudiens à quel point ils étaient hostiles à l’invasion et à l’occupation étasunienne de l’Irak. de fait, le Royaume a l’impression de revivre le même cauchemar, selon un officiel arabe.

Pendant leur meeting à Jeddah, Lavrov et Saud ont aussi dit qu’il fallait s’efforcer de "maintenir l’intégrité de l’Irak et l’unité de toutes les composantes du peuple irakien qui doivent pouvoir bénéficier de l’égalité des droits et des devoirs." Cela montre clairement que le Royaume et le Kremlin veulent trouver un chemin d’entente sur la stabilité de l’état irakien tout en solutionnant la crise de leadership à Baghdad. Selon un officiel arabe, Riyad et Moscou s’accordent sur le fait que Ayad Allawi est le meilleur candidat pour diriger l’Irak car il a entretenu des liens étroits avec le Royaume et le Kremlin dans le passé. Assad est la clé : Tous les camps voient maintenant qu’Assad et la stabilité de la Syrie sont la clé car sans elles il ne sera pas possible de porter Alawi au pouvoir à Baghdad. Les Saoudiens se rendent compte que les bonnes relations des Russes avec l’Iran et les Shiites irakiens permettront de mettre Allawi au pouvoir.

La visite en Egypte du roi Abdullah revêt aussi une grande importance dans cette suite d’événements. Cette visite de soutien au président égyptien Sisi est capitale parce que l’Arabie saoudite considère l’Egypte comme le coeur du Moyen Orient. Le Royaume voit aussi en Al-Sisi le modèle qu’il veut promouvoir au Levant : un dirigeant fort capable de museler les frères Musulmans et les extrémistes islamistes. Le soutien de Moscou à l’Egypte est aussi en jeu ; l’un dans l’autre, le Royaume et le Kremlin sont d’accord sur tout ce qui concerne la région. Leur coopération rencontre l’approbation de l’Iran parce qu’elle ne heurte pas les intérêts de la République Islamique — du moins pour le moment du fait de la menace des extrémistes sunnites.

Surtout, l’Arabie Saoudite prend des mesures rapides pour résoudre les problèmes de sécurité de la région. la Russie voit sa mission historique se concrétiser dans les solutions qu’elle apporte à la débâcle du Levant et qui auront pour conséquence de placer le Proche Orient dans l’orbite et sous l’influence de Moscou. La démarche est intelligente et son timing est parfait. Les chances d’une relation bilatérale fructueuse entre le Royaume et la Russie augmentent, les deux partis ayant souligné leur volonté d’intensifier leurs relations y compris commerciales, économiques, énergétiques. Le 18 juin l’Arabie Saoudite et la Russie se sont mis d’accord sur un projet intergouvernemental de coopération pour l’usage pacifique de l’énergie nucléaire et sur les étapes précédant sa signature. Tous ces développements succèdent aux compliments de Poutine au roi Abdullah il y a quelques mois et à la reprise des forages de Lukoil dans les provinces orientales. Il est clair que Riyad voit Moscou comme un partenaire d’avenir en matière de sécurité et d’économie sur lequel il peut compter ; bien plus que sur les puissances occidentales.

Theodore Karasik

Dr. Theodore Karasik est directeur de recherche à l’Institut d’analyse militaire du Golfe et du Proche Orient (INEGMA) de Dubaï, EAU. Il enseigne aussi à l’université de Wollongong Dubai. Dr. Karasik est diplômé en histoire de l’Université de Californie, Los Angeles.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://english.alarabiya.net/en/views/2014/06/22/Moscow-seeks-to-play-...
URL de cet article 26078
   
Les Cinq Cubains (éditions Pathfinder)
Une sélection d’articles de l’hebdomadaire The Militant depuis 13 ans sur le combat pour libérer Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Les Cinq Cubains, connus sous ce nom à travers le monde, ont été condamnés par le gouvernement U.S. sur des chefs d’accusation de « complot » fabriqués de toutes pièces et ont reçu des sentences draconiennes. Ils sont emprisonnés depuis leur arrestation après les rafles du FBI en 1998. Leur « crime » ? Avoir surveillé les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de moyen plus violent de coercition des employeurs et des gouvernements contre les salariés que le chômage. Aucune répression physique, aucune troupe qui matraque, qui lance des grenades lacrymogènes ou ce que vous voulez. Rien n’est aussi puissant comme moyen contre la volonté tout simplement d’affirmer une dignité, d’affirmer la possibilité d’être considéré comme un être humain. C’est ça la réalité des choses.

Henri Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT
Extrait sonore du documentaire de Gilles Balbastre "Le chômage a une histoire",


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.