RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Roger Waters du Pink Floyd : "Pourquoi la perversité morale de la position des États-Unis à Gaza est stupéfiante"

Il est de cette trempe d’artistes, peu nombreux, qui ne craignent pas de troquer leur habit de lumière contre celui d’artistes maudits, Roger Waters, le bassiste de légende du cultissimes Pink Floyd, porte son attachement à la Palestine à la boutonnière et ne perd pas une occasion de briser l’omerta qui muselle la saine critique d’Israël, mais aussi de son plus généreux mécène, les Etats-Unis.

Dans sa diatribe intitulée "Pourquoi la perversité morale de la position des Etats-Unis à Gaza est stupéfiante", son ode à l’enclave palestinienne a les accents de l’indignation contre un génocide insoutenable qui a bénéficié, une fois de plus, une fois de trop, de l’odieuse complicité de Washington. Face à l’horreur indicible du massacre de masse des Gazaouis, Roger Waters a néanmoins trouvé une source inestimable de jubilation : les liaisons dangereuses qui font des Etats-Unis le premier partenaire et comparse des criminels de guerre israéliens ont été exposées au grand jour comme jamais auparavant, quant à l’argument imparable, "le droit d’Israël à se défendre", derrière lequel Obama, comme Bush avant lui, s’est abrité pour cautionner l’innommable, il n’est plus audible.

Ce véritable "mantra ad nauseam", tel que le décrit Roger Waters dans un article qui fustige l’insupportable duplicité américaine, ne tient effectivement plus, comme n’est plus recevable l’accusation, facile et utile, d’antisémitisme pour clouer au pilori tous ceux qui ont la cause palestinienne chevillée au corps. Il faudra désormais entonner une autre antienne pour tenter de justifier des exactions barbares injustifiables aux yeux d’un monde qui, lui, n’a pas d’œillères opaques et ne s’en laisse pas ou plus conter par une communauté internationale définitivement discréditée.

Voix de la vérité s’élevant au-dessus des médias-mensonges, le membre fondateur du Pink’s Floyd est un grand pourfendeur de l’insondable hypocrisie de la première puissance mondiale : " Comment le gouvernement étasunien peut-il demander à Israël de faire plus attention à la vie des civils et en même temps armer, puis réarmer, l’armée israélienne afin qu’elle puisse plus efficacement parachever son dessein mortifère dans Gaza ? ", proteste-t-il en appuyant là où le bât blesse.

Et de poursuivre : "Les États-Unis pourraient agir pour arrêter ces massacres insensés, mais ils se garderont bien de le faire. Les membres du Congrès sont des perroquets stupides qui répètent en les approuvant les points de vue israéliens, sans avoir une seule pensée pour le point de vue palestinien ou pour la préservation de la vie humaine. Débordant de justice, ils plaident pour qu’Israël relâche la pression, notamment le sénateur Rand Paul, tout en invoquant le droit d’Israël à l’auto-défense, et ce en oubliant que, en tant que puissance occupante, Israël a l’obligation de protéger les Palestiniens qu’il gouverne, et non de les exterminer."

Roger Waters enfonce le clou en critiquant ces parlementaires du Congrès peu téméraires, qui ne se hasardent pas à se décentrer de leurs univers de référence et de leur petit confort : "Des leaders du congrès se demandent-ils parfois ce qu’ils feraient s’ils étaient nés Palestiniens, si leurs maisons et biens étaient spoliés, s’ils étaient contraints de vivre privés de liberté sous une occupation israélienne illégale pendant 47 ans ? Savent-ils ce que signifie l’euphémisme israélien guerrier et barbare « tondre la pelouse à Gaza » ? Aucune condamnation ne sort d’aucune bouche pour défendre les droits bafoués des Palestiniens qui sont roués de coups, périssent sous la pluie d’obus ou sont tués par balle par l’armée la plus puissante de la région. Je me demande ce que feraient les Étasuniens s’ils étaient envahis par leurs proches voisins et placés sous leur joug ? Je pense que l’on peut affirmer sans risque de se tromper qu’ils ne le toléreraient pas", assène-t-il à juste titre.

"En dépit de ces réalités irréfutables, il est bien plus avantageux à Washington de vilipender les Palestiniens et de clamer qu’ils sont les seuls responsables de leurs souffrances. Il faut dire qu’accuser le peuple palestinien de tous les maux, applaudir les crimes de guerre, l’occupation et la colonisation illégales n’ont jamais nui à la carrière d’un quelconque politicien, bien au contraire", a conclu le très lucide Roger Waters, épris de vérité, de justice et de liberté pour Gaza et l’ensemble de la Palestine. La Palestine, assujettie à une domination israélienne cruelle, illégale, et interminable, qui a le triste privilège d’être entrée dans les annales de l’histoire contemporaine en sa qualité de victime de la plus longue occupation d’un territoire.

Original de l’article

Original de l’article en anglais

URL de cet article 26763
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.