RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Saint Malo : après les municipales le combat continue pour Osons ! et la véritable gauche malouine

La seconde fois devait être la bonne pour Alain Guillard, à la tête d’une liste citoyenne regroupant écologistes, NPA, PCF et LFI. En attenant 2026, loin de renoncer à batailler dans l’arène politique, Alain Guillard entend désormais porter le combat contre le système à Saint-Malo sur le terrain judiciaire. En ligne de mire de ce nouveau combat : l’usine Timac Agro sur le port de commerce, dont les effluents pourrissent la vie des Malouins depuis des années.

Partie remise

Cela n’aura pas été finalement le Grand Soir espéré, et même le soutien des militants communistes, du NPA et de LFI n’y aura rien changé pour Alain Guillard. Le changement ne sera pas pour maintenant, pour paraphraser un slogan largement dévoyé depuis. Pour autant, il serait incorrect d’y voir un rejet des idées défendues par Osons ! Il s’agit bien plus certainement de la victoire acquise d’avance d’un système que tout changement effraie, et qui fera tant et plus pour que rien ne change jamais.

Soyons réalistes et lucides, les chances de l’emporter étaient minces dès le départ, tant des forces conservatrices puissantes sont à l’œuvre à Saint-Malo. Mais l’essentiel est peut-être ailleurs, dans l’infusion de nos idées parmi les citoyens et habitants malouins : justice, santé, environnement... Pour Alain Guillard, ses militants et les riverains désormais embarqués dans la lutte à ses côtés, penser le « monde d’après » impose de revoir le modèle de société dans son ensemble, quitte à interroger en premier le principe de croissance et son postulat capitaliste. C’est particulièrement vrai dans les circonstances présentes, post-pandémie mondiale : notre système est à bout de souffle et produit désormais à la chaîne des catastrophes pour l’humanité dans son ensemble. La lutte pour le changement est plus que jamais nécessaire, un changement de nature politique, mais aussi social, économique et environnemental.

La lutte continue

L’avantage de Saint-Malo, c’est que l’occasion nous est donnée de faire tout cela en même temps. Cette opportunité à un nom : la Timac-Agro ; elle a aussi un visage, ou plutôt une forme, celui d’une barrière de béton qui délimite au-delà des remparts le territoire du port de commerce. Une fois sorti de l’intra-muros et des vieilles bâtisses chargées d’histoire, commencent les cul-de-basse fosses capitalistes et les problèmes. Cette usine en particulier représente à elle-seule tout ce que le système peut produire de détestable : une entreprise richissime au-delà de la décence, une production d’engrais et de farine animale alimentant le modèle de l’agriculture intensive et productiviste à outrance. Toujours plus et plus sale pour toujours moins cher, telle pourrait être la devise gravée dans le béton terne.

« C’est une industrie qui fait vivre Saint-Malo » rétorque ses défenseurs. Mais le prix à payer pour que Saint Malo vive effectivement de cela n’est plus dans nos moyens. C’est pourtant la même rengaine qui nous est serinée à chaque fois : une poignée d’emplois, peut-être, mais surtout une bonne dose de pollution et d’atteintes diverses à l’environnement, en plus de défigurer le paysage depuis le haut des remparts. La Timac-Agro, c’est aussi à coup sûr l’histoire d’une certaine influence sur une mairie inquiète de déplaire aux grands argentiers du pays malouins. Et si la mairie s’inquiète actuellement, c’est surtout pour le manque à gagner si d’aventure une justice aux ordres devait se résoudre à l’évidence : la pollution de la Timac empoisonne les citoyens malouins.

Face à une usine générant des nuisances devenues intolérables pour les riverains, un homme et son association ont pris les armes dans un combat écologique et pour un monde plus juste socialement contre le système judiciaire et politique malouin : Alain Guillard et les militants malouins qui se sont joints à son combat espèrent surtout désormais une prise de conscience de la municipalité sur ces questions touchant à l’homme, à son rapport à l’environnement et la politique de la ville. Derrière Alain Guillard, l’association Osons ! entend bien faire valoir les droits des Malouins sur ce dossier, sachant qu’elle n’est pas seule sur le coup : des écologistes à LFI en passant par le NPA et les communistes, les véritables forces de gauche sont rassemblées derrière Alain Guillard pour porter une autre vision de la société et des rapports entre l’homme et son environnement. Ce n’est peut-être pas le cœur du sujet lors des Municipales 2020, cela pourrait bien le devenir en 2026.

Elodie VINCENT

URL de cet article 36238
  

Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si Eve avait écrit la Genèse, que serait la première nuit d’amour du genre humain ? Eve aurait tout clarifié et dit qu’elle n’était pas née d’une côte, qu’elle ne connaissait aucun serpent, qu’elle n’a offert des pommes à personne et que Dieu ne lui a jamais dit qu’elle accoucherait dans la douleur et que son mari la dominerait. Que tout ça ce sont de purs mensonges qu’Adam a raconté à la Presse.

Eduardo Galeano

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.