RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sans socialisme la victoire était impossible

Seul un Etat d'un type nouveau, comme celui créé par la Révolution d'Octobre, pouvait garantir le triomphe des peuples de l'URSS contre le fascisme.

Il y a deux mois le monde commémorait le début de la Seconde Guerre Mondiale. L’Allemagne hitlérienne s’empara de la quasi totalité de l’Europe, depuis la France jusqu’à la Pologne. Les peuples se retrouvèrent sans défense devant l’envahisseur à cause des régimes bourgeois qui préféraient la fuite ou la reddition plutôt que de s’impliquer dans un combat de résistance populaire. Seul un gouvernement donna des armes à son peuple pour défendre la souveraineté nationale : celui de l’URSS.

Contre elle les Hitlériens se jetèrent avec plus de six millions de soldats, armé avec la meilleure technique militaire de l’époque. En presque quatre ans de guerre ils massacrèrent entre 18 et 24 millions de civils soviétiques, plus du double des pertes militaires de cette nation sur le champ de bataille. Les nazis arrivèrent même à 70 kilomètres de Moscou. Ici le peuple en uniforme les arrêta.

Des millions de fils des divers peuples soviétiques de l’Union coururent s’engager dans l’Armée Rouge. Organisés par le Parti Communiste, dans les zones occupées par l’ennemi proliférait le mouvement de résistance, au moyen de guérillas rurales et de commandos clandestins dans les villes. Des zones proches du front ou susceptible d’être bombardée par l’aviation ennemie furent déménagée jusqu’à l’est de la Russie et dans les république soviétiques d’Asie une grande partie de l’industrie avec ses ouvriers, laquelle en temps record commença a produire dans ses nouvelles installations. Uniquement un état socialiste pouvait réaliser une telle mobilisation qui à la longue fut déterminante dans la victoire.

La Révolution d’Octobre

Une telle organisation pour affronter l’ennemi fasciste fut seulement possible parce que le 7 novembre 1917 (25 octobre de l’ancien calendrier russe), un soulèvement de marins, de soldats et du peuple en général dirigé par Vladimir Illitch Lénine et le Parti Bolchévique (Communiste) renversèrent le gouvernement provisoire bourgeois et instaurèrent un état de nouveau type, jamais vu dans l’histoire, dont l’objectif fondamental était d’émanciper les masses populaire de toute exploitation.

Durant le second Congrès des Soviets de toute la Russie, célébré entre le 8 et le 9 novembre, se mit en place un gouvernement révolutionnaire présidé par Lénine. Rapidement fut promulgué le décret de la terre, par lequel les terres arables devenaient le patrimoine de tout le peuple et était remisent en usufruit à ceux qui la travaillaient. Avec le Décret de la paix, la Russie sortait de la guerre impérialiste sans annexion ni contribution, et lançait un appel au monde à lutter pour la paix et la fin de la guerre.

Le 14 Novembre fut annoncé la Déclaration des Droits des Peuples de Russie, dans laquelle se proclamait le droit à la libre détermination des nationalité appartenant à l’ancien empire tsariste, incluant la possibilité qu’elles forment un état indépendant, ce qui arriva immédiatement avec la Pologne et la Finlande.

Les secteurs réactionnaires n’acceptèrent pas la perte du leur pouvoir et, subventionnés par des puissances étrangères, elles livrèrent une guerre cruelle, avec des centaines de milliers de morts, contre le pouvoir soviétique, dont la victoire fut seulement possible grâce à l’unité populaire autour du Parti Communiste.

Après la défaite des envahisseurs étrangers et de la contre révolution interne, les peuples de Russie, d’Ukraine, de Biélorussie et de la Fédération de Transcaucasie fondèrent le 30 décembre 1922 l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), à laquelle s’incorporèrent d’autres républiques. Renforçant de cette manière en peu d’années l’Etat socialiste transformé une nation avec des tares féodales, un indice élevé d’analphabétisme et un développement capitaliste inégal entre ses régions en une en une grande puissance militaro industrielle, totalement électrifié et avec une population cultivée, capable de défendre son régime socioéconomique face à la plus formidable armée de l’histoire, l’expulsant du sol de la patrie dans sa propre tanière, comme cela se produisit à Berlin en 1945.

»» http://www.granma.cu/mundo/2014-11-06/sin-socialismo-la-victoria-era-imposible
URL de cet article 28741
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.