Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sarkozy et le vent du sud

Le feuilleton Sarkozy est loin d’être terminé et nul doute qu’il ne se traduise, dans les mois qui viennent, par des rebondissements dignes des meilleures séries B. Curieusement, la sortie médiatique de l’ancien président qui a déversé un flot d’injures à l’encontre des ex-dirigeants libyens, sources involontaires de ses démêlés avec la justice et, crie-t-il, de son échec « pour un malheureux 1,5% des voix » à l’élection présidentielle de 2012 n’a pas vraiment convaincu de son « innocence », au contraire. Elle a posé davantage de questions, pour l’heure sans réponse, mais dont l’équipe des enquêteurs aura à coeur de décrypter les tenants et les aboutissants.

En s’en prenant à Médiapart, le site d’Edwy Plenel qui a ouvert la boîte de Pandore et évoqué le financement de la campagne présidentielle de 2007 avec l’argent de la Libye offert à profusion par le Guide Maâmar al Gueddafi, non sans contreparties cela va sans dire, Sarkozy, qui croit dur comme fer que le document à la source même des révélations est « un faux », a beau arguer du fait qu’il n’a jamais rencontré Ziad Takieddine, pas plus que Ahmed Alexandre Djouhri. Par contre, il ne dit mot sur les interlocuteurs officiels que furent le chef des renseignements libyens, Abdallah Senoussi, par ailleurs beau-frère par alliance d’El Gueddafi, et le trésorier du Guide, Bachir Salah dit al Cherkaoui, réfugié en Afrique du Sud où un pactole d’un milliard de dollars aurait été placé peu avant la chute du régime. Comme aussi, on s’interroge toujours sur la noyade « accidentelle » de Choukri Ghanem, un 29 avril 2012, à Vienne, les carnets du disparu ayant une certaine signification dès lors qu’il fut ministre du Pétrole libyen et proche de Seïf el Islam, fils d’El Gueddafi. Il y évoque, en effet, le transfert d’un montant de 6,5 millions d’euros en faveur de Nicolas Sarkozy. En sa qualité de patron de l’un des fonds souverains du pays, le Libyan Africa Portfolio (LAP), il affirme avoir personnellement transféré 1,5 million d’euros au candidat UMP alors en pleine campagne, le fils de Maâmar El Gueddafi, Seïf al-Islam, 3 millions d’euros, et Abdallah Senoussi, 2 millions d’euros. Qu’ils aient été remis en main « propres » à Nicolas Sarkozy ou non, la question est encore pendante.

En croisant les révélations des différentes sources, il apparaît que des intermédiaires ont joué un rôle conséquent, comme le Franco-Libanais Ziad Takieddine ou le Franco-Algérien Alexandre Djouhri. La justice avance lentement et sûrement dans cette direction pour savoir qui a exactement remis quoi et surtout à qui. Car, n’en déplaise à l’ancien président, mis sur le grill de la suspicion, le fait que de l’argent libyen ait atterri dans les caisses ou dans les poches de son entourage ne semble plus faire l’ombre d’un doute. Prudent, il aurait, révèle encore Médiapart pas plus tard qu’hier, déclaré au cours de sa garde à vue des 20 et 21 mars derniers, sous les coups de boutoir des enquêteurs, que son ancien chef de cabinet à l’Intérieur puis secrétaire général à l’Elysée, Claude Guéant, ainsi que son ami de quarante ans et ancien ministre UMP, Brice Hortefeux, ont pu « fréquenter » Takieddine à son insu, auquel cas c’est « leur affaire » et « ils s’en expliqueront ». Dans la foulée, Médiapart ajoute que, contrairement à ce qu’il a proclamé sur TF1, jeudi soir, il était bel et bien informé depuis le 7 février dernier de sa future audition par les trois juges d’instruction, Serge Tournaire, Aude Buresi et Clément Herbo qui lui ont signifié, collégialement, dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre, le 21 mars à 16h 37, une triple mise en examen pour « corruption passive », « financement illicite de campagne électorale » et « recel de détournements de fonds publics libyens ». En clair, Nicolas Sarkozy est formellement soupçonné par les trois juges d’avoir puisé dans les caisses de la Libye grâce aux largesses de dirigeants qu’il traite aujourd’hui de « bande de criminels » et leur Guide de « drogué », non sans justifier l’intervention de 2011 qui a permis de sauver, selon lui, un million de civils menacés d’extermination par le régime libyen. Une antienne que seul ne viendra pas désavouer Bernard-Henry Lévy dont le silence est, aujourd’hui, sépulcral.

Chaabane BENSACI

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/289015-sarkozy-et-le-vent-du-sud.html
URL de cet article 33103
   
Même Thème
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de pays musulman plus intégriste que l’Arabie Saoudite (...) et pourtant c’est à la fois un ami et un pays important pour les Etats-Unis. (...) Nous ne devons nous opposer à l’intégrisme que dans la mesure exacte où nos intérêts nationaux l’exigent.

James Baker
Ministre des Affaires Etrangères des Etats-Unis, 1996


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.