Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trump et son administration sous la coupe des néoconservateurs bellicistes

Après avoir limogé le modéré Rex Tillerson qu’il a remplacé à la tête du département d’Etat par le « faucon » assumé qu’est l’ex-directeur de la CIA Mike Pompeo, Donald Trump a confié le poste clef de conseiller à la sécurité nationale à un autre va-t-en-guerre reconnu qu’est John Bolton dont l’opinion internationale a eu à vérifier les positions bellicistes du temps où il a fait partie de l’équipe néoconservatrice dont s’était entouré l’ex-président américain de sinistre mémoire George W. Bush.

Ce nouveau changement opéré par Trump confirme le retour en force au sommet de l’administration américaine du courant néoconservateur qui a doté les Etats-Unis d’une politique étrangère privilégiant au nom de la sécurité nationale et des intérêts de l’Amérique le recours aux « guerres préventives ». Donald Trump a choisi de confier les postes clefs de son administration aux tenants de ce courant belliciste en toute connaissance de cause et a ainsi donné à comprendre qu’il a décidé d’imprimer une ligne dure à la diplomatie américaine. Une ligne qui va se vérifier sans aucun doute sur les trois fronts dans lesquels Trump est déterminé à faire prévaloir les « solutions » américaines et qui sont les questions liées au nucléaire iranien et de la Corée du Nord et au conflit syrien.

Tout comme l’ancien directeur de la CIA Mike Pompeo qui dirige désormais le département d’Etat, John Bolton va à l’évidence conforter Donald Trump dans son intention d’employer la manière forte tant à l’égard de Téhéran que de Pyongyang et même à l’égard de Moscou s’agissant du conflit syrien, quitte à ce qu’il en résulte la mise en péril de la paix mondiale. L’intention d’en découdre avec les Iraniens est déjà affichée par Donald Trump qui a décidé de ne pas certifier une nouvelle fois le 12 mai prochain le respect par l’Iran des clauses de l’accord sur le nucléaire iranien forgé par son prédécesseur démocrate Barack Obama et les autres grandes puissances du groupe des cinq + un.

Il est même déterminé à aller plus loin à l’égard de l’Iran puisque manifestement l’option d’une intervention militaire contre ce pays n’est plus l’une parmi d’autres qu’envisage la Maison Blanche mais celle arrêtée et dont les préparatifs ont pratiquement débuté. Les visites qu’ont effectuées successivement à Washington le Premier ministre de l’Etat sioniste Benyamin Netanyahu et le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman ont eu pour raison ces préparatifs qui nécessitent l’implication de leurs pays respectifs.

Pour la Corée du Nord avec laquelle Donald Trump a paru vouloir engager le dialogue pour la recherche d’un compromis satisfaisant pour elle et les Etats-Unis, la nomination de Pompeo et de Bolton n’est assurément pas un bon signe également. L’influence de ces deux « faucons » va se faire sentir à la Maison Blanche et se traduire par des initiatives qui mettront fin au rapprochement esquissé entre les deux Corées et relanceront probablement l’escalade de la tension entre Pyongyang et Washington qui offrira prétexte à Pompeo et Bolton d’imposer la solution militaire au problème du nucléaire nord-coréen.

Elle se manifestera tout autant concernant le conflit syrien même si dans celui-ci c’est la Russie qui est dans le collimateur des deux « faucons » en question. Sauf que dans ce cas le courant néoconservateur et belliciste dont ils sont les figures de proue dans l’entourage de Donald Trump jouera encore plus inconsidérément avec le feu que s’agissant de l’Iran et de la Corée du Nord. Les propres alliés occidentaux de l’Amérique s’inquiètent visiblement du durcissement de ses positions à l’international et manifestent à la Maison Blanche leur désaccord même s’ils n’en font pas état publiquement.

Kharroubi Habib

URL de cet article 33104
   
Même Thème
SIN EMBARGO - Paroles Cubaines contre le blocus (livre PDF)
Viktor DEDAJ
Recueil d’une série d’interview effectuées à Cuba. Différentes personnalités parlent de leur expérience personnelle du blocus des Etats-Unis contre Cuba - et parfois aussi d’autres choses. Publiés à l’origine dans une série d’articles, les textes ont été regroupés dans un document unique téléchargeable. Bonne lecture. V. Dedaj Le Grand Soir POUR TELECHARGER, VOIR LIEN CI-DESSOUS :
Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.