RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sergueï Lavrov avec l’agence de presse TASS, le 28 décembre 2023

Suite à un article de Iorgos Mitralias qui cite une phrase sur Israël prétendument prononcée par Lavrov lors d’une interview le 28 décembre2023 et non sourcée par le posteur qui met en cause la probité et l’objectivité de ceux qu’il nomme les "Poutinistes plus poutinistes que Poutine", je me permet de poster la traduction Française exhaustive de cette interview tirée du Site des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie.

Afin que nul n’en ignore le contenu réel.

J’ai placé le lien de l’Interview en Anglais dans ma réponse sur le texte de Mitralias.

Geb.

28 décembre 2023 07:22

Entretien du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avec l’agence de presse TASS, le 28 décembre 2023.

2640-28-12-2023

Question :
Comment le conflit israélo-palestinien peut-il être réglé ? La formule des deux États a-t-elle une chance ? Ou bien d’autres solutions à ce conflit qui dure depuis des années sont-elles discutées derrière le rideau ?

Sergueï Lavrov :
Personnellement, nous ne discutons de rien derrière le rideau ; nous travaillons toujours au grand jour. Il est temps que tout le monde tire une leçon des conséquences des tentatives américaines de jouer à la diplomatie derrière le rideau au Moyen-Orient. C’est la politique de Washington consistant à monopoliser la médiation et à saper le cadre juridique international pour un règlement qui a conduit à l’escalade actuelle dans la zone de conflit.

La position de la Russie se fonde sur les décisions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies, ainsi que sur l’initiative de paix arabe. La formule pour une paix durable est bien connue. Elle implique la création d’un État palestinien indépendant dans les frontières de 1967, avec sa capitale à Jérusalem-Est, un État vivant en paix et en sécurité aux côtés d’Israël. La tâche des intermédiaires internationaux est d’aider les parties à entamer un dialogue au cours duquel elles pourront régler tous leurs différends. Ce ne sera pas facile, bien sûr, mais la seule alternative aux pourparlers est la poursuite de l’effusion de sang. Sans horizon politique, Israéliens et Palestiniens continueront à vivre d’escalade en escalade, comme ils l’ont fait au cours des 75 dernières années.

Il est inacceptable de justifier des attaques terroristes, et encore moins de les fomenter, ou de répondre par l’utilisation de méthodes de punition collective en violation flagrante du droit humanitaire international.

Ce cercle vicieux de la violence doit être brisé et l’injustice dont souffrent plusieurs générations de Palestiniens doit être réparée. C’est la seule façon de parvenir à la stabilité dans la zone de la confrontation israélo-palestinienne et dans l’ensemble du Moyen-Orient.

La même logique doit être utilisée pour le développement post-crise à Gaza. Je préfère ne pas parler des détails maintenant, d’autant plus que toutes les discussions sur l’avenir de l’enclave palestinienne sont basées sur diverses fuites et rumeurs. Il est alarmant de constater que, selon les informations disponibles, les États-Unis tentent à nouveau de solliciter des solutions qui n’ont rien à voir avec le droit international, comme ils l’ont fait en Afghanistan, en Irak, en Libye et dans bien d’autres pays et régions, qui ont été laissés en ruines à cause des actions opportunistes de Washington.

Nous nous concentrerons avant tout sur l’opinion des Palestiniens eux-mêmes et de nos partenaires régionaux. En fin de compte, la solution adoptée doit garantir la réalisation du droit légitime des Palestiniens à établir un État qui leur soit propre sur tous leurs territoires nationaux, y compris la Cisjordanie avec Jérusalem-Est et la bande de Gaza.

Question :
La Russie dispose-t-elle d’informations sur l’évolution de la situation dans la région ? La Russie dispose-t-elle d’informations faisant état de changements dans le volume de l’assistance militaire occidentale à l’Ukraine ? Peut-on dire que l’Occident a négligé cette question en raison de l’aggravation de la situation au Moyen-Orient ? Si tel est le cas, quelles sont les chances que Kiev décide de discuter avec Moscou dans de telles conditions ?

Sergueï Lavrov :
Malgré l’offensive avortée des forces armées ukrainiennes, l’Occident continue d’envoyer des armes à Kiev et de faire monter les enchères en utilisant des systèmes plus meurtriers et de plus longue portée dans le conflit ukrainien. L’OTAN fournit des armes, notamment des armes à sous-munitions et des obus à l’uranium appauvri.

Le "format Ramstein" continue de fonctionner et les représentants de plus de 50 pays discutent chaque mois des demandes d’équipement militaire et de munitions de Kiev.

Les tragiques développements au Moyen-Orient ont temporairement évincé la crise ukrainienne des premières pages des médias occidentaux. Toutefois, la majorité des gouvernements hostiles continuent de donner la priorité à la défaite stratégique de la Russie sur le champ de bataille. Ni Washington ni Bruxelles ne s’abstiennent d’aider le régime de Kiev parce qu’ils savent qu’il serait condamné sans cette aide. Ils restent déterminés à contenir la Russie aux dépens des Ukrainiens et de leurs vies.

Force est de constater que le régime de Vladimir Zelensky n’est pas enclin à faire la paix. Ses représentants pensent en termes de guerre et ont recours à une rhétorique très agressive. Il n’est pas question de mettre fin aux hostilités. Le 30 septembre 2022, Zelensky a interdit les pourparlers avec les dirigeants de la Russie, et cette interdiction est toujours en vigueur. Vous êtes libre de tirer vos propres conclusions.

Question :
Des développements de plus en plus menaçants se produisent dans le domaine du contrôle des armements, notamment les préparatifs des États-Unis pour des essais nucléaires au Nevada et le déploiement en Europe de systèmes américains capables de lancer des missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée. Est-il possible qu’en 2024, Washington démolisse complètement tous les piliers de la stabilité nucléaire et que les mécanismes de contrôle des armements soient totalement oubliés ? Est-il encore possible de mener un dialogue sur les accords dans ce domaine, y compris le nouveau traité START ?

Sergueï Lavrov : La situation dans le domaine du contrôle des armements continue de s’aggraver en raison des politiques déstabilisatrices et des actions destructrices des États-Unis. Dans le même temps, les Américains augmentent délibérément la tension dans le domaine de la sécurité internationale. Ces processus indissociables s’enrichissent mutuellement.

Quant aux méthodes utilisées, les Américains choisissent soit de démanteler les cadres contractuels en s’en retirant, comme ce fut le cas avec les traités ABM, INF et Open Skies, soit de créer des conditions qui empêchent l’autre partie de remplir ses obligations. C’est ce qui s’est passé avec le traité FCE et le nouveau START.

Washington suit une logique simple. Les fondements mêmes de la domination américaine s’effondrent, ce qui est largement imputable aux maladresses des Américains eux-mêmes, tant ils étaient confiants dans leur caractère exceptionnel, leur infaillibilité et leur impunité. Ils ont misé sur la force pour tenter de ralentir l’érosion de leur hégémonie. C’est pourquoi ils ont cherché à assurer leur suprématie militaire et à avoir les coudées franches dans l’usage de la force. Et c’est ainsi que l’on peut expliquer leur refus d’accepter toute restriction en termes de contrôle des armements ou d’autres instruments visant à garantir un équilibre stratégique des intérêts entre les acteurs internationaux.

Permettez-moi de partager avec vous un seul exemple : les États-Unis ont utilisé un prétexte farfelu pour démanteler le traité FNI. En réalité, les États-Unis estimaient avoir besoin des missiles interdits par le traité, y compris contre la Chine. Les restrictions étant devenues une nuisance pour eux, ils s’en sont débarrassés sans hésiter. Cette démarche a clairement eu un impact négatif sur la sécurité régionale et mondiale. Alors que les États-Unis poursuivent leurs projets de déploiement de missiles terrestres de portée intermédiaire et de courte portée en Europe et dans la région Asie-Pacifique, la Russie est confrontée à la question de plus en plus pressante de savoir si le maintien du moratoire sur le déploiement d’armes similaires a un sens, étant donné que ce moratoire dépend du non-déploiement de ces armes fabriquées aux États-Unis dans ces régions.

En ce qui concerne les perspectives de dialogue avec les États-Unis sur le nouveau traité START ou la conclusion d’un accord pour le remplacer par un autre traité, nous avons envoyé un signal clair : il n’y aura pas de dialogue tant que Washington poursuivra ses politiques antirusses. Il est évident pour nous que les propositions américaines visant à lancer des négociations sur le contrôle des armes nucléaires tout en les séparant du contexte militaire et politique négatif et de l’état lamentable des relations entre la Russie et l’Occident sont inadéquates. Nous voyons bien ce que Washington cherche : ils veulent atténuer les risques nucléaires pour eux-mêmes tout en s’assurant un avantage en termes d’autres capacités militaires. Cette approche, que les Américains appellent la compartimentation - une notion plutôt obscure et opaque - est absolument inacceptable. Elle signifie essentiellement que la Russie est un ennemi, mais que nous voulons obtenir quelque chose d’elle. Le fait que les États-Unis et leurs alliés persistent dans leurs efforts pour promouvoir l’escalade en Ukraine et autour de l’Ukraine, sans cacher leur intention d’infliger une défaite stratégique à la Russie, rend la chose encore plus inacceptable.

Nous ne rejetons pas le concept de contrôle des armements. Cela dit, tout dialogue éventuel sur les moyens de minimiser le potentiel de conflit ou sur la manière dont nous coexisterons avec l’Occident à l’avenir nécessiterait l’égalité et le respect des intérêts fondamentaux de la Russie en matière de sécurité, ainsi que la reconnaissance de l’ensemble de la nouvelle réalité géopolitique. Il ne sert à rien de discuter plus avant de ce sujet si les États-Unis et leurs alliés ne sont pas prêts à l’accepter.

Question :
Quelles sont vos attentes quant à l’évolution de la situation ? Quelles sont vos attentes quant à l’évolution des relations entre Moscou et Erevan, compte tenu des complications survenues ces derniers mois dans le dialogue bilatéral ? Pensez-vous qu’il soit souhaitable de maintenir les bases militaires russes en Arménie ? Quelle est votre évaluation des perspectives de coopération de la république avec l’OTAN ?

Sergueï Lavrov : Malheureusement, l’Erevan officiel a succombé à la persuasion occidentale et tente de réformer sa politique étrangère. L’Arménie est prête à échanger l’alliance éprouvée avec Moscou contre de vagues promesses de l’Occident, sans même parler d’une assistance concrète. Pour justifier ce revirement stratégique, elle tente de rendre la Russie responsable de tous les problèmes de l’Arménie, y compris la perte du Karabakh. Nous avons à maintes reprises exprimé publiquement les préoccupations de la Russie, il est donc inutile d’énumérer à nouveau les mesures inamicales prises par les autorités arméniennes.

L’Arménie a été et reste notre partenaire stratégique dans le Caucase du Sud. Nous sommes convaincus que toutes ces difficultés sont temporaires et qu’elles seront surmontées si la volonté politique est suffisante. Le développement durable et systématique des liens russo-arméniens répond aux intérêts fondamentaux des populations des deux États, qui partagent des valeurs et un code culturel communs.

Les échanges commerciaux, les liens économiques et le dialogue industriel entre Moscou et Erevan progressent de manière impressionnante, jetant les bases des relations entre les deux pays et apportant un soutien important à la stabilité de l’économie arménienne et au bien-être de la population arménienne. La croissance rapide du PIB de la république ces dernières années est largement due à la coopération avec la Russie et à l’adhésion d’Erevan à l’Union économique eurasienne. Les 14 et 15 décembre, la Commission intergouvernementale de coopération économique, coprésidée par les vice-premiers ministres, a tenu sa 22e session à Erevan. L’année prochaine, l’Arménie présidera l’EAEU. Nous souhaitons beaucoup de succès à nos collègues.

L’Arménie est aujourd’hui confrontée à un certain nombre de défis. Toutefois, il est peu probable que ces défis soient relevés avec l’aide des acteurs occidentaux. Contrairement à la Russie, les États-Unis et l’Union européenne ne cherchent pas à apporter la paix et la stabilité à la république ou au Caucase du Sud. Leur intérêt est tout autre : ils veulent évincer Moscou et d’autres pays de la région et créer un nouveau foyer de tension comme dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Ukraine. La solution pour sortir de cette situation difficile est évidente. Il s’agit de mettre en œuvre les accords trilatéraux entre Erevan, Bakou et Moscou au plus haut niveau.

Nous pensons que les spéculations sur l’opportunité de maintenir la 102e base militaire russe en Arménie ne peuvent que nuire. L’accord sur son déploiement, signé le 16 mars 1995, était principalement guidé par les intérêts nationaux des deux États et leur objectif commun de renforcer la stabilité dans le Caucase du Sud. Aujourd’hui, notre armée est un élément clé pour garantir la paix dans cette région.

Récemment, Erevan a développé une coopération avec l’OTAN et certains de ses États membres. Cette année, l’Arménie a participé à plusieurs dizaines d’événements avec l’Alliance. Elle continue à moderniser ses forces armées conformément aux normes de l’OTAN ; les militaires de la république suivent des formations dans un certain nombre d’États membres de l’OTAN.

Cela ne peut que nous inquiéter. Nous avons à plusieurs reprises attiré l’attention de nos collègues arméniens sur le fait que l’objectif réel de l’OTAN est de renforcer ses positions dans la région et de préparer le terrain pour une manipulation selon le schéma "diviser pour régner". J’espère qu’Erevan est conscient que l’approfondissement de l’interaction avec l’Alliance conduit à une perte de souveraineté en matière de défense et de sécurité nationales.

Question :
À la fin de cette année, la situation s’est fortement détériorée au Moyen-Orient ; au cours de l’été, le continent africain a connu des moments tumultueux. La Russie s’attend-elle à une montée des tensions dans d’autres régions au cours de l’année à venir ? Où se situent les risques les plus importants ?

Sergueï Lavrov :
Le monde reste agité et l’une des raisons en est que les décideurs politiques occidentaux provoquent des crises à des milliers de kilomètres de leurs frontières afin de résoudre leurs propres problèmes aux dépens d’autres peuples.

Il suffit de se rappeler les bombardements de l’OTAN sur la Yougoslavie, l’invasion de l’Irak sous le prétexte fallacieux qu’il y avait des armes de destruction massive, l’effondrement de l’État libyen et l’intervention en Syrie. Le déclenchement de conflits armés en Europe de l’Est par l’expansion de l’OTAN et la transformation de l’Ukraine en un tremplin anti-russe peuvent être mentionnés dans le même souffle. L’exemple le plus récent est l’aggravation de la situation dans la zone de conflit israélo-palestinienne. Il y a aussi des nœuds de conflits dans d’autres régions. Vous avez mentionné l’Afrique, mais il y a aussi l’Afghanistan et la péninsule coréenne. Les Américains encouragent ouvertement les tendances séparatistes à Taïwan, malgré les avertissements répétés de Pékin selon lesquels cela va à l’encontre des intérêts fondamentaux de la Chine.

On peut dire qu’à l’heure où l’Occident s’accroche à une domination insaisissable, personne n’est à l’abri de ses intrigues géopolitiques. Le monde en est de plus en plus conscient. Nous le ressentons lorsque nous communiquons avec nos partenaires sur la scène internationale. La plupart d’entre eux conviennent avec nous que tôt ou tard, nos collègues occidentaux devront accepter les réalités d’un monde multipolaire, et que toutes les questions seront alors résolues sur la base d’un équilibre des intérêts. Toutefois, d’ici là, la crise risque de se poursuivre.

»» https://mid.ru/en/foreign_policy/news/1923539/
URL de cet article 39462
  

Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.