RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Soyons dignes face aux polémiques du voile

Dans ce pays, tous les ans avons-nous droit à une nouvelle affaire du voile. Apres l’affaire de la crèche Baby-Loup, celle du refus exprimé par certains aux mères voilées voulant accompagner leurs enfants lors des sorties scolaires, les vœux exprimés par une ancienne ministre en exercice d’interdire le voile à l’université, les hallucinant arrêtés anti-burkini qui ont défrayé la chronique en aout 2017, et la polémique née du fait qu’une jeune femme voilée faisait partie des représentants élus d’un syndicat étudiant, voici qu’arrive l’heure du hijab sportif de Décathlon.

Ne nous voilons pas la face. Cette succession effrénée, égrenant la montée en puissance des logiques identitaires, indique clairement que nous avons, dans cette société, à faire face à un grave problème. Que ce problème est grandissant. Qu’il menace à terme la paix civile à force de pilonner nos esprits de constats prétendument alarmants par médias et réseaux sociaux interposés. Qu’il nous impose enfin de nous dire que, contrairement aux prédictions d’un Francis Fukuyama nous annonçant la Fin de l’Histoire, nous nous dirigeons tout droit vers des inédites tempêtes culturelles qui redessineront, malheureusement à l’aide du rouge vif du sang qui coule, la carte de notre pays.

Pour cette fois, au lieu de nous engouffrer de plain-pied dans la polémique, autorisons-nous un écart de dignité, en suivant la logique du salutaire appel lancé par l’humoriste Yassine Bellatar.

Il est en effet temps de nous ressaisir. De clamer haut et fort l’amour de la paix et du respect mutuel. De défendre coûte que coûte la sauvegarde de la vie de nos enfants et de nos proches.

Nous sommes toutefois cernés de toute part. Et ce combat se joue non pas principalement contre de dangereux groupements idéologiques qu’il faut bien sûr affronter, mais contre nous-mêmes et nos inclinaisons. Ne cédons pas à la tentation de nous avilir en succombant à la haine. Soyons au contraire les défenseurs de la vérité, même quand elle fait mal, car celle-ci paie, à la longue, de revenus autrement plus importants que des gains psychologiques immédiats et court-termistes. Le culte de celle-ci permettra de rehausser le niveau de notre débat collectif, puisqu’il n’est pas faux d’affirmer, avec Natasha Polony, que les frictions au sujet du voile ne font que lever le voile sur les choix de civilisation qui, progressivement, se dévoileront à l’avenir. 

Quoique puissent en dire tel ou tel intervenant sur la scène publique, nous sommes tous, sans distinction de race ou de religion, les enfants de la République française. Nous parlons, pensons et rêvons en français. Nous aimons et haïssons dans cette langue. Nous réfléchissons à l’aide de son vocabulaire et, en reprenant le titre d’un ouvrage de l’historien du temps long Fernand Braudel, nous teintons la civilisation française, à laquelle notre génération, d’où que nous soyons, fait indéniablement partie, d’une nuance grammaticale de plus. 

C’est donc principalement à ce titre que nous devons vivre et mourir. Débattre et agir. Affronter l’adversaire ou nous écharper nous-mêmes. Bref, développer dans nos esprits l’amour du pays qui nous a vu naitre et que nous changeons continuellement, sans forcément le vouloir, du simple fait de notre présence sur son sol. 

Avant de nous laisser aller à la facilité que constitue l’affrontement violent, rappelons-nous tous qu’un jour, nous avons été des enfants. Souvenons-nous que nous étions à cette époque innocemment statiques dans une sorte de présent-être perpétuel. Nous devions alors voir le monde comme une étoile de mer, posée sur le plancher marin qu’elle ne quitte jamais, perçoit l’océan : un immense univers, bien que mystérieux, insondable et sombre, n’ayant aucune prise sur notre développement futur qu’on supposait harmonieux.

Ne perdons pas ce lien avec cet innocent passé. Seul lui nous permettra de vivre heureux et de rompre le cycle nous menant à la rencontre de ces temps de malheur sur le point d’éclore.

Adel Taamalli

URL de cet article 34656
  

Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsqu’ils n’arrivèrent pas à s’en prendre à nos arguments, ils s’en sont pris à moi.

Julian Assange

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.