RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Suppressions de postes à l’éducation nationale : on court à la catastrophe.

Communiqué du SNES.

Rentrée 2004 dans les lycées et collèges : scénario catastrophe.

Dès les annonces du budget 2004, le SNES avait alerté sur les conséquences des choix des ministres de l’Education qui ont argué de la baisse des effectifs du secondaire prévue d’ici 2006 pour justifier un budget calamiteux.

Trois mois après et en plein grand Débat sur l’avenir de l’Ecole, les conséquences concrètes des mesures budgétaires apparaissent crûment dans le cadre de la préparation de rentrée ( Réunions du Conseil Supérieur de l’Education du 17 décembre et du Comité Technique paritaire du 19 décembre).

La déperdition que subissent les lycées et collèges à la rentrée 2004 se décompose en 1500 suppressions d’emplois, 800 équivalents temps plein résultant de la suppression de 2500 emplois de stagiaires, 110 emplois d’enseignants gagés pour des emplois de direction, d’éducation et d’inspection, soit 2410 auxquels s’ajoutent 1500 à 2000 emplois à rendre par les académies supposées en dépassement de dotation les années précédentes (chapitre des crédits de suppléance).
Pour la seule année scolaire 2004-2005, le secondaire va donc rendre plus de 4000 emplois d’enseignants !
En ce qui concerne l’encadrement éducatif 9000 postes supplémentaires de surveillants seront supprimés, 14 000 aides éducateurs arrivant en fin de contrat. 13000 postes d’assistants d’éducation sont créés. Le nombre d’adultes dans les écoles, collèges et lycées baissera donc de 10 000 personnes au moins à la rentrée 2004 après avoir déjà baissé de 10 à 15 000 en 2003 !
Ce qui va se traduire par un nouveau resserrement des structures puisque 2300 Equivalents emplois avaient déjà été supprimés à la rentrée 2003, ce qui correspond à la suppression de l’équivalent de 1300 divisions.

D’ores et déjà , les recteurs préparent la traduction concrète de ces mesures dans les établissements. Faute de pouvoir "pressurer" encore plus les collèges qui l’ont été beaucoup ces dernières années, ils suppriment massivement les options en lycée (notamment en langues), remettent en cause très profondément les enseignements technologiques et professionnels en fermant les classes de première d’adaptation et de BTS par exemple. Ils remettent aussi en cause l’offre de formation dans les collèges ruraux, menaçant même dans certains cas de les fermer.
Quant aux moyens de suppléance, intégrés dans le calcul de la dotation, ils reposent sur des calculs théoriques peu crédibles. Le recteur de Lyon vient d’ailleurs de décider dès ce mois de décembre de ne plus remplacer les absences inférieures à 1 mois !
Les mesures de carte scolaire vont se multiplier dans les académies du Nord de la France , où les efforts des personnels pour résorber les retards scolaires seront annihilés ; les effectifs seront particulièrement lourds dans les académies du Sud, la Guyane, la Guadeloupe et la Réunion, en expansion démographique.

Partout, la qualité de l’enseignement, la diversité de l’offre de formation et l’égalité d’accès à celle-ci seront compromises. Dans ces conditions, il n’y a plus de possibilité de progresser dans l’accès de tous aux savoirs et aux diplômes, ni de dispositifs possibles pour lutter contre l’échec scolaire.
Le SNES avec la FSU prend tous les contacts nécessaires avec les autres syndicats des fédérations de l’Education pour discuter ensemble des initiatives à prendre.

Sources : Le site du SNES : http://www.snes.edu
(information transmise par Le site "Réseau des bahuts", avec le commentaire ci dessous : )

Pour voir la carte de France et le détail des suppressions de postes (d’eneignants du second degré) par académie, allez sur
le magasine US du SNES et cliquez sur "page 10"

Au palmarès :

Lille : -667 postes
Puis Nancy-Metz : -334
3ème sur le podium : Rouen : -266 (alors que les effectifs d’élèves augmentent !)

Autres exemples :

Amiens : -260
Caen : -168
Martinique : -88
Dijon : -198
Paris : -88
Créteil : 0 (alors que le manque d’enseignant est cruel)
Guadeloupe : +2 (alors que les classes y sont réputées plus que surchargées)
Rennes : -198
Bordeaux : -29
(à noter que ces deux académies sont déclatées "pilotes" en 2004 pour la gestion des personnels, et que les effectifs d’élèves y augmentent)

Au total : -4000 ETP (Equivalents Temps Plein)


URL de cet article 1240
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si vous n’avez pas suivi de près l’affaire Julian Assange, tout ce que vous croyez savoir est probablement faux."

Viktor Dedaj

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.