RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

10 

Syndicalisme anti-campiste à défendre. - Christian Delarue & Serge Le Quéau (syndicalistes)

Nous formulons une brève conception du syndicalisme qui vient, à partir d’une compréhension (il y en d'autres) de ce que Trotsky a laissé comme outil collectif de luttes d’émancipations transnationales.

Défendre la vie des dominé.e.s partout.

Comme on peut être ANTIRACISTE (universaliste) strictement non campiste - ce n’est pas toujours facile mais faisable - face à des positionnements antiracistes biaisés car selon le schème dominant vous tendez à être soit pro-Israel soit pro-Etats arabes ou pro-Etats musulmans, on peut AUSSI être SYNDICALISTE en défense du monde du travail PARTOUT. Etre syndicaliste partout, sans considération de camp politique, donc aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, au Sud qu’au Nord, c’est défendre les travailleurs et travailleuses salariées et même plus largement défendre celles et ceux d’en-bas, c’est à dire les classes populaires modestes et plus largement le peuple-classe 99%.

Ce syndicalisme, dit non campiste , connaîtra des variétés normales de positions concrètes qui justifient nécessairement le débat syndical. Et puis il importe de s’adapter aux conditions concrètes de la lutte des classes.

Une FEMINISTE sera, à priori, contre le viol et les violences sexistes partout, de façon transnationale, sur la planète même si les modalités de cette lutte peuvent varier car certains pays sont moins avancés que d’autres pour reconnaitre aux femmes des droits égaux aux hommes, des libertés aux femmes, aux lesbiennes, etc. Il n’empêche que partout il y a des oppressions sexistes. Aucun pays n’y échappe. Il y a des débats : toutes ne sont pas par exemple contre la prostitution alors que cela s’analyse comme un viol avec un prix payé.

- Antiraciste partout, Féministe partout, SYNDICALISTE partout aussi !

En Chine ou en Russie ou aux Etats-Unis les régimes politico-économiques sont très différents, et les droits reconnus pour le syndicalisme aussi, mais il y a toujours besoin de syndicats soit du fait de l’activité prédatrice des classes capitalistes dominantes, soit des castes bureaucratiques dominantes (au plan politique) ainsi que de l’activité des groupes économiques dominants avec des grands patrons puissants et richement payés qui défendent les inégalités, qui mènent des politiques d’austérité et de travaillisme (faire travailler plus celles et ceux qui travaillent déjà) contre le salariat ou les peuples.

On peut sans doute défendre autrement cette position, l’amender, la développer, il n’en reste pas moins qu’il y a bien besoin partout de syndicalistes de défense et promotion des travailleurs et travailleuses des 99% d’en-bas. Aucun pays ne peut s’en passer !

Et le souci de l’ECOLOGIE ?

Il n’efface pas la question sociale, Il la repose juste différemment : défendre la vie (contre la logique de profit, de productivisme et de travaillisme) de chaque peuple-classe 99% (dont les travailleurs et travailleuses salariées) et de l’humanité-classe contre la Caste mondiale dominante c’est aussi défendre chaque personne dominée aussi bien dans son cadre social (rapports sociaux divers) que dans un écosystème à considérer (rapport à la nature). L’alternative est alors de passer à l’écosocialisme (cf M Lowy ou D Tanuro).
L’autre aspect, c’est qu’un syndicaliste ne saurait avoir un regard borné à la situation de son pays même si l’essentiel de son activité syndicale s’y mène. L’internationalisme solidaire d’en-bas fait parti du bagage nécessaire de tout syndicaliste.

Position complémentaire :

Le nationalisme est une forme de communautarisme qui comme tout communautarisme masque les rapports sociaux de domination, dont celui de la classe dominante économico-politique. La mise en communauté qu’elle soit ethnique ou religieuse ou même citoyenne (citoyennisme) consiste à homogénéiser et mélanger les progressistes qui veulent l’application des DESC (droits économiques, sociaux et culturels), la justice sociale, la baisse des inégalités sociales et les réactionnaires qui veulent eux maintenir des positions de pouvoir, des inégalités diverses, notamment au profit de l’entrepreneur capitaliste. La nation va jouer le rôle d’englobant, comme d’ailleurs l’entreprise, pour cacher la classe dominante ou la caste dominante qui pourtant mène les politiques d’exploitation de la force de travail.

Aucun pays sur la planète n’échappe à la formation d’un élite dirigeante en lien avec le capitalisme financier globalisé. Il y a néanmoins des spécificités à connaitre et reconnaître du fait de l’existence d’élites progressistes agissant en lien avec leur peuple ou fraction de peuple.

En ce mois d’aout 2020, nous disons "Bas-les-pattes à l’égard du Belarus". Soutien aux forces d’un socialisme dominant avec capitalisme réduit, non patriarcal, démocratique, avec liberté d’expression mais fermeté maintenue face à la « liberté d’entreprendre pour le profit ». Refus de tout impérialisme, de l’Ouest comme de l’Est. Le reste est question d’analyse et de connaissance du réel.

Christian Delarue & Serge Le Queau (syndicalistes)

SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE (juin 2020) - Amitié entre les peuples
http://amitie-entre-les-peuples.org/SYNDICALISTE-ANTIRACISTE-ANTISEXISTE

URL de cet article 36403
   

Victor Hugo à La Havane
Maxime VIVAS
Victor Hugo a pris parti pour Cuba, dans des textes admirables en faveur des femmes cubaines et pour fustiger l’armée d’occupation espagnole pendant qu’en Europe il portait le fer rouge de ses vers au front de l’injustice. Le poète a su associer son talent d’écriture, ses dons de visionnaire et ses penchants humanistes pour bâtir, dans cette complétude humaine, une oeuvre par cela frappée du sceau du génie. On découvrira ici qu’avec lui, des dizaines d’autres Français glorieux ont tissé des liens (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.