RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 

La ville de New York est définitivement morte

J’adore New York. Quand je suis arrivé à New York, ce fut un rêve en train de devenir réalité. Chaque coin de rue était comme une production théâtrale qui se déroulait juste devant moi. Tant de personnalité, tant d’histoires. On trouvait toutes les sous-cultures que j’aimais à New York.

Je pouvais jouer aux échecs jour et nuit. Je pouvais aller voir des cafés spectacle. Je pouvais lancer n’importe quel type d’entreprise. Je pouvais rencontrer des gens. J’avais de la famille, des amis, des occasions. Peu importe ce qui m’arrivait, NY était un trampoline dans lequel je pouvais tomber et rebondir.

Maintenant, la ville est devenue complètement morte. « Mais NY rebondit toujours. » Non. Pas cette fois. « Mais NY est le centre de la finance. Les occasions vont s’y épanouir à nouveau. » Pas cette fois-ci. « NY a connu pire. » Non, ce n’est pas le cas.

Un groupe Facebook [Into The Unknown] [vers l’inconnu] a été créé il y a quelques semaines pour les personnes qui planifient un déménagement et qui veulent parler à d’autres personnes, ou leur demander conseil. Deux ou trois jours après son ouverture, il comptait déjà 10 000 membres.

Chaque jour, je vois de plus en plus de posts disant : « J’habite à NY depuis toujours, mais je pense que cette fois je dois dire au revoir. » J’en ai fait des captures d’écran.

Voici trois des raisons les plus importantes qui vous motivent à emménager à NYC : les occasions d’affaires, la culture et la nourriture. L’immobilier commercial et les universités souffrent également.

Et, bien sûr, les amis. Mais si tout ce que je dis ci-dessous représente ne serait-ce qu’un dixième de ce que je pense, alors il n’y aura plus autant d’occasions de se faire des amis.

Les occasions d’affaires

Le Midtown Manhattan, le quartier des affaires de New York, est vide. Même si les gens peuvent maintenant retourner au travail, les célèbres immeubles de bureaux comme le gratte-ciel de Time Life sont toujours vides à 90 %. Les entreprises ont réalisé qu’elles n’ont pas besoin de leurs employés au bureau. En fait, elles se rendent compte qu’elles sont productives sans que tout le monde retourne au bureau. Le bâtiment de Time Life peut accueillir 8 000 employés. Actuellement, il doit y en avoir 500.

« Que veux-tu dire ? » m’a demandé un de mes amis quand je lui ai dit : « Le centre-ville devrait s’appeler « Ghost Town » ! »
« Je suis dans mon bureau en ce moment ! »
« Qu’est-ce que tu fais là ? » Je lui demande.
« Je fais mes valises », répond-il en riant, « Je ferme tout. » Il travaille dans le secteur du divertissement.

Un autre de mes amis travaille dans une grande banque d’investissement en tant que directeur général. Avant la pandémie, il était au bureau tous les jours, travaillant parfois de 6 heures du matin à 10 heures du soir. Il vit maintenant à Phoenix, en Arizona. « Avant juin », m’a-t-il dit, « je n’avais jamais mis les pieds à Phoenix. » Et puis il a déménagé là-bas. Il organise toutes ses réunions sur Zoom. Je parlais à un éditeur de livres qui n’est plus en ville depuis début mars. « Nous travaillons tous bien. Je ne vois pas pourquoi nous devrions retourner au bureau. »

Un de mes amis, Derek Halpern, était convaincu qu’il ne bougerait pas. Il a posté un message sur Facebook l’autre jour disant qu’il pourrait quand même changer d’avis. Derek y écrit :

“ Au cours de la semaine dernière : J’ai vu un sans-abri perdre la tête et se mettre à attaquer des piétons au hasard. En leur crachant dessus, en leur lançant des objets et en les frappant. J’ai vu plusieurs parents célibataires avec un enfant demander de l’argent pour se nourrir. Et puis, quand quelqu’un leur donnait de la nourriture, il la leur lançait à la figure. J’ai vu un homme crier des insultes racistes à chaque race de personnes tout en chargeant puis en s’arrêtant avant d’aller trop loin. Et pire encore. Je vis à New York depuis une dizaine d’années. C’est sûr que la situation a empiré et qu’il n’y a pas de lumière au bout du tunnel. Mon parc préféré est le Madison Square Park. Il y a environ un mois, une jeune fille de 19 ans a été tuée par balle en face du parc. Je ne sais pas pourquoi. Mais pour moi une chose est claire : il est temps de quitter New York. Je ne suis pas le seul à penser cela. Rien que dans mon immeuble, le loyer a chuté de près de 3 % – plus de gens que jamais s’en vont. Alors ... Ce n’est pas encore un adieu. Mais un New-Yorkais de longue date y pense. ”

J’ai choisi son post, mais j’aurais pu en choisir des dizaines d’autres identiques. Les gens disent : « NY a connu pire » ou « NY s’en est toujours remise ». Non et non. D’abord, quand est-ce que NY a connu pire ?

Même dans les années 70 et 80, lorsque NY faisait faillite, et même lorsqu’elle était la capitale du crime aux États-Unis ou dans ses environs, elle était encore la capitale du monde des affaires – c’est-à-dire que c’était le principal endroit où les jeunes allaient pour s’enrichir et trouver des opportunités. Elle était culturellement au sommet de son art – elle abritait des artistes, du théâtre, des médias, de la publicité, de l’édition. Et c’était probablement la capitale gastronomique des États-Unis.

NY n’a jamais été confinée pendant cinq mois. Pas de pandémie, de guerre, de crise financière, jamais. En pleine épidémie de polio, quand les petits enfants, dont ma mère, étaient paralysés ou mourants – ma mère s’est retrouvée avec une jambe boiteuse – NY n’a pas connu ça.

Je ne veux pas avoir l’air de dire ce qui aurait dû être fait ou ce qui n’aurait pas dû être fait. Cette histoire est terminée. Nous devons maintenant nous occuper de ce qui reste.

Début mars, de nombreuses personnes – pas moi – ont quitté NY lorsqu’elles ont estimé qu’elles seraient mieux protégées contre le virus et qu’elles n’avaient plus besoin d’aller travailler, et tous les restaurants ont été fermés. Les gens se sont dit : « Je vais partir pendant un mois ou deux, puis je reviendrai ». Ils sont tous partis.

Et puis en juin, pendant les émeutes et les pillages, une deuxième vague de new yorkais – dont moi cette fois-ci – est partie. J’ai des enfants. Les manifestations n’ont rien fait de mal, mais j’étais un peu nerveux quand j’ai vu des vidéos d’émeutiers après le couvre-feu qui essayaient de s’introduire dans mon immeuble. Beaucoup de gens sont partis temporairement, mais il y avait aussi des gens qui partaient définitivement. Des amis à moi ont déménagé à Nashville, Miami, Austin, Denver, Salt Lake City, Austin, Dallas, etc.

Aujourd’hui, une troisième vague de personnes partent. Mais ils sont peut-être en retard. Les prix à NY ont baissé de 30 à 50 %, tant pour la location que pour la vente, quoi qu’on vous dise sur l’immobilier. Et le prix des locations s’envole dans les villes de deuxième et troisième rang.

Je vis actuellement dans le sud de la Floride, temporairement, mais peut-être de façon permanente. Ma femme, Robyn, regardait des annonces dans les environs de Miami, et elle a vu un endroit où nous n’étions jamais allés auparavant. Nous avons trouvé trois maisons qui nous plaisaient.

Elle a appelé l’agent immobilier. L’endroit n°1 venait d’être loué le matin même à 50% de plus que le prix demandé. Endroit n°2. Également loué – à des New-Yorkais (« Ils sont venus de New York pour trois heures, ont vu l’endroit, l’ont pris et sont retournés faire leurs valises »). Endroit n° 3. « Disponible ».

« Nous le prenons ! » La première fois que nous l’avons vu réellement, c’est quand nous avons pris l’avion et emménagé.

« C’est temporaire, n’est-ce pas ? » ai-je demandé à Robyn. Mais... je n’en suis pas sûr. Je commence à aimer un peu le soleil. Je veux dire, quand il est derrière les nuages. Et quand je suis dans l’air conditionné.

Mais passons à autre chose.

Résumé : les gens travaillent à distance et ne retournent plus au bureau. C’est une spirale mortelle. Plus longtemps les bureaux restent vides, plus longtemps ils le resteront.

En 2005, un gestionnaire de fonds spéculatifs est venu me rendre visite au bureau et m’a dit : « À Manhattan, on trébuche pratiquement sur les bonnes occasions dans la rue ».

Aujourd’hui, les rues sont vides.

Culture

Je suis copropriétaire d’un cabaret, le Standup NY, à l’angle de la West 78th et de Broadway. Je suis très fier de ce club et je remercie mes partenaires, Dani Zoldan et Gabe Waldman, et notre directeur, Jon Boreamayo. C’est un formidable cabaret. Il existe depuis 1986. Avant c’était un théâtre.

Une fois, Henry Winkler est passé pour parler sur mon podcast. C’est lui qui m’a dit qu’avant c’était un théâtre. Il m’a dit : « J’ai grandi à deux portes d’ici et j’avais l’habitude de jouer ici quand j’étais enfant. Ensuite, je suis allé à Los Angeles pour participer au Fonz et maintenant je suis de retour ici, en boucle, pour être sur votre podcast. Cet endroit a une histoire. »

Ce sont des choses comme cela qui se passaient à New York.

Il n’y avait qu’un pas à faire pour monter sur scène. Jim Gaffigan est tombé à plat ventre alors qu’il montait la marche. Le lendemain, dans le « Late Show » de Seth Myers, Jim a déclaré : « J’ai échoué à la seule chose que vous êtes censé faire – je ne pouvais pas me lever ! »

J’adore le cabaret. Avant la pandémie, j’y donnais des concerts toute la semaine, en plus des nombreuses autres salles de la ville. En plus, avant la COVID-19, des clubs à Chicago, Denver, San Jose, LA, Cincinnati, jusqu’aux Pays-Bas et ailleurs.
Cela me manque.

Nous avons fait un spectacle en mai. Un spectacle en plein air. Tout le monde respectait la distanciation sociale. Mais la police nous a fait arrêter. J’imagine que nous contaminions avec notre humour à un moment si sérieux. Le club fait quelque chose d’amusant : il organise des spectacles en plein air dans Central Park. C’est une excellente idée.

Dans un moment comme celui-ci, les entreprises doivent donner à la communauté, ne pas se plaindre et ne pas s’enrichir. Cela dit, nous n’avons aucune idée de la date de réouverture. Personne n’en a la moindre idée. Et plus longtemps nous fermons, moins nous avons de chances de rouvrir de manière rentable. Broadway est fermé au moins jusqu’au printemps. Le Lincoln Center est fermé. Tous les musées sont fermés.

Il y a des milliers d’artistes, de producteurs, d’interprètes et tout l’écosystème de l’art, du théâtre, de la production qui font tourner ces centres culturels. Des gens qui ont travaillé toute leur vie pour le droit de pouvoir se produire ne serait-ce qu’une fois à Broadway et dont la vie et la carrière ont été mises en suspens.

J’ai compris. Il y a eu une pandémie.

Mais la question qui se pose maintenant est la suivante : que se passera-t-il ensuite ? Étant donné l’incertitude – puisqu’il n’y a pas de réponse connue – et étant donné que les gens, les villes, les économies détestent l’incertitude, nous ne connaissons tout simplement pas la réponse. Et c’est une mauvaise chose pour la ville de New York.

En ce moment, Broadway est fermé « au moins jusqu’au début 2021 » et il est censé y avoir une « série de dates » pour sa réouverture. Mais est-ce vrai ? Nous ne le savons tout simplement pas. Et qu’est-ce que cela signifie ? Et faudra-t-il que les salles ne soit plus qu’à 25 % de leur capacité ? Les spectacles de Broadway ne peuvent pas survivre avec ça ! Et les artistes, les auteurs, les producteurs, les investisseurs, les prêteurs, les machinistes, les propriétaires, etc. pourront-ils tenir un an ?

Même chose pour les musées, le Lincoln Center et les mille autres raisons culturelles pour lesquelles des millions de personnes viennent à New York chaque année.

Restauration

Les stands de hot-dogs devant le Lincoln Center ? Terminé.

NY va mourir si nous n’autorisons pas les repas en salle dans le Midtown dès que possible

Mon restaurant préféré est fermé pour toujours. OK, passons à mon deuxième préféré. Fermé pour toujours. Troisième favori, fermé pour toujours.
Je pensais que le Programme de protection des salaires (PPP) était censé aider. Non ? Et les secours d’urgence ? Non. Les chèques de stimulation ? Le chômage ? Non et non. OK, mon quatrième favori, mais que dire de l’endroit où je commandais toujours en livraison ? Non et non.

Vers la fin mai, je me suis promené et j’ai vu que de nombreux endroits étaient fermés. Je me suis dit que c’était normal, car les manifestations entraînaient des pillages et les restaurants se protégeaient. Ils vont s’en sortir. En regardant de plus près, j’ai vu les panneaux. A louer. A louer. Partout. Avant la pandémie, un restaurant moyen n’avait que 16 jours de liquidités. Certains en avaient plus -McDonald’s – d’autres moins – le restaurant grec local. Yelp estime que 60% des restaurants aux États-Unis ont fermé. Je pense que plus de 60 % ont fermé à New York, mais qui sait ?

Quelqu’un m’a dit : « Eh bien, les gens vont vouloir venir maintenant et ouvrir leur propre restaurant ! Il y a moins de concurrence ». Je ne pense pas que vous compreniez comment les restaurants fonctionnent. Les restaurants veulent d’autres restaurants à proximité. C’est pourquoi il y a une rue à Manhattan – 46ème rue ouest entre la 8ème et la 9ème – appelée « Restaurant Row ». Il n’y a que des restaurants. C’est pourquoi il y a une autre rue appelée « Little India » et une autre appelée « Koreatown ».

Les restaurants se regroupent, et les gens disent : « Allons manger ! » Et même s’ils ne savent pas où ils veulent manger, ils vont dans la zone où se trouvent tous les restaurants. Si les restaurants ne sont plus regroupés, moins de gens sortent manger. Ils ne savent pas où se trouvent les restaurants, alors ils choisissent de rester chez eux. Les restaurants multiplient les restaurants.

Encore une fois, qu’arrive-t-il à tous les employés qui travaillent dans ces restaurants ? Ils partent. Ils quittent New York. Où sont-ils allés ? Je connais beaucoup de gens qui sont allés dans le nord de l’État de New York, dans le Maine, le Vermont, le Tennessee, l’Indiana, etc. pour retourner vivre chez leurs parents ou chez des amis ou pour vivre moins cher. Ils sont partis et sont partis pour de bon.

Et quelle personne se réveille aujourd’hui et dit : « J’ai hâte d’installer une pizzeria à l’endroit où 100 000 autres pizzerias viennent de fermer ». Les gens vont attendre un peu et voir. Ils veulent s’assurer que le virus est parti, ou qu’il y a un vaccin, ou qu’il y a un modèle commercial rentable.

Immobilier commercial

Si les propriétaires d’immeubles et les bailleurs perdent leurs principaux locataires – les façades des magasins à l’étage inférieur, les bureaux aux étages intermédiaires, les personnes aisées aux étages supérieurs, etc... Alors ils font faillite

Et que se passe-t-il lorsqu’ils font faillite ? Rien, en fait. Et c’est la mauvaise nouvelle.

Les gens qui auraient loué ou acheté disent : « Hmmm, tout le monde dit que NY revient aux années 1970, donc même si les prix sont peut-être 50% plus bas qu’il y a un an, je pense que je vais attendre un peu plus. Mieux vaut prévenir que guérir ! »

Et comme tout le monde attend... les prix baissent. Les gens voient donc les prix baisser et disent : « Heureusement que j’ai attendu. Mais que se passera-t-il si j’attends encore plus ? » Et ils attendent, et alors les prix baissent encore plus.
C’est ce qu’on appelle une spirale déflationniste. Les gens attendent. Les prix baissent. Personne ne gagne vraiment. Parce que les propriétaires sont ruinés. Moins d’argent est dépensé pour la ville. Personne n’emménage, donc il n’y a pas de mouvement sur les marchés. Et les gens qui possèdent déjà dans la région, qui peuvent se permettre d’attendre, doivent attendre plus longtemps le retour des restaurants, des services, etc. auxquels ils étaient habitués.

Eh alors, les prix vont-ils baisser suffisamment pour que tout le monde achète ?
Réponse : peut-être ou peut-être pas. Certaines personnes peuvent se permettre de s’accrocher, mais pas de vendre. Alors ils attendent. D’autres personnes feront faillite et il y aura des litiges, ce qui crée d’autres problèmes pour l’immobilier dans la région. Et les gros emprunteurs et prêteurs peuvent avoir besoin d’un renflouement quelconque ou être confrontés à une faillite de masse. Qui sait ce qui se passera ?

Universités

Il y a près de 600 000 étudiants universitaires répartis dans la ville de New York. De Columbia à NYU en passant par Baruch, Fordham, St. John’s, etc. Suivront-ils un enseignement à distance ? Les enfants seront-ils sur le campus ? Il s’avère qu’un peu des deux. Certaines universités attendent un semestre pour se décider, d’autres sont moitié-moitié, d’autres encore sont facultatives.

Mais nous savons ceci : il y a de l’incertitude, et il y a de l’hybride. Je ne connais pas d’université qui revienne totalement au système précédent. Allons c’est bon me direz-vous, dans un semestre ou deux ça pourrait aller.

Pas si vite. Disons que 100 000 de ces 600 000 personnes ne retournent pas en cours et décident de ne pas louer un appartement à New York. Cela fait beaucoup d’appartements qui vont se vider.

C’est beaucoup de propriétaires qui ne pourront pas payer leurs propres factures. Beaucoup ont acheté ces appartements d’étudiants pour avoir une rentrée d’argent. Cela va donc toucher les propriétaires, mais aussi le personnel de soutien, les banques, les professeurs, etc. En d’autres termes, nous ne savons pas. Mais cela risque d’être bien pire avant de s’améliorer.

OK, OK, NY s’en remet toujours ...

Oui, c’était le cas. J’habitais à trois blocs de Ground Zero, le 11 septembre. Le centre-ville, où je vivais, a été détruit, mais il est revenu en force en deux ans. Une telle tristesse et de telles difficultés – et puis, rapidement, cette zone est devenue la plus attrayante de New York.

Et en 2008 et 2009, il y a eu beaucoup de souffrance pendant la Grande Récession, et encore beaucoup de difficultés, mais les choses sont revenues en force. Mais cette fois-ci, c’est différent. On ne devrait pas dire ça, mais cette fois c’est vrai.

Si vous croyez que cette fois-ci n’est pas différente, que NY est résiliente – j’espère vraiment que vous avez raison. Je ne tire aucun avantage à dire tout cela. J’aime NY. Je suis né là-bas. J’y ai toujours vécu. J’y vis toujours. J’aime tout ce qui concerne NY. Je veux qu’on me rende 2019.

Mais cette fois, c’est différent. Une des raisons : la bande passante.

En 2008, la vitesse moyenne de la bande passante était de 3 mégabits par seconde. Ce n’était pas suffisant pour une réunion Zoom avec une qualité vidéo fiable. Aujourd’hui, elle est supérieure à 20 mégabits par seconde. C’est plus que suffisant pour une vidéo de haute qualité. Il y a un avant et un après. Avant : pas de travail à distance. Après : tout le monde peut travailler à distance.

La différence : la bande passante est devenue plus rapide. Et c’est à peu près tout. Les gens ont quitté New York et sont passés complètement aux mondes virtuels. Le bâtiment de Time Life n’a pas besoin de se remplir à nouveau. Wall Street peut désormais s’étendre sur toutes les rues au lieu de n’être qu’un seul bâtiment à Manhattan.

Nous sommes officiellement AB : After Bandwith [Après la bande passante]. Et pendant toute l’histoire de NY (et du monde) jusqu’à présent, nous étions BB : Before Bandwidth [Avant la bande passante]. Apprentissage à distance, réunions à distance, bureaux à distance, performances à distance, tout à distance.

C’est ce qui fait la différence.

Tout le monde a passé les cinq derniers mois à s’adapter à un nouveau mode de vie. Personne ne veut traverser le pays en avion pour une réunion de deux heures alors que vous pouvez le faire tout aussi bien sur Zoom. Je peux aller voir de la « comédie en direct » sur Zoom. Je peux suivre les cours des meilleurs professeurs du monde presque gratuitement en ligne, au lieu de payer 70 000 dollars par an pour un nombre limité de professeurs qui peuvent être bons ou mauvais.

Tout le monde a désormais le choix. Vous pouvez vivre dans la capitale de la musique, Nashville, vous pouvez vivre dans la « prochaine Silicon Valley » d’Austin. Vous pouvez vivre dans votre ville natale au milieu de n’importe où. Et vous pouvez être tout aussi productif, gagner le même salaire, avoir une meilleure qualité de vie avec un coût moins élevé.

Qu’est-ce qui vous ferait revenir ?

Il n’y aura plus d’opportunités d’affaires pendant des années. Les entreprises vont de l’avant. Les gens passent à autre chose. Il sera moins coûteux pour les entreprises de fonctionner à distance – et la bande passante ne fait que s’accélérer.

Attendez que les événements et les conférences, voire les réunions et peut-être même les espaces de bureau, commencent à se dérouler dans des réalités virtuelles, une fois que tout le monde se sera dispersé de Midtown Manhattan à l’ensemble du pays.

La qualité des restaurants commencera à augmenter dans toutes les villes de deuxième puis de troisième rang, à mesure que les talents et les compétences afflueront vers les lieux qui pourront les utiliser rapidement. Idem pour les événements culturels.

Et puis les gens demanderont : « Attendez une seconde – je payais plus de 16% de taxes d’état et de ville alors que ces autres états et villes n’ont que peu ou pas de taxes ? Et je n’ai pas à faire face à tous les autres prises de tête de NY ? » Parce qu’il y a de quoi se prendre la tête à New York. Beaucoup d’occasions. Nous les balayons sous le tapis parce que beaucoup d’autres choses sont bonnes pour les faire oublier.

NY a un déficit de 9 milliards de dollars. Un milliard de plus que ce que le maire pensait qu’il allait avoir. Comment une ville rembourse-t-elle ses dettes ? Le principal moyen est l’aide de l’État. Mais le déficit de l’État est devenu fou. Un autre moyen est l’impôt. Mais si l’on estime que 900 000 emplois sont perdus à New York et que des dizaines de milliers d’entreprises disparaissent, cela signifie que les recettes fiscales sont moindres – à moins que les impôts ne soient augmentés.

Les péages des tunnels et des ponts sont un autre moyen de rembourser la dette. Mais moins de gens se rendent au travail. Qu’en est-il des universités tenues par la ville ? Moins de gens retournent à l’université. Qu’en est-il des impôts fonciers ? Plus de gens sont en défaut de paiement sur leurs propriétés. Pour quelle raison les gens devraient-ils retourner à NY ?

J’aime ma vie à New York. J’ai des amis partout. Des gens que je connais depuis des décennies. Je pouvais sortir de mon appartement et traverser la rue et il y avait mon cabaret – et je pouvais monter sur scène et jouer. Je pouvais utiliser Uber quelques minutes et rencontrer n’importe qui ou aller jouer au ping-pong, aller au cinéma ou faire un podcast – et les gens qui passaient par là pouvaient venir sur mon podcast.

Je pouvais sortir le soir dans mes restaurants préférés et voir ensuite mes artistes préférés se produire. Je pouvais aller au parc et jouer aux échecs. Je pouvais profiter de tout ce que cette merveilleuse ville avait à offrir.

C’est fini.

James Altucher

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

17 août 2020 − Source New York Post


De Geb :

Prémonitoire... De la Grande poésie. :

Lisez ou relisez “ La Chute de la Maison Usher->https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chute_de_la_maison_Usher_(nouvelle)] ” d’Edgard Poe.

Il est évident que ce texte ne reflète que le "sentiment particulier" d’un hypster "aisé", (A la mode EU), new-yorkais.

Cependant qu’un John Doe, (Un "Monsieur Toulemonde"), parle de "déflation" peut surprendre. Il y a un an c’était un sujet tabou même dans les milieux dits "informés" de l’Economie occidentale et dans les Médias. Ca en dit long sur la situation locale et de comment la pression incite à rechercher la connaissance chez ceux qui la subissent personnellement...

Alors, si on creuse un peu , combien de drames et de misères présents ou à venir au dessous de ce cataclysme dans les classes défavorisées. "Lui" a un "outback" ou se réfugier. Les "autres"... ???

Quand on l’a lu on comprend l’utilité du choc psychologique cataclysmique crée par un "virus" au bénéfice des intérêts du redéploiement du Grand capital en déroute.

Et il ne faudra pas grand chose pour que ça s’applique bientôt aux villes européennes. On nous y prépare lentement.

»» https://lesakerfrancophone.fr/la-ville-de-new-york-est-definitivement-morte
URL de cet article 36404
   

Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.