RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Xinjiang et Ouïghours – ce que l’on ne vous dit pas (World Affairs)

« 1 million de musulmans Ouïghours dans des camps de concentration » du « nettoyage ethnique et génocide culturel ! » les médias occidentaux savent bien utiliser des phrases émouvantes – Mais quelle est la vraie histoire ? Voyons au-delà des emphases, des distorsions et du sensationnalisme.

Pour commencer, les médias ne vous montrent jamais le côté pacifique, prospère du Xinjiang , comment on y modernise les villes, en construisant 21 aéroports, en reliant les régions par des trains rapides etc. Voici une vidéo de Urumpi, la capitale du Xinjiang. Cela a l’air prospère :

Le efforts du gouvernement chinois se reflètent dans le taux de croissance du GDP de la région du Xinjiang :

En ce qui concerne la minorité musulmane, il existe des milliers de mosquées au Xinjiang, une région dont la vieille histoire remonte à 2000 ans, quand l’ancienne route de la soie reliait la Chine à l’Italie et à la Grèce, En Chine, il y a des mosquées construites au 10 ième siècle, ce qui prouve la tolérance et le respect des droits religieux de la société chinoise.

Il y a environ 20.000 mosquées au Xinjiang.

Il y a des milliers d’Imams qui gèrent les mosquées du Xinjiang, et parmi eux, voici Abudulrickv Tumyazi, le président de l’association islamique du Xinjiang, que l’on interview :

Comme d’autres régions, le Xinjiang est une région ’autonome’, c’est-à-dire qu’elle est gérée essentiellement par des Ouïghours. Ainsi le gouverneur actuel est Shohrat Zakir, un Ouïghour, depuis 2014. Voici aussi ces quelques informations précieuses : le Xinjiang est vraiment une vaste région – quatre fois la Californie ! - et les Ouïghours forment environ 40 % de la population du Xinjiang. Globalement, les Ouïghours constituent seulement 0,7 % de la population totale de la Chine. À peu près la même proportion que la population indigène des USA aujourd’hui.

Il est frappant de remarquer que les Ouïghours étaient exemptés de la règle de l’enfant unique qui sévissait en Chine depuis 1978. Voila pourquoi la population Ouïghoure du Xinjiang a doublé pendant les quarante dernières années. Voilà pour le théorie d’un ’génocide ! Les Ouïghours (et autres minorités chinoises) bénéficient également de traitements préférentiels – la discrimination positive à la chinoise- dans les études et d’autres secteurs.

Essayons d’analyser les faits. Il existe quatre types de musulmans Ouïghours :

1 les Ouïghours bien éduqués qui sont en général des musulmans modérés/séculiers
2 des Ouïghours pauvres ou de la petite classe moyenne
3 des nomades
4 des séparatistes et des terroristes

Les Ouïghours modérés/séculiers

Ce sont des musulmans de la classe moyenne ou haute qui mènent une vie ordinaire, ont des bons boulots et s’intègrent aisément dans la vie courante des chinois. Il y a même des musiciens Ouïghours, des rappeurs (here’s an example), des animateurs de télévision, des politiciens etc. chinois. Voici deux fameuses actrices Ouïghours : — Guli Nazha et Dilraba Dilmurat. Il y a aussi des acteurs Ouïghours tels que Arken Imirbaki,

Leurs enfants vont à l’école, mènent une vie ordinaire et s’amusent beaucoup avec les médias sociaux comme Tik Tok (’Douyin’ en Chine) :

Et voici un mariage de la haute bourgeoisie Ouïghoure, où il est évident que la famille a dépensé beaucoup d’argent !

Politiquement, il y a aussi des Ouïghours puissants. Comme Arken Imirbaki, qui a été vice-président du Congrès national populaire depuis 2013. Il est surtout membre du puissant Comité central du Parti communiste chinois.

Et il y a An Waer, Ouïghour, ambassadeur chinois auprès du Bharein, un pays musulman du Moyen Orient ! Vous trouverez ci-dessous les photos de Imirbaki et Waer

Et les Ouïghours servent aussi dans l’armée chinoise. Voici quelques femmes ouïgoures dans l’APL (Armée populaire de libération) :

Ouïghours de classe populaire

Il y a beaucoup d’Ouïghours de classe populaire qui ont leur propre restaurant ou magasin de souvenirs ou qui travaillent comme artistes ou artisans pour lieux touristiques. Ils ne vivent pas mal et en général ils n’ont pas d’ennuis avec le gouvernement. [voir les images sur le site original - NdT].

Les Ouïghours vraiment pauvres

Et puis il y a les Ouïghours vraiment pauvres qui vivent dans des taudis. Ce sont des cibles de choix pour le recrutement des djihadistes. Beaucoup de ces enfants ouïghours travaillent dans la rue et cirent les chaussures ou aident leur famille en faisant des petits boulots comme s’occuper des ânes, des chameaux, etc.

Quand le gouvernement chinois force ces enfants à aller à l’école, les médias occidentaux crient au crime. Quelle hypocrisie ! Si ces Ouïghours étaient aux USA, ils seraient aussi obligés d’aller à l’école. Voici une des ces écoles que le méchant Parti communiste chinois oblige le petits Ouïghours à fréquenter :

La plupart de ces enfants ne parlent pas le chinois, ce qui limite énormément leurs possibilités de travail quand ils deviennent adultes. Alors, quand on leur enseigne le chinois à l’école, la propagande occidentale crie au « génocide culturel ». Quelle bêtise !

La BBC admet que le gouvernement ’communiste’ (horreur !) a dépensé 1,2 milliards de dollars ces cinq dernières années à promouvoir ou à construire de nouvelles écoles pour les enfants du Xinjiang. Il faudrait applaudir pas diaboliser !

Le gouvernement chinois a effectué un boulot phénoménal en sortant 1,85 millions d’enfants Ouïghours de la pauvreté entre 2014 et 2017. Les médias occidentaux n’en parlent jamais.

Observez ce bref vidéo qui montre comment le gouvernement chinois a assisté une famille rurale Ouïghoure du Xinjiang en la relogeant et en procurant du travail à chacun de ses membres. Il s’agit d’un cas d’assistance vraiment égalitaire qui se concentre sur le soulagement ou la réduction de la pauvreté.

Les Uygurs nomades

Il y a aussi des Ouïghours qui gardent des troupeaux ou vivent en nomade dans cette vaste région du Xinjiang. [voir une série de photos sur l’article original è NdT]

Même si cela a l’air romantique, leurs façons de vivre semblent dater d’une autre époque. Beaucoup d’entre eux sont très pauvres et leurs enfants sont complètement analphabètes. Quelquefois le gouvernement chinois reloge des dizaines de milliers d’entre eux dans des cités en leur donnant du travail, un logement gratuit, des soins médicaux etc . Certainement, les médias US parlent dans ce cas de ’nettoyage ethnique’ (le gouvernement a aidé des millions de chinois en les sortant de la pauvreté par des projets similaires (relocation project)

Beaucoup de ces nomades apprécient leur nouvelle vie : « avec le chauffage central, le gaz, l’eau courante, Internet et la TV câblée, nous n’avons plus à nous faire du souci pour le lendemain ».

Si les parents ne souhaitent pas abandonner leur vie nomade, le gouvernement peut intégrer les enfants dans des pensionnats où ils sont logés, nourris et éduqués gratuitement.

Les séparatistes et le terroristes

La Chine n’a pas essayé d’expliquer la question du terrorisme au monde entier. Et donc, bien sûr, les médias occidentaux se sont chargé de ce récit. Ainsi CGTN a diffusé quelques documentaires - dont celui-ci - et pour bien commencer :

Histoire de la subversion occidentale

Ce qui n’est pas mentionné dans les médias courants, c’est que l’Ouest a encouragé le séparatisme dans le Xinjiang depuis les années 50 ! Quand le Parti communiste l’a emporté en 1949 (en défaisant les factions soutenues par les US, qui établirent Taïwan comme une fausse nouvelle Chine), les USA armèrent et entraînèrent des séparatistes au Tibet et dans le Xinjiang.

Des documents des services secrets révélés vers les années 1990 montrent comment les USA ont versé des millions de dollars chaque année aux dissidents tibétains, y compris au Dalai Lama. Et les USA ont aussi entraîné des guérillas tibétaines au Népal ou dans le Colorado.

Quant aux séparatistes du Xianjiang, les US importèrent beaucoup de ces extrémistes en Allemagne dans les années 70 en les aidant à organiser un mouvement pour le ’Turkestan de l’est’ Actuellement ce soi-disant ’Congrès Uyghur mondial’ (WUC) est financé et encensé par le gouvernement US avec des ONG comme le ’ National Endowment of Democracy’ (NED) qui a aussi joué un rôle essentiel dans le cas des heurts de Tiananmen en 1989 (voir see my article). Le gros de la propagande horrifique a pour origine des racontars diffusés par des membres du WUC. Il existe aussi des histoires terribles de trafic d’organes émises par la secte Falung (spread by Faluns) du prétendu Tribunal de la Chine. Le WUC est dirigé par une femme : Rebiya Kadeer, qui fut autrefois la femme la plus riche de la Chine ! Tout cela pour se plaindre de la discrimination qu’elle a subie en Chine. Pendant ce temps-là ses petites filles dans le Xinjiang montent pour elle une vidéo d’un système de métro moderne et de centre commerciaux avec des grands magasins tels que Gucci et Versace.

Fausses nouvelles et propagande d’atrocités

Quant aux allégations, on peut se rappeler cet article du New York Times ( 2014 NY Times article) qui appelait le système refuge/asile une « usine de mensonges », Il raconte que l’on avait appris à des réfugiés de la Chine et d’ailleurs à inventer des histoires horribles qu’il serait impossible de vérifier. Plus tard des agents fédéraux US enregistraient secrètement les conversations d’avocats en entraînant leurs clients à mentir. L’article concluait que « la plupart des demandes étaient au moins partiellement fausses , à partir de récits de persécution de documents contre des faits et des témoignages inventés ». Cependant, maintenant que la Chine est officiellement un ennemi géopolitique, toutes les allégations des séparatistes anti-Chine doivent être totalement crues !

Radio Free Asia (RFA) - gérée par le gouvernement américain - publie et diffuse une quantité infinie de fausses nouvelles sur la Chine et les Ouïghours. La plupart des reportages de RFA sont des affirmations purement fantaisistes et totalement infondées. Par exemple, une histoire sensationnelle récente est "La mosquée du Xinjiang a été remplacée par des toilettes". Où se trouve la photo de l’ancienne mosquée ? Où se trouve la photo des toilettes ? Aucune n’apparaît. La photo de l’article n’a aucun rapport avec l’histoire et n’est pas datée. Si ce genre de journalisme à sensation est triste, ce qui est encore plus triste, c’est que des dizaines d’autres sites web et même certains médias grand public rediffusent des articles de RFA.

Une autre source de cette propagande folle est à trouver dans les services sociaux où ils montrent des photos ou des vidéos trafiqués qui sont rapidement diffusés (ce qui révèle quel est le QI moyen des adeptes des réseaux sociaux)

* par exemple la vidéo d’un policier indonésien en train de rosser un voleur (prétendu) cela devient : « un chinois battant un musulman accusé d’être en train de lire le Coran ». Et une telle vidéo a été observée des millions de fois.

* un autre cas : la photo d’un club Sexe/Sado/Maso de Taïwan était utilisé pour prétendre que des Ouïghours étaient torturés en Chine

* dans une vidéo devenue virale en 2020, on prétendait que des Ouïghours menottés et les yeux bandés étaient conduits par des policiers. Il s’agissait en fait d’une vieille vidéo d’une autre province (Guizhou) où des non-Ouïghours (des Han) avaient « été capturés dans un cas de fraude financière massive (du genre pyramide)

Et d’autres exemples mentionnés dans la vidéo ci-dessous.

Les médias mainstream US ne font pas mieux. Ainsi Forbes voulait écrire un article sur le travail forcé dans le Xinjiang. Comme ils ne pouvaient trouver une vraie photo, ils se tournèrent sur Getty image et récupérèrent une vieille image vieille de 10 ans d’une usine de chaussures au Chili ! Aucun sens de l’éthique du journalisme !

Et que dire des photos emblématiques utilisées constamment par les médias occidentaux ces deux dernières années ? Cette photo prétendument secrète sert souvent comme première preuve de l’existence de camps de concentration.

Une photo de 2014 utilisée de manière trompeuse pour une propagande occidentale à sensations

D’abord, cette photo n’est pas la propriété secrète que de braves journalistes ou espions occidentaux ont obtenue héroïquement. Cela provient d’un site du gouvernement chinois - voici le lien (here’s the link !) Il s’agissait d’un grand événement du gouvernement du Xinjiang fièrement publié pour montrer comment il combattait l’extrémisme. Ensuite, c’était juste un programme de dé-radicalisation. La propagande occidentale en a fait un camp de concentration en mode Nazi.

1 million, 3 million, qui s’en soucie ?

Il existe ainsi une chambre d’écho de fausses nouvelles où les gouvernements US/occidentaux , think tanks et médias puisent des allégations sans preuves, leurs théories conspirationnistes et leurs mensonges. Une telle relation incestueuse est révélée dans cette brève interview de Omer Kanat, président du WUC. Il affirme à Max Blumenthal « nous estimons qu’il existe 1 million de personnes dans les camps de ré-éducation. Nous n’en sommes pas certains. C’est une estimation des médias ».

L’histoire des "camps de concentration" est apparue pour la première fois en 2018 lors des intenses négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Coïncidence ? Non, ce n’est pas une coïncidence ! Au début de 2018, Radio Free Asia (RFA) a publié pour la première fois le scoop, affirmant que 120 000 Ouïghours étaient détenus. (RFA est financée par le gouvernement américain et était ouvertement gérée par la CIA pendant la guerre froide contre l’URSS).

Alors que l’accord commercial était au point mort, les États-Unis ont augmenté la mise et porté le nombre de détenus à un million ! Ceci était basé sur une fausse étude d’un autre groupe du gouvernement américain financé par le NED, appelé China Human Rights Defenders (CHRD), qui a travaillé avec un Allemand nommé Adrian Zenz - un fanatique religieux chrétien d’extrême droite - et qui est arrivé au chiffre d’un million. Ils sont arrivés à cette conclusion douteuse après avoir (prétendument) interrogé HUIT personnes ! En gros, allez parler à des séparatistes dans des villages reculés, obtenez de belles estimations rondes (250, 500 etc.), et extrapolez/multipliez pour l’ensemble de la population ouïghoure ! Remarquez aussi qu’ils ne révèlent même pas le nom des villages. Comment les fonctionnaires chinois peuvent-ils vérifier ou réfuter ce travail bâclé ? C’est absurde, sans la moindre logique ou objectivité ! Voici le lien vers l’étude et une capture d’écran des "chiffres" :

Puis un Américain - Gay McDougall - s’est rendu à une réunion du groupe des Nations unies et a répété la prétention d’un million. Bientôt, tous les grands médias ont crié que "l’ONU dit qu’il y a 1 million de Ouïghours dans les camps". Plus tard, un célèbre "activiste" ouïgour - Rushan Abbas - s’est rendu sur Reddit et a porté le nombre à 3 millions ! Une propagande folle qui n’a pas de limite.

Les pays musulmans soutiennent la Chine

Cependant, à la consternation des propagandistes, aucun pays musulman n’adhère à cette histoire de camp de concentration. La Turquie est le pays le plus proche des Ouïghours, qui sont d’Origine turque. Le dirigeant turque Erdogan était en Chine en 2019 et il a affirmé (said) que les centres de ré-éducation de Ouïghours ne troublait en aucune façon les relations de la Chine avec la Turquie.

L’Indonésie - le plus grand pays musulman du monde - a également déclaré qu’elle comprenait la situation difficile dans laquelle se trouve la Chine pour traiter avec les séparatistes. De même, le Pakistan, le Bangladesh, la Malaisie et même l’Arabie Saoudite ont écarté les histoires sensationnelles. De nombreux diplomates et journalistes ont visité ces camps du Xinjiang et en sont sortis rassurés. Même la Banque mondiale s’est rendue au Xinjiang en 2019 et a examiné les programmes de formation professionnelle et en est revenue pleinement satisfaite !

Voici une vidéo de journalistes et de diplomates visitant une salle de classe dans un camp de rééducation du Xinjiang :

Oh, au fait, les États-Unis et l’UE ont même refusé de visiter ces camps. Il est beaucoup plus facile de rester assis et de répandre de fausses nouvelles.

En 2019, 57 pays musulmans de l’Organisation du Conseil islamique ont exprimé leur soutien à la stratégie du Xinjiang de la Chine. En 2020, 46 pays ont déclaré au Conseil des droits de l’homme des Nations unies qu’ils soutenaient la façon dont la Chine traite les musulmans et les autres minorités.

D’autres pays ont également des programmes de déradicalisation !

Un fait surprenant mais peu mentionné est que d’autres pays ont des programmes similaires ! La Malaisie, par exemple, a ses propres programmes de déradicalisation pour les combattants de l’ISIS qui reviennent de Syrie ! Quand le Kazakhstan a un programme de réhabilitation pour les personnes radicalisées, le New York Times écrit un article sympathique et fait ressembler le programme à Disneyland ! Et la France, toujours aussi tolérante, a essayé ses propres programmes de déradicalisation pour les extrémistes islamiques et a maintenant déclaré qu’elle ne permettra pas "l’Islam politique", qu’elle réprimera les séparatistes et qu’elle interdira le financement étranger des mosquées et des imams (prêcheurs) français. L’Allemagne a également des programmes de déradicalisation et même un juge américain a condamné certains djihadistes à un programme affilié à celui de l’Allemagne ! Mais les "méchants de Chine" sont obsédés par un seul pays.

D’ailleurs, la Chine a déclaré fin 2019 qu’elle avait fermé tous ces centres de réhabilitation/formation professionnelle. Mais la campagne de diffamation occidentale continue...

Une remarque importante…

Une autre perspective historique : après la fin de la guerre des Mujahideens en Afghanistan, beaucoup de leurs combattants se rendirent en Asie centrale et la maladie du Wahhabisme s’est étendue jusqu’au Xinjiang,

En 2002 (et plusieurs fois depuis), les Nations Unies ont appelé officiellement le ETIM (Mouvement islamiste de l’Est Turkestan) comme organisation associée à Al Qaeda, et plus tard ce groupe s’est renommé en ’Parti islamique du Turkestan’ (TIP), mais c’est toujours la même organisation terroriste.

Ironiquement ou hypocritement, les US bombardent périodiquement des Ouïghours jihadistes d’Afghanistan (US periodically bombs Uyghur terrorists) et ils emprisonnent même certains Ouïghours terroristes à Guantanamo ! (Uyghur terrorists in Guantanamo).

De 2008 à2015, il y a eu de nombreuses attaques terroristes par les Ouïghours jihadistes (here’s an example) à l’intérieur de la Chine. Même pendant les jeux olympiques de Beijing en 2008, les Ouïghours terroristes ont lancé des attaques terroristes( launched suicide bombings) au Xinjiang. Alors la Chine s’est décidée à riposter. Et c’est aussi pour cette raison que la Chine a banni Twitter, Facebook et Google, qui étaient encore actifs jusqu’en 2009 (launched suicide bombings)(operating in China until 2009). Quand la Chine a demandé des données sur les émeutiers (rioters) et les jihaddistes, les sociétés de médias sociaux ont refusé. Oui, les médias US et les médias sociaux sont des instruments des révolutions de couleur et du complexe militaro-espion.

Ajoutons que durant le pic de la guerre syrienne (Syrian war,) environ 18000 musulmans Ouïghours radicalisés se sont rendus en Syrie (18,000 radicalized Uyghur Muslims went to Syria) et se sont joints à ISIS pour combattre Assad.

Conclusion

Le Xinjiang est très impliqué économiquement. La Route de la soie (BRI) développe des milliers de trains de marchandise et de camions pour transporter des marchandises entre la Chine et l’Europe, chaque année. La plupart traversent le Xinjiang. Il existe beaucoup de pipelines transportant du pétrole ou du gaz à travers l’Asie centrale et donc le Xinjiang, pour dynamiser l’économie industrielle chinoise. Un Xinjiang instable causerait un chaos indescriptible dans la Chine industrielle.

Le gouvernement chinois essaie d’aider les pauvres et de combattre les jihadistes simultanément. Pendant que l’Ouest verse des larmes de crocodile, les Ouïghours dansent et chantent dans l’émission « les Ouïghours ont du talent ».

Ainsi, si vous vous rendez sur ’You Tube’, vous trouverez de nombreuses chaînes Ouïghours, avec des chants modernes ou traditionnels, des séries télévisées, des émissions-débats, des jeux etc. Vous pourrez trouver dans ces sites plus d’informations : Yurtum TV, Uyghur Beauty, Diyarim Media, Uyghur Telewiziyesi, Uyghur Songs, ainsi que Uyghur Song. Il y a aussi des pages Pinterest comme celle-ci qui montre une belle et florissante culture ouïghoure.

Un très bonne vlogueuse est "Anni du Xinjiang". Elle voyage dans tout le Xinjiang et visite les magasins, les restaurants et même les maisons des gens ordinaires. Bien qu’elle parle en chinois et en ouïgour, ses vidéos sur la chaîne YouTube sont de merveilleuses ressources.

Pour conclure, j’ajouterai que les US doivent mieux gérer leur politique étrangère, qui est en ce moment fondée sur le chaos, la confrontation, les guerres et les stratégies de diviser-pour-mieux-régner, et une propagande sans fin. Les USA ont besoin d’une approche plus positive basée sur la coopération, la concurrence cordiale et une politique éthique.

Traduction par Jabberwoky, revue et complétée par VD, pour le Grand Soir avec sûrement quelques fautes et coquilles

URL de cet article 36402
   

Même Thème
Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La communication est à la démocratie ce que la violence est à la dictature.

Noam Chomsky

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.