RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Synthèse de la lettre ouverte aux élus nationaux à propos du Linky

Synthèse de la Lettre ouverte aux représentantes et représentants de la Nation au sujet du compteur/capteur connecté Linky. Aux représentantes et représentants de la Nation, surchargés de dossiers, nous vous proposons cette synthèse (2 pages) de notre Lettre ouverte que vous pouvez lire en 2 minutes chrono !

Pourquoi sommes-nous opposés au déploiement du compteur Linky ?

Très autoritaire Linky...

Le compteur Linky a été imposé aux usagers suite à la Loi relative à la transition énergétique du 17/08/2015. Or, il n’est nullement obligatoire, comme le précise le jugement de la chambre d’appel de Bordeaux (17/11/2020) : « Le Linky est le résultat d’un choix technico-commercial qui ne saurait être imposé à l’abonné ». L’obligation d’acceptation du compteur par un particulier ne se trouve nulle part dans la loi ! Malgré cela, de nombreux usagers ont été malmenés, harcelés, menacés pour se voir imposer le Linky !

Très intrusif Linky...

L’activation d’un compteur connecté non librement désactivable par l’usager, en permettant la communication de nos données privées, viole un droit fondamental, présent dans La Déclaration des droits de l’homme : « Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile... ». Avec Linky, on peut savoir combien de personne vivent dans le logement et connaître leurs habitudes de vie !

Très énergivore Linky...

Le système Linky consomme énormément d’électricité (capteurs, concentrateurs, antennes, data centers) et a un bilan carbone catastrophique (énergie et matières extractives fossiles). La longévité d’un compteur Linky ne dépassera pas 15 ans, à comparer avec les 50 à 80 ans de durée de vie des anciens compteurs, envoyés à la casse par milliers ! A l’heure de la lutte contre l’obsolescence programmée, de la durabilité, du réchauffement climatique, est-ce bien raisonnable ?

Très cher Linky...

Un « investissement coûteux », nous dit la Cour des comptes, dans son rapport du 07/01/2018. Avec le risque que la facture s’alourdisse encore plus pour l’usager, devenu « client consom’acteur » dans un contexte de privatisation du service public de l’électricité qui fait grimper les prix.

Très dangereux Linky...

Le courant porteur en ligne (CPL) du Linky, en se superposant au courant alternatif 50 Hertz du réseau électrique, émet un rayonnement électromagnétique potentiellement dangereux pour la santé. Mais, nous direz-vous, tout ceci n’est pas prouvé... Pas prouvé ? Que fait-on des nombreuses études médicales indépendantes témoignant de la nocivité des fréquences présentes dans le système Linky ? Que fait-on alors du principe de précaution ? Aujourd’hui, de nombreux témoignages, notamment de personnes électrohypersensibles (EHS), attestent de multiples souffrances occasionnées par le Linky (migraines, fatigues, insomnies...).

Très piratable et peu fiable Linky...

Selon la revue Canard PC ou Philippe Wolf, chef de projet à Saclay, le compteur Linky peut être facilement hacké. Inquiétant, non ? Par sa conception, sa fiabilité est plus que discutable.

Ce que nous réclamons :

Préservation de notre santé, de nos libertés, respect de la vie privée, sobriété, lutte contre l’obsolescence programmée, durabilité, fiabilité, sécurité, simplicité, faible coût du système pour l’usager et la collectivité, service d’intérêt public, le système Linky ne remplit aucune de ces cases ! Aussi nous réclamons :

1. Le respect du droit au refus et la désinstallation rapide de toutes les poses forcées 
2. La désinstallation immédiate pour les personnes EHS, mais aussi dans les crèches et les écoles
3. En application du principe constitutionnel de précaution et pour ne pas accroître davantage la pollution électromagnétique, la désactivation et l’abandon du système CPL qui contamine tous les logements, y compris de celles et ceux n’ayant pas le Linky, ainsi que l’arrêt des liaisons de téléphonie mobile pour l’envoi des données. Supprimer le CPL permettrait, en outre, d’économiser le proche renouvellement de 700 000 concentrateurs à courte durée de vie, particulièrement coûteux !
Liberté de choix totale :
• Celles et ceux qui refusent le compteur connecté pour des raisons de sobriété écologique et énergétique auront des compteurs « classiques » plus robustes.
• Celles et ceux qui souhaitent un communicant passeront par la fibre, sanitairement neutre, difficilement piratable, plus fiable, rapide et sobre.
4. Aucune pénalité pour les usagers conservant leur compteur non communicant.
5. Libre choix d’avoir un non-communicant à son domicile ou lors du changement de domicile. Refus de se voir imposer un communiquant lors d’une panne. Ce qui veut dire, imposer à ENEDIS de conserver des compteurs non communicants.
6. Nous demandons à ce qu’ENEDIS reste dans le giron public et que cette entité soit ramenée au plus vite à la raison au sujet du très problématique système Linky !
7. Vous venez de voter le retour au tarif réglementé pour les collectivités locales, PME, artisans et boulangers, mais ne faudrait-il pas sortir au plus vite l’électricité du marché européen et revenir à un authentique service public ?

Nous attendons, avant les élections de juin 2024, une réponse précise aux 7 points énoncés avec promesse d’engagement de la part des député.es, des chefs de groupe parlementaires comme des principales et principaux candidat.es aux élections européennes. La réponse (ou non réponse) des différents groupes politiques et des candidat.es sera diffusée dans le pays auprès des associations, collectifs, maires critiques du système Linky qui ont exprimé leurs légitimes doléances, ainsi qu’aux médias.

Une copie de cette lettre ouverte est transmise aux chefs de groupes sénatoriaux et à la presse. Une autre, bilingue, parviendra à la Cour Européenne des droits de l’Homme, aux diverses associations indépendantes soucieuses de la santé et de l’écologie, qui se posent, depuis un regard étranger, beaucoup de questions sur les dérives de plus en plus autoritaires et technocratiques de notre pays.

Pour plus d’informations, ci-joint la Lettre ouverte détaillée (10 pages)
https://ti1ca.com/m9mry5rk-lettre-ouverte-a-la-Representation-nationale-lettre-ouverte-a-la-Representation-nationale.pdf.html

Précision : lundi je mets au courrier POSTAL ce texte, en direction des plus de 50 journaux de France.

URL de cet article 39548
  

Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou
"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu." On a tous déjà manifesté des dizaines de fois. On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.