RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Syrie : de la Responsabilité de protéger…

À l’occasion d’une réunion informelle de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 8 septembre 2015, deux hauts responsables de l’Organisation ont appelé les États à traduire la reconnaissance de leur responsabilité de protéger (R2P) les populations contre les crimes internationaux les plus graves en actions concrètes, nous dit le Centre d’actualités de l’ONU, version française [1].

Voici la réponse du Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations unies, le Docteur Bachar al-Jaafari.

La délégation syrienne déplore que certains des États membres ayant approuvé la « Responsabilité de protéger », telle qu’elle a été définie au Sommet mondial de 2005 [2][3], l’aient transformée en un nouvel instrument pouvant justifier leur ingérence dans les affaires d’autres pays pour servir leurs intérêts étriqués et égoïstes, ce qui l’a décrédibilisée comme tant d’autres idées innovantes censées servir la morale et l’humanité.

Avec la délégation de mon pays, nous insistons sur les points suivants :

  • Premièrement : la responsabilité de protéger les populations contre les crimes internationaux les plus graves, incombe au premier chef à l’État concerné.
  • Deuxièmement : son but est de renforcer la souveraineté nationale, non de la saper ; l’idée même de cette « Responsabilité de protéger » n’ayant pas été proposée pour autoriser quiconque, au niveau international, à imposer ses exigences et ses solutions à d’autres états membres afin de modifier leurs régimes de gouvernance par invasion militaire, occupation territoriale, soutien de groupes terroristes armés, qualifiés ici d’« éléments armés non étatiques ».
  • Troisièmement : il est inacceptable de politiser la question de la protection des civils de manière arbitraire et d’exploiter leurs souffrances pour légitimer des actions contraires à la Charte et aux résolutions des Nations Unies.

Monsieur le Président,

Si nous revenons sur le mode d’application de cette « Responsabilité de protéger » au cours des dix dernières années, nous ne pouvons qu’en constater la partialité et la politisation scandaleuses, associées à une indulgence systématique à l’égard des crimes abominables commis par les forces d’occupation américano-britanniques en Irak, par les autorités israéliennes contre le peuple des territoires arabes occupés en Palestine et dans le Golan syrien, par les forces d’intervention étrangères en Libye sous le prétexte de la protection des civils, et par le régime saoudien contre les civils yéménites.

Ces pratiques ont mis en évidence son effet contraire quant à la protection escomptée, ainsi que son exploitation comme prétexte de tueries « humanitaires » visant à renverser des gouvernements, à changer des régimes et à transformer des États membres de cette Organisation internationale en États faillis et en centres d’exportation du terrorisme, comme c’est le cas de la Libye d’aujourd’hui.

Concernant la Libye, je salue le fait que, dans son rapport, le Secrétaire général ait reconnu les conséquences de la mauvaise application de cette « Responsabilité de protéger », bien que cette reconnaissance soit tardive.

Ce qui n’est pas le cas pour mon pays, la Syrie, puisque les rapports du Secrétaire général évitent encore aujourd’hui d’aborder le considérable soutien, toujours consenti, au gouvernement légitime syrien par des États membres que vous connaissez tous, en lui expédiant des dizaines de milliers de combattants terroristes étrangers en provenance de plus d’une centaine de pays, pour qu’ils commettent les crimes les plus odieux et les plus horribles contre ses citoyens et travaillent à la destruction de ses institutions et de ses installations publiques. Certes, ce n’est pas là le soutien auquel s’attendaient les chefs d’États et de gouvernements lors du sommet de 2005.

Ce qui n’est pas non plus le cas lorsque les rapports du Secrétaire général continuent à ignorer l’obstruction par certains gouvernements d’une solution politique et pacifique de la crise syrienne, ainsi que leurs efforts pour la prolonger et l’attiser ; ce qui ajoute à la souffrance des Syriens et menace la stabilité de la région et du monde.

Pour terminer, Monsieur le Président,

Voilà que les citoyens de mon pays payent le prix des mauvaises politiques de ladite communauté internationale. Les voilà qui sont devenus les proies des bandes de trafiquants et de la traite des êtres humains. Ils risquent leur vie sur les embarcations de la mort pour fuir la cruauté des organisations terroristes, commandées et soutenues à un niveau international, et pour échapper aux mesures coercitives unilatérales décrétées par certains États membres contre mon pays, les privant des moyens de vivre et de gagner leur vie.

Et voilà que nombre de pays, qui se vantent de leur attachement à la « Responsabilité de protéger » et aux droits humains, leur ferment leurs portes, certains ne prenant même pas la peine de les sauver, les abandonnant à leur triste sort en mer Méditerranée.

Ce qui, une fois de plus, nous pousse à affirmer que les problèmes qui entravent le travail de l’Organisation des Nations Unies ne sont pas dus à des défauts de procédures ou de concepts, mais sont en rapport avec la politisation, le parti pris et les deux poids deux mesures, désormais les marques dominantes de cette organisation.

Merci, Monsieur le Président.

Dr Bachar al-Jaafari

Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations unies

08/09/2015

Source : Vidéo Al-Ikhbariya

https://www.youtube.com/watch?v=MnhGsw7ojZk&amp ;feature=youtu.be

Transcription et traduction par Mouna Alno-Nakhal

Notes :

[1] L’ONU appelle les Etats à traduire leur responsabilité de protéger les populations en actes

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=35516#.Ve_51pfjuzQ

Extrait :

« Les dirigeants ne peuvent désormais plus prétendre que la souveraineté nationale l’emporte sur toutes les autres préoccupations, ou se cacher derrière des excuses telles que des circonstances nationales ou des menaces sécuritaires exceptionnelles » aurait déclaré M. Ban… « Malgré cette reconnaissance de la responsabilité des Etats, le chef de l’ONU a pointé les échecs répétés de la communauté internationale à protéger les populations les plus vulnérables »…

[2] Document final du Sommet mondial de 2005

http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/60/1

[3] La responsabilité de protéger [en bref]

http://www.un.org/fr/preventgenocide/adviser/responsibility.shtml


URL de cet article 29231
   

George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je crois vraiment que là où il y a le choix entre la couardise et la violence, je conseillerais la violence.

MAHATMA GANDHI

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.