RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Taylor-Cahuzac même combat

Maurice Taylor, un bonheur pour qui sait comprendre et exploiter ses déclarations pourries mais objectivement claires !

«  Votre gouvernement a laissé les barjots du syndicat communiste détruire les emplois  » vient d’écrire Maurice Taylor, le fabuleux patron de la firme étasunienne de pneus, Titan, au ministre franchouillard qui a dit : «  inévitable est la fermeture de l’usine PSA à Aulnay-sous-Bois  » (RTL le 05 02 2013)

Beaucoup diront dans nos média « Taylor provocateur ! » alors que c’est la nature même du capitalisme qui éclate au grand jour une fois de plus, au moment où il se sent en perdition à cause de la crise qu’il a lui-même enfantée, et que c’est la réalité des patrons des grandes firmes et des monopoles qui n’hésitent jamais à détruire et à provoquer la classe des travailleurs… car ils ne peuvent pas dire qu’ils ne connaissent pas les conditions d’exploitation.

Alors n’hésitons plus à rappeler ce qu’écrivait Karl Marx dans Le Capital : «  Le capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le capital devient hardi. A 20% il devient enthousiaste. A 50% il est téméraire. A 100% il foule au pied toutes les lois humaines et à 300% il ne recule devant aucun crime  ».

Rappelons aussi ce qu’avait dit le milliardaire étasunien Warren Buffett : «  Il y a une guerre des classes aux États-Unis, d’accord, mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre. Et nous sommes en train de gagner  » (interview sur CNN le 25 05 2005 et New York Times du 26 11 2006) ["There’s class warfare, all right, but it’s my class, the rich class, that’s making war, and we’re winning."]

Et les travailleurs diront «  salaud ! Nous on t’emmerde, connard de patron !  »… Et certes ils auront raison, mille fois raison. Mais le pire des mépris de notre classe sociale à son encontre serait de lui dire « merci Maurice ! » - « merci Maurice pour cet éloge aux barjots communistes du syndicalisme de classe et de masse »… et sic à Jérôme Cahuzac : « La lutte des classes… Vous, vous y croyez toujours et moi je n’y ai jamais cru » ( 08 01 2013 France 2)

En effet, quand Maurice Taylor provoque avec ses propos offensants pour nous mais objectivement sincères sur : « le coût de la main d’oeuvre en Chine à 1€ de l’heure », sur « le syndicalisme communiste », sur « le nombre d’heures de travail » ou quand il dit : «  Quand j’ai visité l’usine j’ai remarqué que les ouvriers travaillaient, aussi bien qu’ailleurs, pendant trois heures, mais après, le reste du temps, ils avaient leur pause d’une heure et puis ils bavardaient, ils glandaient  »… c’est une propagande inespérée pour ceux qui veulent se débarrasser, comme nous, du capitalisme.

Avec de tels propos, qui résonnent dans nos têtes de travailleurs comme des insultes, Maurice Taylor permet de dévoiler au grand jour, pour celle et ceux qui ont été lobotomisés par les média et trahis par des syndicats jaunes, la véritable nature du capitalisme.

Maurice Taylor dit tout haut qu’il est prêt à tout et au pire pour exploiter les peuples travailleurs et les broyer avec leur syndicat.

Et comme un « con », mais c’est du bonheur en boîte, il nous offre une tribune gratuite pour montrer aux travailleurs d’ici et du monde, que la Classe Ouvrière de France, cosmopolite, si elle est unie et organisée dans un syndicalisme de lutte de classes, a cette capacité de faire peur aux capitalistes qui ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent et quand ils veulent, sans qu’il n’y ait un affrontement direct avec les travailleurs.

Quand Maurice Taylor renchérit en disant : «  Vous allez finir comme la Grèce, c’est une question de temps  » et ajoutant comme pour en remettre une couche : «  le meilleur lieu de production en Europe, c’est l’Angleterre, eux ils font le boulot, et ils n’ont pas d’imbéciles au gouvernement ni de syndicats barjots  » et patatras ! v’là que Moodys’ déclasse les GB... il nous ouvre les esprits et les portes de la compréhension sur le modèle politique qui nous pend au nez si nous entrons dans la compromission avec le capitalisme, et si les travailleurs laissent faire pour devenir un peuple de précaires et de pauvres.

Aussi, Maurice Taylor, plus que 1000 discours, nous éclaire sur ce que le gouvernement à la tête de la France entend mettre en place sur demande patronale et avec la bénédiction des syndicats jaunes, avec le projet de transposition de l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, dans une loi rétrograde qui ne sert que les intérêts des capitalistes et les demandes des actionnaires en attente de nouveaux juteux et prodigieux bénéfices.

URL de cet article 19473
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.