RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Témoin à décharge

Du fait de la crise sanitaire, nous entendons des critiques appuyées sur les actions des autorités qui sont accusées, entre autre, de légèreté, d’impréparation, d’incompétence, voire de bêtise. Et je voudrais faire remarquer aux détracteurs qu’ils font erreur.

Les détracteurs partent probablement du principe que les autorités d’un pays ont pour fonction de protéger la population, lui assurer des conditions correctes d’existence, de la protéger contre le danger, voire de lui assurer le confort. Mais tout cela n’est qu’illusions. Le travail attendu des autorités en occident est de laisser fonctionner la « Main Invisible du Marché », c’est à dire de débarrasser la société de tout cadre juridique qui empêche justement ladite Main de manœuvrer comme elle le souhaite. La « Main Invisible du Marché » n’a que faire du confort de la population qui est uniquement un objet destiné à générer des profits de quelques manières que ce soit, faire de l’argent, pour l’entasser, bien au chaud, dans les paradis fiscaux. Le reste n’est que littérature et rêves.

Mais, pourrions-nous dire, il s’agit d’intérêt public, de santé publique. A cela, la réponse est limpide : la Main ne reconnaît pas l’intérêt public et ne se soucie donc pas de la santé publique. Pour comprendre pourquoi les autorités en charge de diriger un pays pourraient ne pas se préoccuper des intérêts de ce pays et du bien-être de la population, il faudrait analyser comment cela s’est passé avec le temps. Il faudrait décrire la disparition de l’État. Et cette question déboucherait sur les instances supra-nationales dont le rôle déterminant dans ce processus reste, après bien des années, encore ignoré par un grand nombre de personnes.

Ainsi, ce qu’on prend pour de l’impréparation dans une crise sanitaire révèle tout son sens : il s’agit au contraire de ne rien faire qui puisse gêner la Main. D’ailleurs, la stratégie profonde qui a prévalu dans notre pays jusqu’au premier tour des élections, est bien celle qui consistait à laisser faire, mis à part les regroupements en grand nombre, et même envoyer se tasser les électeurs dans les salles de vote. A ce stade, le détachement vis-à-vis du sort de la population était tout relatif.

Un doute tardif semble avoir percé chez les autorités. Devant le drame des vies qui allaient disparaître, il y avait fort à craindre que certains voudraient chercher des responsabilités. Or, les autorités avaient suivi un chemin tout tracé, sans s’intéresser aux moyens des hôpitaux, aux protections individuelles, sans préparer des moyens sérieux de dépistage et sans se préoccuper de médicaments. Continuer dans cette direction aurait été assez imprudent à terme. C’est probablement pourquoi le confinement a été décidé en catastrophe. Et désormais la réponse sera simple : « Nous n’avons hésité devant aucun moyen et avons confiné la population », ce qui est effectivement un moyen exceptionnel. Seuls des esprits chagrins pourraient faire remarquer que le confinement n’a pas pour but d’empêcher le développement de la maladie, et le nombre de décès, directement liés à la capacité du système de santé du pays, mais seulement de limiter le nombre de cas simultanés. Le virus attendra sagement quelques semaines supplémentaires pour se répandre. Le confinement sert à limiter l’ampleur du drame qui se joue dans les hôpitaux où les soignants abandonnés à eux-mêmes font ce qu’ils peuvent, sans les moyens dont on les a privés des années durant, au prix de leur vie, pour sauver leurs semblables. Donc, le revirement et le confinement s’analysent aussi comme une habile stratégie de défense qui démontrent l’intelligence des autorités.

Un entretien très intéressant avec le porte parole des médecins urgentistes, (1), le 29 mars 2020, nous apprend que la France vient de créer en urgence 5 000 lits d’hôpitaux alors qu’elle en a supprimé 100 000 durant les 15 dernières années. L’arrêt du pays est donc la preuve de l’ampleur des mesures, prises pendant plus d’une décennie, pour affaiblir la puissance publique, ici dans le domaine de la santé.

Voyons ce qui se joue autour des médicaments dans notre pays. Une épidémie particulièrement virulente fait son apparition. Elle prend le pays au dépourvu. Un chercheur en médecine de haut niveau se présente avec une solution pratique de traitement. Et que constatons-nous ? On tire à vue sur le chercheur, on lui jette des ordures à la figure au lieu de le remercier. C’est incompréhensible si on perd de vue que la Main a sans doute d’autres intérêts. Seul compte la possibilité de faire de l’argent en toutes circonstances et le médicament proposé gêne probablement d’autres projets.

Les autorités proclament qu’elles sont en guerre, mais l’ennemi ne paraît pas être le virus. L’ennemi sont les lois que la population s’est forgée au fil du temps pour se protéger de la Main. C’est bien en effet ce qu’on pourrait déduire de l’une des premières mesures sanitaires prise dans notre pays, consistant à s’attaquer à la « loi des 35 heures », aux congés payés, à la durée hebdomadaire du temps de travail – dans un pays rongé par le chômage. Donc les autorités paraissent bien démontrer, à qui veut le voir, leur intelligence à effacer avec efficacité, tout ce qui protège la population contre la Main et accessoirement, à se préoccuper d’un problème de santé publique.

Enfin, les déclarations des autorités qui pourraient passer pour du doute résultent également d’un mauvais éclairage. Si les autorités donnent l’impression de critiquer momentanément telle ou telle structure supra-nationale qui a justement pour but de garantir à la Main de fonctionner à sa guise, c’est pour faire diversion. Ce n’est ni revirement ni autocritique. Cela sert seulement à faire croire que, sous la pression des événements, les autorités considéreraient soudain que les intérêts de la population sont supérieurs. On peut en douter. Seule compte la Main et nous continuerons probablement à voir les autorités fonctionner de manière identique.

En toutes circonstances, il importe donc, pour les autorités, de continuer à paraître dépassées et peu éclairées, de crainte de voir des circonstances atténuantes disparaître. Donc, reconnaissons chez les autorités, une haute intelligence et une remarquable capacité à manœuvrer. Elles paraissent agir comme si elles prenaient soudain fait et cause pour les populations, certes avec maladresse, mais elles poursuivent de manière imperturbable, encore et toujours, le même but.

René Lamertume

Notes

Christophe Prudhomme, interrogé par BFM TV ↩

19 avril 2020

»» https://lesakerfrancophone.fr/temoin-a-decharge
URL de cet article 36019
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Avant, il y avait la tomate. Puis, ils ont fabriqué la tomate de merde. Et au lieu d’appeler la tomate de merde “tomate de merde”, ils l’ont appelée “tomate”, tandis que la tomate, celle qui avait un goût de tomate et qui était cultivée en tant que telle, est devenue “tomate bio”. À partir de là, c’était foutu. »

Inconnu

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.