Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Totalitarisme En Marche : maintenant le cahier d’été !

Décidément le Macron n’a plus de limite ! Après l’écrasante majorité de députés LREM élus avec une abstention record, après le rejet systématique de leur part des amendements présentés par l’opposition, après la volonté du parti d’avoir son propre média (en plus d’avoir à sa botte tous les autres), découvrez le cahier d’été d’En Marche avec « un poster à colorier inclus », œuvre de propagande visant à endoctriner la jeunesse.

Nous n’apprécions guère le concept de « totalitarisme » pour un certain nombre de raisons, notamment parce qu’il sert pour l’idéologie dominante à amalgamer fascisme et communisme. Mais, très franchement, est-ce que nous ne pensons pas à ça quand on voit les agissements de LREM ? Non, bien sûr, certains diront, Macron c’est le sauveur, un homme de progrès et de liberté ! Il est pragmatique, pas idéologue !

Nous qui ne partageons pas cette opinion avons donc décidé d’analyser ce petit cahier d’été, distribué aux adhérents le lundi 31 juillet ou disponible gratuitement sur le site d’En Marche.

Alors commençons par l’édito. Celui-ci commence par une phrase laconique :

« Pourquoi un cahier d’été ?

Parce que c’est l’été. »

Ensuite on a le droit à quelques définitions de ce que représente l’été (non, pas un moyen de poignarder le bon peuple pendant qu’ils sont en vacances, bande de mauvaises langues) et un appel à distribuer le cahier aussi efficacement que possible.

Pages 6 et 7. On a d’abord un bon gros « MAKE OUR PLANET GREAT AGAIN », le français étant une langue semble-t-il démodé (on y reviendra plus tard). A côté nous avons le droit à une page où les fans de « Jupiter » rappellent les engagements pris par Macron en matière d’environnement et sa volonté de mettre la France comme nation porteuse de la COP21 suite au départ des Etats-Unis de l’Accord de Paris.

Pages 8 et 9. A gauche, on a quelques chiffres sur des choses bien gentilles comme « 100 millions c’est le nombre de personnes qui risquent de basculer dans l’extrême pauvreté en cas d’inaction face au réchauffement climatique » -ce qui peut paraitre soit insultant, soit amusant, vu le carnage préparé du Code du travail- ou « 129 millions c’est le nombre d’hectares de forêts perdus depuis 1990, soit environ deux fois la superficie de la France ». Première remarque, ces chiffres sont décontextualisés. Ainsi, ils n’ont plus d’origine, c’est quasi-naturel, divin. Deuxième remarque, on oublie complètement les causes de cette dégradation de l’environnement, c’est-à-dire le système capitaliste, un vaste système de brigandage des hommes et de la terre, dont la logique de profit va jusqu’à tuer à petit feu la planète sur laquelle vit l’espèce humaine. A titre d’exemple, rappelons que la société EXXON MOBIL avait engagé, il y a des années, des chercheurs pour étudier le réchauffement climatique et, devant les résultats, a tout fait pour cacher cette vérité, quitte à engager des chercheurs climatosceptiques à sa botte. Bien sûr, on pourrait citer d’autres exemples. Lutter main dans la main avec Total contre la dégradation de l’environnement, c’est l’esprit de la COP 21 ! Il est donc illusoire d’attendre quelques choses de cette conférence, contrairement à ce que pensent les adhérents de LREM, car c’est le système d’accumulation capitaliste le problème, et ce n’est donc pas avec certains de ses plus éminents représentants que l’on peut faire quelque chose.

Pages 10 et 11. Nous avons le droit maintenant à un petit quizz idiot du nom de « Quel(le) engagé(e) es-tu ? » J’invite très sincèrement à lire les questions et les réponses sur la photo au-dessus car il faut le voir pour le croire. En résumé il s’agit d’un tas de question apolitique cherchant à passer outre certains clivages, malgré le fait que cela serve en réalité un camp bien précis. Que veut dire le mot « engagement » ici ? Et bien ce n’est bien sûr pas l’engagement politique -et encore moins révolutionnaire- mais l’engagement associatif.

Parlons-en justement de l’engagement associatif. Actuellement la jeunesse est la classe d’âge ayant la plus forte augmentation en termes d’engagement associatif (32% en 2013). La première cause d’engagement est l’environnement (27%), ce qui donne un autre regard sur la communication de LREM au sujet de la COP 21. 52% de la population accorde confiance aux associations, alors que les partis, les médias et les syndicats sont relativement détestés. On remarque aussi que ce type d’engagement touche davantage les jeunes de milieu favorisé, qui ont fait des études ou ont un emploi*, tandis que les jeunes marginalisés sont assez réticents à un engagement. Les jeunes engagés semblent vouloir faire évoluer le monde vers plus de solidarité, tout en ayant en horreur le monde politique actuel, souvent caricaturé. A côté de ça, certains jeunes prennent conscience que le milieu associatif leur permet d’acquérir des compétences transférables dans le milieu de l’entreprise, ce qui signifie qu’il devient un engagement valorisable pour le capital.

Nous pensons que cette popularité du « Tout-associatif » est critiquable et à plus d’un titre. Premièrement, c’est travailler sur les conséquences et non sur les causes, or si on veut, au hasard, régler réellement le problème de la pauvreté, il faudrait davantage s’intéresser au système qui le provoque plutôt qu’à chercher à en combler les lacunes. Deuxièmement, c’est un refus pur et simple du travail à long terme au profit d’une action momentanée. Troisièmement, n’importe quel esprit un tant soit peu critique, se poserait des questions devant toute la propagande faite en faveur des associations par les politiciens aussi bien que les riches. Le monde associatif sert pour l’Etat à se désengager des services sociaux en faisant faire le sale boulot à d’autres et à demander d’être philanthrope à ceux qu’on n’impose pas ! Quatrièmement, le mouvement associatif agit comme un remplacement (de mauvaise augure) du mouvement ouvrier qui avait pour but de transformer ce monde, et pas de le rendre un peu plus solidaire en allant faire de l’aide au devoir dans un quartier défavorisé.

Pages 12 et 13. Encore un quizz ! « Parles-tu ‘’Macron’’ ? » Une tentative d’autodérision sur les petits mots sorti par « Jupiter » tel le fameux « poudre de perlimpinpin ». Et page 13 deux petits tweets, notamment avec Cédric Villani.

Pages 14 et 15. Quelques citations d’auteurs dont, malheureusement pour lui, le grand communiste Aragon et quelques conseils culture à amener en vacances, comme le film Demain, connu pour présenter des « alternatives » écologiques mais en restant dans le système capitaliste.

Page 16. Nous avons le droit à une interview de Jean-Michel Blanquer, le ministre qui veut un bac « plus musclé ». Il souhaite une « école de la confiance », qui doit permettre d’acquérir des savoirs fondamentaux, c’est-à-dire : qu’ils soient utilisable pour l’entreprise**. Il parle aussi de son projet de dédoubler les classes de CP afin d’avoir moins d’élèves pour un professeur et des fameux « devoirs faits ». On peut se demander comment va-t-il faire, vu qu’un certain nombre de poste dans l’Education nationale ont été supprimé et qu’il y a un sous-effectif. A moins qu’il ne fasse recours à ces contrats précaires dont abuse ce secteur d’activité... Au sujet des classes bilingues, cela veut dire anglais-français. Anglais, la langue du business.... Si cela n’est point une atteinte à la langue française et une entrée maline du monde de l’entreprise à l’intérieur des plus petites classes ! Tout cela c’est une « manière de consolider le projet européen, facteur de paix et de développement ».

Page 17. Les trois coups de cœur associatif, avec là encore trois petits cœur dessiné, symbole de la solidarité, une image assez forte de ce milieu. Les noms : Surfrider, qui faisait partie des associations ayant écrit au gouvernement de créer « un grand ministère de l’environnement » afin de passer à la transition écologique, L’ « Association de la fondation étudiante pour la ville », déjà cité en exemple par le site d’En Marche sur son programme éducatif, et Kawaa, une « start-up solidaire » (sic) et collaborative.

Page 18. On finit avec la rentrée de LREM. Nous retrouvons les futurs projets du parti comme ce site de formation en ligne, gratuit et ouvert à tous, pour faire grandir les talents citoyens ou cette plateforme collaborative qui permet à des adhérents de proposer des initiatives citoyennes. Quelques mots sur ce dernier point. Ce message n’est pas si anodin qu’il n’y parait, car ce cahier est distribué à partir du lundi 31 juillet, or, pour ceux qui suivent un peu, un collectif de « marcheurs » a fait un recours devant les tribunaux contre les statuts adoptés par le nouveau parti, considérant qu’ils ont été adoptés de manière anti-démocratique et qu’ils entraineraient comme conséquence principal qu’aucun militant actif n’aurait de contrôle sur la direction du parti. Recours examiné par le tribunal de grande instance de Créteil le 1er aout 2017... Cela ressemble donc fort à s’y méprendre à une tentative de calmer une base qui commence à avoir un tout petit peu d’esprit de contestation, en donnant des gages démocratiques.

Ils proposent aussi un réseau de facilitateurs locaux ayant pour mission d’aider les habitants des territoires défavorisés à s’organiser pour faire émerger des initiatives communes. Encore une fois le capital cherche à occuper tout l’espace de la vie civile, mais n’en doutons pas, ce genre de projet finira par se casser les dents.

En automne, est proposé une Grande Marche en France et dans l’Union Européenne pour essayer de faire un grand diagnostic citoyen européen afin de faire de l’Europe un « grand projet citoyen ». Traduisons : faire en sorte de donner des gages faussement démocratiques à cette union que beaucoup commence à critiquer, mais ne sont pas forcément prêt à quitter, pour pouvoir sauver la domination du capital et continuer l’exploitation de plus belle. Il faut que tout change pour que rien ne change.

Terminons par un petit quizz parce que c’est l’été.

A) L’été c’est fait :
1) Pour bronzer
2) Pour casser le code du travail
3) Pour faire honneur aux combats du mouvement ouvrier. Les congés payés c’est un droit !

B) Faites-vous confiance à Macron pour remettre la France sur pied ? :

1) Je m’en fous, je suis à la plage.
2) Mais oui, il va nous sauver. Enfin on va se débarrasser de notre archaïsme français, que ce soit des syndicats ou de l’addiction de l’Etat à l’interventionnisme.
3) Et pourquoi pas du cyanure pour guérir une entorse !

C) Que représente pour vous la grande manifestation du 12 septembre à l’appel des syndicats :

1) Une perte de temps, de toute façon ils ne nous écoutent pas.
2) Un élément de la réaction.
3) Le jour du tri sélectif. Les bourgeois dans la bonne poubelle : celle de l’histoire.

Tristan, militant JRCF, 31/07/2017

* « Plus d’un tiers des jeunes investis dans le bénévolat », La Croix, octobre 2016.

** « La destruction du Baccalauréat ? », JRCF, 22 juillet 2017.

»» http://jrcf.over-blog.org/2017/07/totalitarisme-en-marche-maintenant-l...
URL de cet article 32150
   
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque les missionnaires chrétiens blancs sont allés en Afrique, les blancs possédaient des bibles et les indigènes possédaient la terre. Lorsque les missionnaires se sont retirés, ce sont les blancs qui possédaient la terre et les indigènes les bibles."

Dick Gregory (1932-2017)


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.