RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : La République en marche ! (REM)
Mussolini et Hitler sont parvenus au pouvoir grâce à des coalitions droite/extrême-droite et avec l’aide du grand capital italien et allemand.

Marion Maréchal : les revoilà !

Antoine MANESSIS

Ils étaient mille ou deux mille à Paris, hier, à la Convention de la droite, organisée par Marion Maréchal Le Pen. Pour écouter Eric Zemmour, le penseur condamné par la Justice pour "incitation à la haine religieuse", Robert Ménard, maire de Béziers ancien président de RSF (reporters sans frontières) et ex-idole des petits-bourgeois quand il insultait Castro et la Chine, Gilles-William Goldnadel, avocat d’extrême-droite sioniste, Erik Tegnér, jeune LR, ex-FN, et Maréchaliste, Raphaël Enthoven, le philosophe idiot-utile de Maréchal Le Pen, Candace Owen, une Républicaine trumpiste étasunienne.

"Ce compte à rebours démographique, qui nous fait déjà entrevoir la possibilité de devenir minoritaire sur la terre de nos ancêtres" est le défi le "plus vital" à relever, a notamment déclaré Marion Maréchal sans que personne ne lui demande de quels ancêtres elle parlait : les Gaulois, les Francs, les Romains, les Wisigoths, les Alamans, les Burgondes voire les Vikings ? Les Français portant un nom d'origine italienne ou espagnole, magrébine ou grecque, allemande ou est-européenne, ont-ils les mêmes ancêtres que Marion Maréchal et sont-ils donc de vrais Français ? Ne faudrait-il pas informer Marion Maréchal qu'il y a un bon moment que nos "ancêtres les Gaulois" sont minoritaire sur leur terre ? Trêve de plaisanteries. MMLP a un programme pour répondre aux "cinq grands défis" de notre temps : "Le grand remplacement" donc, et aussi le "grand déclassement" économique des gilets jaunes et des classes moyennes , un zeste de démagogie sociale ça ne fait pas de mal, le "grand épuisement écologique" l'écologie (...) Lire la suite »
33 

Nathalie Loiseau : une campagne qui bat de l’aile

RÉPUBLIQUE SOCIALE

L’ancienne ministre chargée des Affaires européennes (21 juin 2017 – 27 mars 2019) a été désignée tête de liste de La République en marche (LREM) pour les élections européennes qui se dérouleront le 26 mai prochain. Au coude-à-coude avec la liste du Rassemblement national (RN), menée par Jordan Bardella, sa campagne est de plus en plus chaotique. Et pour cause. Celle qui se présente comme LE rempart à l’extrême-droite ne cesse de démontrer, semaine après semaine, son incapacité. D’ailleurs, l’idée selon laquelle LREM serait un barrage au RN n’est qu’une fable. En réalité, marteler ces propos sert souvent d’unique argument dans la campagne. « C’est eux ou nous ». Sous-entendu qu’il n’y aurait que LREM qui serait à même de défendre la démocratie contre l’extrême-droite (voir : Européennes : la fausse opposition libéraux/nationalistes).

Pourtant (pour reprendre les propos d’une caricature du Canard enchaîné), Nathalie Loiseau ne fait que scier la branche sur laquelle elle est assise. Et, s’il fallait inventer une définition du terme se saborder, elle en serait la parfaite illustration tant son incompétence et ses propos sont aberrants. Sans parler de ses arguments de campagne, totalement incohérents avec la politique mise en place par le gouvernement, ses sorties médiatiques suffisent à illustrer pourquoi la liste LREM patauge et ne progresse plus. D’abord, pour l’avoir écoutée lors du débat organisé sur France 2, le 4 avril dernier, il faut avouer un certain manque d’engouement et de charisme chez Nathalie Loiseau. Ce qui se ressent d’ailleurs aussi dans ses interviews et ses meetings. Ancienne candidate sur la liste d'un syndicat d’extrême-droite L’information révélée par Médiapart le lundi 22 avril a fait beaucoup de bruit. Etudiante à Sciences-Politiques, Nathalie Loiseau avait été candidate, en sixième position, lors d’élections (...) Lire la suite »
17 
Quand 70 Normands font éclater le corset d’un débat macronisé

La petite souris du Grand Soir s’est glissée dans le Grand Débat National.

Le Grand Soir (et sa petite souris)

Le téléphone sonne dans la salle de rédaction de la maison de campagne (et de séminaires) du site d’information alternative Le Grand Soir en Normandie. La petite souris, qui s’y est installée, décroche, la bouche pleine d’un quart de page de Libération arrachée du clou dans la cabane au fond du jardin.

Elle est mécontente d’être dérangée. C’est l’heure où une voix lui arrive habituellement du Bangladesh ou du Maroc pour lui dire « On est de passage dans le quartier et on aimerait vous montrer notre dernier produit anti-chat, ou vous faire déguster un échantillon de nos dernières croquettes aux saumons d’élevage bio, ou vous assurer contre les coups de griffes ». Sonnerie du téléphone : « C’est la lutte finaaaaale, groupons-nous et demain… ». Ouais, pfff ! C’est pourquoi ? Vous êtes la petite souris du Grand Soir ? C’est pourquoi ? Etrangement, la voix a l’accent typique d’un habitant de Paris intramuros qui ne traverse pas le périphérique sans s’assurer qu’il est à jour de ses vaccinations. Du coup, la petite souris tend l’oreille. Votre numéro de téléphone a été tiré au sort sur des dizaines de milliers et j’ai le plaisir de vous annoncer que… Oui, bon, merci, bonne journée. Attendez, je ne vends rien, je travaille pour le Grand Débat National du Président Macron ! Du coup, la petite souris a écouté la (...) Lire la suite »
13 

La marche, entre "slow life" et "Blitzkrieg".

Rosa LLORENS
La rhétorique de Macron relève d'un logiciel très clair : celui de l'aristocratie néo-libérale et de son programme de reconquête. Ainsi, l'image du "premier de cordée" (et des derniers de cordée) vient d'un sport qui oppose par nature le haut et le bas, l'élite et les manants. Ce n'est pas un hasard si le film de montagne s'est développé dans l'Allemagne de la montée du nazisme : la grande réalisatrice du régime nazi (grande, oui, car ses idées n'annulent pas son talent), Leni Riefenstahl, s'est d'abord fait connaître comme actrice de films d'alpinisme (La Montagne sacrée d'Arnold Fanck en 1926) avant d'en réaliser un elle-même, puis de passer à l'exaltation des "valeurs olympiques" dans Les Dieux du stade (Olympia en allemand), sur les Jeux de Berlin de 1936. Le nom-slogan de La République en marche s'intègre-t-il dans cette rhétorique élitiste et conquérante ? La marche est une notion polysémique : a priori sympathique, connotée par la flânerie et la placidité, elle est aussi associée à l'énergie (...) Lire la suite »

Emmanuel Macron, ou l’oligarchie au pouvoir

Bernard GENSANE

Ci-dessous, un article rédigé il y a trois mois à l’invitation de l’1dex Mag, publication papier suisse qui possède un site web alimenté chaque jour.

En fait, on a tous eu la berlue : François Fillon n’a pas été éliminé au premier tour de l’élection présidentielle, et il a même remporté le second. Il a pu ainsi mettre en œuvre ses principales mesures : par exemple, une attaque contre les protection dont jouissaient les travailleurs par le biais de la « réforme » du Code du travail, le gel du point d’indice des fonctionnaires en attendant, en bonne logique, celui de leurs carrières, la suppression du jour de carence pour ces mêmes fonctionnaires en jouant sur les mots : désormais « absence » est devenu « absentéisme » ; la suppression du tiers payant généralisé suite à la pression des médecins libéraux ; la diminution de l’aide au logement pour les pauvres et le miséreux ; la fin programmée des juridictions prudhommales ; des avantages fiscaux pour les très riches (payés par les classes moyennes). La liste s’allonge quotidiennement. L’histoire dira peut-être un jour à des observateurs stupéfaits que l’élection d’Emmanuel Macron fut le résultat d’un véritable (...) Lire la suite »
31 

Totalitarisme En Marche : maintenant le cahier d’été !

Tristan, JRCF
Décidément le Macron n’a plus de limite ! Après l’écrasante majorité de députés LREM élus avec une abstention record, après le rejet systématique de leur part des amendements présentés par l’opposition, après la volonté du parti d’avoir son propre média (en plus d’avoir à sa botte tous les autres), découvrez le cahier d’été d’En Marche avec « un poster à colorier inclus », œuvre de propagande visant à endoctriner la jeunesse. Nous n’apprécions guère le concept de « totalitarisme » pour un certain nombre de raisons, notamment parce qu’il sert pour l’idéologie dominante à amalgamer fascisme et communisme. Mais, très franchement, est-ce que nous ne pensons pas à ça quand on voit les agissements de LREM ? Non, bien sûr, certains diront, Macron c’est le sauveur, un homme de progrès et de liberté ! Il est pragmatique, pas idéologue ! Nous qui ne partageons pas cette opinion avons donc décidé d’analyser ce petit cahier d’été, distribué aux adhérents le lundi 31 juillet ou disponible gratuitement sur le site d’En Marche. Alors (...) Lire la suite »

Face à la cohérence destructive des projets Macron, construire l’opposition populaire et patriotique

Georges GASTAUD

En tous domaines, la grande bourgeoisie fédérée par Macron passe à l’offensive contre les travailleurs et la nation :

sur le plan fiscal, d’énormes cadeaux sont consentis au 1% de foyers les plus riches aux dépens des dépenses sociales de nouveau dans le collimateur de Bruxelles ; les ordonnances sur le travail sont clairement destinées à détruire les conventions collectives et le droit du travail des salariés du privé ; les travailleurs du public sont visés par une série d’attaques frappant leurs salaires, leurs pensions, leur statut et le sens même de leurs missions ; les collectivités territoriales héritées de la Révolution française sont harcelées avec l’objectif de leur substituer des mastodontes euro-formatés dont la finalité sera avant tout de favoriser le financement public massif des monopoles capitalistes ; plus structurellement encore, le pouvoir travaille à la destruction de ce qui subsiste de l’Etat-nation français : Liquidation en vue du bac comme premier grade universitaire et mise en place d’une Université censitaire à l’américaine ; fin de l’idée même d’une défense nationale avec tout à la fois la (...) Lire la suite »
12 

3ème circonscription de Seine-Maritime : William Tchamaha contraint de retirer sa candidature

Emmanuelle PARTOUCHE
C'est le Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, qui a demandé le retrait de la candidature de William Tchamaha. En cause ? Un tweet antisioniste du 8 février 2017 dans lequel ce conseiller principal d'éducation dans un lycée professionnel déclarait : "Un état hors la loi qui méprise le droit. Boycott des produits Israël et embargot économique ! " Depuis, ce tweet a été retiré de la toile. William Tchamaha est le deuxième candidat qui se voit retirer son investiture par la République en Marche. Précédemment, Christian Gérin, investi dans la 5e circonscription de de Charente-Maritime, a été mis en cause de la même façon par le Crif, qui avait retrouvé plusieurs tweets s'en prenant à la politique d'Israël. Le 23 février dernier, Christian Gérin, producteur d'émissions télévisées, déclarait ainsi à propos du dîner annuel du Crif : "À quand la séparation du CRIF et de l'Etat ?". Des propos que le président du Crif jugeait antisémite car pour lui, derrière le "Crif", ce sont les "juifs" (...) Lire la suite »