Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Toutes les gauches ont rendez-vous au Forum national de la gratuité !

Au programme : inventer l’écommunisme / ecosocialisme municipal !

5 janvier 2019 - LYON - Forum national de la gratuité - VOIR PROGRAMME

Les gauches, socialistes d’abord puis communistes, sont largement nées à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle avec l’essor du socialisme / communisme municipal. Ce sont dans les municipalités ouvrières qu’on a vu fleurir les premières crèches, les premières coopératives, les premières piscines, les premiers théâtres populaires, puis les premiers cinémas...

Cette gauche qui visait ostensiblement la conquête du pouvoir central et se voulait ardemment révolutionnaire n’a jamais négligé pour autant le local.

Elle avait en mémoire le souvenir de la Commune de Paris et de Lyon.

Les Maires n’étant plus nommés par le pouvoir central depuis 1882 et la loi de 1884 ayant fait de la commune une véritable entité politique, tout était prêt pour que s’invente le socialisme municipal alors que les gauches connaissaient (comme aujourd’hui) une véritable impasse stratégique. Le courant « possibiliste » jouera certes un grand rôle dans cette mutation, avec notamment l’invention du service public à la française et du droit public. Les autres courants socialistes, notamment guesdistes, suivront bientôt et se lanceront aussi à la conquête des villes dès 1892 et gagnent Roubaix. Ce socialisme municipal résulte d’abord largement d’un bricolage mais il sera bientôt théorisé notamment par Jean Jaurès et l’idée de communalisme fait son chemin, parallèlement à celle des différents courants de l’idée coopérative.

Ce socialisme municipal sera revisité dans les années 30 puis au lendemain de la seconde guerre mondiale où il donne naissance aux banlieues rouges. L’objectif est bien de faire le lien entre la ville et la logique de classe.

Ces villes communistes sont alors dénoncées avec la même hargne que certains mettent aujourd’hui pour vomir les expériences de gratuité.

Les villes rouges sont soupçonnées de soviétiser les enfants et les habitants.

C’est de cette époque que date la fameuse affiche appelant à battre l’ennemi intérieur, le bolchévique au couteau entre les dents.

Cette gestion ne sera, certes, pas exempt de critiques, avec le culte de l’URSS, avec la volonté de battre sur leur propre terrain la droite et l’Etat conduisant ainsi à construire des Mairies (symbole du pouvoir ouvrier) plus hautes que les préfectures (symbole du capitalisme), avec des politiques locales qui confinent parfois au clientélisme, avec des bastions rouges qui faisaient des maires des notables/élus à vie.

L’essentiel est ailleurs : dans la capacité à faire vivre au présent l’idéal communiste. Ce socialisme/communisme municipal est entré en crise dès les années 1970. Les villes ouvrières ont perdu en originalité avec la récupération des thématiques comme le sport, la culture, le logement, la santé par les maires d’autres partis, elles perdent aussi en originalité en oubliant souvent la spécificité communiste, tout comme le sport ouvrier, autrefois non compétitif, devient lui aussi compétitif, ou que les Comités d’entreprise perdent en spécificité. Trop souvent ils se contentent d’être des sous-traitants de la FNAC. Trop souvent ils fantasment aussi mal que les marchands de voyage en se fondant sur la devise « toujours plus loin pour toujours moins cher ».

L’heure est à repenser les services publics municipaux pour refonder un ecommunisme/ecosocialisme municipal.

Nous savons tous que les gauches mondiales sont orphelines d’un grand projet émancipateur à la hauteur des enjeux climatiques (qui ne se limite pas au réchauffement climatique et à l’épuisement des ressources naturelles mais comprend aussi la crise de la biodiversité).

La défense et l’extension de la sphère de la gratuité ne font certes pas tout le projet mais elles peuvent y contribuent grandement, c’est pourquoi l’appel « Vers une civilisation de la gratuité » fondé sur le livre-manifeste gratuité vs capitalisme et le Forum national de la gratuité qui se tiendra à Lyon le samedi 5 janvier agrègent toutes les familles des gauches et de l’écologie antilibérale.

Ce n’est pas par hasard que les gauches se retrouvent autour de cette belle idée alors qu’elles peinent autant à s’unir dans les luttes et les élections. C’est pourquoi nous invitons tous les amoureux de la gratuité à venir fêter la gratuité en dressant l’état des lieux des gratuités existantes et à venir : gratuité des transports en commun urbains et périurbains, gratuité des TER, gratuité de l’eau et de l’énergie élémentaires, gratuité de la restauration scolaire, gratuité du logement social, des services culturels et funéraires, gratuité de la santé, de l’éducation, du numérique, reconnaissance du droit au beau, etc.

Cette convergence de tous les partis des gauches et de l’écologie (PCF, FI, PG, EELV, NPA, Ensemble !) et de nombreuses associations (ATTAC, Fondation Copernic, etc) au plus haut niveau autour de l’idée de gratuité des services publics donne du grain à moudre pour préparer, dès aujourd’hui, les municipales de 2020. Parce que la gratuité est l’arme absolue contre le capitalisme, parce que la gratuité est bonne socialement, écologiquement et politiquement, parce qu’elle rend l’espoir à gauche et accélère la transition écologique.

Paul Ariès
Politologue, directeur de l’OIG

A lire le livre-manifeste (cadeau original pour les fêtes (20 euros) :
« Gratuité vs capitalisme » de Paul Ariès (Editions Larousse).
Toute information sur le site appelgratuite.canalblog.com

URL de cet article 34245
   
Chasseurs de matières premières.
Michel COLLON
Chaque citoyen européen consomme par an en moyenne 26 kilos d’appareils[1] en tous genres : ordinateurs, téléphones, télévisions, électro-ménager... L’avons-nous décidé ? Le souhaitons-nous ? Quoi qu’il en soit, cet acte apparemment innocent a en réalité un impact énorme. Sur la Nature, on s’en doute, mais aussi sur des êtres humains. Des femmes et des hommes du Sud sont condamnés à mourir de faim, leurs enfants seront privés d’éducation, ils souffriront de la malaria, de la tuberculose et autres maladies (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La guerre préventive a été inventée par Hitler. Franchement, je ne pourrais jamais prendre au sérieux quelqu’un qui viendrait m’en parler.

Dwight D. Eisenhower


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.