RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Trump – Clinton : Le Superman et la Joconde

« Je joue avec les fantasmes des gens. J’appelle ça l’hyperbole véridique. C’est une forme innocente d’exagération - et une technique de promotion très efficace. » Donald Trump 

On dit que le grand-père paternel de Donald Trump fit fortune dans les lupanars des villes champignons pendant la ruée vers l’or du Klondyke. Ce clown de Donald Duck Trump, grossier, est "malheureusement" un homme intelligent. Les républicains se félicitaient sans doute de sa réussite jusqu’à ce qu’il dise tout haut ce que les républicains pensaient tout bas. Ce saltimbanque, amuseur de foules s’est lancé dans la grande foire de la course avec une philosophie (sic) toute simple de bonimenteur : “ Si je suis riche, tout le monde peut-l’être ”. Oui, il joue du fantasme comme Liberace jouait du piano. Il sait faire des arpèges éblouissantes de cet univers étasunien dont il connaît les faiblesses et les forces.

On se demande alors de quoi se plaignent les républicains représentants de cette race droitiste mercantile, de parvenus et d’hypocrites ?

Au fond, Donald Trump, c’est l’Amérique ! Riche, idiot, mais manipulateur intelligent, cultivé comme un navet, nombriliste. Un psychiatre dirait de lui que son “ franc parler ” n’est qu’un moyen de manœuvrer.

Ce pays au crucifix d’une main et une arme de l’autre est incarné dans la “ subtilité ” du langage de Trump. L’âme étasunienne souffre d’une schizophrénie et d’un consternant narcissisme : on se regarde mais aveugles des autres.

Le rêve étasuinien c’est d’être le cauchemar des autres nations. Le rêve étasuinien c’est d’être l’illusion de sa propre nation trompée, violée de par ces béotiens satinés de la cravate et du complet.

À l’image des super héros, Mr Trump est le résumé de la légèreté des EU qui ,depuis quelques décennies, trouve son cinéma dans les bandes dessinées de super héros volants, hyper puissants. Étourdis dans leurs réussites techniques, le cinéma n’a plus rien d’humain : Il encense les effets spéciaux et les films ne tournent plus que dans un flux hollywoodien asséché d’une ... Amérique dans l’espace, une riche.

Au fond, MR Trump, bien occupé à se tailler une place, représente le le "bon-vilain", rebelle de campagne et du désordre intérieur d’un pays à bout de souffle.

Il était le candidat idéal pour le parti républicain, mais il perdra à la présidence à quelques centimètres près...La longueur de son pénis. Le mot pénis ne fait pas partie du vocabulaire des étasuniens, encore moins des républicains.

Et Hillary ?

Les étasuniens ont eu des Blancs, un Noir, il ne reste plus pour l’apparat du changement qu’une femme : Hillary Clinton... Le “ jeune ” George W. Bush vantait les mérites du sourire franc de Poutine. À regarder Madame Clinton discourir avec son sourire factice, quand elle referme les lèvres, on dirait la Joconde qui se moque de nous. Si elle se moque de nous, elle se moque de son peuple...

Mais en quoi les peuples peuvent, pour l’heure, intéresser les politiciens ? Un règne de 8 ans de l’un ou de l’autre des candidats ne mènera qu’à une continuité de “ l’esprit américain ”. Jusqu’en 2025... Le quart de siècle le plus dévastateur de l’histoire de l’humanité. Un pays qui cherche à prolonger sa mainmise sur le globe. Hitler avait rêvé d’un règne de mille ans. Combien de peuples dans ce monde souhaitent l’hégémonie lancinante de ces cow-boys et la fin de leur règne de terreur hypocrite ?

Gaëtan Pelletier

»» https://gaetanpelletier.wordpress.com/2016/03/13/trump-clinton-le-supe...
URL de cet article 30092
  

L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.