Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"Un bon Français ne doit pas défendre la Palestine"

Après avoir vécu 45 ans en France, Chérif Boudelal s’est vu refuser la nationalité française, pour avoir participé à des manifestations pro palestiniennes. Soit un crime de lèse intégration.

Après avoir vécu 45 ans en France, Chérif Boudelal s’est vu refuser la nationalité française, pour avoir participé à des manifestations pro palestiniennes. Soit un crime de lèse intégration.

Avis à la population. Tout au moins à celle qui ne compte pas. Du genre pas « de souche », très immigrée avec des noms peu catholiques, de ceux qui font trembler Robert Ménard. Que ces hommes et ces femmes sachent, s’ils souhaitent obtenir la nationalité française, qu’il leur est désormais interdit de protester contre le misérable sort fait à la Palestine. Pour ceux-là, les : « Nous sommes tous des Palestiniens », « Halte aux bombes sur Gaza », « Stop au blocus » sont interdits... C’est non, non, non ! La loi est la loi, dure mais juste, et elle est nouvelle : on ne saurait être Français et manifester contre la mort, lente ou rapide, à Gaza. Protester contre les enfants que l’on tue, les femmes que l’on assassine, les vieux que l’on exécute et les missiles pulvérisent.

Terroriste présumé

Pour avoir manifesté sa solidarité à ce peuple nié, assassiné, le sieur Chérif Boudelal s’est fait renvoyer sa demande de nationalisation à la figure, tout cela dans une lettre bancale signée par un certain Jean-Michel Giraudet. Le courrier date de 2010, mais ce n’est qu’aujourd’hui que celui qui se voit recalé national l’a rendu public et l’affaire reste un cas d’école.

Un type formidable, ce Giraudet, n’est-il pas, alors, le « Chef du second bureau des nationalisations », un job qui n’est pas donné à tout le monde et l’on souhaite à ce monsieur d’accéder au plus vite à la tête du « Premier bureau ». En préambule, demandons à monsieur Giraudet, l’auteur de la missive, d’observer que – pour un Arabe – monsieur Boudelal est pourtant une perle : il n’a assassiné personne, volé personne et jamais dévoré de petits enfants. Mais ces états de service ne suffisent pas.

Notre homme de l’Intérieur (qui n’est pas sans qualité) et qui porte aussi le titre considérable de « Conseiller d’administration », observe que l’impétrant n’a pas de « revenus suffisants »... C’est vrai, il vit moins largement que la présidente de l’INA et roule moins en taxi. Il survit comme des millions de citoyens de chez nous. Survit pour partie avec un subterfuge peu recommandable, par exemple celui d’écrire des livres comme « l’Immigration de peuplement en France au XXIe siècle », bouquin qui ne dit pas que du bien du passé de notre pays chéri.

Non, ce qui grippe l’affaire, fige l’huile dans les rouages de « l’intégration », c’est le goût qu’a le camarade Chérif de lutter contre l’injustice. Là, je comprends le Conseiller-Chef. Imaginons que, devenu Français, Monsieur Boudelal se mette à protester contre le chômage, l’école à quatre vitesses, la TVA si injuste et autres contrôles au faciès ? Admettre ce type d’individu dans notre chaleureuse communauté c’est prendre un vrai risque terroriste. Et, par parenthèse, il est plus que vraisemblable que cet indigène venu d’ailleurs, soit assez peu Charlie et bien incapable de réciter une seule page des sublimes œuvres de Philippe Val, le nouveau catéchisme virtuel qui sert de sas pour passer sous les plis du drapeau tricolore.

"Paix comme Palestine"

Ainsi donc, le sieur inapte à la France, nous dit le Chef dans un style imitable, mais admirable puisqu’il fait une économie de mots donc d’imprimante. Notre ami serviteur de l’Etat écrit : « vous avez des liens un mouvement responsable d’actions violentes et prônant une pratique radicale de l’islam : le collectif « paix comme Palestine ». Observons qu’il manque le mot « avec » entre « liens » et « mouvement » ; et que « Paix » prend une majuscule. Mais fermons les yeux au nom de cette encre qui n’est pas jetée par les fenêtres. Quand même, cela dit en passant, on pourrait envisager de faire passer des tests d’écriture au « Deuxième bureau » afin de vérifier si son mauvais usage du français courant est compatible avec sa qualité de « Français »...

Or donc, le Chef du Second bureau des nationalisations n’est pas un ignorant, sans quoi il ne serait pas là. Il dit donc qu’il sait, lui Giraudet, que « paix comme Palestine » est : « le relais local du comité de bienfaisance et de secours aux palestiniens ». Observons, toujours le même symptôme que notre fils de Courteline est fâché avec les capitales (comme la peine). Si le sieur Giraudet écrivait au président de la République, il en mettrait en grandes et grosses lettres à tous les mots pour terminer par « que Votre Grâce veuille bien accepter de mon infime personne l’expression.... de mon immense Considération ». Là, pas du tout, le Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens (CBSP) ne plait pas au citoyen Giraudet. Alors il le minuscule.

Enfin que découvrons-nous (mais, bon Dieu, que fait la DGSI ?), que Boudelal le 17 janvier 2009 à Avignon, alors qu’un doux Plomb durci réchauffait opportunément Gaza, que Boudelal a saisi un mégaphone pour donner des nouvelles, venues de la Bande. Des nouvelles (chaudes) communiquées par le Hamas. Ben dis donc. Ce type au lieu de demander la Nationalité ferait mieux de se réjouir de ne pas être au trou pour « liens avec une entreprise terroriste ». En plus, notre ennemi de l’Intérieur demande la libération de George Ibrahim Abdallah, un ami de la Palestine qui est otage en France depuis trente ans.

Moralité : tout individu qui ne soutient pas l’injustice et la mort -ce que propose gentiment Israël aux Palestiniens- n’est pas un bon français."

11 Mai, 2015

»» http://mondafrique.com/lire/editos/2015/05/11/un-bon-francais-ne-doit-...
URL de cet article 28603
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.