RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un Eldorado pour les migrants, c’est possible ?

Les réfugiés qui migrent vers l’Europe pour fuir la guerre, l’extrême pauvreté font la une des médias. Hommes politiques, éditorialistes, associations essayent de trouver une solution à cet afflux massif. Pour les uns, « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde », pour les autres, cette immigration est une aubaine face au vieillissement de la population. Jason Buzi, milliardaire américain, aurait trouvé LA solution miracle.

Ce milliardaire ayant fait fortune dans l’immobilier veut trouver un refuge à ces migrants qui fuient la guerre et les exécutions liées à leurs convictions politiques ou religieuses. Sa solution ? Leur créer un État dans une contrée peu peuplée dans le monde. Selon lui, l’Europe, les États-Unis et l’Australie n’ont plus les moyens d’accueillir ces populations. D’après lui, « les gouvernements du monde entier ne sont pas parvenus à résoudre le problème qu’il est temps d’y trouver une solution radicale ». Actuellement, quelque 60 millions de réfugiés migrent partout dans le monde. Le chiffre a quasi doublé depuis quinze ans. Le projet « Refugee Nation » a donc vu le jour.

L’intéressé n’en est pas à sa première idée folle. Il fut à l’initiative du Hidden Cash, une chasse aux billets grandeur nature organisée via Twitter et qui a fait le buzz en 2014. Le philanthrope 2.0 juge qu’ « il est intolérable de voir notre société moderne rester les bras croisés face au problème des réfugiés, alors que des millions de personnes à travers le monde vivent dans la misère, sans la moindre perspective d’amélioration ».

L’île enchantée

Jason Buzi a établi quatre scénarios pour mettre en place sa « Refugee Nation ». Il propose de créer cette nation dans une région peu peuplée d’un pays développé, de bien répartir les migrants sur plusieurs îles inhabitées (d’Indonésie ou Philippines par exemple) acquises par la communauté internationale, dans un pays ayant une densité de population faible comme la Dominique ou sur une île érigée dans les eaux internationales. Vaste programme. Les conditions actuelles des migrants sont invivables selon lui. Il déclare : « Demandez donc à ces millions de réfugiés ce que cela fait de rester reclus 10, 20 ou 30 ans dans un camp de fortune dans l’attente d’une vie normale, de droits et d’un toit ».

Il est conscient que son projet peut paraître fou et qu’il serait compliqué de mettre en place une initiative comme cette « Refugee Nation ». Toutefois, ce dernier imagine déjà son fonctionnement, car cette nation sera « démocratique, pluraliste et majoritairement capitaliste ». Afin de promouvoir son initiative, le milliardaire a financé un site internet et s’est entouré d’une équipe de lobbyistes. Il a interpellé l’ONU, l’Union européenne et des pays comme les États-Unis qui, d’après lui, « consacrent énormément d’argent à cette problématique, mais sans aucun résultat ».

Il a également lancé un appel aux milliardaires du monde entier pour faire preuve de générosité. Le projet est estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Un crowndfunding select suffirait à financer ce projet pharaonique. Il rappelle qu’« il existe plus de 2 000 multimilliardaires sur terre. Et si seuls 10 % d’entre eux y participaient, nous pourrions y arriver ». Pour lui, l’exemple d’Israël est la preuve vivante que son plan peut voir le jour. Il affirme que « cet État avait été fondé dans ce but, mais exclusivement pour les réfugiés juifs ».

Entre philanthropie et utopie, le projet « Refugee Nation » érige comme exemple l’État d’Israël qui ne fait pas la Une des médias pour la réussite de son vivre ensemble. Jason Buzi n’apprend pas des erreurs du passé et veut installer un système capitaliste qui est responsable de ces inégalités. La question ne réside pas dans le fait de trouver une île aux réfugiés, mais de se questionner s’il est normal que les cent personnes les plus riches du monde possèdent plus que les 3,5 milliards de personnes les plus pauvres. Les pays qui ne peuvent « accueillir toute la misère du monde » ont une grande responsabilité sur les situations économiques et politiques qui poussent des familles à risquer leurs vies dans des barques de fortune. Les réfugiés ne sont pas à la recherche d’une cité d’or, mais tout simplement de justice.

»» http://alohanews.be/societe/un-eldorado-pour-les-migrants-cest-possible
URL de cet article 29186
  

Même Thème
We Feed The World (documentaire)
DIVERS
Synopsis Un film pour éveiller les consciences sur les absurdités et les gachis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destrction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.