Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un monde de gloriole

Nous vivons dans un monde de vaine gloire, où les plus méchants sont récompensés, ceux qui trahissent, ceux qui n’ont pas de scrupules, ceux qui piétinent pour atteindre leurs propres buts. Dans un monde de comédie, où la seule chose vraie est la dérision. C’est le monde que nous créons et nourrissons chaque jour de nos actions ou passivités ; celles-ci dépendent de ce qui nous convient selon les vents qui soufflent vers notre bulle d’indifférence et du culte de soi.

Un monde de manque de respect pour l’autre et pour chaque être vivant. Nous sommes des sociétés d’individus jetables et de mauviettes. Des individus qui ont perdu toute intégrité, qui l’ont vendue en échange de l’éphémère qui dure aussi longtemps qu’un coup de pied au cul. Nous sommes faits d’autodestruction, une humanité qui, jour après jour, insiste sur sa lutte pour disparaître ; non sans d’abord prendre tout sur son passage, tout ce qui ne lui appartient pas, mais qu’elle s’est approprié sans vergogne, se croyant autosuffisante et propriétaire, pire que ça : un modèle !

Et dans ce contexte, beaucoup d’entre nous traversent la vie en croyant que d’autres nous doivent un hommage et qu’ils doivent ramper devant nous pour leur donner ce qui leur revient de droit.

Et nous pensons naïvement qu’il nous fait porter un nom de famille, un titre, un métier, une marque de vêtements ou une lotion. Et quand en réalité ce qui nous fait, ce qui nous crée, ce qui fait de nous des êtres humains, c’est notre capacité à ressentir la douleur de l’autre, à voir avec les yeux de l’autre, à nous mettre à la place de l’autre. Nos actions face à l’injustice, à la moquerie, à la déloyauté et à l’oppression font de nous des êtres humains.

Nous nous croyons les êtres évolués de l’univers et au contraire, nous sommes une régression et une perte constantes, intentionnellement. Nous croyons qu’en blessant les autres, nous serons en sécurité, que la douleur des autres ne nous touchera jamais, que la soif des autres ne nous touchera jamais et que nos déloyautés, nos trahisons, nos égoïsmes suffiront à ne jamais tomber au fond de cet abîme dont nous avons si peur : celui de la misère que nous avons forcé des milliers à vivre.

Au fond de l’abîme, nous sommes déjà en tant qu’humanité et si nous n’avons pas la capacité de réagir et de penser collectivement, en donnant du contenu à notre existence et en unifiant les critères, les propositions, les actions ; nous finirons par nous autodétruire définitivement. Et il n’y aura pas de titres, pas de produits, pas de lotions, pas de travail, pas de vanité qui puisse nous sauver.

Peut-être devrions-nous commencer par nous-mêmes avec ce simple exercice de regarder dans le miroir et de converser avec notre mémoire individuelle et collective sur cette humanité qui se croit autosuffisante quand elle ne peut même pas respirer toute seule.

Espérons qu’un jour nous apprendrons à nous voir sans vêtements et à apprendre de notre fragilité et de notre incohérence et qu’il ne sera pas trop tard dans cette marche sans retour que nous avons entreprise avec notre monde de vaine gloire.

Source en espagnol

Traduction Bernard Tornare

»» http://b-tornare.overblog.com/2019/03/un-monde-de-gloriole.html++cs_INTERRO++fbclid...
URL de cet article 34661
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.