RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vaincre les États-Unis

La guerre en Ukraine a mis en lumière un certain nombre de questions présentes depuis un certain temps dans la situation géopolitique.
Celles-ci incluent : L’importance du monde unipolaire étasunien et les efforts qu’il fera pour maintenir son hégémonie. La nature des forces qui s’opposent à cette hégémonie et que signifie l’exigence d’un monde multipolaire ? Quel est le rôle des anti-impérialistes dans la situation actuelle ?

L’ordre mondial étasunien est la plus grande menace pour la paix et la plus grande contrainte pour les forces progressistes à l’échelle mondiale, comme en témoignent les nombreuses guerres illégales qu’il a menées, les interventions militaires et les coups d’État contre les gouvernements de gauche. Cependant, dans la situation actuelle, sans monde socialiste, l’opposition vient en grande partie d’autres puissances capitalistes. Quelles sont les conséquences de cela ?
De très grandes nations capitalistes affirment leur indépendance vis-à-vis des diktats des États-Unis, y compris des alliés officiels comme l’Arabie saoudite et la Turquie. Des nations qui sont la cible de la domination des EU comme l’Iran et la Russie sont en opposition ainsi que d’autres puissances émergentes comme l’Inde et l’Afrique du Sud. Catalysé par le fait d’avoir été poussé à prendre parti dans la guerre en Ukraine, une grande partie du Sud global, peut-être enhardi par une opposition plus large et après avoir subi les conséquences de l’hégémonie étasunienne, a refusé de soutenir l’agenda des EU. Cette tendance ne s’est pas atténuée avec la poursuite du conflit, mais semble plutôt s’intensifier. C’est un indicateur clair de la gravité du déclin de la puissance étasunienne. C’est bienvenu. Tout défi à la puissance EU sape sa capacité à opprimer d’autres nations et à poursuivre des guerres. Cela ouvrira un espace potentiel pour un changement progressif qui, autrement, serait écrasé.

Nous pouvons voir en Amérique du Sud comment les mouvements progressistes ont pu profiter de la préoccupation des EU de se battre pour maintenir leur pouvoir sur trop de fronts. Les gouvernements sociaux-démocrates de gauche sont revenus au pouvoir avec de grandes victoires en Colombie, un allié/pion de longue date des États-Unis dans la région, où le premier président de gauche a été élu, et au Brésil avec la défaite de Bolsonaro. Cela démontre le potentiel progressiste possible des défis, même des pays capitalistes, pour saper l’hégémonie étasunienne.

Pas une guerre inter-impérialiste

Contrairement aux réalignements précédents entre les puissances impérialistes, il n’y a pas de concurrent immédiat pour succéder aux États-Unis en tant qu’hégémonie. C’est pourquoi il est faux de qualifier le conflit entre les États-Unis et la Russie de guerre inter-impérialiste, car ce n’est pas une guerre pour l’avantage impérialiste mondial. Les grandes puissances impérialistes précédentes semblent être hors de combat – l’Allemagne a embrassé sa propre destruction au service des États-Unis au cours de la guerre en Ukraine ; La France, bien que moins satisfaite, a, jusqu’à présent, été de connivence, ce qui signifie que l’UE a adopté la même position. (Bien que cela ait déjà entraîné des divisions au sein du bloc et puisse entraîner davantage de revirements de la politique actuelle du gouvernement allemand.) Comme en témoignent ses troubles politiques actuels, la Grande-Bretagne est également en déclin impérial, tout comme le Japon.

Ces pays de plus en plus aliénés par les États-Unis ont commencé à plaider pour un monde « multipolaire ». Il a fallu que la procuration étasunienne soit contre la Russie pour mettre en avant la possibilité d’un monde multipolaire, mais que faudra-t-il pour y parvenir ? Bien sûr, cela signifierait une diminution décisive de la puissance des EU. Cela semble encore loin compte tenu de sa prédominance en termes d’économie, de contrôle financier et de vaste puissance militaire, dépassant de loin tous ses concurrents. Il n’y a aucune faction au sein de l’establishment du pays qui soit pour accepter un déclin de la puissance étasunienne, ni renoncer à son statut de superpuissance mondiale. Les puissances montantes, en particulier la Chine, sont confrontées à des brimades, des sanctions, des provocations et des menaces de guerre. Pourtant, cette position sera-t-elle durable alors que de plus en plus de pays voient moins d’avantages à suivre la ligne étasunienne et à sortir de l’orbite EU ?

L’intimidation a moins d’effets et les États-Unis ne semblent pas intéressés à courtiser d’autres pays – peut-être sont-ils en deçà de leur dignité impériale. La Chine, en revanche, réussit très bien à courtiser d’autres pays et à gagner leur soutien.

Dans ce monde fragmenté, les États-Unis ont réussi à garder de leur côté les autres anciennes puissances impériales en déclin – la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France et le Japon. (On peut dire que l’Allemagne aurait pu essayer de nouveau de s’affirmer et avait travaillé à construire l’UE comme base impériale, mais semble avoir abandonné cette possibilité en apportant tout son soutien aux États-Unis.) C’est un bloc incroyablement puissant bien qu’il ne soit pas sans tensions et mécontentement vis-à-vis de la politique étasunienne. Tant que cela tient, c’est une autre force majeure pour les États-Unis.

Sur cette base, la route vers un monde multipolaire semble être celle d’un conflit et d’une guerre continus alors que les États-Unis tentent de défendre leur position.

Qu’offre un monde multipolaire ?

Alors que briser le pouvoir des États-Unis qui dominent le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale supprime la plus grande menace à la paix et au progrès, qu’est-ce qu’un monde multipolaire aurait à offrir ?

L’exemple du groupe BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – est intéressant. Il apparaît comme un centre d’intérêt pour contrebalancer la puissance des EU. Son intention a toujours été de rassembler quelques grandes économies indépendantes des blocs impérialistes actuels. À l’origine, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine se sont rencontrés en 2006 et le groupe a été rejoint par l’Afrique du Sud en 2010. Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’Argentine, l’Iran, l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte ont tous manifesté leur intérêt à se joindre.

Les BRICS visent à favoriser la collaboration économique et ont créé la Nouvelle Banque de développement financée par les États membres pour se soutenir mutuellement et soutenir les autres nations. Il permet aux États membres du BRICS : "de promouvoir leurs intérêts à l’étranger... et peut mettre en évidence les positions de renforcement de pays dont l’opinion est fréquemment ignorée par leurs collègues américains et européens développés".
Il a discuté d’un système de paiement international alternatif à SWIFT, qui n’a pas été conclu, mais deux membres du BRICS, la Russie et la Chine, ont déjà de tels systèmes.

La dimension politique des BRICS est au centre des préoccupations depuis la guerre en Ukraine, seul le Brésil, sous Bolsonaro, a voté pour condamner la Russie aux Nations Unies. Pourtant, il a également fait des déclarations déclarant la neutralité du Brésil dans le conflit – il dépend fortement des engrais russes pour sa grande industrie du soja. Il s’est opposé aux sanctions contre la Russie et a suggéré que Zelensky devrait accepter la défaite et se rendre.
Le nouveau président Lula da Silva a déclaré que Zelensky était également responsable de la guerre que Poutine et qu’il encouragerait les pourparlers de paix une fois président.

Surtout s’il devait s’étendre, les BRICS pourraient être considérés comme une alliance alternative de grandes économies capitalistes créant une base de pouvoir distincte de l’unipolarité des États-Unis. La nature disparate des pays concernés entraînerait cependant ses propres difficultés et limiterait probablement son succès.

Si les États-Unis sont repoussés, d’autres puissances capitalistes rivaliseront pour exploiter leur faiblesse et occuper l’espace créé. Nous reviendrons à un concours de puissances impériales montantes et déclinantes avec la probabilité qu’une ou plusieurs soient nouvellement apparues, c’est-à-dire pas l’une des puissances historiques identifiées par Lénine en 1917 lorsqu’il écrivait sur le système mondial impérialiste. Mais la perturbation de l’ordre mondial a également le potentiel de créer un espace pour les gouvernements progressistes dans les pays néocoloniaux ou semi-coloniaux. L’autre espoir est qu’à partir du chaos de la pauvreté et de la guerre infligé aux pays néo-coloniaux, il y aura un renouveau plus fort qu’actuellement dans les mouvements anticoloniaux et socialistes.

Vers un internationalisme positif

À l’heure actuelle, que pouvons-nous faire en tant qu’anti-impérialistes pour briser la puissance américaine et parvenir à un monde multipolaire ?

1) S’opposer sans équivoque à l’impérialisme étasunien et soutenir tout pays défiant l’agression des EU. Il n’y a pas encore d’impérialisme concurrent qui justifierait une position abstentionniste dans n’importe quel conflit, par exemple comme avec la Russie sur l’Ukraine. Cela vaut indépendamment de la politique intérieure des pays concernés, qui peut être réactionnaire mais qui est distincte de leur position géopolitique.

2) Soutenir l’indépendance et la souveraineté des autres nations et leur droit de déterminer leurs propres solutions à leurs problèmes politiques. Cela signifie s’opposer à un changement de régime pour installer davantage de gouvernements pro-EU. L’Iran est une cible actuelle évidente pour cela. Nous connaissons le modèle – que les gens subissent des injustices, parfois une répression sévère, mais leurs griefs justifiables sont renversés par l’Occident pour effectuer des « révolutions de couleur » qui ne laissent pas les gens mieux lotis, mais l’opposition aux programmes occidentaux a été supprimée. Les interventions constantes – prétendument pour soutenir les droits de l’homme ou éviter l’agression par le biais d’instruments tels que le National Endowment for Democracy, les interventions militaires, etc. – sont monnaie courante et nous devons toujours en être conscients, en particulier lorsque nous voyons nos médias promouvoir l’opposition dans des pays comme l’Iran. S’ils étaient vraiment préoccupés par les droits de l’homme, où en est la couverture de la Palestine ?

3) L’opposition aux sanctions comme méthode de coercition impérialiste.

4) S’opposer à l’escalade des dépenses militaires parmi les pays de l’OTAN et à la poussée vers la guerre.

5) Au niveau interétatique, les alliances et accords des pays du Sud doivent être accueillis et soutenus.

Nous devons souligner et aider à développer un internationalisme vraiment positif – en soutenant les mouvements ouvriers et progressistes à travers le monde qui défient l’ordre impérial. Si le monde multipolaire doit être autre chose qu’un ordre mondial capitaliste, ces forces progressistes doivent être plus fortes et mieux soutenues qu’elles ne le sont actuellement.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0rpCUuE3...
URL de cet article 38343
  

Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.