RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Encore et toujours le mensonge comme préparatif d’un mauvais coup

VENEZUELA : La Hojilla démonte la nouvelle manipulation de la droite avec des "lettres" d’enfants remerciant Obama de menacer le Venezuela !

"Cette lettre est intéressante. Elle est juste mal orthographiée comme si un enfant l’avait écrite". La droite veut faire croire aux gens que les enfants sont forcés dans les écoles. Mais il montre de vraies photos d’enfants mutilés par les bombes américaines.

Les dirigeants de l’opposition ont commencé une campagne de mensonges accusant le gouvernement bolivarien de forcer les écoliers vénézuéliens à écrire des « lettres » contre les États-Unis ; une tentative de fausser la menace réelle du décret d’Obama qui considère le Venezuela comme un danger pour les Etats-Unis.

Montrant une lettre présumée d’enfants vénézuéliens qui "dénonce" ne pas pouvoir entrer dans leurs écoles s’ils ne rédigent pas une lettre manuscrite contre Obama, de nouveau, Mario Silva démonte la tentative grossière.

"Cette lettre est intéressante. Ils l’ont écrite avec des erreurs orthographiques comme s’il s’agissait d’un enfant, et c’est l’opposition qui ose nous accuser d’endoctriner les enfants et tuti quanti " a déclaré Silva, montrant la lettre avec des soldats américains dessinés près du message.

"Président Obama, je ne peux pas aller à l’école si je n’écris pas ça. Je tiens à te remercier de ne pas autoriser ceux qui volent ou tuent à sortir du pays. Merci M. Obama"

"Franchement, vous croyez vraiment qu’un enfant a pu écrire cela ?" demande Mario Silva, notant que cette manipulation de la part de l’opposition démontre un manque évident de sérieux et de responsabilité. "Qui endoctrine les enfants ?" s’écrie-t-il.

Il montre également des messages à partir d’un compte appelé "désobéissance civile" qui revendique l’utilisation présumée d’enfants forcés à signer contre les "sanctions américaines" jusqu’au journal El Nacional qui se fait l’écho de ces mensonges.

"Et Henrique Capriles, qui ne fait de la politique que par Twitter, écrit qu’au Venezuela les enfants sont contraints de signer contre Obama" s’insurge Silva, montrant le message du candidat de l’opposition, quadruple perdant.

"Nous les avons vraiment forcés ?" demande Silva, montrant des photographies de mères et d’enfants qui ont rejoint le mouvement de rejet de la menace impérialiste du président Obama, et qui tiennent ente les mains un papier avec "Obama abolis le décret !", "Nous sommes l’Espérance" et "Obama, vous êtes une menace ?".

"Est-ce mal que nos camarades, que les gens autour de nous aient peur de la guerre ? "Nous sommes l’Esperance, est-ce mal ?" demande Silva.

Ces enfants de la guerre que l’opposition ne veut pas voir

Mais Mario Silva a une autre surprise. Il montre des images dramatiques d’enfants massacrés, mutilés ou blessés dans des pays bombardés et occupés par les Marines américains, et qui ont précédemment été déclarés « menace » pour la sécurité américaine.

"Ce sont les enfants de la guerre... C’est ce que vous voulez M. Capriles ? Pourquoi ne pas le dire par Tweet ? Pourquoi être aussi lâche et ne pas le déclarer en face ?"
Contrairement aux manipulations mensongères de la droite, La Hojilla montre les réalisations du Venezuela Bolivarien grâce aux gouvernements de Chavez et de Maduro, avec des photos des bénéfices sociaux, des accès à l’éducation et à l’éducation musicale, des réalisations comme jamais auparavant il n’y en a eues dans le pays, par exemple la livraison massive d’ordinateurs dans les écoles. "Sûrement qu’ils diront que ce sont des bombes !" dit-il sarcastiquement.

"Qu’est-ce que nous a enseigné Chavez ? Les enfants et les personnes âgées sont vulnérables, il nous a a enseigné l’amour pour les enfants parce qu’ils sont ceux à qui nous céderons la patrie. Et Nicolas a appris de Chavez, nous avons tous appris de Chavez".

"Cela n’a jamais eu lieu dans la Quatrième République ... C’est l’enseignement de Chavez. Nous ne voulons pas la guerre, nous sommes un territoire de paix".
"Alors, qu’est-ce que veut l’opposition ?"

Texte, photo et vidéo / VTV

Traduction Michel Taupin

URL de cet article 28274
  

Même Thème
Code Chavez - CIA contre Venezuela
Eva GOLINGER
Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant. Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.