Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


[Venezuela] Pour la guerre, rien

Tout est faux dans l’offensive politico-diplomatique des Etats-Unis pour rendre effective la tentative d’un nouveau coup d’Etat – oui, un de plus et au XXIe siècle – en Amérique latine et dans les Caraïbes. Faux est le protagoniste d’un député inconnu de l’Etat Vargas, catapulté par le coup d’Etat à la célébrité des médias internationaux. Faux leurs ambassadeurs, faux les « ordres » qu’ils donnent, d’un siège fictif sans aucun pouvoir. De fausses déclarations de gouvernements qui soutiennent le coup d’État et « reconnaissent » la marionnette, tout en exigeant que le gouvernement réel et constitué fasse ceci ou fasse cela. Faux les informations qui montrent les mensonges concentrés et les trolls d’opposition dans les réseaux sociaux. Faux motifs et fausses accusations.

Celui qui espère désespère, dit la voix populaire. Quelle vérité vraie ! La vérité est ce qu’elle est, et c’est toujours vrai même si l’on pense à l’envers. Antonio Machado,
Campos de Castilla, Proverbios y Cantares XXX

J’imagine que le maestro andalou aurait pu réciter ce poème dans le « tablao » ouvert du concert » Pour la Guerre, Rien « , du côté vénézuélien du pont » Las Tienditas « . Pendant ce temps, à quelques centaines de mètres, la vulgarité pop vêtue d’habits enneigés pour tenter de confondre des intentions obscures, était bouleversante pour faire croire au monde que son but est d’aider les pauvres du Venezuela. Ce concert, de l’autre coté de la frontière étatique et morale, a été organisé par des gens riches comme le milliardaire businessman Branson, qui a déménagé aux îles Vierges britanniques – un des principaux paradis fiscaux du monde – pour échapper aux impôts, autrement dit, pour frauder les pauvres auxquels il veut maintenant apporter son aide.

Pauvres qui, malgré les difficultés évidentes causées par la guerre politico-économique déclenchée contre la Révolution bolivarienne, continuent à tourner le dos à ceux qui, enveloppés de drapeaux étrangers, réclament à grands cris une invasion armée.

Pauvres, que la révolution elle-même a arrachés à l’analphabétisme, à l’absence d’établissements publics de santé à proximité, à qui la révolution a facilité les études, à qui elle a offert un logement décent, à qui elle accueille dans les vieux jours et à qui elle invite à être acteurs de leur propre liberté .

Liberté qui a dans ces pays un sens différent de celui de la « liberty » du Nord. Dans les pays du Sud, la liberté implique l’aspiration encore en suspens à l’émancipation collective de la domination impériale et au dépassement de la ségrégation sociale installée par l’histoire coloniale. La liberté du libéralisme, prééminente aux États-Unis, est individualiste, réactive à l’engagement envers la communauté et propice à une accumulation illimitée. Opposé, dans ses fondements, à la libération des peuples du Sud global.

Espérer désespéré, dit le poète, et à juste titre. Les États-Unis sont impatients. Ils ont travaillé pendant 20 ans dans l’opposition au chavisme avec des résultats relativement maigres, par rapport à l’ampleur de l’effort investi. Ils ne contrôlent qu’une opposition fragmentée et un « chargé dispensable », qui doit jouer un rôle supplémentaire dans le scénario du gouvernement extrémiste à Washington, malheureusement appuyé par des gouvernements laquais.

Aucun des objectifs de la stratégie du coup d’État n’a été atteint. A l’idée d’une révolte populaire poussée par l’étroitesse et animée par des groupes criminels dans les guarimbas de 2017 [N.d.T. Manifestations violentes avec usage d’armes et de barricades, marqué par de nombreux actes de vandalismes], le peuple et le gouvernement ont répondu par la victoire de la paix dans l’élection de l’Assemblée nationale constituante.

L’objectif criminel de déclencher une guerre civile en fracturant les forces armées bolivariennes a également échoué. Les menaces, l’extorsion, la propagande et la séduction étasunienne n’ont pas abouti à la sédition du haut commandement ou à la désertion massive. Les cas isolés de certaines troupes ne sont pas pertinents en nombre et ne constituent pas un signe évident que cette artillerie lourde psychologique a entamé l’attachement des militaires vénézuéliens à la Constitution et au projet révolutionnaire.

Celui qui espère, désespère. Mais le désespoir est un mauvais conseiller.

Le fake gouvernement

L’histoire n’est pas seulement racontée par les vainqueurs, comme l’a écrit George Orwell en février 1944. Ceux qui sont à la traîne essaient aussi de l’écrire pour regagner du terrain et forcer leurs objectifs. Raconter d’abord la fiction, pour qu’elle devienne réelle plus tard. Ou insistez pour mentir, comme Goebbels l’ordonne, afin qu’il devienne vérité. Hollywood et Netflix le savent bien. Quand la réalité ne coopère pas, il faut l’inventer.

Tout est faux dans l’offensive politico-diplomatique des Etats-Unis pour rendre effective la tentative d’un nouveau coup d’Etat – oui, un de plus et au XXIe siècle – en Amérique latine et dans les Caraïbes. Faux est le protagoniste d’un député inconnu de l’Etat Vargas, catapulté par le coup d’Etat à la célébrité des médias internationaux. Faux leurs ambassadeurs, faux les « ordres » qu’ils donnent, d’un siège fictif sans aucun pouvoir. De fausses déclarations de gouvernements qui soutiennent le coup d’État et « reconnaissent » la marionnette, tout en exigeant que le gouvernement réel et constitué fasse ceci ou fasse cela. Faux les informations qui montrent les mensonges concentrés et les trolls d’opposition dans les réseaux sociaux. Faux motifs et fausses accusations.

Le seul fait réel est que le coup d’État est directement commandé par les États-Unis de Nord Amérique et que leur intérêt est de s’approprier les réserves naturelles du Venezuela, de détruire l’axe rebelle de la région et de l’aligner complètement sur ses intérêts géopolitiques.

L’empire de la loi ou la loi de l’empire

Cette agression sans précédent, déguisée en » aide humanitaire « , n’a pas reçu l’appui de la majorité au niveau international. Ni à l’ONU, ni à l’OEA, qui montre son vrai visage lorsque son secrétaire Almagro agit en dehors de son mandat formel, n’a obtenu les votes nécessaires qui permettent au moins un mince visage de légalité. Même l’Union européenne, aujourd’hui dominée par la droite, n’est pas parvenue à un consensus sur la reconnaissance du faux gouvernement malgré les actions imprudentes et irresponsables de certains pays, probablement sous la pression des forces d’occupation de l’OTAN.

La Croix-Rouge internationale et le Croissant-Rouge se sont dissociés de la manœuvre par une déclaration officielle impliquant un manque de consensus interne entre leurs membres, tandis qu’un nombre important de gouvernements et de personnalités mondiales ont mis en garde contre la violation de la souveraineté et le danger pour la paix qu’une invasion militaire déguisée en aide humanitaire pourrait représenter, comme ce fut le cas en Libye, en Irak ou en Syrie auparavant.

Trump n’a pas l’approbation du Congrès pour déclencher l’enfer en Amérique du Sud, un scénario insaisissable qui augmenterait sa faiblesse politique institutionnelle. Dans le même temps, une nouvelle guerre renforcerait le rejet généralisé de sa population, qui doit faire face à de graves difficultés sociales et n’a guère intérêt à supporter les morts et les coûts d’une politique étrangère fiévreuse et violente. Le pays serait probablement confronté à une rébellion interne généralisée et à une forte déstabilisation. Peut-être, avec l’opposition sûre de la Russie et de la Chine sur la scène internationale et la défection probable des alliés en vue d’une éventuelle attaque, est-ce là un élément qui pèse lourdement sur le calcul de l’establishment américain pour enrayer la barbarie.

Une aventure de guerre au Venezuela n’a pas non plus l’approbation des militaires des pays d’Amérique latine. Tant le haut commandement du Brésil que celui de la Colombie ont rejeté – du moins jusqu’à présent – la possibilité de se joindre à une croisade interventionniste, voire de s’opposer à la position politique de leur propre pays, dans une situation de vassalité impériale.

Et ces mêmes gouvernements, réunis dans le cartel de Lima (à l’exception très honorable du Mexique), ne veulent pas porter le fardeau de l’action militaire et craignent, à juste titre, la catastrophe régionale qu’entraînerait une guerre civile au Venezuela.

Une catastrophe qui non seulement tuerait des vies et détruirait l’infrastructure, mais qui entraînerait aussi une vague imposante de réfugiés. La soumission à la stratégie américaine, impliquant leurs pays dans une guerre contre leurs frères, provoquerait une vague de rejet généralisée et mettrait la légitimité déjà fragile ou inexistante de leurs propres gouvernements en crise terminale.

Le seul domaine dans lequel ce plan subversif a une grande majorité est celui des médias, à partir duquel la stratégie de discréditer et de pression contre le gouvernement de Nicolás Maduro et la nation Bolivarienne a été élaborée.

Comme c’est la coutume du régime américain actuel, dont le chef ne se lasse jamais de répéter l’Amérique d’abord ! – devise qui me fait penser à “Deutschland über alles” (L’Allemagne avant tout, similaire au slogan utilisé par la campagne de Jair Bolsonaro au Brésil) du nazisme – l’irrationalité du comportement unilatéral semble être la seule règle. La légitimité ne vient plus du droit ou des accords internationaux, mais de la force brute et de l’intérêt personnel. Ce n’est pas l’empire de la loi, c’est la loi de l’empire.

A la tranchée de la paix !

Cependant, la journée annoncée par l’opposition pour « l’entrée de l’aide humanitaire » n’a pas donné les résultats escomptés. La mise en scène comprenait des chanteurs latins bien connus qui ont fait office de première partie le 22 février, dans le but de convaincre le public mondial de la catastrophe humanitaire et politique supposée (et en réalité inexistante) que vit aujourd’hui le peuple vénézuélien. Les seules armes de destruction massive, comme celles qui ont servi de prétexte à la destruction de l’Irak, sont les médias qui propagent des mensonges et aident à déclencher eux-mêmes de véritables catastrophes.

L’intrusion d’aide non sollicitée était prévue pour le samedi 23 février, à partir des points de passage de la frontière vénézuélienne avec la Colombie et le Brésil. En ce qui concerne l’arrivée prévue depuis Roraima, le gouvernement brésilien s’est distanciée au dernier moment du soutien à un envoi massif. Le gouvernement de Curaçao, sujet des Pays-Bas, après une note envoyée par le gouvernement du Venezuela, a indiqué qu’il n’enverrait rien du centre de collecte installé sur l’île.

Pour surveiller et « collaborer » avec la fonction, des intrigues dangereuses comme Elliot Abrams et Luis Almagro, des responsables de l’USAID et la triade des présidents des démocraties les plus raffinées et respectueuses des droits humains du continent sont apparues, ainsi que le député Guaidó : Sebastián Piñera (président du Chili), Iván Duque (président de la Colombie)et Mario Abdo Benítez (président du Paraguay).

Le tableau a été complété par les dirigeants des partis d’opposition de droite Voluntad Popular et Primero Justicia, dont certains ont été des « résistants » dans les guarimbas de 2014 et 2017, et quelques centaines de « volontaires » – dont l’apparence et les actions font penser à la probabilité des gangs loués pour l’occasion.

Le gouvernement vénézuélien a ordonné la nuit précédente la fermeture des frontières et, pour sa part, le gouvernement colombien a également fermé le passage du pont international Simón Bolívar, avec l’intention d’empêcher le passage des camions envoyés par le Venezuela avec des boîtes CLAP [N.d.T. CLAP, Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production au Venezuela. Les produits inclus dans les boîtes CLAP sont le riz, les lentilles, le haricot noir, le thon, l’huile, les pâtes, la farine de maïs, le sucre et le lait] pour les taudis de la ville colombienne de Cúcuta. C’est évidemment un signal du gouvernement de Nicolás Maduro sur les insuffisances sociales qui existent sur l’ensemble du territoire colombien.

Les objectifs envisagés par l’assemblée de l’opposition étaient évidents. Si le gouvernement bolivarien laissait passer « l’aide humanitaire », il validerait le premier acte de pouvoir effectif du président fictif, tout en affaiblissant la position sans équivoque de la protection territoriale du gouvernement et des forces armées.

Si, par contre, les intrus étaient arrêtés, il y aurait beaucoup de déclarations dans les médias sur la répression « sanglante » déclenchée par le « régime dictatorial ». Afin d’accroître la véracité des faits, il a été prévu de procéder à des attaques contre soi-même, qualifiées – et ce n’est pas un hasard – de « faux positifs » en Colombie.

Au-delà de l’impact sur l’opinion publique, l’intention était de générer une rupture dans les forces armées, en montrant à la télévision quelques défections et en appelant à un soulèvement massif du secteur militaire contre le gouvernement constitué.

Comme prévu, il y a eu quelques incidents, des blessés, une douzaine de soldats désertés, des camions et des autobus en flammes. Comme l’a souligné un analyste, « ils ont amené les guarimbas de la Plaza Altamira (Caracas Est, un bastion d’opposition) à la frontière avec Cúcuta. »

En ce qui concerne la propagande et l’ambition de l’opposition, l’action a abouti à un échec total. Le mouvement chavista a une fois de plus montré sa capacité de mobilisation et le peuple, ainsi que l’unité civilo-militaire, une forte volonté de paix et de souveraineté.

La déception dans les rangs de l’opposition et sa dépendance extérieure radicale, très négative aux yeux du Vénézuélien moyen, pourrait conduire – bien que sans l’admettre et à moyen terme – à la possibilité qu’une partie importante de celle-ci accepte d’engager un nouveau dialogue avec le gouvernement bolivarien.

Le gouvernement des États-Unis et 13 des pays du groupe de Lima ne reculeront pas, du moins officiellement. Ils déclareront en début de semaine depuis Bogota, dans un nouvel acte du « groupe de Lima », leur litanie répétée de condamnation à la violence du gouvernement du Venezuela. Le gouvernement vénézuélien, à son tour, a rompu les relations diplomatiques avec la Colombie et a lancé un processus de coopération technico-humanitaire avec les Nations Unies et l’Union européenne. Pendant ce temps, Guaidó quitte la scène par une porte latérale, avec un destin incertain.

Devant le manque de succès accumulé dans la stratégie du coup d’État, l’option de la guerre existe toujours.

Le monde semble plongé dans un courant d’extrême cruauté. Les peuples d’aujourd’hui sont les otages de la barbarie financière qui soutient le fascisme et étouffe toute impulsion libertaire. La tranchée de la paix et des droits sociaux doit être massivement fortifiée. La lutte pour la paix et la souveraineté au Venezuela est cruciale et n’admet aucune nuance.

Le poète demandait déjà, par la bouche de Juan de Mairena (Antonio Machado, ‘Juan de Mairena, phrases, plaisanteries, notes et souvenirs d’un professeur apocryphe, 1934-1936’) « Avons-nous besoin de pleureuses contre les guerres qui s’annoncent, de mères déchaînées, avec leurs enfants dans les bras criant : « Plus de guerres » ? Et la muse colombienne Marta Sanchez a répondu. « Pour la guerre, rien ».

Javier Tolcachier
chercheur du Centre mondial d’Etudes humanistes,
un organisme du Mouvement humaniste

»» https://www.pressenza.com/fr/2019/02/venezuela-pour-la-guerre-rien/
URL de cet article 34632
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Même Thème
Code Chavez - CIA contre Venezuela
Eva GOLINGER
Code Chavez présente des documents secrets de la CIA et d’autres organismes des Etats-Unis, obtenus par l’avocate Eva Golinger. Son investigation passionnante révèle le mode opératoire de la CIA pour déstabiliser et renverser un pouvoir trop indépendant. Là où le Chili d’Allende avait été assassiné, le Venezuela de Chavez a réussi à résister. Pourtant, Bush, par l’odeur du pétrole alléché, met le paquet : coup d’Etat militaire en 2002, coup d’Etat économique et sabotage en 2003, campagne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté de la presse est la liberté que les capitalistes ont d’acheter des journaux et des journalistes dans l’intérêt de créer une opinion publique favorable à la bourgeoisie.

Karl Marx


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.