RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
44 

Victoria Nuland : L’Ukraine possède des "installations de recherche biologique" et craint que la Russie ne s’en empare.

Les aveux de la néoconservatrice jettent une lumière importante sur le rôle des États-Unis en Ukraine et soulèvent des questions essentielles sur ces laboratoires qui méritent des réponses.

Les "vérificateurs de faits" autoproclamés de la presse commerciale américaine ont passé deux semaines à qualifier de désinformation et de fausse théorie du complot l’affirmation selon laquelle l’Ukraine disposerait de laboratoires d’armes biologiques, seule ou avec le soutien des États-Unis. Ils n’ont jamais présenté de preuves à l’appui - comment pouvaient-ils le savoir ? et comment pouvaient-ils prouver le contraire ? - mais ils l’ont néanmoins affirmé avec le ton d’autorité et d’assurance qui les caractérise, ainsi que leur droit autoproclamé de décréter la vérité, en qualifiant définitivement ces affirmations de fausses.

Les affirmations selon lesquelles l’Ukraine possède actuellement des laboratoires d’armes biologiques dangereuses sont venues de la Russie et de la Chine. Le ministère chinois des Affaires étrangères a affirmé ce mois-ci : "Les États-Unis ont sous leur contrôle 336 laboratoires dans 30 pays, dont 26 rien qu’en Ukraine." Le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé que "la Russie a obtenu des documents prouvant que des laboratoires biologiques ukrainiens situés près des frontières russes travaillaient au développement de composants d’armes biologiques." De telles affirmations méritent le même niveau de scepticisme que les démentis américains : à savoir qu’il ne faut pas croire que tout cela est vrai ou faux en l’absence de preuves. Pourtant, les vérificateurs de faits américains se sont consciencieusement et par réflexe rangés du côté du gouvernement américain pour déclarer que de telles affirmations étaient de la "désinformation" et pour les tourner en dérision en les qualifiant de théories du complot de Qanon.

Malheureusement pour ce système de propagande qui se fait passer pour une vérification neutre et rigoureuse des faits, le fonctionnaire néocon qui a longtemps été en charge de la politique américaine en Ukraine a témoigné lundi devant la commission des affaires étrangères du Sénat et a fortement suggéré que ces affirmations sont, au moins en partie, vraies. Hier après-midi, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a comparu devant la commission sénatoriale des affaires étrangères. Le sénateur Marco Rubio (Républicain-Floride), espérant démentir les affirmations de plus en plus nombreuses selon lesquelles il y aurait des laboratoires d’armes chimiques en Ukraine, a demandé à Nuland d’un air suffisant : "L’Ukraine a-t-elle des armes chimiques ou biologiques ?"

Rubio s’attendait sans doute à un démenti catégorique de la part de Nuland, apportant ainsi une nouvelle "preuve" que ces spéculations sont d’ignobles Fake News émanant du Kremlin, du PCC et de QAnon. Au lieu de cela, Nuland a fait quelque chose de complètement inhabituel pour elle, pour les néocons et pour les hauts responsables de la politique étrangère américaine : pour une raison quelconque, elle a raconté une partie de la vérité. Sa réponse a visiblement stupéfié Rubio qui, dès qu’il a réalisé les dommages qu’elle causait à la campagne de communication américaine en disant la vérité, l’a interrompue et a insisté pour qu’elle affirme plutôt que si une attaque biologique devait se produire, tout le monde devrait être "sûr à 100%" que c’est la Russie qui l’a fait. Reconnaissante pour la bouée de sauvetage, Nuland a dit à Rubio qu’il avait raison.

Mais le sauvetage de Rubio est arrivé trop tard. Lorsqu’on lui a demandé si l’Ukraine possédait des "armes chimiques ou biologiques", Nuland n’a pas nié : pas du tout. Au lieu de cela, elle a reconnu - avec un malaise palpable en triturant son stylo et en s’exprimant de manière hésitante, un contraste flagrant avec son style habituellement arrogant de s’exprimer dans le jargon officiel du Département d’Etat -"euh, l’Ukraine a, euh, des armes chimiques et biologiques" : "euh, l’Ukraine a, euh, des installations de recherche biologique." Tout espoir de dépeindre de telles "installations" comme bénignes ou banales a été immédiatement détruit par l’avertissement qu’elle a rapidement ajouté : "nous sommes maintenant en fait assez préoccupés par le fait que les troupes russes, les forces russes, pourraient chercher à, euh, prendre le contrôle de [ces laboratoires], et nous travaillons donc avec les Ukrainiens [sic] sur la façon dont ils peuvent empêcher tout matériel de recherche de tomber entre les mains des forces russes si elles s’approchent" - [interruption par le sénateur Rubio] :

L’admission bizarre de Nuland selon laquelle "l’Ukraine dispose d’installations de recherche biologique" suffisamment dangereuses pour justifier la crainte qu’elles ne tombent entre les mains des Russes constituait ironiquement une preuve plus décisive de l’existence de tels programmes en Ukraine que ce qui a été offert en 2002 et 2003 pour corroborer les allégations américaines sur les programmes chimiques et biologiques de Saddam en Irak. Une confession réelle contre l’intérêt d’un haut fonctionnaire américain sous serment est clairement plus significative que la présentation par Colin Powell d’un tube à essai contenant une substance inconnue tout en montrant des images satellites granuleuses que personne ne pouvait déchiffrer.

Il va sans dire que l’existence d’un programme de "recherche" biologique ukrainien ne justifie pas une invasion par la Russie, et encore moins une attaque aussi complète et dévastatrice que celle qui est en cours : pas plus que l’existence d’un programme biologique similaire sous Saddam n’aurait rendu l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003 justifiable. Mais la confession de Nuland jette une lumière critique sur plusieurs problèmes importants et soulève des questions vitales qui méritent des réponses.

Toute tentative de prétendre que les installations biologiques de l’Ukraine ne sont que des laboratoires médicaux bénins et standard est contredite par la grave préoccupation explicite de Nuland selon laquelle "les forces russes pourraient chercher à prendre le contrôle" de ces installations et que le gouvernement américain est donc, en ce moment même, "en train de travailler avec les Ukrainiens sur la façon dont ils peuvent empêcher que ces matériaux de recherche ne tombent entre les mains des forces russes". La Russie a ses propres laboratoires de recherche médicale avancée. Après tout, elle a été l’un des premiers pays à développer un vaccin COVID, un vaccin que le Lancet, le 1er février 2021, a déclaré "sûr et efficace" (même si les responsables américains ont fait pression sur de nombreux pays, dont le Brésil, pour qu’ils n’acceptent aucun vaccin russe, tandis que des alliés des États-Unis comme l’Australie ont refusé pendant une année entière de reconnaître le vaccin COVID russe dans le cadre de leur passe vaccinal). La seule raison d’être "très préoccupé" par le fait que ces "installations de recherche biologique" tombent entre les mains des Russes est qu’elles contiennent des matériaux sophistiqués que les scientifiques russes n’ont pas encore mis au point eux-mêmes et qui pourraient être utilisés à des fins néfastes - c’est-à-dire soit des armes biologiques avancées, soit des "recherches" à double usage susceptibles d’être transformées en armes.

Qu’y a-t-il dans ces laboratoires biologiques ukrainiens qui les rendent si inquiétants et dangereux ? Et l’Ukraine, qui n’est pas exactement connue pour être une grande puissance en matière de recherche biologique avancée, a-t-elle bénéficié de l’aide d’autres pays pour développer ces substances dangereuses ? L’assistance américaine se limite-t-elle à ce que Nuland a décrit lors de l’audition - "travailler avec les Ukrainiens sur la façon dont ils peuvent empêcher que ces matériaux de recherche ne tombent entre les mains des forces russes" - ou l’assistance américaine s’est-elle étendue à la construction et au développement des "installations de recherche biologique" elles-mêmes ?

Malgré tout le langage dédaigneux utilisé au cours des deux dernières semaines par ceux qui se sont autoproclamés "vérificateurs de faits", il est confirmé que les États-Unis ont travaillé avec l’Ukraine, pas plus tard que l’année dernière, au "développement d’une culture de gestion des risques biologiques, de partenariats de recherche internationaux et de la capacité des partenaires à renforcer les mesures de biosécurité et de biosurveillance". L’ambassade des États-Unis en Ukraine s’est publiquement vantée de son travail de collaboration avec l’Ukraine "pour consolider et sécuriser les agents pathogènes et les toxines présentant un risque pour la sécurité et pour continuer à garantir que l’Ukraine puisse détecter et signaler les épidémies causées par des agents pathogènes dangereux avant qu’elles ne constituent une menace pour la sécurité ou la stabilité".

Cette recherche biologique conjointe États-Unis/Ukraine est, bien sûr, décrite par le département d’État de la manière la moins menaçante possible. Mais cela soulève à nouveau la question de savoir pourquoi les États-Unis seraient si gravement préoccupés par des recherches bénignes et courantes tombant entre les mains des Russes. Il semble également très étrange, et c’est un euphémisme, que Nuland ait choisi de reconnaître et de décrire les "installations" en réponse à une question claire et simple du sénateur Rubio sur la question de savoir si l’Ukraine possède des armes chimiques et biologiques. Si ces laboratoires sont simplement conçus pour trouver un remède au cancer ou créer des mesures de sécurité contre les agents pathogènes, pourquoi, dans l’esprit de Nuland, cela aurait-il quelque chose à voir avec un programme d’armes biologiques et chimiques en Ukraine ?

La réalité incontestable est que - malgré les conventions internationales de longue date interdisant le développement d’armes biologiques - tous les grands pays puissants mènent des recherches qui, à tout le moins, ont la capacité d’être converties en armes biologiques. Les travaux menés sous le couvert de la "recherche défensive" peuvent être, et sont parfois, facilement convertis en armes interdites. Rappelons que, selon le FBI, les attaques à l’anthrax de 2001 qui ont terrorisé la nation provenaient d’un chercheur de l’armée américaine, le Dr Bruce Ivins, travaillant au laboratoire de recherche sur les maladies infectieuses de l’armée américaine à Fort Detrick, dans le Maryland. Il prétendait que l’armée menait "simplement" des recherches défensives pour trouver des vaccins et d’autres protections contre l’anthrax armé, mais que pour ce faire, l’armée devait créer des souches d’anthrax hautement armées, qu’Ivins a ensuite libérées comme arme.

Un programme de 2011 de PBS Frontline sur ces attaques à l’anthrax explique : "En octobre 2001, le Dr Paul Keim, microbiologiste de l’Université Northern Arizona, a identifié que l’anthrax utilisé dans les lettres d’attaque était la souche Ames, un développement qu’il a décrit comme "effrayant" parce que cette souche particulière a été développée dans des laboratoires du gouvernement américain." S’adressant à Frontline en 2011, le Dr Keim a expliqué pourquoi il était si alarmant de découvrir que l’armée américaine avait cultivé des souches aussi hautement létales et dangereuses dans son laboratoire, sur le sol américain :

Nous avons été surpris que ce soit la souche Ames. Et cela nous a fait froid dans le dos, car la souche d’Ames est une souche de laboratoire qui avait été développée par l’armée américaine comme souche de résistance au vaccin. Nous savions qu’elle était très virulente. En fait, c’est la raison pour laquelle l’armée l’a utilisée, car elle représentait un défi plus puissant pour les vaccins développés par l’armée américaine. Il ne s’agissait pas d’un type aléatoire d’anthrax que l’on trouve dans la nature ; il s’agissait d’une souche de laboratoire, et c’était très important pour nous, car c’était le premier indice qu’il pouvait s’agir d’un événement bioterroriste.

Cette leçon sur les graves dangers de la recherche à double usage sur les armes biologiques a été réapprise au cours des deux dernières années à la suite de la pandémie de COVID. Bien que les origines de ce virus n’aient pas encore été prouvées par des preuves concluantes (rappelez-vous que les vérificateurs de faits ont déclaré très tôt qu’il était définitivement établi qu’il provenait d’un transfert entre espèces et que toute suggestion d’une fuite de laboratoire était une "théorie de la conspiration", avant que la Maison Blanche de Biden n’admette, au milieu de l’année 2021, qu’elle ne connaissait pas les origines du virus et n’ordonne une enquête pour déterminer s’il provenait d’une fuite de laboratoire), ce qui est certain, c’est que l’Institut de virologie de Wuhan manipulait diverses souches de coronavirus pour les rendre plus contagieuses et plus mortelles. La justification était que cela était nécessaire pour étudier la manière dont des vaccins pourraient être développés, mais quelle que soit l’intention, la culture de souches biologiques dangereuses a la capacité de tuer un grand nombre de personnes. Tout cela montre que des recherches classées comme "défensives" peuvent facilement être converties, délibérément ou non, en armes biologiques extrêmement destructrices.

À tout le moins, la révélation surprenante de Nuland révèle, une fois de plus, à quel point le gouvernement américain est et a été, pendant des années, fortement impliqué en Ukraine, sur la partie de la frontière russe que les fonctionnaires et les universitaires américains de tous horizons ont mis en garde pendant des décennies comme étant la plus sensible et la plus vulnérable pour Moscou. C’est Nuland elle-même, alors qu’elle travaillait pour le département d’État d’Hillary Clinton et de John Kerry sous le président Obama, qui a été fortement impliquée dans ce que certains appellent la révolution de 2014 et d’autres le "coup d’État" qui a entraîné un changement de gouvernement en Ukraine, passant d’un régime favorable à Moscou à un régime beaucoup plus favorable à l’UE et à l’Occident. Tout cela s’est déroulé alors que la société énergétique ukrainienne Burisma versait 50 000 dollars par mois non pas au fils d’un fonctionnaire ukrainien mais au fils de Joe Biden, Hunter : un signe de qui exerçait le vrai pouvoir à l’intérieur de l’Ukraine.

Mme Nuland a non seulement travaillé pour les départements d’État d’Obama et de Biden pour gérer la politique ukrainienne (et, à bien des égards, l’Ukraine elle-même), mais elle a également été conseillère adjointe à la sécurité nationale du vice-président Dick Cheney, puis ambassadrice du président Bush auprès de l’OTAN. Elle est issue de l’une des familles royales néoconservatrices les plus prestigieuses d’Amérique ; son mari, Robert Kagan, était cofondateur du célèbre groupe néoconservateur et belliciste Project for the New American Century, qui préconisait un changement de régime en Irak bien avant le 11 septembre. C’est Kagan, avec l’icône libérale Bill Kristol, qui (avec l’actuel rédacteur en chef de The Atlantic Jeffrey Goldberg), a été le principal responsable du mensonge selon lequel Saddam travaillait main dans la main avec Al-Qaïda, un mensonge qui a joué un rôle clé pour convaincre les Américains que Saddam était personnellement impliqué dans la planification du 11 septembre.

Le fait qu’une néoconservatrice comme Nuland soit admirée et habilitée indépendamment du résultat des élections montre à quel point les ailes de l’establishment des deux partis sont unifiées et en phase lorsqu’il s’agit de questions de guerre, de militarisme et de politique étrangère. En effet, le mari de Nuland, Robert Kagan, signalait que les néocons soutiendraient probablement Hillary Clinton à la présidence - le faisant en 2014, bien avant que quiconque n’imagine Trump comme son adversaire - en se basant sur la reconnaissance que le parti démocrate était désormais plus accueillant à l’idéologie néocon que le Parti Républicain, où le néo-isolationnisme de Ron Paul puis de Trump se développait.

Vous pouvez voter contre les néocons tant que vous voulez, mais ils ne disparaissent jamais. Le fait qu’un membre de l’une des familles néoconservatrices les plus puissantes des États-Unis dirige la politique ukrainienne des États-Unis depuis des années - passant de Dick Cheney à Hillary Clinton et Obama et maintenant à Biden - souligne le peu de dissidence qui existe à Washington sur ces questions. C’est la grande expérience de Nuland dans l’exercice du pouvoir à Washington qui rend sa confession d’hier si surprenante : c’est le genre de choses sur lesquelles les gens comme elle mentent et dissimulent, pas qu’ils admettent. Mais maintenant qu’elle l’a admis, il est crucial que cette révélation ne soit pas enterrée et oubliée.

Glenn Greenwald

Traduction "il ne faut croire en rien avant qu’il ne soit officiellement démenti, disait l’autre" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://greenwald.substack.com/p/victoria-nuland-ukraine-has-biological
URL de cet article 37831
  

Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.