Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Villeneuve-Preignac : mêmes causes mêmes effets. Combien de temps allons-nous encore compter les cercueils ?

Mai 2014 intoxications aiguës d’une classe d’enfants à Villeneuve sur Blaye, commune viticole girondine. Août 2015 publication d’un rapport de l’Agence Régionale de la Santé et de l’Institut National de Veille Sanitaire sur une investigation faisant suite au signalement en 2012 de M. Jean-Pierre Manceau, maire de l’époque, de quatre cas de cancers pédiatriques sur Preignac, commune viticole girondine.

A Villeneuve sur Blaye, la Maire est viticultrice et propriétaire d’une parcelle jouxtant l’école, une grande part des parents des enfants intoxiqués travaillent dans le secteur viticole.....Pas de suite judiciaire.

A Preignac, la saisine de l’ARS par le Maire a permis l’investigation. Le rapport en faisant état, et malgré les deux années et demi nécessaires à sa réalisation, pèche par un excès de prudence tant par sa teneur que sa discrète publication en pleines vacances aoûtiennes.

Preignac 35% des actifs travaillant dans le secteur agricole et une cinquantaine de viticulteurs, les cancers des enfants de la commune (et des communes limitrophes : Barsac, Loupiac, Sainte Croix Du Mont, Fargues) sont autant de métastases pour l’image et les ambitions de grands noms de la viticulture bordelaise et des vins de Bordeaux.

A Villeneuve comme à Preignac et alentours, les pesticides pulvérisés quelques instants avant les malaises ressentis par les élèves ou de manière récurrente depuis X années, sont largement mis en cause jusqu’à ce que cette présomption de culpabilité soit balayée d’un revers de mauvaise foi à complexer les plus grands prêcheurs de l’innocuité des pesticides.

L’argument de la mise en péril de la survie économique d’exploitations agricoles locales et de la faillite financière des familles y travaillant, transparait dans le refus de parents de Villeneuve de poursuivre judiciairement les auteurs des pulvérisations litigieuses et dans la teneur du rapport produit par l’ARS et l’INVS. Rapport dans lequel des professionnels de la/notre sécurité sanitaire concluent qu’un taux de cancer 5 fois supérieur à la moyenne nationale (4 contre 0.8) constitue un excès relativement faible, alors qu’il s’agit d’enfants. Et écrivent que l’exposition aux pesticides est « possible », sous entendant pas certaine, alors même que l’école n’est distante de la parcelle de vigne que de quelques mètres !

Dans le doute abstiens-toi ! L’absence de certitudes justifiera la non prise de mesures susceptibles de venir protéger les enfants mais contrarier l’économie locale.

Le principe de précaution lui, ne s’applique que pour protéger le vignoble d’attaques parasitaires, contre lesquelles sont alors déployés insecticides et fongicides. Semant ainsi les prémices des cataclysmes qui frapperont quelques années plus tard les organismes humains exposés.

Un cep de vigne contre une vie, en l’occurrence d’enfants, dilemme cornélien.

Le maire actuel de Preignac n’a pour sa part toujours pas tranché, hésitant entre agrandir l’école ou le cimetière....Conscient qu’il est peut-être que le rachat envisagé en vue d’arrachage de la parcelle jouxtant l’école, n’immunisera pas les enfants exposés aux pulvérisations de pesticides, de futures pathologies mortifères.

Villeneuve et Preignac, deux cas probants des effets délétères des pesticides sur la santé de nos enfants et deux bourrasques médiatiques plus tard, la mise en sursis de leurs chances de vivre en bonne santé va être balayée d’un revers de campagne de séduction des vins de Bordeaux sur fond de Cité des civilisations du vin et de désinformation des marchands de mort.

Marie-Lys Bibeyran.

»» http://infomedocpesticides.fr/2015/08/14/villeneuve-preignac-memes-cau...
URL de cet article 29480
   
Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une fois que vous avez vu certaines choses, vous ne pouvez pas les -voir. Et ne rien voir est autant un acte politique que de voir quelque chose.

Arundhati Roy


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.