RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les fausses promesses d’un printemps

Le 20 octobre est une date repère pour les révolutions arabes. Il y a quatre ans, jour pour jour, était lynché le président libyen Mouammar Kadhafi. Les images de cet homme maltraité par une horde de dégénérés à la solde du sioniste Bernard-Henry Lévy ont fait le tour de la planète.

Quelques heures plus tard le monde apprend la mort du leader libyen. Applaudissements dans les capitales du « monde libre » et surtout à Paris où le « petit » président français célébrait cette mort comme une délivrance. Ce même président a fait le déplacement à Benghazi pour fêter avec ses sbires la promesse d’un enfer dont il avait ouvert les portes aux Libyens.

Aujourd’hui, quatre années après l’exécution moyen-âgeuse d’un chef d’Etat qui a ravi, en son temps, Sarkozy et Obama, la Libye est divisée en plusieurs petites principautés où règnent l’injustice et la violence. Pourtant, les Occidentaux avaient promis le paradis, autres choses, aux populations libyennes. Il ne reste de leur promesse que le sang des innocents et les larmes de milliers de femmes et d’enfants vivant sous le joug d’une organisation terroriste à Syrte et sous l’autorité d’un Parlement croupion à Tobrouk et d’un pouvoir pris par la force à Tripoli. La « révolution » libyenne a accouché d’un monstre à trois têtes et aucune ne ressemble au rêve dont ont été bercés les jeunes Libyens qui avaient été poussés à manifester à Benghazi.

Le cauchemar libyen, en ce quatrième anniversaire de la liquidation de Mouammar Kadhafi, n’est pas près de trouver sa fin. Les belligérants refusent de s’entendre, l’ONU est impuissante face au drame et les Libyens voient leur pays sombrer de jour en jour dans le chaos.

La promesse de liberté et de modernité n’est donc qu’un leurre qu’agitent les Occidentaux devant les populations arabes pour les détruire de l’intérieur. Il n’est pas besoin de faire de long discours pour argumenter cela. Dans les cinq pays où a germé le « printemps arabe », seule la Tunisie semble tirer son épingle du jeu. La Syrie est totalement détruite, le Yémen est dans un état lamentable et l’Egypte est profondément divisée au vu des procès qui ont débouché sur des dizaines de condamnations à mort. Tous ces pays traîneront leurs plaies des décennies. On est bien loin de la liberté promise. Bien au contraire, la déchirure historique qui a frappé le corps de la nation arabe ne présage rien de bon. Les prochaines générations évolueront dans un monde apocalyptique à tout point de vue. Il n’y a rien à attendre des Arabes des trois premières décennies du troisième millénaire.

Mais du point de vue des sionistes et de leurs alliés occidentaux, « le printemps arabe » a tenu toutes ses promesses. Toutes ces Républiques qui promettaient quelque chose à leurs citoyens ont été réduites en miettes. Et ce n’est pas des monarchies du Golfe et du Maghreb que viendra le salut des Arabes.

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/227845-les-fausses-promesses-d-un-p...
URL de cet article 29471
  

Même Thème
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.