RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vive les Nègres, nom d’un Gitan !

J’ai lu récemment dans un journal allemand que les classiques des livres pour enfants étaient réédités avec des corrections conformes au politiquement correct. On supprime en particulier le mot « nègre ».

Ainsi, dans un épisode de « La Petite Sorcière » de Otfried PreuàŸler, paru en 1957, les enfants jouent à se déguiser : en chinois, en turcs, et en nègres. L’éditeur veut changer tout cela mais se demande encore comment. Tout déguisement peut être insultant pour celui qu’on imite, si celui-ci est assez con pour voir le Ku Klux Klan dans un jeu d’enfants.

La célèbre Fifi Brindacier, Pippi Langstrump en VO suédoise des années 40 et Pippi Langstrumpf en allemand, ne pourra plus rêver d’être une « princesse nègre », mais devra se contenter d’être une « princesse des mers du sud ». Si on garde les illustrations d’origine, on aura une Océanienne dans le texte et une Africaine sur l’image. Bravo la leçon de Géo pour les gosses !

Michael Ende, l’auteur de « L’Histoire sans fin », a écrit le conte de « Jim Knopf et Lukas le chauffeur de locomotive ». A l’époque de la vapeur, Lukas n’arrive jamais à se blanchir complètement de la suie qui couvre son visage, et Jim Knopf est un « petit nègre ». Michael Ende raconte leur histoire de manière loufoque en se moquant de tout le monde, sauf justement de ces deux « gueules noires », isolées dans un monde de blancs. Eh bien, on va aplanir tous les gags, se livrer à un vrai massacre, pour enlever partout le mot « nègre ».

Et le « Struwwelpeter » de 1845, traduit par Cavanna sous le titre de « Crasse Tignasse » et dans d’autres versions par « Pierre l’Ebouriffé ». Dans ce livre, St Nicolas punit trois garnements qui se moquent d’un « petit nègre » en les trempant dans de l’encre. L’article ne dit pas ce qu’on va en faire. Mais comme, en plus, c’est écrit en vers, bonjour le respect de la métrique !

Avec mon goût prononcé pour la provoc, je propose que l’on aille plus loin.

Ainsi, Agatha Christie a écrit « Dix statuettes d’enfants de couleur », Léo Ferré chantait « Dieu est un Américain d’origine africaine » (Bien du plaisir à celui qui adaptera la musique !), Picasso a été très influencé par l’art des mers du sud, Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor ont été les chantres de l’hommedecouleuritude, ce qui expliquerait pourquoi Césaire a fini assez diminué pour soutenir Sarkosène Royal. Bien entendu, tout le monde a entendu un jour la célèbre chanson d’Yves Montand « Mon pote issu des gens du voyage ». (Bien du plaisir de nouveau pour l’arrangeur musical !)

En réalité, je proposerais plutôt qu’on arrête les conneries.

D’abord, les enfants ne deviennent pas racistes parce qu’il y a le mot « roi nègre » dans une histoire de déguisement. Ils le deviennent si leurs parents leur apprennent à détester l’autre pour sa race. Tous les vieux militants antiracistes ont lu « Tintin au Congo » dans leur enfance. (Pardon ! Les militants antiracistes « du troisième âge » !)

Il faut arrêter de rendre des mots tabous indépendamment de leur contexte.

Et surtout, arrêter l’hypocrisie qui va avec. Car ceux qui n’osent pas prononcer les mots pour dire si quelqu’un est noir, juif, jaune, vieux ou infirme, ce sont ceux qui sont encore gênés en présence des noirs, des juifs, des jaunes, des vieux, des infirmes et que sais-je encore.

Moi, je m’en fous d’être vieux, sourd, chauve, petit avec de grandes oreilles et un peu fou sur les marges. Et je ne suis pas gêné en présence de ceux qui le sont aussi. Ni en présence de noirs, de juifs et autres homos !

Et je n’ai pas envie de me gêner avec les tartuffes. Montrons leur ce sein qu’ils ne sauraient voir !

Personnellement, je trouve superbes les beautés noires, et ceux qui y voient du sexisme et du racisme sont des cons et je les emmerde. Le racisme m’est étranger, ce qui me permet d’appeler un chat un chat sans que les chats se sentent insultés (mais les chats sont souvent moins cons que les humains). Et la Nature est d’accord avec moi, elle qui est quasiment incapable de produire une métisse moche. (Les dames et les homos seront sans doute du même avis en ce qui concerne les garçons métis.)

Une fois, j’avais écrit un texte sur le danger de dérive antisémite de l’anti-sionisme. Quand, la nécessaire critique de Tsahal vire à la haine contre le boucher kasher du coin chez certains jeunes banlieusards. Une dame très à gauche a compté le nombre de fois que j’utilisais le mot « juif » dans le texte, mais sans le lire, et a fini par y voir de l’antisémitisme. Et comme j’évoquais, en bon germaniste, le danger de voir les Juifs liés pour des générations aux crimes sionistes comme les Allemands aux crimes nazis, un participant au forum a soutenu cette dame en me traitant par dessus le marché de « guttural », puisque germaniste. Bon vieux racisme anti-allemand, qui veut que le « ach », équivalent de la « jota » espagnole, symbolise la brutalité de tout un peuple, racisme d’autant plus ridicule que l’un des dialectes germaniques qui utilise le plus ce son guttural, c’est le yiddish !

Une autre fois, dans mon anti-carrière de prof, je suis passé pour raciste. Un Marocain bousculait un petit Turc, et quand je lui en ai fait reproche, il m’a dit : « Mais Monsieur, c’est un Gitan ! ». Pauvre con que j’étais, j’ai essayé de lui expliquer qu’étant lui-même très typé, il risquait un jour d’être brimé par des racistes et que ce n’était pas malin de se servir du mot « Gitan » comme insulte. Il en a conclu que je n’aimais pas les Arabes. Depuis, quand je raconte qu’on m’a pris pour un raciste parce que j’engueulais un Marocain qui traitait un Turc de Gitan, les gens rigolent. Je ne sais pas si c’est de l’humour « d’origine africaine », mais moi, ça me fait rire « asiatique ».

Merde ! Voilà que je m’y mets moi aussi, au politiquement correct. Décidément, on y passe tous.

Mais vive les Nègres quand-même, nom d’un Gitan !

Et avec maître François, pas Villon mais l’autre, je vous dis merde, à vous, hypocrites, bigots, vieux matagots, souffreteux bien enflés, torcols, idiots plus que n’étaient les Goths ou les Ostrogoths, précurseurs des magots, porteurs de haires, cagots, cafards empantouflés. gueux emmitouflés, frappards écorniflés, bafoués, enflés, qui allumez les fureurs.

Ce n’est pas parce que Rabelais ignorait l’expression « politiquement correct » qu’il manquait de vocabulaire. Faut pas croire !

URL de cet article 19129
  

George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Avant, il y avait la tomate. Puis, ils ont fabriqué la tomate de merde. Et au lieu d’appeler la tomate de merde “tomate de merde”, ils l’ont appelée “tomate”, tandis que la tomate, celle qui avait un goût de tomate et qui était cultivée en tant que telle, est devenue “tomate bio”. À partir de là, c’était foutu. »

Inconnu

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.