RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Washington et le Golfe à l’heure du grand écart, Fabio Lo Verso.




http://psychomind-studio.deviantart.com







Le Courrier, mardi 31 Juillet 2007


George W. Bush a fini par trouver la solution à ses problèmes dans le Golfe : armer ses « alliés » sunnites pour faire contrepoids à l’influence grandissante de l’Iran dans la région. Le président étasunien envisage de vendre des équipements militaires à l’Arabie saoudite, à l’Egypte et à cinq autres pays dits modérés (Qatar, Bahrein, Koweït, Oman, Emirats arabes unis). Le marché, qui prévoit la livraison de missiles air-air et de bombes guidées par satellite, porterait sur 20 milliards de dollars en dix ans. Venant du chef d’une armée piteusement enfoncée dans le bourbier irakien, l’argument est hautement symbolique. Washington signe là un aveu d’impuissance. L’administration Bush voit s’envoler chaque jour davantage son rêve de contrôler le Golfe via l’Irak. Suffira-t-il d’augmenter les capacités de défense de ses prétendus amis pour se prémunir face au « péril » iranien ? La dégradation des relations avec les Saoudiens, théoriquement plus proches de la Maison-Blanche que tous les autres pays de la région, permet d’en douter. ( N.d.l.r. Washington décide d’armer ses alliés arabes pour contrer l’Iran, Euronews, 31 07 2007
Les Etats-Unis vont augmenter de 25% leur aide militaire à Israël, AFP, 29 07 2007)

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la question de « l’amitié » entre Washington et Riyad s’est posée avec acuité après la découverte que quinze des dix-neuf kamikazes avaient la nationalité du royaume. Question rendue plus brûlante aujourd’hui par l’irritation de certains hauts responsables étasuniens, qui accusent l’Arabie saoudite, dans les colonnes New York Times du 27 juillet, « d’encourager la guérilla sunnite en Irak ». Les Saoudiens prétendent pour leur part que le gouvernement irakien, soutenu par Washington, est infiltré par des « agents iraniens ». Entre les deux pays, le dialogue tourne au pugilat fort peu diplomatique. Le roi Abdallah est même sorti de sa réserve monarchique pour critiquer « l’occupation » étasunienne dans l’ancienne Mésopotamie. De leur côté, les services de George W. Bush soupçonnent Riyad de favoriser le financement d’activités terroristes et de fermer un oeil sur les filières saoudiennes qui alimentent la rébellion irakienne. Environ la moitié des combattants étrangers qui entrent en Irak seraient issus du royaume, selon une enquête du Los Angeles Times.

Tout cela arrive à la veille de la réunion qui devrait se tenir aujourd’hui à Charm El-Cheikh entre le ministre étasunien de la défense, Robert Gates, la secrétaire d’Etat Condoleeza Rice et leurs homologues d’Arabie saoudite, d’Egypte et des cinq pays arabes modérés du Golfe. Les deux émissaires de George W. Bush leur proposeront un plan d’armement pour bâtir un rempart contre l’Iran. Ce projet se heurte aux réticences du Congrès, qui s’inquiète de l’inimitié croissante de Riyad envers Washington. Est-ce bien le moment d’armer un pays hostile à sa propre politique ? Cette option en dit long sur l’impasse stratégique d’un gouvernement qui en est réduit au grand écart entre son discours et sa pratique. Un exercice désastreux à long terme dans une région aussi délicate que celle du Golfe.

Fabio Lo Verso


- Source : Le Courrier www.lecourrier.ch




Guerre en Irak, la presse se réveille : « tout le monde à la maison », par Lucio Manisco.


Paul Craig Roberts : George Bush pourrait décréter l’état d’urgence, RIA Novosti.

Iran : compte à rebours, par Alain Gresh.






URL de cet article 5297
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.