RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Zone Rouge

Il y a deux jours, je me trouvais sur un marché, au centre de Bamako en compagnie d’un camarade du parti SADI (Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance) également responsable du réseau de radios libres «  réseau Kayira ». Il souhaitait acheter une paire de chaussures.. Alors qu’il s’arrête pour négocier le prix d’une paire de chaussure avec un commerçant, je m’arrête en face d’une échoppe à quelques pas. Sur le fronton de celle-ci, je peux voir et lire des affichettes à l’effigie de Mouammar Kadhafi. Très certainement des affichettes collées au passage d’un manifestation de protestation contre l’intervention en Libye. Un portrait du Colonel occupe la moitié supérieure du papier, en dessous du portrait, est écrit : «  soutenons le guide de la révolution Kadhafi ». Le marchand qui vend des pièces de tissu est occupé avec un client et je m’adresse tout d’abord, aux quelques personnes assisses devant et à côté de l’échoppe pour leur demander qu’ils m’autorisent à faire une photo. Deux gamins, s’adressent tout d’abord à moi sur le registre du racket à touriste et réclament de l’argent alors que la question ne les concerne nullement. Comportement de gamins sans suite ni intérêt. Alors que Madou s’approche pour me rejoindre, le commerçant de la boutique voisine du commerçant de tissu m’interpelle pour me faire savoir que le marchand en a fini avec son client et que je peux m’adresser à lui directement pour savoir si oui ou si non je peux réaliser cette photo. Après avoir hésité un instant, le marchand me répond qu’il ne souhaite pas que je prenne cette photo.

Sans la moindre agressivité, il me répond : non. Tu es blanc et en plus, tu es français. Sarkozy a assassiné le Colonel Kadhafi. Pour moi comme pour la majorité du peuple Malien et de l’Afrique, il n’était pas un dictateur et il était l’un des rares à oser dire «  non » à la France et aux Grandes puissances. Je ne peux pas accepter la recolonisation de l’Afrique par la France de Sarkozy. Tous les blancs ont soutenu Sarkozy, son intervention en Côte-d’Ivoire et la guerre en Libye et ils ont tous applaudi à son assassinat. Voilà pourquoi, je ne souhaite pas que tu prennes cette photo. Car pour moi cela signifie que tu glorifies cette victoire du colonialisme et cette photo serait un trophée.

Madou intervenant dans notre conversation explique brièvement les raisons ma présence au Mali. Encore une fois les références à radio Kayira et au parti SADI font miracle et Madou retourne la situation en expliquant aux quelques personnes qui s’intéressent à notre débat la position du parti et qu’on ne peut répondre avec une vision manichéenne blanc/noir. Ce serait conforter Sarkozy et les puissances occidentales dans leur stratégie d’intervention sur le Continent. Finalement, je reçois l’accord du commerçant pour faire la photo et nous nous quittons bons amis, moi reconnaissant que son analyse d’un point de vue africain est juste et lui reconnaisant qu’il ne fallait pas simplifier les sources de conflit entre blanc et noir. Il s’appelle par ailleurs Traoré c’est également le nom qui m’a été attribué par l’équipe de radio Kayira et nous nous quittons après une poignée de main amicale.

Cet épisode est très représentatif de l’opinion des africains et des Maliens notamment. J’ai bien souvent entendu ce point de vue de la part de Maliens que j’ai rencontrés qu’ils soient politisés ou non. L’intervention du tribunal de La Haye, n’a fait qu’ajouter de l’huile sur le feu.

En France et, plus généralement dans l’ensemble des pays européens, il n’a été fait état que des sujets de conflits entre ces pays et le dirigeant Libyen, sans que, à aucun moment il n’ai été tenu compte du point de vue des peuples africains. Ces derniers n’ont que faire des griefs des occidentaux à l’égard du colonel Kadhafi. Ce qu’ils retiennent, c’est que personne en Libye ne mourait de fin, que les soins étaient gratuits ainsi que l’enseignement. Aucun de ces dirigeants des régimes pétroliers n’a voulu investir le moindre dollar pour aider les pays africains à sortir de la famine, du surendettement et acquérir une réelle indépendance à l’égard des nations impérialistes. C’est pour ces raisons parmi bien d’autres que les peuples africains ont été bouleversés par l’assassinat du leader Libyen.

Au cours de ce conflit, les dirigeants africains qui ont tenté une médiation pour une résolution pacifique du conflit ont été traités comme des moins que rien dont l’opinion était sans valeur. Très tôt, le colonel Kadhafi avait acepté toutes les conditions posées par le CNT. Alors que dans le même temps, le Qatar envoyait 5 000 hommes en Libye et que les services spéciaux français et britannique opéraient depuis la frontière du Niger.

Que ce soit par l’intervention des troupes franco-onusiennes en Côte-d’Ivoire, l’intervention des forces occidentales en Libye ou par le biais d’élections plus truquées les unes que les autres, la politique de la France et de ses associés est considérée comme la recolonisation du Continent. Le fossé entre classe politique dirigeante inféodée aux intérêts occidentaux et population est de plus en plus considérable et se révèle de plus en plus clairement dans son rapport de classes.

Alors oui, le président Sarkozy peut déclarer zone rouge les Etats subsahariens mais en réponse ce sont les peuples d’Afrique qui déclareront zone rouge aux intérêts occidentaux tout le Continent, d’Alger au Cap.

Pierre Banzet
Correspondant du réseau Kayira
Bamako, 4 décembre 2011

URL de cet article 15335
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsqu’ils n’arrivèrent pas à s’en prendre à nos arguments, ils s’en sont pris à moi.

Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.