RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
46 

49-3 (de gauche ou pas) : Oui mais non.

"Une motion de censure, elle a un contenu. [Un élu de droite] va défendre la motion de censure, il va parler devant l’Assemblée Nationale et il va expliquer que cette loi est une mauvaise loi parce qu’elle n’est pas assez libérale. Donc si moi je suis dans l’hémicycle à ce moment là et que je vote cette déclaration, je suis en contradiction totale avec ce que je pense". Laurent Baumel, député "frondeur" du PS sur France-Inter (le Téléphone sonne) 11 mai 2016.

Je suis contre la loi (pour de bonnes raisons). D’autres sont contre (pour de mauvaises raisons). Je ne peux donc pas voter (pour de bonnes raisons) une motion de censure défendue par d’autres (pour de mauvaises raisons). Je préfère donc voir appliquer une (mauvaise) loi qui va à l’encontre de mes (bonnes) idées parce que quelqu’un d’autre va voter contre aussi, mais pour de (mauvaises) raisons - qui n’appartiennent qu’à lui.

Et tant pis pour ceux qui auront à la subir, cette loi.

Bourré de principes, le gaillard. Mais parions que Laurent Baumel ne poserait pas ce genre de questions ou de conditions s’il s’agissait de voter pour lui.

(Ou pas.)

Théophraste R.
favorable à une commémoration du "Oui, Mais".

URL de cette brève 5070
http://www.legrandsoir.info/49-3-de-gauche-ou-pas-oui-mais-non.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
12/05/2016 à 10:44 par Geb.

Mon cher Théophraste, tu as mis le doigt en plein dessus, là ou ça fait mal.

Parce que ce que tu dénonces ici est applicable universellement ;

On ne compte plus les "bonnes causes" qu’on tente de nous empêcher de défendre en jouant de l’amalgame parce que de "mauvaises personnes", (Selon nos critères et pour de "mauvaises raisons, qui ne sont évidemment pas les nôtres) les défendent. pour des raisons qui leur sont propres.

Et comme tu le dis si bien : "Tant pis pour les ;victimes qui en subiront les conséquences".

On pourrait même se poser la question, (Mais ça peut sembler un peu "complotiste), de si à chaque fois que le Système imagine une saloperie il n’enverrait pas quelques sbires peu recommandables la dénoncer publiquement afin de servir de repoussoir à ses contradicteurs.

Un peu comme les "flics/casseurs" dans les manifs par exemple ?

Mais évidemment tout le monde sait bien que ces gens là ne pratiquent pas ce genre d’actions déloyales.. ((- :

Ce qui est grave c’est qu’aucun des interlocuteurs "bien intentionnés" qui dès que tu bouges pour défendre une cause juste défendue en parallèle par des individus douteux t’agonisent d’accusations diverses, ne se pose cette question au préalable.

Idem dans les manifs ou les organisateurs "voient" les casseurs, savent qu ils sont, et s’en remettent à la Police pour les neutraliser ou leur laissent la place... Au lieu de les neutraliser eux-même proprement comme on le faisait avant, (Mais ça c’était "avant").

Alors que c’est cette même police qui les manipule

Puis s’en vont faire leur mea-culpa auprès des autorités en s’excusant platement au lieu d’exposer les responsables, publiquement et physiquement preuves à l’appui.

#124240 
12/05/2016 à 14:28 par résistant

Texte que l’on peut en effet appliquer à tout le monde : La "vraie gauche", par exemple, qui s’interdit de parler de souveraineté nationale et de sortie de l’UE et de l’OTAN juste parce que le FN est supposé en parler aussi... ce qui est complètement faux d’ailleurs : il n’y a pas plus atlantiste que le FN... ils jouent simplement sur des ambiguités pour canaliser les mécontents dans une direction inoffensive pour le système. Même chose à "l’extrême gauche" d’ailleurs, tous les partis médiatisés étant des partis leurres.

#124242 
12/05/2016 à 17:27 Maxime Vivas

La "vraie gauche", par exemple, qui s’interdit de parler de souveraineté nationale et de sortie de l’UE et de l’OTAN

Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire et publier !
3 affirmations dont chacune trouvera un démenti dans le programme de "vraie gauche".
Pas le temps de sourcer ce que j’avance. Que ceux qui doutent aillent y voir.
Ou que Résistant nous publie des extraits irréfutables de textes où la "vraie gauche" dit qu’elle se moque de la souveraineté nationale, qu’elle veut rester dans l’UE à tout prix et surtout dans l’OTAN.
Je parle de preuves, d’extraits récents, pas de baratin.

#124246 
12/05/2016 à 17:07 par ozerfil

CQFD.

Le courage des hommes politiques ne va jamais bien plus loin que leurs intérêts personnels immédiats...

Nous serons quelques uns à savoir ne pas l’oublier !

#124245 
12/05/2016 à 19:08 par Geb.

"vraie gauche"

C’est quoi "la Vraie Gauche" ???...

Le terme a été tellement galvaudé par ceux qu s’en sont servi pour leur avancement personnel, en dehors du fait qu’il a été surexploité pour éviter de parler de "révolution" ou/et de "Socialisme" ou de "Communisme", que pour l’immense majorité des exploités ce terme ne représente qu’une idée de "trahison" ou au mieux un thème de plaisanterie graveleuse. Et je ne parlerai pas de la notion de "Lutte de Classe".qui grâce à la notion de "Gauche" passe systématiquement à la trappe.

La Gauche c’est le "marronnier" dans lequel le 1% fait nager la Carpe et le Poulet pour tenter de faire croire aux 99% de gogos qu’on peut croiser les Cyprinidés avec les Gallinacés pour l’avenir du Meilleur des Mondes.

Désolé pour ceux qui l’emploie innocemment, mais quand quelqu’un me parle de "Gauche" aujourd’hui je sors mon calebard en zinc. Soit le mec tente de m’enfumer, soit il est sincère et ça risque d’être encore plus dangereux.

Comment peut-on prétendre être crédible auprès des masses quand on utilise systématiquement les concepts de nos pires ennemis sans remettre sans arrêt les pendules à l’heure.

La "gauche" n’a JAMAIS cessé de trahir la Classe ouvrière et les exploités, (Je suppose vu la constante qu’elle a même été inventée pour cela), depuis au moins l’"Union Sacrée" en 14. "Union sacrée" qui a amené à l’implosion du Parti social démocrate et à la naissance du Parti Communiste, (Le vrai, celui qu’on nous a volé et laissé détruire de l’intérieur au nom de cette même "gauche" bêlante).

Je ne veux pas par là stigmatiser ceux qui suivent cette gauche par ignorance ou même commodité. Les Communistes français avons notre part de responsabilité dans l’incompréhension des masses et des militants de la situation que nous subissons. Une très grande part ; ne serait-ce que par la façon dont nous avons laissé détruire et avons vendu nos médias et notre capacité de combat à la vulgate du Capital sous prétexte de les sauver financièrement, ou pire sous de faux prétextes de "bonnes intentions" et du "politiquement correct".

Mais si on veut redresser la barre et combattre les idées perverties il est impératif de cesser d’utiliser leur rhétorique et leur dialectique tordue et imposer la notre quitte çà la marteler à chaque instant, même si ça peut sembler outrancier.

J’ai l’impression en parlant ainsi, (comme j’ai pu le lire ici), de marcher désespérément dans l’eau à contre-courant. Mais j’ai pas passé ma vie à combattre ces idées tordues dedans et dehors du Parti pour abdiquer maintenant.

Ce que j’écris ici j’aurais pu l’écrire quand j’avais dix ans, mes parents de même et probablement les parents de mes parents aussi. Et on n’a jamais changé d’avis sur le sujet, d’autant qu’à chaque fois l’histoire nous a donné, (Hélas), raison et qu’on l’a subi dans notre chair.

Pour le reste à savoir si on peut ou pas voter avec des pourris pour empêcher un sale coup, je ne vois aucune objection à cela. Surtout quand c’est pour tacler d’autres aussi pourris camouflés en gentils qui vont encore nous pressurer un peu plus. Et s’il faut monter à leurs côtés sur la barricade je n’y vois aucune objection non plus.

Mais je ne me fait aucune illusion. Même si la motion de censure était votée, même par le plénum de l’Assemblée, ils tenteront tout pour aller à l’encontre de la volonté populaire. Tout simplement parce qu’ils n’ont pas le choix et que leurs potes d’outre-atlantique sont capables de de tout pour les contraindre à réaliser leurs objectifs. On est sur la pente savonneuse et va falloir que quelque chose casse quelque part.

Pour eux c’est une question de vie ou de mort.

Pour la première fois depuis la chute de L’URSS leur côté est en bascule et rencontre de vrais problèmes globaux d’opposition à leur Monde préformaté. Et je pense qu’à choisir la mort ils tenteront de choisir plutôt la nôtre que la leur s’ils le peuvent et si on les laisse faire.

A nous de savoir récupérer nos forces, nos armes, et à ne pas nous tromper d’ennemis.

Les ennemis prioritaires ça sera toujours ceux qui sont en face...

Jamais ceux qui pour des raisons, même antagonistes, tirent dans le même sens que nous.

#124248 
12/05/2016 à 19:26 par mandrin

je n’ose imaginé se que Hollande et sa bande aurait fait sous Vichy...voir autant, sinon pire.

#124249 
12/05/2016 à 20:51 par Palamède Singouin

Lu sur le blog de Mélenchon :

Notre intérêt est au contraire que les policiers finissent par rallier, en tant que salariés, la protestation sociale. Le processus est à l’œuvre. Il faut le faire murir. «  »

Ça c’est le genre de propos qui me font douter de l’intérêt de voter Mélenchon. Entre ses bisounourseries et les ratiocinations d’un Baumel, la droite-extrême - de Valls à Le Pen - n’a rien à craindre.

#124250 
12/05/2016 à 21:08 par tchoo

ces gens là sont pourris jusqu’a la moelle
n’ont plus aucune retenue
et enfonce la fonction toujours plus profond

#124251 
13/05/2016 à 05:59 par macno

@ Palamède Singouin Lu sur le blog de Mélenchon :
Notre intérêt est au contraire que les policiers finissent par rallier, en tant que salariés, la protestation sociale. Le processus est à l’œuvre. Il faut le faire mûrir. «  »
Ça c’est le genre de propos qui me font douter de l’intérêt de voter Mélenchon


Si c’est uniquement ça qui suffit à motiver ton jugement sur Mélenchon, c’est que ton analyse politique manque singulièrement de profondeur. Les policiers, jusqu’à preuve du contraire, ne font pas partie de la secte des intouchables, et je n’ai pas grande sympathie pour cette fonction surtout telle qu’elle est manipulée par tous Pouvoirs.

#124256 
13/05/2016 à 08:01 par Moundi

« Si c’est uniquement ça qui suffit à motiver ton jugement sur Mélenchon, c’est que ton analyse politique manque singulièrement de profondeur. Les policiers, jusqu’à preuve du contraire, ne font pas partie de la secte des intouchables, et je n’ai pas grande sympathie pour cette fonction surtout telle qu’elle est manipulée par tous Pouvoirs. »

Ce n’est pas uniquement ça, ne vous inquiétez pas...

#124260 
13/05/2016 à 08:01 par cunégonde godot

Il n’y a plus de gauche ni de droite. Pourquoi ? Parce que presque tout l’éventail des hommes politiques français ne croient pas à la France. Les seuls à croire encore à l’avenir de leurs pays sont une partie grandissante des Français eux-mêmes. Pas les politiques. "Sauver l’Europe" – ce qui revient dans les faits à vouloir sauver le capitalisme mondialiste qui chaque jour apporte son lot de catastrophes – est une des expressions typiques de l’éternelle trahison des clercs, entre autres...

#124261 
13/05/2016 à 11:10 par Maxime Vivas

Sur JLM et l’UE, puisque notre lecteur interpellé fait la sourde oreille aux demandes de ses sources, voici ce qu’écrit (et qui n’est pas nouveau) JLM sur son blog hier :
"Je plaide pour que 2017 soit l’occasion de sortir des traités européens. Ma ligne est claire : l’Union européenne, on la change ou on la quitte !"
Ou on la quitte.

#124267 
13/05/2016 à 11:50 par babelouest

Cher Maxime, plutôt que de perdre du temps, et c’est bien ce qu’on reproche à JLM, c’est que la solution unique est de dire "cette union européenne, on la quitte", tout de suite, et sans attendre que des spéculateurs aient manœuvré pour que la sortie soit moins bénéfique pour notre pays. Je pense que nous nous sommes bien compris. L’heure n’est plus aux ronds de jambes. L’union à 28 NE PEUT PAS CHANGER.

#124269 
13/05/2016 à 11:59 par macno

@ Maxime
J’ai l’impression de vivre le film "le jour sans fin"...
« L’UE on la change ou on la quitte » a été depuis longtemps la position de Jacques Généreux. C’est gravé dans ses 14 propositions dont 4 ont été réunies dans un article ici : Le bouleversement dans la représentation des possibles.
http://www.legrandsoir.info/le-bouleversement-dans-la-representations-...

#124270 
13/05/2016 à 12:12 par Moundi

« Sur JLM et l’UE, puisque notre lecteur interpellé fait la sourde oreille aux demandes de ses sources, voici ce qu’écrit (et qui n’est pas nouveau) JLM sur son blog hier :
"Je plaide pour que 2017 soit l’occasion de sortir des traités européens. Ma ligne est claire : l’Union européenne, on la change ou on la quitte !"
Ou on la quitte. »

Non la ligne de JLM n’est pas claire. (voir Sortie de l’UE : Le numéro d’équilibriste de Jean Luc Mélenchon sur Youtube avec Salamé)

Varoufakis disait la même chose... la même pseudo menace de quitter cette €u®ope.
Corbin, après avoir longtemps jouer l’opposant farouche à tous les traités européens, aujourd’hui que le Brexit est sérieux, vient défendre les tenants des européistes...
Ces gens jouent leur rôle dans le Système de domestication des peuples.

Relisez les professions de foi du FdG, il s’agit de réformer l’€u®ope, de "re-négocier" les centaines d’articles des traités ultralibéraux de cette €u®ope.

Alors cessez de nous enfumer.

#124271 
13/05/2016 à 12:20 par Moundi

Comme "oui mais non", il est très fort JLM. Comme ses potes Varoufakis, Corbin, etc.

Voir l’extrait sur Youtube "L’hypocrisie de Jean-Luc Mélenchon sur l’Union Européenne"

#124273 
13/05/2016 à 14:43 par Sheynat

@ Palamède Singouin 12/05/2016 à 20:51 : je pense que Mélenchon a raison indéniablement sur ce coup là. Pour plein de raisons dont deux évidentes :
1- ce sont eux qui ont les armes, et si on ne les a pas avec nous on les a contre nous
2- les renversements se font surtout avec l’appui des forces armées quand elles rejoignent le peuple

Et voir aussi cette vidéo qui montre leur ras-le-bol de leur situation de punchingball (hum, je n’arrive plus à poster un seul lien dans un commentaire que je tente d’envoyer car j’ai ce message d’erreur qui apparait : ce message contient des liens suspects qui ressemblent à du SPAM. Merci de les retirer. Du coup il suffit de recoller [https//www.] à [youtube.com/watch ?v=mFBzEhy4qPY]
https//www.
youtube.com/watch ?v=mFBzEhy4qPY

#124279 
13/05/2016 à 18:01 par macno

@ Moundi
Relisez les 4 propositions de Jacques Généreux justement concernant l’UE et l’euro :
http://www.legrandsoir.info/le-bouleversement-dans-la-representations-...
Je peux aussi vous trouver une autre analyse d’un économiste du Parti de Gauche qui va sensiblement dans le même sens, mais je n’ai plus le lien de cette analyse, car je ne suis pas au PG.
et comme vous dites si bien, "cessez de nous enfumer"...

#124284 
13/05/2016 à 18:28 par T 34

Le 49.3 de gauche c’est quand les façades des permanences du PS sont tagué 49.3.

#124285 
15/05/2016 à 07:47 par Moundi

@ macno

On trouve de tout et son contraire au FdG, c’est exactement ça, le "oui mais non". Généreux dit ceci, mais le programme du FdG dit tout autre chose. Alors arrêtez de nous enfumer.

C’est comme au FN, on dit tout et son contraire, histoire de ratisser large, de faire croire qu’on est de vrais opposants, mais dans les professions de foi, rien ne dit clairement qu’on veut sortir de l’UE.

FdG et FN, chacun dans sa spécialité sont des leurres.

#124325 
15/05/2016 à 08:16 par Vincent Lessage

@ Moundi
PG= FN. On connait : communistes=nazis, etc.
Sur un billet bien ciselé et fin, on voit pousser des pustules épaisses.
En général, les commentaires des lecteurs volent plus haut.

#124326 
15/05/2016 à 09:50 par macno

@ Vincent Lessage
« En général, les commentaires des lecteurs volent plus haut. ». Je suis d’accord.
(au sujet de la "fine" analyse de "Moundi" : « FdG et FN, chacun dans sa spécialité sont des leurres »)
Moi, à "commentaires de lecteurs", dans ce cas bien précis, je pencherais plutôt pour "réaction automatique...d’un automate".
Un être humain normalement constitué devrait quand même posséder un minimum de jugement...

#124327 
16/05/2016 à 07:41 par Moundi

@ Vincent Lessage, macno

Un être humain normalement constitué devrait quand même posséder un minimum de jugement...

Je ne vous le fais pas dire.

A part les clichés pavloviens et insultes, quels sont vos fondements, vos arguments, vos réflexions ?

Vous croyez que je n’aimerais pas un vrai parti d’opposition qui rassemble, un vrai parti de gauche qui soit efficient et clair, qui analyse en profondeur les causes, et mettre en place une stratégie réelle et logique pour contrer l’adversaire, qui ne nous roulerait pas dans la farine avec du oui mais non à la Varoufakis ?

Vous êtes comme ceux qui pensaient sous l’occupation que Pétain les défendait, défendait la France, uniquement par son image et son histoire passée, ils étaient dans l’impossibilité de voir la réalité.

#124341 
16/05/2016 à 09:56 par macno

@ Moundi
Vous êtes comme ceux qui pensaient sous l’occupation que Pétain les défendait, défendait la France, uniquement par son image et son histoire passée, ils étaient dans l’impossibilité de voir la réalité.


Quant à votre référence au Passé, elle est pour le moins tordue !
On va très bientôt en arriver au nazisme...
La seule réponse constructive, pleine d’arguments et de réflexion ainsi que vous le réclamez, je la redonne elle est ici :
http://www.legrandsoir.info/le-bouleversement-dans-la-representations-
Et maintenant, rideau !

#124342 
16/05/2016 à 11:15 par babelouest
#124343 
17/05/2016 à 13:41 par Moundi

Jacques généreux a le droit d’exposer ses idées.

Le problème n’est certainement pas Jacques Généreux, mais la profession de foi du FdG et la ligne pas claire du tout de sa politique, de ses analyses, de sa stratégie. Il ne suffit pas d’étaler de grands principes théoriques anticapitalistes, mais de saisir un levier dans la réalité mais renverser concrètement ce qu’on a laissé mettre en place années après année par l’adversaire. Et ça le FdG ne le veut toujours pas, agir pragmatiquement, concrètement, s’allier pour sortir de cette €u®ope, exactement comme les "frondeurs" du oui mais non. Ils préfèrent re-négocier les certaines d’articles ultralibéraux plutôt que de militer pour en sortir, et de s’allier pour en sortir. Qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse de ça ? ça fait peur comme un Varoufakis.

Et ce n’est pas moi qui traite de "maréchaliste" ceux qui émettent l’idée de sortir de l’euro.

Je constate que vous refusez le débat, que vous fuyez la réalité en vous bouchant les oreilles et en chantant lalalla. Vos "arguments" relèvent de la croyance, pas de la réalité.

#124358 
17/05/2016 à 15:13 par macno

@ Moundi
« Le problème n’est certainement pas Jacques Généreux, mais la profession de foi du FdG (...) » etc...
Il y en a qui comprennent vite à condition de leur expliquer longtemps...
Il ne s’agit déjà plus du FdG, car effectivement à cause de certaines composantes du FdG sortir de l’Euro était un gros mot, mais c’était "avant". Il est question maintenant et plus précisément du Parti de Gauche.
La référence à Jacques Généreux que vous le vouliez ou non est devenue des plus pertinentes qui soient et est indéniablement une bonne base de travail.
Je suis désolé mais vos commentaires font de plus en plus "automate"...
Commentez donc plutôt la stratégie de Généreux.
Mais l’avez vous seulement envisagé une seule seconde ?
J’en doute énormément...

#124360 
19/05/2016 à 11:51 par Moundi

Dans ce texte de Jacques généreux, on ne peut que constater qu’il travaille pour le libéral-atlantisme. Il soutient le projet d’hégémonie des oligarques transatlantiques sur Europe en renvoyant grossièrement toute sortie de l’euro et de l’€u®ope au nationalisme, tels les antifas. Il ne rappelle pas les fondements de ce projet américain d’€u®ope et quelles en sont les conséquences pour les États et les peuples. Il est objectivement un faux opposant qui défend en réalité l’outil de domination et de colonisation des peuples d’Europe.

Les traités européens sont ultra-libéraux et conçus pour ne pas être modifiés (il faut l’accord des 28 pour déplacer une virgule). Les lois ultralibérales (retraite, sécu, privatisation des services publics...) que le parti unique nous propose depuis Giscard et Mitterrand suivent les directives de ces traités (voir ce que sont les GOPE). Que Mélenchon ne veuille pas sortir de cette €u®ope (mais soi-disant la "re-négocier" à la Tsipras avec ses psychopathes bornés ) en dit long sur son orientation vraie. Il veut nous pomper notre énergie en vain jusqu’à épuisement, jusqu’à renonciation, jusqu’à soumission, jusqu’au moment où le totalitarisme (« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. ») sera tellement puissant que nous serons complètement domestiqués.

Encore un qui se dit de gauche pour mieux nous entuber.

#124388 
19/05/2016 à 12:06 par Moundi

Quelques petites choses supplémentaires à "re-négocier" par Jacques Généreux.

http://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/tract-fete-de-leurope.pdf

Ça va le faire, c’est sûr, il suffira de leur demander diplomatiquement, nous sommes du coté du plus fort, c’est sûr... nous on lâche rien, c’est tout vu et bien connu, c’est pas comme eux, hein macno ?

#124389 
19/05/2016 à 20:59 par macno

Tiens, revoilà le troll de service !
Je commence enfin à comprendre la signification du mot troll...
@ Moundi.
Bonjour aux collègues de l’UPR !
Quand on pourra résumer en quelques lignes toute la complexité des questions politico-économiques et sociales d’une Nation, quand on pourra, avec quelques concepts isolés de leur contexte international, déterminer exactement toutes les solutions "miracles" à la résolution de ses dysfonctionnements, ben les économistes seront au chômage. D’un côté ce ne serait peut-être pas plus mal...
Le cas du Brésil est à étudier avec attention...
Il est la preuve flagrante que Système est prêt à toutes les turpitudes pour conserver dans son giron, son arrière cour, tous les pays et même un peu plus tant qu’il y est, et pourquoi pas la planète entière, enfin au moins tous ceux qui historiquement sont ses plus vieux clients. Que c’est beau la fidélité du Système quand même, sauf peut-être quand elle contient une dose non négligeable de poison ou qu’elle est Poison à part entière.
Mais moi je dis ça...
C’est peut-être pour cela que suivant le vieil adage, "l’union fait la force", Jacques Généreux a effectivement développé une stratégie allant dans ce sens, celle éventuellement de s’associer avec d’autres pays ayant suffisamment d’intérêts communs avec la France pour constituer ensemble une Force. C’est un point de vue qui se discute mais qui ne devrait en aucun cas recueillir tant d’acerbes critiques comme celles que vous réservez à Généreux, ainsi qu’à Mélenchon, comme si il émanait de vos pires ennemis.
Il y a vraiment quelque chose qui m’échappe...
Mais il est préférable d’en rester là d’un échange qui tourne en rond et qui est hors sujet de l’article.

#124396 
20/05/2016 à 08:40 par Scalpel

Quand on pourra résumer en quelques lignes toute la complexité des questions politico-économiques et sociales d’une Nation, quand on pourra, avec quelques concepts isolés de leur contexte international, déterminer exactement toutes les solutions "miracles" à la résolution de ses dysfonctionnements, ben les économistes seront au chômage.


Quel mépris dans ce propos ! Le pire, Macno, est que vous prêtez à votre interlocuteur des travers qui ne sont que les vôtres.
Ce n’est pas faute de le répéter ici, et je pourrais vous retourner vos sarcasmes stériles sur "l’explication d’une durée inversement proportionnelle à la compréhension du destinataire", personne ne parle ici de "recette miracle". Sortir de l’UEurOtan est un préalable à la reconquête de nos droits inaliénables de peuple souverain. Un préalable aussi nécessaire qu’insuffisant en soi. En quelle langue faut-il l’écrire pour être enfin compris, répété-je inlassablement ?
Ce n’est pas en "robotisant" son interlocuteur, en le réduisant à un troll qu’il n’est en rien que l’on fait avancer la réflexion.
"Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde" Albert Camus.
Reconquérir l’espace du débat, c’est rebattre les cartes pour ne plus parler dans le vide.
Il est bien évident que dans la cadre de la guerre totale que mène la finance aux peuples du monde, cela ne se fera pas sans heurts, sans violence. ce n’est rien de le dire. Une violence extrême se déchaînera alors. "La France est en guerre, une guerre à mort" dixit francisque 2202. Retentissant legs politique dont JAMAIS l’ami de la pire crapule, richissime fanatique de l’ultralibéralisme, corrupteur devant l’Éternel, complice de crimes contre l’humanité par cupidité, sioniste invétéré, n’a pipé mot, un comble, non ?

Sur JLM et l’UE, puisque notre lecteur interpellé fait la sourde oreille aux demandes de ses sources, voici ce qu’écrit (et qui n’est pas nouveau) JLM sur son blog hier :
"Je plaide pour que 2017 soit l’occasion de sortir des traités européens. Ma ligne est claire : l’Union européenne, on la change ou on la quitte !"
Ou on la quitte.

C’est ça qu’il ose appeler une ligne "claire" ? On fait ceci OU on fait cela ? Méprisable est ce faux nez du sociatlantisme.
"sortir des traités européens" !!!!!!
"On la change...ou..."
De qui se moque cet indécrottable mitterrandolâtre sinon de ses éternels pigeons d’électeurs, et accessoirement de son propre pays, de NOTRE pays ?
On ne "sort" pas des "traités", on sort de l’UE. Point. Et, juridiquement, dans le respect du droit international en dehors duquel RIEN n’est possible, une issue et une seule existe : l’article 50, au lieu de tourner autour du pot ad vitam aeternam bien confortablement installé dans sa vie de bourgeois.
Nous sommes ici au cœur même de la religiosité au sens que lui prête Joseph Shovanec dans "Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez" dont je ne saurais trop recommander la lecture au passage.
J’étais hier dans la manif de ma ville, quelle consternante tristesse, la sono a ainsi craché : "ce n’est pas loi El Khomery qu’on devrait baptiser cette loi, mais loi Macron, loi Hollande..." et de conclure par un pitoyable..."que dire d’autre" ?.
Que la loi El Macrollande est la loi article 121, la loi GOPE. Qu’elle est transcrite à l’identique ou presque dans tous les pays de la prison UE, mais pour cela, il eut fallu que notre procession religieuse ouvrit les yeux sur le réel au lieu de verser dans l’incantatoire. La pire religiosité est celle dont on est dupe.

#124400 
20/05/2016 à 11:15 par macno

À Scalpel
Tiens voilà du renfort !
Manque plus que le clairon pour sonner la charge !

On ne "sort" pas des "traités", on sort de l’UE. Point. Et, juridiquement, dans le respect du droit international en dehors duquel RIEN n’est possible, une issue et une seule existe : l’article 50, au lieu de tourner autour du pot ad vitam aeternam bien confortablement installé dans sa vie de bourgeois.


Et on ne le fait pas avec des pincettes : le « bien confortablement installé dans sa vie de bourgeois », m’a fait éclater de rire, à un autre moment cela aurait pu sérieusement me mettre en colère. Venez me voir, et on en discute...
Mais en disant (ce qui est encadré) on ne dit strictement rien. POINT !
« Sortir de l’UEurOtan est un préalable à la reconquête de nos droits inaliénables de peuple souverain. Un préalable aussi nécessaire qu’insuffisant en soi. »
Je n’ai jamais dit le contraire, j’ai parlé de STRATÉGIE, vous m’obligez à écrire en gros car apparemment vous avez du mal à "écouter" !
La Russie du haut de sa puissance n’est pas sortie d’affaire et loin de là, dans sa lutte à mort engagée contre notre ennemi commun je vous le rappelle, le SYSTÈME.
Mais la France avec ses seules petites mimines et son économie totalement dépendante des américains (renseignez vous !), de son industrie du Luxe, etc... va pouvoir s’en sortir seule sans stratégie, simplement en ayant décidé de sortir de l’UE...
Youpi !!!
Le Brésil expérimente une autre forme de guerre [« asymétrique », « chaos constructif »,« légaliste » ?] (à étudier avec beaucoup d’inquiétude) lancée elle aussi par le Système contre ses réserves pétrolières.
Mais la France avec ses seules petites mimines etc, etc, etc...
Youpi !!!
Allez dans un hôpital, j’ai posé la question concernant le matériel de pointe en IRM. TOUT le matériel est américain...
Mais la France avec ses seules petites mimines etc, etc, etc...
Youpi !!!
Russie, Chine, Inde, Afrique du Sud, Brésil (???), tous réunis dans le BRICS, c’est bien dans le sens de former une FORCE pour s’opposer au SYSTÈME, je n’ai pas rêvé ?
Mais la France avec ses seules petites mimines etc, etc, etc...
Youpi !!!
Que Jacques Généreux envisage une coalition de certains États de l’Europe aux Économies comparables, pour une action commune contre l’UE afin de constituer une Force ce n’est, ce ne peut être qu’un maudit « européïste », « sociatlantiste » etc etc...
Qui se moque de qui dans cette histoire ?

#124405 
20/05/2016 à 13:56 par Scalpel

Macno,
Moundi n’a besoin de quiconque pour défendre ses idées, il le fait remarquablement bien tout seul.
Je réagissais à votre réponse parce que son ton hautain et méprisant m’a heurté.

Avant d’envisager quelque coalition post UE que ce soit, encore faut-il sortir de ladite UE, non ?
Quelle "stratégie" fumeuse permettrait de faire l’impasse sur cette sortie ? Aucune.
Tout simplement parce que juridiquement impossible.
C’est du "bourgeois" rabatteur pour ne pas dire succursale des sociaux-traîtres et de lui seul qu’il s’agissait.
Comment diable pourrais-je connaître votre situation ? Et quel intérêt y aurais-je ?
Vous pouvez écrire "stratégie" en majuscule si ça vous chante, mais encore une fois, la "désobéissance" aux traités un jour puis, à l’instar de son homologue du fhaine, une autre piste un autre jour, pour en venir tout fraîchement par cette incroyable pirouette rapportée par Maxime Vivas lui-même composée de pas moins de DEUX alternatives...
Qui se moque de qui ? Je ne vous le fais pas dire.
Comment peut-on avoir une stratégie aussi fluctuante, aussi à courte vue ? Aussi circonstancielle ? Aussi marketing ?
Sur l’extrême difficulté, la quasi impossibilité de recouvrir -sans guerre- notre souveraineté, nous sommes d’accord.
C’est au microscope que l’on voit une chance d’en sortir.
Les cas brésilien, vénézuélien, russe, lybien etc etc etc...la liste est longue comme une journée de Gazaoui sont bel et bien là sous nos yeux qui nous rappellent combien la horde américano-sioniste est impitoyable dans sa guerre aux pauvres.
Notons tout de même que par notre situation géographique, notre histoire, notre poids en terme diplomatique (second réseau diplomatique, membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU), militaire (eh oui !) et économique, la France, vache à lait de l’UE, libérée de ce carcan, le fairait s’effondrer comme un château de carte, recouvrerait son autorité pleine et entière, son pouvoir d’influence planétaire qui n’est pas négligeable.
Mais fichtre, comment font la colossale Norvège, le sous-continent Suisse, la géante Islande, "surpeuplée" comme notre...euh... Mayenne (ah quand même) pour la dernière, les premières l’étant comme le PACA, ...avec "leurs seules petites mimines" pour s’en sortir beaucoup, beaucoup mieux que nous...tout en disant merde aux pères UBU(E) !
Coalition ou pas, la France libérée de son oppresseur gardera, et même développera ses centaines d’accords commerciaux conclus avec des dizaines de nations et ne s’en portera que mieux.
Ce n’est pas être "robot" ou "troll" ou "automate" que de l’affirmer, c’est au contraire faire preuve de lucidité.
Cordialement.

#124408 
20/05/2016 à 15:29 par macno

Pour bien éclaircir et calmer le "jeu", comme je ne suis pas au PG, je n’ai pas pu apporter de références à ce que j’ai avancé.
En voici, elles datent de juillet 2015 :

Au Parti de Gauche, nous assumons que nous travaillons à un plan B : si notre stratégie de désobéissance aux traités n’aboutit pas à une refonte radicale des traités européens, nous organiserons une sortie négociée de la zone euro, qui conduira à un changement radical de structure monétaire, via l’instauration d’une monnaie commune. Cette monnaie aurait un taux de change unique vis-à-vis des monnaies extérieures à la zone, et chaque pays membre de la zone retrouverait sa monnaie nationale.La position du Parti de Gauche est donc claire : nous ne ferons aucun sacrifice pour l’euro et nous en sortirons plutôt que de renoncer à notre politique. Mais nous considérons que le préalable au changement n’est pas la sortie, mais bien au contraire la bataille politique pour créer une crise diplomatique et politique au sein de l’Union européenne. C’est cette bataille qui, soutenue par les mouvements sociaux, permettra de conscientiser et de fédérer les peuples européens. Notre but stratégique est l’application de notre programme et donc la sortie de l’austérité. Faire de la sortie de l’euro ou de l’Union européenne un but en soi, c’est détourner notre combat de son horizon : sortir de la domination du capital sur la vie.
Notre sortie de l’euro et notre désobéissance aux traités mettront fin à l’Union européenne. Car il n’y a pas d’Union européenne sans la France. Ce ne sera donc pas à la France de sortir de l’Union européenne, ce qui serait une position qui nous minoriserait et qui ferait le jeu de l’Allemagne et de ses alliés. La France devra construire d’autres solidarités avec les gouvernements qui le souhaiteront dans un nouveau cadre européen et internationaliste.
L’enjeu de la période est de se préparer à cette grande bataille politique et sociale. Ainsi la France, avec ses immenses ressources politiques, économiques, sociales et diplomatiques, ne sombrera pas comme vient de le faire le gouvernement grec. Elle utilisera au contraire tout son poids pour aider les autres pays à vaincre l’austérité avec elle, quel qu’en soit le prix à payer.
Guillaume Etiévant, Secrétaire National du Parti de Gauche à l’économie et au travail


Source : « soyons prêts à sortir de l’euro »
https://guillaumeetievant.com/2015/07/24/soyons-prets-a-sortir-de-leuro/

#124409 
20/05/2016 à 16:19 par Scalpel

@ Macno
Moundi n’a pas besoin de "renfort", il se défend fort bien tout seul.
Ce qui m’amenait ici est le ton fort déplaisant de vos réponses. Mais passons.
Comment font donc avec des "mimines" encore bien plus "petites", nos amis Norvégiens, Islandais, Suisses, pour avoir dit leur fait aux pères UBU(E) tout en se portant beaucoup mieux que nous ?
Voilà une question que devrait se poser le "stratège" Jacques Généreux aux ordres du non moins "stratège" JLM et ses deux toutes nouvelles "stratégies", qui plus est exclusives l’une de l’autre...
La France est liée par des centaines d’accords commerciaux, sortir de la prison et du racket UE n’aura que des effets bénéfiques, hormis bien sûr les gros yeux de l’oncle Sam et sa vilaine propension à vouloir tout casser pour piller. Il est bien évident que rester dans l’UE nous préserve des risques d’une révolution colorée...puisque nous sommes de la "bonne" couleur.
Mais comment s’allier avec "quelques" autres nations sans sortir préalablement de l’UE ?
On en reviendra toujours au terrifiant tabou de l’article 50, seule issue de secours légale et "interdite" d’antenne, respectueuse du droit, droit dont le "stratège" pote du sociopathe marchand de mort (personne ne tique là-dessus, c’est plutôt dingue, nooon ?) semble faire bien peu de cas dans ses discours d’éternel candidat du premier tour, voué à soutenir le "moindre mal" sic au second. Ses multiples contorsions sur un sujet qui pourtant brille par son inébranlable dogme ultralibéral fondateur devraient déciller les yeux de ses sympathisants, d’autant qu’entre temps un mouvement s’est créé qui se fonde précisément sur le droit, sur des faits établis (historiques mais aussi actuels) et dont c’est la principale force, d’autant qu’entretemps les grecs ont expérimenté le "stratège" Tsipras, avec le succès que l’on sait, d’autant qu’avec Podemos, le "stratège" du cru fait de même en Espagne.
Quel brillant sens stratégique en effet.
Notez au passage que cela ne nuit pas à leurs carrières respectives...
Enfin le bourgeois incriminé plus haut ne pouvait pas être vous dont j’ignore tout de la condition et qu’il m’importe pas davantage de connaître que vous de la mienne. Je faisais allusion au très confortable "stratège" en chef bien sûr. Mais si cela vous a fait rire...c’est toujours ça de pris. :))
Cordialement.

#124410 
20/05/2016 à 17:19 par Moundi

Un « troll », ce n’est pas « quelqu’un qui émet un avis qui ne va pas dans le sens de la doxa de son groupe ». C’est quelqu’un qui pourrit le débat, l’empêche en traitant ceux qui veulent sortir de l’euro de fascistes, de nationalistes ou de maréchalistes par exemple, ou en insultant ceux qui citent les analyses pertinentes, claires et fondées de F. Asselineau de troll ou pire encore. Je ne suis sûrement pas de la même "église" qu’Asselineau, mais sa stratégie répond de façon cohérente et pragmatique à ses analyses. Mélenchon nous fait battre le pavé en vain. Mais vous refusez la réalité, vous refusez le débat. Qui êtes vous avec ce genre de réponse ? Un troll de FdG, un gourouté par Mélenchon/Généreux ? Sans aucun doute !

Il est difficile de parler avec quelqu’un qui ne raisonne pas par lui même mais répète pieusement ce que lui disent de penser les gourous de sa chapelle. Pour vous la gauche est une religion et ceux qui ne collent pas au discours imposé, des déviants, des fachos, des trolls. Voire pire. Ce genre d’adepte peut facilement se faire arnaquer, si les gourous se gourent ou le trompent délibérément.

Force est de constater que Mélenchon et Généreux ont comme objectifs de sauver l’€u®ope. Ils le disent explicitement. Le plan B, ça veut dire quoi à votre avis ? Plan B de quel plan A ? Ce qu’ils ont en priorité dans la tête c’est que l’€u®ope perdure. Poussés par leur base, ils sont bien obligés de tenir un discours qui ne les jettent pas définitivement dans le discrédit, d’où les multiples contradictions et incohérences qui s’enchainent année après année, pour continuer à exister par leurs adeptes. Mais ils ne veulent pas sortir de l’€u®ope, et il y a à peine quelques années, ils empêchaient tout débat en traitant de « maréchalistes » ceux qui osaient défier la doxa fascisante des européistes. Le FN se prête admirablement à ce jeu, et Mélenchon tient son rôle « antifa » à la perfection. Et pendant ce temps le vrai fascisme s’installe et avance inexorablement. Mélenchon lui a encore fait gagner du temps et du terrain…

Quand donc vous réveillerez vous ?

Il faut s’unir, mais véritablement, avec tous ceux qui veulent sortir de ce fascisme. Mélenchon et Généreux n’en sont pas, et ils divisent au lieu de rassembler, en faisant perdurer des clivages vains dans ce cas. Généreux veut rassembler les peuples d’€u®ope dites-vous… C’est avec Varoufakis qu’il décide de s’allier. Qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse de ça ?. Son €u®ope de toute façon ne veut plus de peuple. Elle veut des communautés et y travaille obstinément, tout clivage est bon à consolider, toute nation divisée, affaiblie est à rechercher. Le clivage « gauche » surtout lorsqu’il devient sectarisme quasi religieux, prétexte à ne pas s’allier contre le Système, ya bon.

Melenchon et Généreux ne veulent pas sortir de cette €u®ope et tiendront leur position jusqu’au dernier moment, tiendront à la perfection le rôle que leur a assigné le Système. Ce n’est pas hors sujet de le dire, c’est exactement la façon de jouer des « frondeurs » : oui mais non. Ces gens ne sont nullement des leaders du peuple, mais dans le meilleur des cas (s’ils sont juste inconscients), des suiveurs. C’est leur base qui les accule à évoluer. Mais je ne suis pas du tout sûr qu’ils ne soient pas conscients de leurs actes… Ils ne sont pas idiots, ils nous prennent pour des idiots. Il y a en effet des choses qui vous échappent. Les groupies ont du mal à vivre dans la réalité.

Sortir de l’€u®ope, c’est l’étape primordiale, essentielle, pour commencer à reprendre concrètement les choses en main. Il n’y a que vous pour vous attendre à des miracles.

#124412 
21/05/2016 à 08:57 par macno

@ Scalpel,
Merci, je préfère et de loin cette approche plus...sereine d’un sujet extrêmement complexe, celui de sortir de l’UE et de l’euro, trop complexe pour être abordé sans bien en étudier tous les aspects.
Une telle opération n’est pas à décider à la légère sans bien en peser toutes les conséquences, vous ne me contredirez pas sur ce point.
J’avais visionné, il y a longtemps de là, une vidéo de François Asselineau, sa première je crois, interminable (plus de 3 heures je crois) et d’une qualité exécrable. J’étais quand même allé jusqu’au bout. C’est dire si je ne suis pas borné. Je n’ai aucun problème à dire que j’avais hautement apprécié ses analyses, et quant à son historique de carrière, pour tout dire je m’en foutais totalement [tout comme je me fous de celui de Mélenchon s’il est possible de faire un certain parallèle entre eux, chose que je ne pense pas, mais admettons.]
J’ai bien suivi aussi Etienne Chouard, et ses excellentes analyses et bien d’autres, je ne suis ni borné ni sectaire.
Sur ce Jacques Généreux est arrivé avec un entretien avec des journalistes à France Info qui m’a sérieusement fait dresser l’oreille, je viens de le retrouver, il date du 14/05/2010, l’esprit de Munich a envahi les têtes qui nous gouvernent.
http://www.dailymotion.com/video/xday9w_j-genereux-l-esprit-de-munich-a-env_news
Jacques Généreux n’est manifestement pas un...politicard, aucun doute là-dessus.
Mais venons en au fond du sujet, vous développez pas mal d’idées fausses :
« Avant d’envisager quelque coalition post UE que ce soit, encore faut-il sortir de ladite UE, non ? »
Mais absolument pas ! Il faut bien (re)lire toute la stratégie de Généreux, du PG :
« nous considérons que le préalable au changement n’est pas la sortie, mais bien au contraire la bataille politique pour créer une crise diplomatique et politique au sein de l’Union européenne. ».
Et il y a une raison à cela et qui n’est jamais ouvertement oserai-je dire avouée :
- Jamais, dans son état actuel, l’opinion publique n’acceptera l’idée d’abandonner l’Euro, jamais.
Et un gouvernement ne pourra décider une telle opération sans un très fort soutien populaire (au sens très large du terme) derrière lui, et celui-ci n’existe pas !
Il aurait une seule et unique chance d’exister si la France et d’autres pays (Italie, Espagne, Portugal et d’autres qui voudront suivre) se mettent en position de victimes, d’agressés par l’UE, enfin ce qu’il en restera après « une crise diplomatique et politique ».
Ce n’est pas aux pays que je viens de citer de sortir de l’euro, mais c’est à l’Allemagne en premier de reprendre ses billes. L’ennuyeux dans cette histoire c’est que l’économie allemande ne se porte pas si bien que cela, et pour tout dire pas bien du tout. Ses banques en particulier ont de sérieux soucis, mais ça, c’est bien caché sous le tapis...
Je vais être obligé d’abréger, ne pas parler de la géopolitique des gouvernements américains successifs et de leurs obsessions quasi paranoïaques et plus que centenaires concernant la seule évocation de la formation d’une alliance germano-russe , c’est leur pire cauchemar...
Pour aborder une de vos questions qui est somme toute assez juste :
« Comment peut-on avoir une stratégie aussi fluctuante, aussi à courte vue ? Aussi circonstancielle ? »
À cause de tout ce que je viens précédemment de modestement schématiser, et que je pourrai trivialement résumer en : c’est le b..del à tous les niveaux (économique, monétaire & géopolitique) sur toute la planète, et bien malin celui qui peut à l’heure actuelle en prévoir l’évolution.
Dernier point, et non des moindres : objectivement le seul mouvement qui pourrait, (avec ses qualités et ses défauts, mais qui n’en a pas ?) être en capacité d’affronter justement les circonstances, grâce à sa stratégie « circonstancielle » que vous lui reprochez, c’est bien celui lancé par Mélenchon et il n’y en a pas d’autres.
En admettant même, qu’Asselineau ait raison, ce qui reste à démontrer, LA question qui doit impérativement se poser à son sujet est : "combien a-t-il de divisions ?"..

#124424 
22/05/2016 à 12:58 par Scalpel

Merci, je préfère et de loin cette approche plus...sereine d’un sujet extrêmement complexe, celui de sortir de l’UE et de l’euro, trop complexe pour être abordé sans bien en étudier tous les aspects.

Je crains sur ce point précis que vous n’ayez raison, les conférences XXL, parfois de piètre qualité technique en effet.

Une telle opération n’est pas à décider à la légère sans bien en peser toutes les conséquences, vous ne me contredirez pas sur ce point.

Effectivement. C’est précisément pourquoi un parti politique un tant soit peu responsable ne peut se hasarder à "désobéir" au droit, en guise de "plan A".

J’avais visionné, il y a longtemps de là, une vidéo de François Asselineau, sa première je crois, interminable (plus de 3 heures je crois) et d’une qualité exécrable. J’étais quand même allé jusqu’au bout. C’est dire si je ne suis pas borné. Je n’ai aucun problème à dire que j’avais hautement apprécié ses analyses, et quant à son historique de carrière, pour tout dire je m’en foutais totalement [tout comme je me fous de celui de Mélenchon s’il est possible de faire un certain parallèle entre eux, chose que je ne pense pas, mais admettons.]

Hormis qu’ils tous deux sont hommes, blancs, bourgeois, l’un issue de la droite allant vers la gauche (le programme du CNR fut-il 2.0 n’est pas de droite), l’autre allant de euh...(Mitterrand c’est à droite ou à gauche ?) vers..."une autre Europe"... au gré de sa très confortable carrière politique.
Il existe bien d’autres vidéos de conférences (d’excellente qualité technique) que celle techniquement de médiocre qualité que vous avez vue (de quel thème traitait-elle ?).

J’ai bien suivi aussi Etienne Chouard, et ses excellentes analyses et bien d’autres, je ne suis ni borné ni sectaire.

Là vous vous répétez... ;-)
Pas borné ni sectaire je ne suis non plus. Notez que dans mon ignorance crasse, JLM jouissait de ma sympathie politique jusqu’à ce jour où il crut bon de reprendre à son compte la scandaleuse doxa sioniste sur l’Iran. Il fit le bruit d’un gros pet.
Il me faudra bien d’autres pièces à mon puzzle pour enfin comprendre la logique d’ensemble de cet homme de pouvoir.

Sur ce Jacques Généreux est arrivé avec un entretien avec des journalistes à France Info qui m’a sérieusement fait dresser l’oreille, je viens de le retrouver, il date du 14/05/2010, l’esprit de Munich a envahi les têtes qui nous gouvernent.
http://www.dailymotion.com/video/xday9w_j-genereux-l-esprit-de-munich-a-env_news
Jacques Généreux n’est manifestement pas un...politicard, aucun doute là-dessus.
Mais venons en au fond du sujet, vous développez pas mal d’idées fausses :
« Avant d’envisager quelque coalition post UE que ce soit, encore faut-il sortir de ladite UE, non ? »
Mais absolument pas ! Il faut bien (re)lire toute la stratégie de Généreux, du PG :
« nous considérons que le préalable au changement n’est pas la sortie, mais bien au contraire la bataille politique pour créer une crise diplomatique et politique au sein de l’Union européenne. ».

Parce que le "frexit" ne mettrait pas l’UE à terre peut-être ? Rires.

Et il y a une raison à cela et qui n’est jamais ouvertement oserai-je dire avouée :
- Jamais, dans son état actuel, l’opinion publique n’acceptera l’idée d’abandonner l’Euro, jamais.

Effectivement, l’"opinion" à laquelle est INTERDIT l’évocation CONCRèTE et non mensongère comme le font, mille pardons, le Fhaine et ses 15 versions ou le FdG -que j’aime appeler Foutage de Gueule- et ses plans alphabétiques façon girouette.

Et un gouvernement ne pourra décider une telle opération sans un très fort soutien populaire (au sens très large du terme) derrière lui, et celui-ci n’existe pas !

De quel soutien populaire est crédité l’ami de Serge Dassault ? 10 % des votants ?
Oui l’UPR, inconnue de l’écrasante majorité de la population ne pèse que le dixième...tout en ayant le DOUBLE d’adhérents...
Plutôt encourageant, non ?

Il aurait une seule et unique chance d’exister si la France et d’autres pays (Italie, Espagne, Portugal et d’autres qui voudront suivre) se mettent en position de victimes, d’agressés par l’UE, enfin ce qu’il en restera après « une crise diplomatique et politique ».

Je ne comprends au concept de "se mettre en position de victime", position latérale de sécurité oui, mais de "victime"... :))

Ce n’est pas aux pays que je viens de citer de sortir de l’euro, mais c’est à l’Allemagne en premier de reprendre ses billes.

Elle est comme vous le savez la pièce maîtresse (Euro et BCE sont allemands) et première bénéficiaire d’un marché qui lui est donné en pâture moyennant sa soumission à l’empire du chaos USioniste.

L’ennuyeux dans cette histoire c’est que l’économie allemande ne se porte pas si bien que cela, et pour tout dire pas bien du tout. Ses banques en particulier ont de sérieux soucis, mais ça, c’est bien caché sous le tapis...
Je vais être obligé d’abréger, ne pas parler de la géopolitique des gouvernements américains successifs et de leurs obsessions quasi paranoïaques et plus que centenaires concernant la seule évocation de la formation d’une alliance germano-russe , c’est leur pire cauchemar...

Absolument.

Pour aborder une de vos questions qui est somme toute assez juste (merci ! ;-)) :
« Comment peut-on avoir une stratégie aussi fluctuante, aussi à courte vue ? Aussi circonstancielle ? »
À cause de tout ce que je viens précédemment de modestement schématiser, et que je pourrai trivialement résumer en : c’est le b..del à tous les niveaux (économique, monétaire & géopolitique) sur toute la planète, et bien malin celui qui peut à l’heure actuelle en prévoir l’évolution.
Dernier point, et non des moindres : objectivement le seul mouvement qui pourrait, (avec ses qualités et ses défauts, mais qui n’en a pas ?) être en capacité d’affronter justement les circonstances, grâce à sa stratégie « circonstancielle » que vous lui reprochez, c’est bien celui lancé par Mélenchon et il n’y en a pas d’autres.

Je crains que nous ne tournions en rond. D’autant que du texte que vous nous rapportez plus haut, je suis au regret bien sincère de ne strictement rien retenir de valable. Et je reste poli.

En admettant même, qu’Asselineau ait raison, ce qui reste à démontrer (les évènements depuis 2007 valident systématiquement ses analyses, qu’en est-il de celles de JLM ?
LA question qui doit impérativement se poser à son sujet est : "combien a-t-il de divisions ?"...

Encore une fois, le JLM grec a eu le nombre de divisions requises, non ?...Qu’en a-t-il fait ?
L’UPR est un mouvement très récent, qui se développe comme aucun autre en dépit de la censure.

J’ai lu très attentivement le texte que vous proposez plus haut. Verbiage sans queue ni tête. FdG quoi. Reprenons le en détail :

Parti de Gauche, nous assumons que nous travaillons à un plan B : si notre stratégie de désobéissance aux traités n’aboutit pas à une refonte radicale des traités européens, nous organiserons une sortie négociée de la zone euro, qui conduira à un changement radical de structure monétaire, via l’instauration d’une monnaie commune (ce que l’Euro est d’ores et déjà, un coooooooooooooooooooomble !!!!!!!!!!!!!!!!)

"J’aime" ces phrases commençant par le conditionnel et se terminant par un bien péremptoire futur...
Sans commentaire.

Cette monnaie aurait (de nouveau le conditionnel) un taux de change unique vis-à-vis des monnaies extérieures à la zone, et chaque pays membre de la zone retrouverait (idem) sa monnaie nationale.La position du Parti de Gauche est donc claire : nous ne ferons aucun sacrifice pour l’euro et nous en sortirons plutôt que de renoncer à notre politique (incroyable d’écrire ça après Tsipras sans rougir de honte). Mais nous considérons que le préalable au changement n’est pas la sortie, mais bien au contraire la bataille politique (KEZAKO ? "bataillepolitique" sic) pour créer une crise diplomatique et politique au sein de l’Union européenne (totalement ridicule). C’est cette bataille qui, soutenue par les mouvements sociaux (ah ouais ?), permettra de conscientiser et de fédérer les peuples européens (fédérer les peuples européens...mais pour qui nous prennent ces gens ?). Notre but stratégique est l’application de notre programme et donc la sortie de l’austérité (relisez la phrase hallucinante autant de fois que nécessaire, vous n’y verrez qu’un très grossier truisme qui à leui seul ruine le reste du propos). Faire de la sortie de l’euro ou de l’Union européenne un but (pas un "but" mais la seule issue, le seul préalable juridiquement fondé, nuance) en soi, c’est détourner notre combat de son horizon (rester sous la coupe de l’occupant) : sortir de la domination du capital sur la vie.(Amen)
Notre sortie de l’euro et notre désobéissance aux traités (en-core ?) mettront fin à l’Union européenne (c’est à hurler de bêtise, de mensonge et de compromission). Car il n’y a pas d’Union européenne sans la France (totalement contradictoire avec ce qui précède !). Ce ne sera donc pas à la France de sortir de l’Union européenne (on est chez les fous, là), ce qui serait une position qui nous minoriserait et qui ferait le jeu de l’Allemagne et de ses alliés (autrement dit de ce qui resterait de l’UE..."brisée"...éclat de rire général). La France devra construire d’autres solidarités avec les gouvernements qui le souhaiteront dans un nouveau cadre européen et internationaliste (confondre européisme et internationalisme est du plus haut degré de fourberie).
L’enjeu de la période est de se préparer à cette grande bataille politique et sociale (ah, le voilà tout d’un coup apparaître le "social" non précisé plus haut). Ainsi la France, avec ses immenses ressources politiques, économiques, sociales et diplomatiques, ne sombrera pas comme vient de le faire le gouvernement grec (elle n’est donc pas ce lapin apeuré dans la lueur des phares UE ? re-éclat de rire général). Elle utilisera au contraire tout son poids pour aider les autres pays à vaincre l’austérité avec elle, quel qu’en soit le prix à payer. (mais comment peut-on se payer de mots à ce point ?)
Guillaume Etiévant, Secrétaire National du Parti de Gauche à l’économie et au travail
Que voilà un texte à prononcer en latin, ou son équivalent moderne, l’européen, avec beaucoup, beaucoup d’encens.

Merci Macno de m’avoir apporté la démonstration de ce que le FdG signifie plus que jamais Foutage de Gueule.

#124478 
22/05/2016 à 16:03 par macno

@ Scalpel
Et vous vous prétendez n’être « ni borné ni sectaire » ?
Vous plaisantez je suppose ?
Mais ça n’en a pas l’air...
Écrire en gras, c’est comme élever la voix et se mettre en colère,
c’est la pire méthode pour espérer se faire entendre.
Vous devriez le savoir.
Je dois vous admettre au moins une chose,
vous m’avez fait beaucoup rire,
à défaut d’avoir pu vous lire.
Rideau.

#124508 
22/05/2016 à 16:57 par macno

"Ça" a l’air de bougrement se préciser :

Jacques Sapir 19 mai 2016
La perspective d’une dissolution de la zone Euro se précise chaque jour un peu plus[1]. Cette dissolution pourrait survenir d’un commun accord entre les pays membres, comme elle pourrait être le fruit de la sortie unilatérale d’un « grand » pays (l’Italie ou la France), entraînant par ricochet la sortie d’autres pays, puis la dissolution de la zone. Les travaux s’accumulent pour montrer qu’elle serait avantageuse pour les pays concernés[2]. Qu’elle soit donc concertée ou bien qu’elle soit le produit d’un processus « non coopératif » comme l’on dit en économie, cette dissolution imposera par ailleurs une recomposition de l’Europe. Les règles actuelles deviendront caduques. Il faudra reconstruire, et dans le sens de l’inter-gouvernemental, ce que rendra possible la souveraineté retrouvée et la possibilité d’un ajustement du taux de change. Il convient donc de réfléchir aux mesures qu’il faudra prendre une fois que l’Euro ne sera plus.

Car, cette dissolution peut engendrer le sentiment que « tout est possible ». Mais, la France restera insérée dans la division internationale du travail, et les maux structurels de notre pays ne disparaîtront pas par enchantement. Certains diront alors que rien, ou si peu, n’aura changé. Et de nous chanter la version économique et monétaire de l’air de l’opérette La Fille de Madame Angot[3] « C’était bien la peine, assurément, de changer de gouvernement »…Ce serait tout aussi faux. La fin de l’Euro implique le retour à une souveraineté dans la politique économique. Cette souveraineté reste cependant trop souvent mal-définie. Entre le « tout » et le « rien » il y a un espace important, et c’est cet espace que l’on va ici explorer.

La suite ici (qui pourrait faire l’objet d’un article) : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7181

#124516 
22/05/2016 à 22:06 par Scalpel

@ Macno
Ainsi vous dites ne pas m’avoir lu...tout en ayant "beaucoup ri" des mes écrits...
Je l’encadre celle-là.
Le texte que vous donnez en guise de "stratégie" sic du FdG est une caricature du genre. Je n’y peux rien. Désolé.
Une chatte n’y retrouverait pas ses petits. Il n’y a rien à en retirer. Rien.
Le "gras" plus haut comme tout un chacun l’aura compris, décidément, avec la grossière méprise sur le "bourgeois", ça commence à faire beaucoup, n’est là que pour rendre la lecture intelligible, distinguer ma prose du moulin à prières du "secrétaire à l’économie et au travail", et non pour "hausser le ton". C’est tout ce que vous avez trouvé à répondre ?

#124537 
22/05/2016 à 22:59 legrandsoir

Et c’est ainsi que l’échange s’est soldé.

Merci à tous de revenir (ou non) à l’article.

#124548 
23/05/2016 à 08:18 par Moundi

Il n’y a pas d’autre solution si on veut vraiment en sortir que de s’allier avec tous ceux qui sont contre. Cet échange n’est donc pas hors sujet. Les "frondeurs" ne voulaient finalement pas que la motion de censure passent, ils ont joué, en nous présentant du grand guignol dans des rôles convenus.

De même, le programme du FdG montre qu’il ne veut pas sortir réellement de l’UE, comme Généreux le dit explicitement, le but est de sauver l’"Europe" le plus longtemps possible ; leur combat politique, ce n’est qu’un match de catch truqué d’avance organisé par le système (voir Tsipras/Varoufakis vs Juncker), c’est du spectacle pour nous faire perdre vainement notre temps et leur énergie à 10 % des Français, pour nous divertir. C’est du oui mais non. C’est surtout maintenir et consolider la division et le clivage gauche/droite qui empêchent une alliance pour sortir effectivement de l’UE. Exactement la même tactique que les "frondeurs" contre la loi travail (qui ne fait au passage que répondre aux dictective de la commission à Bruxelles.

Alors vous nous demander l’UPR, combien de divisions ?
Aucune justement, et c’est la seule stratégie valable.

#124570 
23/05/2016 à 09:26 par macno

@ Grand Soir.
On ne peut (apparemment) n’être que hors sujet de cet (excellent) article de Théophraste qui (apparemment) paraît simple mais qui dans les réponses tous azimuts qu’il entraîne, aborde (inévitablement) la complexité de la vie politique au sens profond du terme.
C’est Geb (que je rejoins pas mal dans ses analyses) qui dès le début met à plat LA Question qui découle (inévitablement) de cet article.

Mon cher Théophraste, tu as mis le doigt en plein dessus, là ou ça fait mal.
Parce que ce que tu dénonces ici est applicable universellement


Et a partir de ce constat, il devient alors impossible de se cantonner à ce seul 49.3, qui finit par apparaître presque anecdotique...
Notons au passage qu’il a été utilisé 86 fois depuis 1958.
On en arrive à cette aberration qu’est l’inlassable continuité de la balkanisation des esprits de tous ceux qui se réclament du Changement, appelons les, Progressistes. Et pendant ce temps là, le Système, il se marre et sabre le Champagne !...
Les différentes interventions ici même d’un parti que je ne nommerai pas, en sont une preuve flagrante.
Mais on pourrait aussi aborder le sujet des antifas, des partis d’extrême-gauche sempiternellement égaux à eux-mêmes, et même de ceux qui se disent de droite, qui partagent bon nombre d’analyses des Progressistes dits "de gauche" et qui n’ont même pas peur de faire référence à Karl Marx. De "ces gens là, monsieur", c’est une autre "paire de manches", il ne faut surtout pas en causer, ils sont exclus d’office.
Dans ses questionnement Mélenchon tente désespérément de briser les lignes, et pour la première fois celles des partis.
Mais rien n’y fait, comme disait mon grand-père, "c’est reparti comme en 14"...
J’en ai bien peur...

#124575 
23/05/2016 à 22:48 par Sheynat

André Chassaigne président \°/

#124600 
24/05/2016 à 11:42 par Moundi

Le vrai combat c’est celui de la vérité, de la réalité face au mensonge. Et à notre époque orwellienne le mensonge est partout, l’inversion de sens et la manipulation de la réalité régnent.

Ph. Grasset pour sa part constate que le seul vrai combat à considérer c’est celui des antisystèmes face au Système.

Cet échange n’est pas hors sujet du tout, c’est le cœur du problème soulevé par Théophraste : comment nos représentants hypocrites et malhonnêtes, comment les étiquettes, les partis nous enfument pour que rien ne bouge jamais dans le sens de l’intérêt du peuple.

Vous en appelez à Geb pour cautionner "vos" positions comme Hollande en appelle à Jaurès. Mais dans la réalité on ne peut que constater les trahisons de nos représentants de gauche. Ils sont comme le clergé corrompu qui cautionne leurs privilèges et le système qui le permet en rappelant la mémoire des saints authentiques comme François d’Assise. Malgré les beaux discours et les rodomontades symboliques, dans les faits, dans les actes, dans la réalité, le FdG sert le Système et ne veut pas sortir de cette €u®ope faite par et pour les oligarques transatlantiques. La seule chose concrète que ce parti est capable de faire, c’est de maintenir une division qui empêchera que les Français s’allient ensemble efficacement contre le Système, désactivera 10 % des électeurs, les rabattra vers une impasse stérile. Bref contribuer à faire perdurer le Système, le verrouiller.

Je cite Généreux, dans le texte dont vous me vantiez les arguments et la stratégie :
« Donc ne nous trompons pas de cible, il faut refonder une Union européenne, »

« Quand on est au contraire internationaliste, pro-européen, nous ce qu’on veut c’est sortir l’Europe de la crise. »

« Et ceci en réalité, en restant même dans le cadre, quasiment, de l’application des traités, vous pouvez avoir des politiques publiques du crédit, indépendantes, »

« il y a la soumission variante Droite néolibérale qui est contente, parce qu’ils sont contents à travers cette soumission de pouvoir soumettre les peuples : c’est la panoplie complète des politiques néolibérales
ensuite il y a la soumission version socialistes et sociale-démocrate : on n’est pas content de l’orientation de l’Union européenne mais on se soumet parce qu’on ne peut pas faire autrement et le seul moyen pour changer c’est de négocier avec nos partenaire un nouveau traité. Le parti socialiste et les sociaux-démocrates en Europe ne sont pas contents du fonctionnement de l’Union monétaire ; ils espèrent par la négociation, obtenir un nouveau statut de la banque centrale européenne. Bonne chance hein, on voit bien que si vous y allez comme ça, avec Merkel, et que vous espérez obtenir une renégociations sur la banque centrale européenne, il n’y en aura jamais, donc la réalité c’est la soumission parce que vous n’avancez que dans le consensus et que dans le dialogue.
au delà de ces deux impasses :
la troisième solution qui paraît s’imposer à l’état d’esprit malheureusement, c’est le repli nationaliste. Puisqu’on n’a le choix qu’entre une soumission de Droite et une soumission de Gauche à la même Union européenne ultralibérale, hé bien le mieux, c’est de sortir, par ce que plutôt que de se soumettre à des politiques inacceptables, hé bien il vaut mieux sortir même si ça présente des inconvénients, et rester chez soi entre soi, et ça c’est la logique nationaliste du Front National.
Nous, nous disons « il y a une quatrième voix », voilà. Et ce que j’explique dans le livre, justement, c’est cette quatrième voix.
On peut faire autrement, on peut en restant dans cette logique de coopération, cette logique internationaliste, on peut mener une autre politique, qui est le seul moyen de pouvoir refonder l’Europe : c’est des politiques subversives à l’intérieur. »

Voilà comment on sert le Système,
en faisant croire que voter une motion de censure pour empêcher la loi Travail de passer, c’est cautionner la droite, et donc qu’on ne pouvait pas faire autrement que de faire passer la loi Travail ;
en faisant croire que sortir de l’€u®ope des oligarques et des multinationales, c’est une idée d’extrême droite, un repli nationaliste. Qu’il n’y a donc qu’un seul choix acceptable : rester dans l’€u®ope construite pour être irréformable. Comme Pétain faisait croire qu’il agissait pour l’intérêt de la France, que le seul choix raisonnable était la collaboration. Non, le seul combat, c’est celui de la vérité et de la justice face au mensonge et à l’oppression. On ne pourra de toute façon pas y échapper, et reculer par crainte du combat (on a de si petites mimines) ne nous le fera pas éviter. Enfin sauf à se complaire d’une vie d’esclave ou à trouver quelque profit à la collaboration…

Vous comprenez pourquoi le fait que l’UPR ne recueille que 1% des voix ne me détournera pas de le choisir aux prochaines élections ? Pour qui voter d’autre ? C’est le seul parti antisystème qui a mis en place une stratégie qui peut marcher (c’est à ça qu’on peut voir qu’il est authentiquement antisystème), et c’est bien pour cela qu’il subit le silence ou en dernier ressort l’insulte de ceux qui servent le Système.

Est-ce que vous vous rendez compte à quel point Généreux nous enfume dans son livre dont le titre reprend étrangement le slogan concocté par les services de com du Système, pour Obama, vendu aussi comme nouvelle voie, ou comme plan B, (n ème voie, plan x de quoi à votre avis ? —> … du Système) ou pour Podemos, « Nous on peut, Yes we can… ». c’est du marketing, même pas original.

#124609 
RSS RSS Commentaires
   
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.

Karl Marx

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.