RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
13 

Cambadélis au PS : « Arrête de pleurer et mouche-toi »

USA. L’adversaire d’Hillary Clinton, le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, qui a axé son discours sur les inégalités, a perdu dans 16 des 17 Etats où l’on trouve les plus gros écarts de salaire.
Pourquoi ? « Eh bien parce que les pauvres ne votent pas », constate Sanders.

France. Le secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, appelle les socialistes à « arrêter de pleurer » et à « lancer la contre-offensive ». Selon lui, « Alain Juppé sera le Balladur de 2017 » . Et Hollande le Jospin d’un certain 21 avril 2002 (éliminé au premier tour par Chirac et Le Pen) ?

Ce qui est sûr en tout cas c’est que l’abstention en France est plus grande dans les quartiers pauvres que dans les « beaux quartiers » et que ceux qui appellent à boycotter les urnes désarment précisément les citoyens qui ont intérêt à barrer la route aux fascistes, aux droitiers et fauxcialistes.

Pour changer, le vote ne suffit pas, mais c’est aussi un outil.

Le slogan « Elections piège à cons » est une balle tirée dans le pied des 9.3 sans jamais toucher Neuilly.

Théophraste R. (Chef du bureau : « Abstention piège à cons » ).

URL de cette brève 5050
http://www.legrandsoir.info/cambadelis-au-ps-arrete-de-pleurer-et-mouche-toi.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
24/04/2016 à 19:24 par Juber

Vous y croyez encore ?

C’est bien,vous aurez un Bon Point !

On rappellera à toutes fins utiles le TCE de 2005 où Tsipras en juillet 2015.....

C’est pas possible, y en a qui aime la sodomie !

Ce n’est pas les "Pièges-à-cons" qui tirent les balles,mais bien ceux d’en face !

#123836 
24/04/2016 à 22:38 par pilhaouer

Élisée Reclus

Lettre à Jean Grave

Clarens, Vaud, 26 septembre 1885.

Compagnons,

Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage.

Le délai que vous m’accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j’ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.

Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance.

Je vous salue de tout cœur, compagnons .

Élisée Reclus.

Lettre adressée à Jean Grave, insérée dans Le Révolté du 11 octobre 1885.
Reclus, Élisée (1830-1905), Correspondance, Paris : Schleicher Frères : A. Costes, 1911-1925. pp.364-366

#123843 
25/04/2016 à 09:39 par gus de nantes

pourquoi je vote .....

Bien sur je n’attends rien de bon de la démocratie parlementaire , bien sur reprendre le pouvoir et l’exercer devrait commencer dans mon lieu de travail , puis dans ma commune , enfin dans ma région , et pour finir dans l’état ...

Evidemment Proudhon avait raison dans sa définition , je ne le citerai pas ici , et j’aimerai voir des assemblées ou un bon tiers serait élus par le hasard .

Mais voila ce vote est la seule et unique minute que l’on laisse à ma voix pour s’exprimer , et c’est ainsi que je l’entends , je ne vote pas pour que les choses enfin évoluent , non , j’envoie un message , à tout ces maitres de l’ombre , grands bureaucrates , grands financiers , grands fumiers de tout pays qui passent leur vie à nous saigner à blanc et nous remettre le joug de l’esclavage sur les épaules usant de tout les ressorts possibles pour ce faire .

Je vote pour le candidat le plus à l’opposé de leurs utopies sanglantes , je sais qu’il ne sera pas élu , et même si il l’était ils le castreront ou le tueront , au propre au figuré , je sais tout cela, l’histoire du 20eme me le raconte à chaque page .
Cette même histoire me parle aussi des conquêtes et des réussites et qu’elles le furent par le truchement d’un vote massif pour les représentants des exploités .

Voter n’est pas la solution , ne pas voter c’est accepter, c’est même participer par le silence car qui ne dit mot consent ..

Alors j’irai voter sans espoir et sans joie . Je sais qu’un Parti de Gauche à 30% vaux toute les bombes toutes les manifs et tout les tracts ..... ce serait un bon début .... pas une solution mais un germe...

#123847 
25/04/2016 à 14:33 par AARRRP

A Théophraste,

Penser c’est nier ce que je crois.

Voter c’est nier ce que je suis.

Cordialement

#123852 
25/04/2016 à 18:26 par Esteban

En effet cher Théo, les travailleurs et leur famille qui jouissent pourtant depuis des décennies de l’efficacité des urnes après avoir érodé, rafistolé puis usé à cœur l’outil, sont de parfaits ignares et en plus masos des pieds. Et puis, quelle jouissance au soir même des élections de voir que chacun est conforté dans sa propre victoire jusqu’à la prochaine. Quelqu’un de "pas con" a t-il une...analyse pour faire mentir ce vécu (partagé ?) multi-décennal ? :/

#123856 
25/04/2016 à 18:41 par Esteban

Re-coucou,

un Parti de Gauche à 30% vaux toute les bombes toutes les manifs et tout les tracts

Gus, à part les bombes (quoique, qui a acquiescé pour une Fly Zone en Libye ?) vous êtes sérieux ?

#123857 
26/04/2016 à 09:47 par résistant

Ce billet est malhonnête, car en filigrane, il n’appelle pas seulement à voter, mais il appelle surtout à voter pour Mélenchon et autres candidats dits "d’extrême gauche.
Seulement voilà, ces gens sont à la gauche ce que les Lepen sont à la droite : des outils pour récupérer et surtout neutraliser le mécontentement des français. Des partis leurres qui ne proposent concrêtement aucune alternative réelle à l’UMPS, car ils n’appellent pas à sortir de l’Union Européenne, de l’Euro, ni de l’OTAN. Ils utilisent juste suffisamment d’ambiguités pour le laisser croire aux naifs. Or il est absoluement impossible de changer de politique en restant au sein de ces institutions.
Un billet malhonnête pour un candidat malhonnête.
Je vote UPR, et lorsque l’UPR n’est pas présente à une élection (intimidation des gros partis sur les parainages pour filtrer les candidats qui dérangent VRAIMENT, loi Urvoas pour supprimer l’égalité de temps de parole...) alors je ne vote pas, et vos pathétiques manoeuvres pour me culpabiliser n’y changeront rien.

#123878 
26/04/2016 à 11:17 legrandsoir

Ce billet est malhonnête... Un billet malhonnête pour un candidat malhonnête


Excellentes piques lancées contre un site qui vous informe bénévolement et vous publie de même et qui ne cesse d’inviter à se garder des injures.
Vos préférences politiques (pour F. Asselineau) pourraient peut-être convaincre de leur excellence si elles s’exprimaient autrement. Mais là...

#123881 
26/04/2016 à 11:06 par gus de nantes

en réponse à esteban ,

si je suis sérieux ? c’est à dire ? vis à vis de qui et pourquoi ?

Vous à t il échappé que je mettais le vote plus important dans le "dialogue " entre les classes , je ne nie pas que la classe laborieuse et pensante a besoin de tract de manif et d’espace de communication afin de s’organiser , j’étendais par cette phrase et redisait mon choix , parmis toute les actions politiques possible le vote massif pour un mouvement de gauche représenterait un coup de tonnerre et influerait largement nos vies , j’en veux pour exemple un parti communiste qui fit 20% aux urnes , le rapport de force changea brutalement de camp , comme avant 36, quand le peuple enfin réuni vote contre eux je peux vous assurer que les chancelleries tremblent ....

mais bon comme votre question est si peu argumenté j’ai peur en développant de ne faire que du hors sujet .... il va falloir je vous pris être plus précis

#123880 
26/04/2016 à 13:26 par Esteban

Pour être plus précis.
Avancer qu’un Parti de Gauche à 30% vaut mieux que des manifs et des tracts (ces derniers pour informer à contrario des médias oligarchiques) c’est se mettre dans la tête que la solution reste toujours la délégation de pouvoir. Or cela fait un bail que nous voyons que les élections (et leurs marchandages inhérents) conduisent les salariéEs vers un recul exponentiel. Il va être difficile au PCF (dont j’étais jadis militant) de retrouver une crédibilité au regard de son positionnement politique. Un parti politique révolutionnaire qui veut défendre réellement les intérêts des travailleur(se)s doit être exempt de compromis avec la classe opposée à celle qu’il défend (bien entendu c’est mon avis personnel). En cela même le PCF à l’époque de sa superbe (époque que vous citez), ayant tenté de passer par "l’entonnoir" (croyant pouvoir aboutir à un changement de société*) fabriqué par le capitalisme, n’a pas pu. Le pire c’est qu’en insistant IL s’est tué. Alors un PG à 30% dans les rouages de la société capitaliste est tout aussi inefficace qu’un PCF à x% dans ces mêmes rouages. Les militants du PCF étaient parvenus à construire ce parti dans lequel il était stimulant de militer, avec des idées claires, un cap à tenir sans concession avec ses ENNEMIS de classe. Aujourd’hui Quel esprit revendicatif, jeune ou pas, a t-il envie de militer au sein de ces remorques ? Et ce n’est pas l’auberge espagnole qu’est le PG et son messie, autre réceptacle de quelques aigriEs du PS et de déçuEs du PCF, plongeant encore dans le même "entonnoir" qui va modifier quoi que ce soit.
La tâche est plus difficile que de s’en remettre à un Parti qui sagement va "disputer" quelques prébendes dans un hémicycle et cela requiert beaucoup d’engagement et de sacrifices hors d’un circuit tracé par les dominants. Nous sentons bien que l’émulation vient de/dans la rue. Les conditions ne sont pas encore mûres ? Nous ne sommes pas prêts ? Je n’en sais rien...
*Je croyais moi aussi. J’en suis revenu depuis.

#123888 
26/04/2016 à 14:14 par Jérôme Dufaur

@resistant (UPR)

Vous écrivez : « Des partis leurres qui ne proposent concrètement aucune alternative réelle à l’UMPS, car ils n’appellent pas à sortir de l’Union Européenne, de l’Euro, ni de l’OTAN. »

Commentaire :

Je ne conteste pas la nécessité d’être clair sur l’Union Européenne, l’Euro, l’OTAN (entre autres sujets de première importance) et je suis intervenu plusieurs fois sur ce site pour relayer les doutes et critiques légitimes vis-à-vis de la candidature JLM 2017 (sachant que ces doutes et critiques interpellent tous les militants et organisations issus du « mouvement ouvrier » dans ses diverses composantes et pas le seul JLM).

Cela dit : est-ce que votre exhortation est suffisante pour emporter l’adhésion ?

Exemple : il ne me semble pas que ce soit l’Union Européenne, l’Euro et l’OTAN qui expliquent les constantes oppositions/déstabilisations rencontrées par la vague de gouvernements populaires latino-américains débutée avec l’élection de Chavez au Venezuela en 1998.

Ce n’est pas parce que nous sortirons de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN que la bourgeoisie (classe sociale en soi et pour soi, organisée à l’échelle mondiale – cf. les multiples travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot sur cette question) acceptera de se suicider dans la joie.

Par conséquent, la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN ne serait-elle pas un nouveau leurre ? Leurre qui serait dénoncé par les plus purs parmi les encore plus purs ?

A force de nous purger, nous serons purement seuls face aux dominants.

Inverser la tendance (pour recréer de la confiance autour d’idées-forces partagées par le plus grand nombre), tel est l’enjeu. Comment faire ?

De ce point de vue, il me semble que tous ceux qui oeuvrent, via Nuit debout, à la convergence des luttes avec les syndicats et les quartiers populaires sont en train d’ouvrir (difficilement, certes) une fenêtre historique.

#123889 
26/04/2016 à 19:03 par résistant

@Jérôme Dufaur
Je ne réponds habituellement pas aux commentaires, pour ne pas les transformer en interminables discussions. Mais puisque votre remarque porte sur un sujet enfin plus intéressant que de savoir quel sera le prochain Tsipras, allons y :
Les déstabilisations rencontrées par les pays d’Amérique Latine sont le fruit de la stratégie du chaos états-unienne. Sortir de l’OTAN est donc une priorité absolue, à moins que vous soyez contents de voir nos soldats débarquer un jour au Vénézuela pour une mission "humanitaire" en compagnie de BHL ?
L’Union Européenne est le fruit de la volonté états-unienne, et n’est autre que la face politique de la même médaille impérialiste.
Pour preuve, l’article 42 du traité sur l’Union européenne : "...leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre."
Il est donc logique de devoir sortir de l’OTAN, de l’Union Européenne et de l’Euro si on veut pouvoir lutter contre l’offensive états-unienne généralisée.
De plus, je voudrais faire remarquer que si les nations d’Amérique Latine on pu pendant 20 ans résister aux USA et nous montrer un si bel exemple, c’est avant tout parce qu’ils étaient dotés du plus puissant outil qui existe actuellement sur la planète pour résister à l’empire : leur souveraineté nationale.

#123892 
26/04/2016 à 21:10 par gus de nantes

@esteban ,

merci par ta réponse d’apporter ta pierre , relis bien les propos liminaires , pardon , les deux ou trois phrases d’introduction , nous sommes tout à fait d’accord , il me semble , je n’attends rien de cette constitution , et j’aimerai voir élu un gouvernement qui par la constitution rendrait le pouvoir au peuple , quitterait les organisations vampires , pardon, capitalistes, trouverai la parade contre bce banque mondiale fmi goldman & sachs , bombarderait les paradis fiscaux .... et autres joyeusetés dont mon cerveau fécond et ma colère avide attendent chaque jour la réalisation orgiaque .

Mais en attendant ne me reste que le Militantisme et le Vote obstiné que je vois comme un crachat dans la gueule aux puissants de ce monde qui non content de se vautrer dans leur suffisance viennent égorger nos filles dans nos campagnes ....

#123895 
RSS RSS Commentaires
   
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Puisque le commerce ignore les frontières nationales, et que le fabricant insiste pour avoir le monde comme marché, le drapeau de son pays doit le suivre, et les portes des nations qui lui sont fermées doivent être enfoncées. Les concessions obtenues par les financiers doivent être protégées par les ministres de l’Etat, même si la souveraineté des nations réticentes est violée dans le processus. Les colonies doivent être obtenues ou plantées afin que pas un coin du monde n’en réchappe ou reste inutilisé.

Woodrow Wilson
Président des Etats-Unis de 1913 à 1921

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.