RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Colonialiste d’« extrême gauche » ?

En ces temps troubles que traversent nos contrées ciblées par la voracité colonialiste, les positions d’une partie de l’extrême gauche, française en particulier, constituent un indicateur très significatif de l’union sacrée qui se construit par-dessus les déchirements qui peuvent affecter les élites politiques occidentales. Car, lorsque la gangrène gagne les parties les plus réfractaires du champ politique, elle révèle l’ampleur de son expansion. La Libye d’abord et la Syrie ensuite ont surtout servi de révélateur au phénomène de conversion du Nouveau parti anticapitaliste d’adversaire de la mondialisation impérialiste en soutien aux entreprises de l’OTAN. L’expression de ce soutien est très subtile par la conservation de la marque de fabrique, sans laquelle le courant perdrait son identité « marxiste-révolutionnaire », partant sa raison d’être. Mais plus la crise syrienne dure, plus l’alignement contre-nature se précise, malgré les précautions qui peuvent être prises, dont l’attitude critique envers l’intervention étrangère. Dans une dernière livraison, intitulée « Syrie : les mauvais remèdes des impérialistes », ce sont les arguments de l’Alliance atlantique qui sont confortés ouvertement. Ainsi, Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann et Bernard Kouchner auraient raison de vouloir « livrer des armes à la révolution », parce qu’ « on ne saurait pas être contre, à condition toutefois de préciser certaines conditions ». Celles de « livrer avant tout des armes dont les rebelles puissent facilement se servir en toute autonomie, sans tomber dans le besoin d’avoir recours à des "’conseillers’’ militaires ». Etant donné que « le problème ne réside pas dans la description de la réalité actuelle par les auteurs, qui sonne dans une bonne partie juste » et qu’il « réside dans les remèdes qu’ils prétendent y apporter ». Après cette franche reconnaissance de la proximité des points de vue avec les propagandistes atlantistes, suivent des conseils qui pourraient éviter les « mauvais remèdes ». C’est-à -dire que l’agression en elle-même pourrait, selon nos « marxistes » en délire, être menée dans le seul intérêt du peuple syrien, grâce à leur pression. Et ils y vont : « Nous disons fermement, quant à nous, qu’une intervention militaire de l’Otan, de l’Union européenne, de la France et des USA n’est pas une solution réaliste, souhaitable et soutenable », sans plus et sans que cette intervention soit dénoncée dans son principe, ne serait-ce que du seul point de vue de faire barrage à l’agression. Ici l’avertissement est tordant : « Le remède risque d’être créateur de beaucoup d’autres maux et d’autres massacres ». Il est donné en comparaison de l’aventure libyenne, implicitement légitimée, du fait que « la Libye (était) un pays militairement faible, faiblement peuplé », au contraire de la Syrie « pays nettement plus densément peuplé, société multiconfessionnelle et multiethnique », qui « risque de produire des conséquences très différentes ». Sinon, pourrait-on ajouter, les bombardiers auraient pu y aller et installer à Damas les prétendants dûment listés par Hillary Clinton.

Par Ahmed Halfaoui

lesdebats.com

URL de cet article 18210
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
47 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
66 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.