RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : France

Nouvelle catilinaire

PERSONNE
Il est des jours comme cela où des sentiments s’imposent comme une rémanence, puis comme une pensée lancinante. L’article lu, le journal refermé, reste un bouillonnement interne. « Au pays des Droits de l’Homme » (qui avait oublié la moitié de l’Humanité, petits joueurs ! , petits révolutionnaires ! ), il est des sentiments qui devraient faire tache. Mais il n’en est rien, faute à la torpeur estivale, faute aux remugles des barbecues. Face à l’État, face à ce Léviathan sans scrupule, le Citoyen n’est que peu de chose, surtout en l’absence de soutiens moraux et logistiques de ses semblables. On ne peut défier, impunément, le lion. Le Léviathan intimide, veut faire taire les consciences, alors il réprime avec application quand il ne fait pas du chiffre. En dictature, on ne s’embarrasse pas des conventions ; en République, la répression est bien différente, c’est bien plus subtil, mais elle n’en reste pas moins répression. Une bonne dose d’intimidation, de poursuites judiciaires coûteuses pour le prévenu, des (...) Lire la suite »

Perspectives pour la France (2017)

Revolution - Tendance marxiste Internationale

Ce texte est le principal document politique adopté par le Congrès national de Révolution, qui s'est tenu fin juin. Il a été écrit en mai 2017, c’est-à-dire avant les élections législatives de juin. Aussi ne comprend-il pas d'analyse des résultats de ces élections, qui d'ailleurs ne changent rien aux perspectives ici élaborées.

L’objectif de ce document est d’analyser les processus fondamentaux à l’œuvre dans la société française et d’anticiper les développements économiques, politiques et sociaux les plus probables – ou, à défaut, les différents scénarios possibles. Anticiper les événements n’est pas une fin en soi, un jeu de l’esprit, mais une nécessité pour s’y préparer et y intervenir. Sans cela, nous serions constamment pris par surprise et condamnés à réagir au coup par coup. L’évolution de l’économie constitue le facteur déterminant de la dynamique globale d’une société, mais seulement en dernière analyse. Les développements de la lutte des classes sur tous les plans, y compris le plan politique, s’enracinent dans la crise organique du capitalisme, mais n’en sont pas l’expression mécanique. Ils ont leur propre dynamique, qui est relativement indépendante des grandes tendances macro-économiques. En particulier, l’évolution de la conscience des différentes classes sociales – et des différentes couches de ces classes – est un processus (...) Lire la suite »

Pour une politique française en Syrie indépendante et respectueuse du droit

Collectif
Monsieur le Président, Vous avez déclaré que vous ne souhaitiez pas la destruction de l’Etat syrien et qu’avec vous au pouvoir, on en aurait fini avec les “néoconservateurs importés”. Plus récemment, au sortir du G20, vous avez de nouveau précisé votre détermination à œuvrer pour une sortie politique du conflit excluant le préalable d’une mise hors jeu de l’actuel Président de l’Etat syrien. Vous interrompez le soutien financier et logistique que la mandature précédente accordait à des forces combattantes terroristes qu’elle qualifiait de ‘modérées.’ Ce réalisme a été imposé par l’échec d’une politique d’ingérence illégitime et désastreuse. Le peuple syrien avec toutes ses composantes, en particulier une opposition authentique de l’intérieur, certes pas celle d’une poignée d’exilés exhibés à quelques occasions, s’est rangé derrière Bachar el Assad pour lutter contre la désintégration de sa nation. Avec l’aide de pays amis, il est en train de mettre fin à l’existence d’un Etat takfiriste. Parmi ceux qui ont accueilli (...) Lire la suite »

Députés et sénateurs, n’allez pas à Versailles !

Claire VÉRILHAC

Qui sait où peut nous mener la dérive autoritaire qui se met en place peu à peu dans un contexte politique si particulier ? La convocation du Congrès à Versailles le 3 juillet par le Président est un pas de plus vers un pouvoir personnel inquiétant. Seuls les groupes France Insoumise et PCF ont annoncé leur refus de participer à cette mascarade coûteuse et inutile.

Sous la Ve République, réunir le Parlement en Congrès (les deux chambres, députés et sénateurs) permettait de voter les modifications constitutionnelles sans passer par un référendum. Voire de passer outre le vote populaire comme ça a été le cas le 4 février 2008 où les parlementaires se livraient à un véritable coup d'Etat : adopter le Traité de Lisbonne pourtant rejeté par référendum par près de 55 % des Français ! Mais la réforme constitutionnelle de 2008 (adoptée avec une seule voix d'avance) permet désormais au président de la République de « prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en congrès". Un discours qui ne peut faire l'objet d'aucun débat ni d'aucun vote. Les opposants à cette réforme y voyaient bien sur une volonté d'américanisation de notre vie politique avec cette copie du Discours de l'Union. Mais aussi un retour aux pratiques en vigueur dans les monarchies. Et à Versailles ... tout un symbole ! Depuis cette réforme, deux discours présidentiels ont été tenus : par Nicolas (...) Lire la suite »

Conflit et génocide rwandais : la République française est-elle « totalement compromise » ?

Harana Paré

Alors que des archives de l’Elysée sur le conflit au Rwanda défrayent la chronique, le flou sur l’implication française subsiste. Pour l’historien Harana Paré, cette situation perpétue la politique « de déni » et de « prédation » de la France en Afrique.

RT France : La revue XXI a publié un article basé sur une archive d'un ordre direct signé de l'Elysée appelant à réarmer les troupes génocidaires au Rwanda en 1994 malgré l'embargo sur les livraisons d'armes dans le pays imposé par l'ONU. Cette révélation vous a-t-elle étonné ? Harana Paré (H. P.) : Absolument pas. La République française est assise sur des montagnes de mensonges et de dénis des droits des peuples au regard de sa présence et de son influence politique néocoloniale sur le continent africain. RT France : Quel était l'intérêt pour le gouvernement français de donner cet ordre, enfreignant sciemment l'embargo de l'ONU dans un contexte où les exactions au Rwanda étaient scrutées par l'ensemble de la scène internationale et choquaient l'opinion publique française ? H. P. : Dans le film « Hôtel Rwanda », on voit bien que ce qui intéressait les Occidentaux et les Français était avant tout d'exfiltrer les populations blanches ou naturalisées du Rwanda, et de laisser les différentes parties du reste de (...) Lire la suite »

Vers la fin de la sociale-démocratie ?

République Sociale
Les diverses élections européennes ont été révélatrices de plusieurs choses : que ce soit en France, en Grèce, au Portugal en Espagne ou au Royaume-Uni il semble y avoir un rejet de plus en plus massif des partis incarnant la sociale-démocratie et le social-libéralisme. Ces partis qui ont conduit à la paupérisation d’une grande partie de la population, coupable d’avoir voté des lois austéritaires imposées par Bruxelles, de sorte que pour une grande partie des citoyens ces différentes formations, devant incarner la gauche ou une partie de la gauche, ne présentent désormais guère de différence avec les partis du centre et de la droite classique. Mais depuis les élections grecques de janvier 2015, et la défaite cinglante du PASOK- le Parti socialiste grec- qui avait à peine obtenu 4,68% des suffrages exprimés, traduisant la vaste colère populaire grecque après des années de souffrances et de mémorandums, le vent semble tourner. Quelques mois plus tard, lors des élections portugaises, certes remportées par la (...) Lire la suite »
31 

Faire des économies ? Confions notre diplomatie à Trump et notre sécurité à Israël.

Jacques-Marie BOURGET

Macron, même Dieu et Jupiter, et les mirobolants qui l'entourent dans sa marche sur les eaux où il nous noie, n'a pas pensé à tout. En tant qu'économiste atterrant, je suggère, plutôt que de supprimer des infirmières et des assistants de vie pour les vieux, de virer tous les diplomates et de confier les clés du Quai à Trump ? Pourquoi aussi ne pas céder celles de notre sécurité à Netanyahu ? Ça aurait de la gueule !

Régis Debray vient de publier un livre – que je n’ai pas lu – mais dont le contenu général est largement déroulé dans la presse : Civilisation. Comment nous sommes devenus américains. Observation de géographe, l’art premier de son maître Julien Gracq, le philo-médiologue constate que la dérive des continents a fonctionné en douce : « La France est devenue l’Amérique ». Maintenant que nous sommes arrimés, par exemple, quand les socquettes blanches et les jupes plissées bleues s’en vont célébrer la mémoire de Pétain à l’Ile d’Yeu, elles devraient facilement entendre parler l’américain. A pied l’Amérique c’est vraiment chez nous. Cet état de l’union, vous me direz, il y longtemps qu’on le vit. Si on excepte la parenthèse du Général, il y a des lustres que nous nous éclairons aux étoiles de la bannière. Les plans de l’Europe, celle qui fait saliver Macron, ont été tracés par les diables de Wall Street, puis réalisés par Jean Monet, un ouvrier de la CIA et Robert Schuman, rescapé de Vichy. Ajoutez à cet équipage le parapluie (...) Lire la suite »

La démocratie sans le peuple.

Fabrice AUBERT
PRESIDENT PAR DEFAUT : Tout ceci a commencé par une campagne lamentable orchestrée de main de maitre par le machiavel « Hollande », demandant aux médias une double opération : La « dédiabolisation de Le Pen »Le lancement de son poulain Macron, pour s’opposer à toute autre solution de progrès, expliquant son positionnement, de non soutien à Hamon et très négatif vis-à-vis de Mélenchon dans la dernière semaine de la campagne des Présidentielles. Le deuxième tour fut une caricature de démocratie opposant « l’extrême haine » à « l’extrême marché » et le débat du second tour démontrant la manœuvre grossière de planification de l’élection de Macron. Rappelons ici, que si Macron fut élu, ce fut par défaut et non sur son programme, car seuls 16 % des électeurs du premier tour ont voté pour le programme de Macron, quand plus de 80 % des électeurs de Mélenchon votaient pour le programme. LES LEGISLATIVES UNE CARICATURE DE DEMOCRATIE : Si le rôle des médias, est de construire « l’agora démocratique », on peut dire que l’échec (...) Lire la suite »
18 

Faisons des économies : supprimons ce parlement-fantoche !

FLOREAL
Les futurs « députés » Macron ont juré de défendre quoi qu’il arrive les orientations de leur président vénéré et dispensateur de tant de bonnes places : bravo pour la séparation des pouvoirs inscrite dans la Constitution ! En outre, dès qu’ils auront été élus (avec néanmoins 55 % d’abstentions, de blancs et de nuls dans la vue...), ces perdreaux de l’année se sont formellement engagés à se dessaisir aussitôt pour permettre à M. Macron d’abattre le Code du travail par ordonnances, court-circuitant ainsi le débat parlementaire et la mobilisation sociale. De toutes façons, ces députés-champignons sortis du néant (pardon, de la « société civile » – lisez : du patronat) et n’ayant derrière eux ni parti porteur d’une idéologie encombrante, ni militants exigeants, ni congrès houleux, ni mandatements internes conflictuels, ni toutes ces pratiques surannées que les gens ringards appellent « vie démocratique », et devant entièrement leur carrière et leur haut salaire au chef de l’exécutif, auront-ils la moindre envie de (...) Lire la suite »
13 

Les nouveaux visages de la République

PERSONNE
« Nous sommes nés… il y a 24, 30 , 40 ou 72 mois. Nous nous engageons. Nous nous sommes mis en Marche ! Aujourd’hui, nous avons décidé de faire un pas de plus. Pourquoi nous ? Parce que nous sommes vous ! Nous croyons dans le progrès, nous croyons que demain sera meilleur qu’hier. Nous sommes plus de cinq cents (*) : nous sommes des millions. Nous sommes avec Emmanuel, notre bon pasteur. Nous sommes les nouveaux visages de la République. » PERSONNE (*) Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort, Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, Tant, à nous voir marcher avec un tel visage, Les plus épouvantés reprenaient de courage ! (Corneille) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190