RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Droits des femmes
Les combats à moitié menés font des combats totalement perdus

Pour une écriture à 100% inclusive

Marie-Charlotte DE LAMOTTE

La francophonie, rassemble des femmes et des hommes qui partagent une langue commune, le français. Le 12 octobre 2018, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a nommé à sa tête la Rwandaise Louise Mushikiwabo.

La nouvelle secrétaire générale de la Francophonie a déclaré vouloir travailler avec « tous ». Elle a insisté : avec « tous les membres » après avoir pris « toute la mesure de chacun ». Tous ? Chacun ? Pas de femmes, donc ? Louise Mushikiwabo a succédé à Michaëlle Jean, fille d'émigrés haïtiens au Québec, ancienne journaliste, ex-gouverneure générale du Canada et envoyée spéciale de l'Unesco en Haïti. Faisant allusion au passé colonial, elle avait dit : « La langue française nous a été enfoncée dans la gorge ». Le dégorgeoir n’est pas près d’être utilisé avec une Louise Mushikiwabo qui ignore superbement l’écriture inclusive. Hélas, cette usurpatrice est à la tête d’une organisation qui a autorité sur 300 millions de locuteurs de notre langue, répartis sur les cinq continents. Et 88 Etats et gouvernements sont membres de l’OIF. Force est de constater que, trahissant les courageu.ses.x militant-e-s français.e.s de l’écriture inclusive, Louise Mushikiwabo a dores et déjà abandonné un juste combat féministe, comme je viens (...) Lire la suite »
30 

Ecoféminisme : une théorie doublement réactionnaire pour briser le féminisme et l’agroécologie

Guillaume SUING
50% des gilets jaunes en lutte sont des femmes. Qu’en disent donc les « intellectuel.le.s » du féminisme bourgeois, « universalistes » badinteriennes, butlero-post-modernes « queer » ? Depuis les blocages d’une « classe pour soi » ressuscitée, il faudra bien avaler la pilule et requestionner les certitudes universitaires : Cette poussiéreuse « lutte des classes » aurait-elle retrouvé une centralité insoupçonnée ? Les châteaux de cartes théoriques de la fameuse « deuxième vague » du féminisme risquent de s’effondrer face aux retours de flamme de l’histoire longue. Les révisionnismes « progressistes », sous des formes nouvelles, « alternatives », modernes, apparaissent et s’hybrident nécessairement... puisqu’ils détourent en négatif le grand retour de Karl Marx sur l’arène des théories en lutte. L’une de ces formes en particulier peut attirer l’attention, tant elle trahi l’hypocrite négation de l’origine capitaliste de la crise mondiale actuelle. Il s’agit de l’écoféminisme, une des branches de l’écosocialisme (...) Lire la suite »

Les militantes saoudiennes détenues pourraient être condamnées à la peine de mort.

Middle East Eye

Les accusations de trahison et de conspiration contre l’État pourraient mener à la peine capitale, avertissent les experts juridiques.

Sept militantes saoudiennes détenues, qui ont fait campagne pour la levée de l'interdiction de conduire des femmes, risquent la peine de mort, a rapporté le journal Okaz dimanche. Selon les avocats et les juges saoudiens, les militants des droits des femmes, qui ont été arrêtés la semaine dernière et qualifiés de "traîtres" par les médias pro-gouvernementaux, pourraient être condamnés à mort si les enquêtes aboutissent à des accusations de trahison et de complot contre l'État. Un activiste saoudien, qui souhaitait garder l'anonymat par crainte pour sa propre sécurité, a déclaré à Middle East Eye : « Ce que nous voyons, c'est qu'il n'y a aucune tolérance d'aucune sorte pour tout type d'activité [militante]. » « L'objectif est d'envoyer un message clair au peuple, que personne n'est censé parler des affaires publiques, personne n'est censé s'engager dans la société autre que l'État. » Selon un communiqué du gouvernement saoudien, ces sept personnes ont été arrêtées pour avoir offert un soutien financier à (...) Lire la suite »
Les monologue du vagin

Contre la Trinité des hypocrites, Schiappa, Bachelot et El Khomri

FLOREAL

A défaut d’avoir, ne serait-ce que ralenti la dégradation des conditions de vie qui, depuis 1992 au moins, accable les femmes travailleuses sous la férule des gouvernements maastrichtiens successifs, Mmes Bachelot, El Khomri et Schiappa ont brûlé les planches ensemble ce 7 mars en interprétant ensemble « Les monologues du vagin » devant le Tout-Paris « féministe ».

Plus facile d’obtenir des applaudissement des bobos friqués que de mériter la gratitude des caissières de Carrefour licenciées, des enseignantes condamnées aux pensions de misère par la casse des retraites, aux femmes fonctionnaires et cheminotes qui, à l’avenir, ne bénéficieraient plus de la sécurité de l’emploi (dont tout le monde devrait jouir !), des infirmières écrasées par les réformes Bachelot de l’hôpital, des paysannes désespérées par le libre-échangisme intenable de l’UE, etc. Le pire, ce 7 mars, était de voir Mme El Khomri érigée en héroïne de la libération féminine alors qu’elle a couvert la contre-réforme scélérate qui inverse la hiérarchie des normes et qui fait du patronat le maître des contrats de travail en lieu et place de la négociation nationale (conventions collectives de branche). Bravo aussi à Marlène Schiappa qui feint de libérer les femmes alors qu’elle sert un gouvernement thatchérien qui vient de détruire le Code du travail et qui s’apprête à dynamiter les statuts, les retraites par (...) Lire la suite »
11 

Congruence : Bonne année aux hypotextiles et hypertextiles

Christian DELARUE

Bonnes année partout, par delà les frontières, ici et ailleurs, aux hommes, surtout ceux de condition sociale modeste, et surtout bonne année aux femmes.

Soyons plus précis : Bonne année aux femmes de toute couleur de peau (point de racisme), de toute forme corporelle (ni grossophobie, ni maigrophobie), qu’elles soient plutôt hypertextiles ou plutôt hypotextiles ou en entre deux. Cesser les haines dans un sens ou dans un autre, qu’elles viennent d’en-haut ou d’en-bas. Point de sexyphobie ni de voilophobie. Liberté ! Liberté de principe avec exceptions possibles évidemment mais liberté d'abord. Liberté tant vers l'hypotextile que l'hypertextile. Eu égard au mouvement des femmes de l’automne 2017, des femmes légitimement en colère contre des hommes, des hommes croyants ou non, des hommes dominateurs ou violents, il importe en ce début d’année de s’engager et de trouver les mots et les actes - nécessaire congruence ici - pour que les hommes cessent de les harceler, les injurier ou pire encore les battre et les violer. Les femmes, hypotextiles ou hypertextiles, sont nos soeurs et doivent pouvoir avancer librement dans la vie sans subir les violences (...) Lire la suite »
15 

Recep Tayyip Erdoğan et Thanatos : Vers un hyperpatriarcat musulman en Turquie

Christian DELARUE

Un vent mauvais souffle sur la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan. Thanatos est le nom de ce vent mauvais

Thanatos c’est ici un « surmoi autoritaire et hyperpatriarcal » (de facture intégrisme musulman) ; c’est la logique impitoyable de mort, de régression, de destruction (cf plusieurs études d’Erich Fromm ) des acquis de la civilisation, des progrès sociaux et notamment de l’égalité hommes-femmes et de la liberté des femmes. On se retourne vers le crépuscule ai lieu d’aller vers l’aube (cf Ernst Bloch) . On voit Thanatos à l’œuvre dans toutes les régressions sociales ou les humains perdent leurs qualités pour aller vers la barbarie dont le viol des femmes exprime le franchissement ultime des limites. Le discours du Président Erdogan prend régulièrement appui surtout sur le Coran dans ce qu’il a de plus conservateur en mœurs mais aussi secondairement sur la nature humaine (le joker de tous les préjugés). I - Voile et islam partout L’islamisation comme entreprise de conquête Il y a 20 ans, en décembre 1997, Recep Tayyip Erdogan donne un condensé de la doctrine de l’islamisation. "Le 21 avril 1998, Erdoğan (...) Lire la suite »

Le Venezuela lance la campagne contre la violence envers les femmes (Ciudad Caracas)

Ciudad CCS*

L’élection le 30 juillet dernier d’une Assemblée Constituante au Venezuela remobilise les énergies dans la bataille permanente pour développer les droits de la femme.

L’élection le 30 juillet dernier d’une Assemblée Constituante au Venezuela remobilise les énergies dans la bataille permanente pour développer les droits de la femme. Ce mercredi, dans tout le pays, a commencé la campagne nationale contre la violence envers les femmes. Les activités se dérouleront du 1er novembre au 10 décembre 2017 afin de sensibiliser tous les secteurs de la population au droit de la femme à une vie exempte de toute forme de violence. La campagne a démarré le mercredi 1 novembre sur le thème : « La paix commence à la maison, stop à la violence contre les femmes » . Lors d’un entretien dans le cadre de l’émission « Encendidos » à Venezolana de Television, la Vice-Ministre pour la Protection des Droits de la Femme, Rebeca Madriz a la société à mener une évaluation interne sur ce plan dans chacun de ses secteurs et surtout d’introduire le thème de la violence contre les femmes en tant que délit dans le débat public et politique, ainsi qu’à exiger que les droits des citoyennes soient reconnus (...) Lire la suite »

Simone Veil ? Non, Gisèle Halimi !

Bernard GENSANE
Dans la nuit du 28 au 29 Novembre 1974, 284 députés contre 189 adoptent la loi autorisant l'IVG. Parmi ces députés, 55 UDR sur les 174, 26 centristes sur 52, 105 socialistes sur 106, 74 communistes. Pour défendre cette loi, Simone Veil, ministre de la Santé, va subir pendant deux jours les pires insultes racistes et sexistes. La saisine du Conseil constitutionnel par Jean Foyer, une des plus grossières incarnations de la réaction française de l’époque qui déclara lors du débat : « Le vice des riches ne doit pas devenir le vice des pauvres », n'aboutit pas. Dans les années qui précédèrent ce vote historique, le combat pour le droit à l’avortement avait été mené par diverses personnalités et mouvements : entre autres Simone de Beauvoir, le prix Nobel de médecine Jacques Monod, Choisir. Mais sans Simone Veil, magistrate, grande bourgeoise de droite qui prendrait – avec énormément de courage assurément – le train en marche. Á l’actif de la magistrate Simone Veil, l’organisation de transferts vers la France, (...) Lire la suite »
35 

Du 8 mars 1917 au 8 mars 2017

Appel collectif
C’est le 8 mars 2017 que la puissante Révolution russe dite de Février prit toute sa force à Petrograd, principalement sous l’impulsion de militants ouvriers clandestins du Parti bolchevik. Plongée dans une spirale de misère et de mort par l’exploitation capitaliste et féodale en Russie, exaspérée par l’interminable guerre impérialiste de 1914-17, où l’Armée tsariste allait de défaite en défaite face aux Austro-Allemands, la population ouvrière de Petrograd s’insurgea contre le tsarisme assassin en réclamant du pain, la paix et les libertés démocratiques. La répression brutale ne fit qu’accroître la révolte, d’autant plus qu’à l’armée, les soldats d’origine paysanne se rebellaient de plus en plus contre une guerre absurde, conduite par et pour les privilégiés de Russie. Ainsi se réalisait pas à pas l’idée directrice de Lénine, appelant dès 1914 à transformer la guerre impérialiste en insurrection révolutionnaire. Aujourd’hui, il est de bon ton d’opposer la Révolution « démocratique » de février 17 au prétendu « (...) Lire la suite »

Valls et Sarko : même combat ? De l’instrumentalisation du « burkini » : « Le burkini et les bourricots ».

Jean ORTIZ

Jamais la France n’aura eu un premier ministre aussi provocateur, méprisant, matamoresque, cynique... Comme Sarko et le FN, il a décidé que les prochaines présidentielles porteraient sur « l’identité », la « sécurité », la « nation », à la sauce ultra réact, reléguant ainsi la question des questions : la « question sociale »...

La polémique sans cesse relancée, burinée, sur le « burkini » relève d’une offensive proche de la « révolution nationale » du bon maréchal. Bien qu’elle puisse apparaître burlesque, elle n’en est pas moins dangereuse, instrumentalisée de tout bord ; elle peut se terminer par la mise à mort de la République, alors que nous avons besoin d’une République et d’une laïcité ouvertes, intégratrices, d’inclusion. Mais ces hommes sont prêts à tout, à mettre la France à feu et à sang s’il le faut, comme ceux qu’ils dénoncent, pour asseoir leur ambition personnelle et surtout servir un capitalisme de plus en plus carnassier dont ils sont les hérauts besogneux. La France est menacée d’éclatement, de fragmentation, oui, par leur politique antisociale, leur inféodation à l’Union européenne et aux Etats-Unis, ravagée par une austérité létale, l’austérité pour « ceux d’en bas ». Ces politicards créent les conditions pour que des jeunes français, ne se sentant pas exister, se retournent criminellement contre leur pays. La révolte (...) Lire la suite »
43 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50