RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Jeux Olympiques

Faut-il soutenir la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024 ?

Caroline ANDREANI

Au moment où les élus de la ville de Paris, toutes tendances confondues à l'exception des Verts et du Parti de Gauche, plébiscitent la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024, il n'est pas inutile de s'interroger sur les véritables objectifs des décideurs politiques.

« L’olympisme n’a jamais été un progressisme, ni un universalisme ou un humanisme. Il a toujours été à la remorque de l’histoire et n’a jamais été visionnaire. » (Patrick CLASTRES, historien du sport).(1) Au moment où les élus de la ville de Paris, toutes tendances confondues à l'exception des Verts et du Parti de Gauche, plébiscitent la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024, il n'est pas inutile de s'interroger sur les véritables objectifs des décideurs politiques. En 2005, une tribune intitulée « Non à l'imposture olympique » publiée dans Le Monde Diplomatique mettait le doigt sur le nœud du problème : « La concurrence pour les Jeux de 2012 a été l'illustration parfaite du slogan actuel de la mondialisation néolibérale : le monde est une marchandise, et l'olympisme, avec ses cinq anneaux, son logo commercial »(2). Au-delà du discours bien huilé destiné à vendre une vaste opération commerciale, il n'est pas inutile de démystifier le propos et d'identifier les gagnants et les perdants. En dernier (...) Lire la suite »

Sous les Jeux la vérité d’une époque

Yann FIEVET
Les Jeux de Londres sont morts, vivent les Jeux de Rio. A en croire la ferveur populaire mondialisée, il semble possible de continuer à considérer les Jeux Olympiques comme un grand moment de vérité pour le sport planétaire. Tous les quatre ans, inéluctablement l'on se retrouve sur un petit coin du globe afin de se mesurer, d'être le meilleur, d'établir un nouveau record. Plus loin, plus haut, plus fort proclamait la devise du père fondateur des Jeux de l'ère moderne, baron de son état. Pourtant, ici comme en maintes activités humaines dignes d'intérêt, derrière la scène fourmillent les coulisses, dissimulées au public ébahi par la fête et où s'épanouissent d'autres valeurs que la dérisoire beauté du sport. Le contexte d'une époque fournit le prétexte rarement avoué : hier le racisme, le colonialisme, le fascisme ou l'eugénisme ; aujourd'hui le Marché totalitaire et ses outrances politico-économiques. Et demain ? Le citoyen avisé ne saurait se contenter à trop bon compte de la seule vérité du sport, vérité (...) Lire la suite »
L’art de la guerre

Impérialisme olympien (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
Parmi les équipes présentes aux Jeux Olympiques de Londres, il y en a une, multinationale, formée de journalistes qui, entraînés par des coach politiques, excellent dans toutes les disciplines de la falsification. La médaille d'or revient aux Britanniques, premiers dans la discréditation des athlètes chinois, décrits comme des « embrouilleurs, farces de la nature, robots ». Une seconde après que la nageuse Ye Shiwen a gagné, la BBC a insinué le doute du dopage. Le Mirror parle de « brutales fabriques d'entraînement », dans lesquelles les athlètes chinois sont « construits comme des automates » avec des techniques « aux limites de la torture », et d' « athlètes génétiquement modifiés ». La médaille d'argent va au Sole 24 Ore [1] qui, par son envoyée Colledani, décrit ainsi les athlètes chinois : « La même tête carrée, la même concentration militaire, photocopie les uns des autres, machines sans sourire, automates sans héroïsme », créés par une chaîne de montage qui « produit des gosses comme des boulons », en les (...) Lire la suite »
14 

Tony Blair, les marchés Olympiques et un aperçu d’une autre Grande-Bretagne

John PILGER
Voici l'histoire de deux lettres et de deux Grande-Bretagne. La première lettre fut rédigée par Sebastien Coe, ancien athlète qui siège au Comité Organisateur des Jeux Olympiques de Londres. On l'appelle Lord Coe à présent. Dans le quotidien The New Statesman du 21 juin, j'ai répercuté un appel urgent adressé à Coe par l'Union des Femmes du Vietnam lui demandant à lui et ses collègues du Comité de reconsidérer leur approbation de la candidature comme sponsor de Dow Chemical, une des entreprises qui fabriquaient la dioxine, un poison employé contre la population du Vietnam. Du nom de code « Produit Orange », cette arme de destruction massive fut « déversée » sur le Vietnam, selon un rapport du Sénat US de 1970, lors d'une opération appelée « Operation Hades ». Selon une estimation, il y a aujourd'hui 4,8 millions de victimes de l'Agent Orange, dont de nombreux enfants déformés de manière épouvantable. Dans sa réponse, Coe décrit l'Agent Orange comme « un sujet extrêmement sensible » dont le développement et (...) Lire la suite »

Londres : Etat de siège, nettoyage social et réalité de l’ « esprit olympique ».

Vivian PETIT
Quarante mille soldats mobilisés dans la ville, des tireurs d'élite aux endroits stratégiques, des navires de guerres dans la Tamise pour « assurer une sécurité optimale », des lances-milles sur le toit des immeubles, des avions de combats, des hélicoptères d'attaques ... Selon David Cameron, « une mobilisation d'ampleur sans précédent en temps de paix ». Puisqu'il faut une menace pour légitimer l'état de siège, le risque terroriste est évoqué jusqu'à plus soif. Les affects seront d'autant mieux gérés que la population aura tremblé au souvenir des attentats de 2005, et la télévision s'emploie à nous les rappeler. L'antiterrorisme comme les nouvelles politiques sécuritaires ont ceci de particulier qu'ils définissent la gravité des crimes par la peur et le choc qu'ils suscitent. Afin de s'octroyer tous les droits, c'est de manière préventive que toutes les intentions potentiellement criminelles doivent être neutralisées par la police. Puisque comme le dit l'un des slogans de la police, il s'agit de lutter « (...) Lire la suite »

Le drapeau olympique aux mains des militaires (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI

Puissent les Olympiades être "un moment d’amitié renouvelée dans laquelle forger la paix" : ainsi l’archevêque de Westminster a-t-il salué les athlètes venus à Londres du monde entier. C’est justement pour représenter cet esprit que dans la cérémonie d’ouverture le gouvernement de Sa Majesté britannique a fait hisser le drapeau olympique aux cinq anneaux, symbole de paix, par un escadron de 16 militaires britanniques, choisis parmi ceux qui se sont le plus distingués dans les dernières guerres.

A la tête de cet escadron, comprenant des militaires des trois armes, Tal Lambert, responsable des communications des bases aériennes de Lyneham et Brize Norton, engagées l'an dernier dans la guerre en Libye. Parmi les autres membres de la RAF (Armée de l'Air britannique - NdR), le sergent Raval, qui s'est distingué dans les guerres des Balkans et d'Irak. Parmi ceux de la marine et des marines, l'officier Hiscock, décoré de la Queen's Gallantry Medal pour ses actions dans l'invasion de l'Irak. Parmi ceux de l'armée de terre, le sergent Reains distingué dans les combats en Irak puis en Afghanistan où il a été blessé, et le caporal Rainey, qui a deux dangereuses missions à son actif. Faire hisser par des militaires non seulement la drapeau britannique mais aussi la bannière olympique a été un geste hautement symbolique : la réaffirmation que les forces armées du Royaume Uni et des autres pays de l'Otan ne font pas des guerres d'agression mais des opérations de paix dans l'intérêt de toute (...) Lire la suite »

L’attentat de la cérémonie d’ouverture des JO de Londres 2012

Ariane WALTER
Le seul attentat auquel on aura assisté, lors de la cérémonie d'ouverture des JO 2012 de Londres, aura été un attentat contre le bon sens. Quoi ? Voilà une Europe exsangue, une planète sous la menace d'une irradiation atomique mortelle, il suffirait d'un autre tremblement de terre pour que la piscine du 4 de Fukushima s'effondre, un monde à la veille d'un conflit généralisé et sous nos yeux un divertissement comme si de rien n'était, comme si tout le monde s'aimait et se respectait ? Comme si l'argent coulait à flot, comme si les esprits étaient sereins ? Munich 2 ? Ouverture des jeux olympiques au pays des Bisounours. Il m'a été impossible, regardant ce spectacle concocté par le cinéaste Danny Boyle, de faire abstraction de la situation actuelle. Impossible. Impossible de m'émerveiller, par exemple, comme lors des Jo d'Athènes. Vous vous souvenez de ces fameux Jo d'Athènes où rien n'était prêt et où, pourtant, ce pays de « glandos » nous avait sorti une cérémonie d'ouverture splendide. Tellement (...) Lire la suite »
45 
les multinationales du vêtement de sport livrent bataille pour un prix de plusieurs milliards de dollars

La vraie compétition olympique : Nike et Adidas s’arrachent les héros chinois.

Tania BRANIGAN
[NDT : Les principaux pourvoyeurs de fonds des Jeux Olympiques, les grandes marques du sport et bien d'autres entreprises trans-nationales sont aussi les principaux fossoyeurs des droits de l'homme. Ces sociétés qui délocalisent à tours de bras pour cause de compétitivité et de rentabilité sont les causes majeures du non-respect des droits de l'homme dans les pays où elles installent leur production. Main d'oeuvre à bon marché signifie entre autres, bas salaires, droit du travail et droit social inexistants, droit de l'enfance bafoué, etc. Nike et Adidas sont parmi les marques les plus montrées du doigt pour leur laisser faire vis-à -vis de l'exploitation des enfants par leurs sous-traitants [1]. D'autre part, ces deux sociétés semblent penser à transférer leur production de Chine vers d'autres paradis plus accueillants et surtout, moins regardant pour le respect des droits de l'homme ; la Chine aurait eu l'audace de favoriser certains progrès sociaux, en particulier un salaire minimum fixé par (...) Lire la suite »

Boycotter les Jeux Olympiques de Pékin ? Asor Rosa et l’idéologie de la guerre

Domenico LOSURDO
L'Ernesto. Rivista comunista, septembre-octobre 2007. Quand me sont arrivées les premières informations sur l'invitation d'Alberto Asor Rosa à boycotter les Jeux Olympiques, j'ai pensé que c"était les Jeux de Londres de 2012 qui étaient dans le collimateur. En effet, tout aussi discutable est leur assignation à un pays qui depuis des années se distingue par la violation de la charte de l'ONU et qui, pour finir, s'est rendu responsable, aux côtés des Etats-Unis, de l'agression contre l'Irak. La catastrophe qui en est dérivée est sous les yeux du monde entier : les victimes civiles se comptent par dizaines ou centaines de milliers, les réfugiés par millions ; répugnante est l'insulte aux droits de l'homme qui est en acte à Abou Ghraib ; déjà rejeté des décennies en arrière, le pays risque à présent le démembrement. Les Jeux Olympiques de Pékin et ceux de Londres Et ce n'est pas fini. Pour rester au Moyen-Orient, l'ombre menaçante de l'invasion ou des bombardements couvre maintenant la Syrie (...) Lire la suite »
15