RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
19 

Les JO, "évidemment, bien sûr"

Après trois semaines de Tour de France, les commentateurs sportifs ont pu s’exprimer tout à loisir pendant la quinzaine des Jeux Olympiques. Et là, tous les poncifs langagiers nous ont pollué les oreilles.

Il n’y a pas encore si longtemps, Patrick Montel était le champion hors catégorie avec ses « ce coureur est fréquent, il est présent dès qu’il y a un challenge. » Avec ses « départs canons » qui débouchaient sur des « performances stratosphériques ». Mais le pauvre Patrick a été viré par le service public pour, semble-t-il, s’être exprimé un peu trop librement sur le dopage chez les sportifs de haut niveau. Ne jamais gêner la circulation des pépettes, telle est une des règles d’or du sport de compétition à la télé. Même, et surtout, si l’on contribue à l’appauvrissement de la langue française.

Ses successeurs ont légèrement renouvelé les poncifs. Je n’en retiendrai ici qu’un seul : « évidemment », parfois modulé en « bien sûr ». Lorsqu’un commentateur utilise 15 fois « évidemment » en trois minutes dans des contextes différents, il y a évidemment (sic) un loup et on peut parier sans risque que rien n’est évident. Quelques exemples : « Au départ de cette série, évidemment le Russe Leonid Ichlakof » ; « Ichlakof est évidemment favori mais il devra bien sûr faire ses preuves en demi-finale » ; « Après l’athlétisme, nous passerons évidemment le relais à l’aviron, où nous attendent bien sûr de bonnes surprises » ; « Nos représentants ont eu, évidemment, la visite du Président de la République » » ; « Maintenant une respiration publicitaire avant de retourner, évidemment, à l’athlétisme » .

Je termine volontairement (et évidemment) sur cet exemple de respiration car je crois que c’est là que le bât blesse. La pub a envahi les retransmissions des événements sportifs les plus prestigieux au point que rares sont ceux auxquels on peut assister en continu. Ceux sont les publicitaires qui imposent leur programme en déterminant la fréquence et la longueur de leurs intrusions. On a même vu plusieurs finales interrompues par de la publicité. D’où cet abus d’« évidemment/bien sûr » dans la bouche de présentateurs qui ont cessé d’être des journalistes indépendants pour devenir des auxiliaires, des metteurs en valeur de la pub. A noter que les passeurs de plats/journalistes n’annoncent pas "Une page de publicité" mais "Retour par Paris". On est petit-vérolé mais on le cache comme on peut. C’est pourquoi ils nous abreuvent de cette modulation accorante et persuadante pour faire croire qu’ils sont aux commandes et qu’ils sont en pleine et exclusive connivence avec les téléspectateurs.

A lire ce très intéressant article de La Voix du Nord, avec le plus minable et penaud "évidemment" de Laurent Luyat lors de sa quinzaine olympique.

En illustration, une publicité lors des JO de Tokyo en 1964.

URL de cet article 37270
  

Même Auteur
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Les bombes nucléaires pourront tuer ceux qui ont faim, les malades, les ignorants. Mais elles ne pourront pas tuer la faim, les maladies et l’ignorance. Elle ne pourront pas non plus tuer la juste rebellion des peuples".

Fidel CASTRO

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.