RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : NPA

Plan Mélenchon : l’"extrême-gauche" doit choisir...!!

Luniterre
Avec les "ralliements" de Bayrou et De Rugy, on voit bien, aujourd’hui, que le candidat de "barrage" anti-Le Pen choisi par la bourgeoisie libérale, c’est Macron. Le rôle d’Hamon était d’introduire le vers "revenu universel" dans les restes de la "gauche sociale" en voie de décomposition. C’est malheureusement chose faite. Mélenchon, aussi peu sympathique que soit le personnage, représente le dernier carré de résistance de cette "gauche sociale", ou du moins à prétentions telles. Pour accréditer ces prétentions, il trouve malgré tout le courage de maintenir la revendication d’abrogation de la loi El Khomri, d’une part, et continue de refuser la solution "revenu universel", d’autre part, mais ce qui est cohérent, le "RU" étant bien le petit frère de la loi El Khomri... http://mai68.org/spip/spip.php?article12105 Pour le reste, son "coup de manivelle à 100 Milliards", https://tribunemlreypa.wordpress.com/2017/02/19/plan-melenchon-attention-au-retour-de-manivelle/ c’est un pur programme de relance (...) Lire la suite »
27 

Cette gauche qui sert de supplétif à l’OTAN

Bruno GUIGUE
A de rares exceptions près (Jean-Luc Mélenchon, le PRCF), le moins qu'on puisse dire est que la gauche française pratique le déni de réalité sur la Syrie. Depuis 2011, c'est impressionnant. Elle a tout avalé. Avec gourmandise. Un véritable festin de couleuvres ! Elle s'est d'abord fiée à des sources douteuses (OSDH) dont elle a répété en boucle les chiffres invérifiables et les affirmations gratuites. Bonne fille, elle a accrédité la narration ridicule du boucher-de-Damas-qui-massacre-son-peuple. Elle a gobé cul sec le false-flag de l'attaque chimique comme si elle ingurgitait une vulgaire fiole onusienne de M. Powell. Elle est tombée, enfin, dans le panneau d'une propagande humanitaire à deux vitesses qui fait le tri, sans vergogne, entre les bonnes et les mauvaises victimes. Cet aveuglement stupéfiant, la gauche française le doit d'abord à son indécrottable posture morale. Une grille de lecture manichéenne a anesthésié son esprit critique, elle l'a coupée du monde réel. Voulant absolument identifier (...) Lire la suite »

Le KGB, la CIA, et la Porsche Cayenne trotskyste

Chien Guevara
Des moyens considérables impliquant de nombreuses administrations, ont été mis en place fin 2007, début 2008, pour « espionner » Olivier Besancenot et son entourage proche. Bien sur que le KGB et la CIA n'y ont pas participé (le titre de cet article n'est qu'une emphase), mais je vous laisse découvrir tout de même l'arsenal utilisé pour la cause ; ainsi que les conséquences qui en ont découlé … L'affaire d'espionnage de Besancenot en un schéma Dix prévenus comparaissaient à partir de jeudi 29 novembre à Paris pour leur participation supposée à la surveillance illégale d'Olivier Besancenot en 2007 et 2008. Il s'agira pour le tribunal de démêler la chaîne des responsabilités et d'établir qui, parmi ces personnes, a franchi les limites de la loi. La star de ce procès, c'est Antoine Di Zazzo, le patron de SMP Technologies, fabricant du Taser. Colérique, le procès facile (il en a perdu un contre Rue89), il ne supporte pas qu'on mette en cause ses technologies. Quand en 2007, le porte-parole de la LCR clame au (...) Lire la suite »
14 

« Lutte de classes » en Syrie

Ahmed HALFAOUI
Il était généralement admis que, dans leur majorité, les principaux adversaires des agressions impérialistes se recrutaient dans les courants dits de gauche, c'est-à -dire dans les milieux à obédience communiste ou marxiste en général. Pourtant, depuis l'entreprise de destruction de la Libye par l'OTAN, cette donnée s'est inversée et la « gauche », exceptée une minorité d'irréductibles, s'est alignée sans hésiter sur les thèses « révolutionnaires » otaniennes, avant de se mettre à produire quelques analyses en support à son engagement, d'abord aux côtés de l' « unité d'action » entre les « thouar » libyens et l'armée atlantiste, ensuite aux côtés des CNS/ASL/Hillary Clinton/ Sarkozy-Hollande/ Hammad/Erdogan et tutti quanti. La dernière livraison, en termes de cogitation, nous la trouvons dans une « Déclaration de la coalition de la gauche syrienne », parrainée par le Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Afin de ne pas compliquer la compréhension de la démarche, ne cherchons pas à nous arrêter sur l'identité des (...) Lire la suite »
18 
Pour la construction d’un grand mouvement national contre les licenciements et le chômage

Face à l’accélération des plans sociaux et à l’aggravation de la situation...

Jean-Patrick Clech

La présidence normale aura fait long feu… Un peu plus de cent jours après le retour du PS au pouvoir, même les journalistes les plus proches de la majorité admettent désormais ouvertement la véritable dégringolade de la côte de confiance du président et de son gouvernement.

Par le passé, il avait fallu deux ans à François Mitterrand (en 1983 donc), et six mois à Jacques Chirac (en novembre-décembre 1995) pour arriver au bas niveau de popularité auquel François Hollande est descendu en à peine plus de deux mois. L'orientation générale du gouvernement, avec pour axe central l'austérité (auquel Hollande voulait rajouter un volet « dialogue social » et un autre « croissance ») était prévisible depuis longtemps, et Hollande, d'ailleurs, ne s'en est jamais caché [1] . Ce qui l'était moins, c'était la dégradation de la situation politique pour le gouvernement, malgré tous ses efforts pour générer au moins une petite lune de miel après cinq années très dures de sarkozyme de choc. Quel est donc la profondeur de ce mécontentement social, que démontrent l'ensemble des enquêtes d'opinion ? Sur quoi pourrait-il déboucher, notamment si l'extrême gauche se donnait les moyens de proposer une véritable alternative aux luttes qui pourraient émerger dans les prochaines semaines ? La raison de la (...) Lire la suite »

Deux analyses chiffrées sur l’enfumage par les instituts de sondage

legrandsoir

La première par Jean-Luc Mélenchon sur son blog.

L’autre par le NPA dans sa revue « Tout est à nous ».

LGS.

1-J-L Mélenchon. Peut-être avez-vous entendu parler de cette solennelle remontrance du CSA aux télévisions et radios à propos de l'abus d'antenne par le PS à l'occasion de ses primaires ? La conférence de presse fut magnifique dans la mesure où le public invité, dont nous, avons eu la parole. A vrai dire c'est Lutte ouvrière qui a ouvert les interventions politiques [Note du GS. Nous ne trouvons aucun compte-rendu sur le site de Lutte ouvrière et c'est dommage] et nous à sa suite. Il faut dire que mon conseiller spécial sur les domaines institutionnels de la campagne, Eric Coquerel avait eu un rendez-vous juste après avec la commission. Avant et après, acte nous fut donné qu'en effet nous étions doublement victimes de la situation. D'abord en ayant eu un temps d'antenne spécialement bas. Et depuis le constat des abus en faveur du PS, cela continue. En effet le CSA n'a pas décidé de rattrapage pour les perdants de la période précédente. A présent donc nous restons toujours à la portion congrue. Et (...) Lire la suite »

Le NPA et l’unité à la gauche du PS

Raoul Marc JENNAR
Il s'est beaucoup dit et écrit que le NPA, d'emblée, avait décidé d'aller seul aux élections européennes. Et cette affirmation toute gratuite s'est souvent accompagnée de propos polémiques et de qualificatifs peu amènes. Nous ne nous placerons pas à ce niveau. L'opinion publique est en droit de connaître la réalité de notre démarche. Une démarche qui s'appuie sur l'observation des pratiques des uns et des autres, hier comme aujourd'hui. Nous sommes plongés dans une crise globale et historique du capitalisme. Nous sommes confrontés à un pouvoir, celui de Nicolas Sarkozy et de Laurence Parisot, toujours aussi déterminés à faire payer aux mêmes, les classes populaires, la facture d'une crise qui n'est pas la leur. Hier, nous avons enregistré le bilan catastrophique de la dernière présence du PS au gouvernement, une participation dont le PCF et les Verts partagent la responsabilité : davantage de privatisations que sous les deux gouvernements de droite précédents, participation à des décisions européennes (...) Lire la suite »
27 

Des gredins casqués, armés et baraqués…(ou comment la gauche prépare les élections européennes)

Vladimir MARCIAC

Minuit. Des cris de détresse s’élèvent dans la ruelle sombre. Un enfant, un adolescent, une mémé, un adulte malade se font tabasser par des gredins casqués, armés et remarquablement baraqués.

Dix voisins accourent ensemble, également horrifiés, mais divisés sur les modes d’intervention et de gestion future de la ruelle.

Palabres : Le nombre faisant la force, doit-on intervenir ou installer une table pliante au bout de la ruelle pour une concertation préalable. Faut-il d'abord reprocher aux agressés de n'avoir pas tenu compte de plusieurs mises en garde à l'encontre des agresseurs ? Ne serait-il pas plus judicieux de laisser faire ? (La leçon sera profitable aux victimes). Pourquoi ne pas élaborer un système d'autodéfense ? Faut-il secourir d'abord et parler de tout cela ensuite ? Décider d'en débattre après, n'est-ce pas repousser les discussions aux calendes grecques ? Quelques-uns des dix voisins n'ont-ils pas une part de responsabilité dans les circonstances qui ont permis l'agression ? Ne va-t-on pas voir un des dix recueillir le bénéfice de l'intervention au détriment des autres ? Certains des voisins ne vont-ils pas perdre leur âme à s'unir avec d'autres dont ils désapprouvent des comportements passés et leur vision de l'avenir ? A quoi sert-il d'intervenir si la mairie refuse (...) Lire la suite »
14