RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

16 mai 1916-16 mai 2016. Il y a un siècle, Sykes et Picot dépècent le Moyen-Orient

En pleine guerre mondiale [1914-1918, la Première du nom] deux impérialismes – grandes puissances dominatrices de l’époque – la Grande-Bretagne et la France, ont négocié âprement le partage arbitraire des dépouilles de l’Empire ottoman qui ne disparaîtra qu’en 1922.

Français et Britanniques se sont quasiment distribué la planète et ses continents. Cela a été le cas pour l’Afrique, les Amériques et l’Asie. 60% du continent asiatique étaient ainsi sous tutelle de la Grande-Bretagne où la France devait se satisfaire de miettes (Indochine). C’est dans ce contexte que, déjà présentes au Moyen-Orient, les deux puissances coloniales – qui se sont livré au cours des siècles, des guerres féroces – ont convenu de dépecer à leur profit l’Empire moribond des Ottomans. Il est vrai aussi que ces derniers ont fait le mauvais choix en s’alliant à l’Allemagne. Et le butin de guerre que Britanniques et Français se promettaient de s’attribuer n’était autre que les provinces arabes. Voraces, les deux expansionnismes ont dupé dans les grandes largeurs les élites politiques arabes qui ont pris leurs promesses pour argent comptant. La France avait dans la région des influences culturelles et économiques qu’elle voulait conserver, voire amplifier ; la Grande-Bretagne avait des intérêts stratégiques et vitaux qu’elle voulait protéger, notamment la « route des Indes » par laquelle Londres fait transiter ses marchandises tirer sa richesse et sa fortune.

En fait, les deux impérialismes agissaient en territoires conquis ne prenant en compte ni les Ottomans [dont les armées occupaient toujours les provinces arabes qu’ils voulaient se partager] encore moins des Arabes pour lesquels ils n’avaient que mépris. Dans une longue lettre – datée du 9 mai 1916 – au secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères, Sir Edward Grey, l’ambassadeur de France à Londres, Paul Cambon, présenta les 12 points de l’accord auquel sont parvenus les négociateurs des deux pays Mark Sykes et François Georges-Picot (l’Accord sera connu sous le nom d’Accord Sykes-Picot) écrit « Monsieur le secrétaire d’État, désireux d’entrer dans les vues du gouvernement du roi et de chercher à détacher les Arabes des Turcs en facilitant la création d’un État ou d’une confédération d’États arabes, le Gouvernement de la République avait accepté l’invitation (...) en vue de fixer les limites de cet État et des régions syriennes où les intérêts français sont prédominants » fin de citation. Le diplomate français, ignore ainsi totalement les populations arabes sur le dos desquelles son pays et la Grande-Bretagne allaient découper le Monde arabe à leur convenance. L’accord, resté toutefois secret, est définitivement conclu le 16 mai 1916 (il y a juste un siècle) entre un militaire de carrière britannique, Mark Sykes, qui a participé à toutes les guerres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle (notamment la guerre des Boers en Afrique du Sud) et un diplomate français adepte de la colonisation, François Georges-Picot, consul à Beyrouth et membre du « parti colonial » un fanatique de droite, partisan de l’expansion coloniale française. Débutées en 1915, sept ans avant la chute de l’Empire ottoman en 1922, les négociations sont conclues en 1916. Dans un livre paru en 2011, A Line in the Sand (Une ligne dans le sable) l’auteur britannique, James Barr rappelle que « Sykes disait vouloir tracer une ligne allant du "e’’ d’Acre (en Palestine, Ndlr) au dernier ’k’’ de Kirkouk » (en Irak, Ndlr). Cette ligne noire figure sur les cartes de l’accord de 1916. Elle coupe en deux la Syrie et l’Irak (qui s’appelait alors Mésopotamie) Les deux hommes n’ont tenu compte ni des ethnies ni des religions ni des particularités des populations et familles qu’ils allaient ainsi séparer. Dès lors, ils n’ont fait que répéter, sans autre précaution, le découpage, plutôt le charcutage, de l’Afrique au congrès de Berlin de 1881.

Les impérialistes agissaient en véritables esclavagistes. Deux puissants petits pays, la Grande-Bretagne et la France (elles comptaient à eux deux moins de soixante millions d’habitants à l’époque) contrôlaient près d’un milliard de personnes réparti sur les cinq continents. Pour la petite histoire, notons que la Russie tsariste et l’Italie ont approuvé l’accord Sykes-Picot, récoltant au passage l’Arménie pour le premier et une parcelle en Turquie pour le second. Ce sont les révolutionnaires russes qui révèleront au monde l’Accord et son contenu en 1917.

Voilà comment les « civilisateurs » européens ont écrit à coups de sabre et de canons l’histoire des peuples. La conférence de San Remo avalise le mandat du fait accompli franco-britannique, leur confiant la « préparation » des « indépendances » des provinces arabes. On sait ce qu’il advint de la Palestine confiée à la Grande-Bretagne. Notons ce paradoxe, Daesh occupe le territoire que la France s’est octroyée en 1916. Il y a de ces retournements de l’histoire...

17 Mai 2016

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/241729-sykes-picot-depecent-le-moye...
URL de cet article 30368
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Israël, Les 100 pires citations
Jean-Pierre Bouché, Michel Collon
Ce livre contient 100 citations de dirigeants, stratèges et penseurs sionistes, des origines du mouvement jusqu’à aujourd’hui. À partir de ces citations, il s’agit pour les auteurs de faire une analyse à la fois documentée et ludique de la pensée sioniste à travers les années. Les auteurs montrent ainsi qu’il y a bien une pensée sioniste cohérente qui se perpétue à travers le temps. Le conflit israélo-palestinien ne vient pas de nulle part : il prend sa source au moment même où le projet sioniste s’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.