Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’art de noyer son chien !

Que cache la soudaine levée de boucliers contre la Russie ? Il y a lieu en effet de s’interroger sur cette subite fièvre antirusse, que l’affaire de l’intoxication de l’ex-espion russe et de sa fille sur le territoire du Royaume-Uni ne saurait justifier à elle seule, aussi blessante que puisse être la mort d’un homme.

Il y a ici quelque chose d’excessif que l’affaire Skripal ne peut expliquer. Surtout lorsque le quartette (Royaume-Uni, Etats-Unis, France, Allemagne) qui se considère comme ladite « communauté internationale » sort l’artillerie lourde et met sur le tapis l’option du boycott de la Coupe du monde de football qui se tiendra l’été prochain en Russie. Certes, Mme Merkel dit que cette option ne figure pas dans « l’immédiat » au programme du sommet de l’UE de cette semaine, mais le fait de l’évoquer est déjà un avertissement. Or, aussi pénible qu’elle soit, cette affaire est-elle cependant suffisante pour recourir à de telles extrémités ? A l’évidence, à en croire les trépignements de Londres, Washington, Paris et Berlin, cela justifie le déclenchement d’une crise mondiale qui pourrait facilement évoluer en guerre mondiale. On vous le disait, cette affaire de Salisbury (lieu de résidence de l’ex-agent double) sortie subitement du néant n’est pas du tout catholique par les fondements sous-jacents qu’elle implique. Or, un pays comme la France – qui n’est une grande puissance que sur le papier, mais reste prêt à en découdre – gonfle ses muscles et tient à châtier l’Ours mal léché russe en le sanctionnant. Ce que le président français, Emmanuel Macron, martial, a annoncé vendredi, imité par la chancelière allemande prête – le cas échéant – à soutenir la Grande-Bretagne pour un éventuel boycott du Mondial russe de football. Et le flamboyant Trump n’est pas en reste qui, lui aussi, enfonce le clou, au moment où l’Otan se réunit en urgence pour étudier la « crise ». Ce qui est absurde est le fait que les quatre capitales ont publié vendredi un communiqué commun dans lequel elles assurent que « la responsabilité de Moscou était la seule explication plausible » à cette affaire. Un cynisme hallucinant, quand quatre grandes puissances estiment adéquate leur conviction de la culpabilité de la Russie, sans être en mesure d’en présenter les preuves. « Croyez-nous, puisque on vous le dit. » Ainsi, ces présumés « maîtres de la décision » – ils ont déjà pris des mesures de représailles contre Moscou – condamnent un pays, ses peuples (la Russie est une fédération) sur la seule présomption de sa culpabilité. Réveillez-vous, nous ne sommes plus à l’époque où un quarteron de pays puisse décider de la vie ou de la mort de peuples et de nations.

Ce n’est là que la redondance de l’arrogance crasse d’un impérialisme qui n’a pas su tirer des leçons de ses défaites, qui s’estime habilité à prendre toute action punitive qu’il juge nécessaire pour faire rentrer dans les rangs les trublions. Pour Londres, Washington, Paris et Berlin, il y a en Russie un trublion, le ci-devant Vladimir Poutine, auquel il faut absolument couper les ailes. Les médias mainstream de ces pays – qui évoquent de nouvelles confrontations Est-Ouest – trouvent anormal que Poutine soit adulé par les peuples de la Fédération de Russie, qui l’ont reconduit à la présidence de l’Etat. Une précision s’impose toutefois, il n’est plus question d’affrontement Est-Ouest, dès lors que l’ex-bloc communiste – à l’exception de la Russie et de la Serbie – est désormais reversé dans l’Otan, ou frappe à sa porte. Il s’agit surtout d’une confrontation Occident-Russie. Il faut cependant faire attention, car à force de tirer sur le fil, il finira par casser avec tous les drames que cela pourrait induire. L’élément déclencheur de la Première Guerre mondiale a été l’attentat de Sarajevo et l’assassinat en juin 1914 de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois. La Grande-Bretagne en avait allumé la mèche. C’est encore Londres qui, dans les années 1920-1930, dans l’objectif de domination financière du monde, favorisa la montée en puissance et au pouvoir de Hitler, avec comme aboutissement la Seconde Guerre mondiale. C’est dire que le bruit fait autour de l’empoisonnement de l’ex-agent double n’est guère innocent. Il induit des stratagèmes dont le projet de neutraliser la Russie – après les déclarations de Vladimir Poutine affirmant que la Fédération a fini par rééquilibrer les rapports de force avec la première puissance mondiale – pourrait déraper sur un conflit mondial. Ces agitations donnent aussi, à la Première ministre britannique, Theresa May, de faire oublier le Brexit et les difficultés de sortie de l’UE sans trop de dégâts et, ce n’est pas le moindre, rétablir une unité nationale en déliquescence. Reste une inconnue : pourquoi tous les malheurs dont souffre notre monde sont imputés à la Russie en général et au président Poutine en particulier ?

Karim MOHSEN

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/288548-l-art-de-noyer-son-chien.html
URL de cet article 33082
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Libérez Julian Assange de sa prison médiatique
https://fr.mediumweb.info/assangefra

Free Julian Assange from his media prison
https://www.mediumweb.info/assangeeng

Liberen a Julian Assange de su cárcel mediática
https://es.mediumweb.info/assangeesp


CE SOIR 18/01 à 22h (heure de Paris) - Vidéo conférences en direct (et en anglais) du groupe d’appui à Julian Assange + invités. https://www.youtube.com/channel/UCteWVe7EelMkiU_9XjppUFQ/live Faites passer à vos contacts anglophones !


Vous avez une minute ?

La Stratégie du Choc
Naomi KLEIN
Qu’y a-t-il de commun entre le coup d’état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l’effondrement de l’Union soviétique, le naufrage de l’épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l’Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami qui dévasta les côtes du Sri-Lanka en 2004, le cyclone Katrina, l’année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd’ (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La misère ne rassemble pas, elle détruit la réciprocité.

Wolfgang Sofsky


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.