RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Alliance atlantique écrit au journal Il Manifesto

À Madame Rangeri,
(directrice actuelle de il manifesto, ndt),

Je vous prie de noter que l’article intitulé “L’Italie sous l’emprise USA/Otan”, publié le 13 mars 2018, sous la signature de Manlio Dinucci, contient des informations imprécises et trompeuses.

Paragraphe 3 :
Il est faux que : “L’exercice soit dirigé par le Commandement Otan de Lago Patria (Jfc Naples), aux ordres de l’amiral étasunien James Foggo”.
Il est vrai que : Le Commandement Maritime de l’Otan (MARCOM), dont le siège est à Northwood, en Grande-Bretagne, détienne le commandement et contrôle de l’exercice guidé par l’Amiral Clive Johnstone.

Paragraphe 4 :
Faux ce qui suit : “C’est l’amiral Foggo lui-même qui explique à quoi sert le Dynamic Manta 2018 : la « Quatrième bataille de l’Atlantique » a commencé, après celles des deux guerres mondiales et de la guerre froide”.

Vrai que : Dans son article intitulé “La quatrième bataille de l’Atlantique”, publié en 2016, l”Amiral Foggo avait fourni des indications concernant la vision OTAN/U.S. Cette même vision, cependant, ne peut pas être utilisée pour “expliquer” le Dynamic Manta de 2018. Je vous renvoie à ce qui a été publié par MARCOM au sujet du Dynamic Manta 2018 sur son site web mc.nato.int .

Paragraphe 6 :
Il est faux de dire que : L’amiral Foggo, tandis qu’avec sa casquette de commandant Otan il prépare en Italie les forces navales alliées contre la Russie, avec celle de commandant des Forces navales USA en Europe envoie depuis l’Italie la Sixième Flotte au Juniper Cobra 2018, exercice conjoint USA-Israël dirigé principalement contre l’Iran.

Il est vrai que : L’Amiral Foggo conduit le JFC Naples dans la “préparation, planification et conduite d’opérations militaires visant à préserver la paix, la sécurité et l’intégrité territoriale des états membres de l’Alliance…”. Pour de lus amples détails, vous pouvez consulter le site web de l’Allied Joint Force Command Naples, à la rubrique “mission statement”. En outre, dans la version anglaise de l’article utiliser le mot “captain” est inapproprié. Par contre, est appropriée l’utilisation du mot “Commander”. Sur les compétences nationales de l’Amiral on consultera avec profit le site web www.c6f.navy.mil/ .

Je voulais soumettre aussi à votre attention une autre imprécision dans l’article en question à propos du dernier paragraphe où l’auteur dit que “Comme Scaparrotti est aussi Commandant suprême allié en Europe (charge qui revient toujours à un général USA), le plan prévoit une participation Otan, surtout italienne, en soutien à Israël dans une guerre à grande échelle au Moyen-Orient”.

Le vrai concept est que : Le Juniper Cobra est un exercice bilatéral Israélo-Etasunien. En outre, toute intervention de l’Otan nécessite l’approbation inconditionnelle du Conseil Atlantique. C’est un aspect important que l’auteur laisse complètement de côté.

Tout en appréciant, dans l’ensemble, l’article publié, je vous prie de rectifier votre version online (en ligne, ndt) avec les modifications ci-dessus et j’espère vivement que notre collaboration réciproque dure dans le temps.

Cordiales salutations,

Richard W. Haupt
Capitaine de la Marine étasunienne, Chef de Service Relations Publiques du commandement Otan de JFC Naples basé à Lago Patria, Naples.

La réplique de Manlio Dinucci

Nous apprécions l’attention que l’Otan prête à notre journal. Il manifesto et moi-même prenons acte de la rectification -la seule juste, mais franchement un détail- sur le commandement spécifique du Dynamic Manta 2018.

Pour le reste, en tous cas demeure central le rôle du JFC-Naples de Lago Patria, un des deux commandements permanents de la Force conjointe Otan au niveau opérationnel, sous les ordres de l’amiral étasunien James Foggo.

Ce dernier commande en même temps les Forces navales USA pour Europe-Afrique/Sixième Flotte USA, dont l’aire de responsabilité couvre la moitié de l’Océan Atlantique et les mers adjacentes, Méditerranée comprise.

À un séminaire en Norvège le 26 février, l’amiral a parlé de “Quatrième bataille de l’Atlantique” contre “des sous-marins russes de plus en plus sophistiqués qui menacent les lignes de communication maritime entre Etats-Unis et Europe”.

Comme ces lignes passent aussi en Méditerranée, le Dynamic Manta 2018 entre dans cette “vision Otan/USA”. Vision fausse : quelles preuves y a-t-il que des sous-marins russes soient en embuscade, prêts à couler les navires sur les lignes maritimes entre Europe et Etats-Unis ?

Il est faux en outre que le JFC-Naples ait comme mission la “préparation, planification et conduite d’opérations militaires visant à préserver la paix, la sécurité et l’intégrité territoriale des états membres de l’Alliance”. Il suffit de rappeler les guerres par lesquelles l’Otan a démoli deux Etats, la Yougoslavie et la Libye, d’où ne provenait aucune menace contre les membres de l’Alliance.

Concernant la présence du général Scaparrotti à l’exercice Israël-USA (auquel Foggo a envoyé l’amirale de la Sixième Flotte), il serait ingénu d’ignorer qu’il n’est pas seulement commandant du Commandement Européen des Etats-Unis, mais en même temps Commandant suprême allié en Europe.

Par curiosité : sur la base de quelle norme cela doit-il toujours être “traditionnellement un commandant USA” ?

Merci encore de votre attention pour notre travail.

Manlio Dinucci

Publié sur la version en ligne de il manifesto le 16 mars 2018

Traduit de l’italien par M-A P.

»» https://ilmanifesto.it/litalia-nella-morsa-usanato/
URL de cet article 33083
  

Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.