RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Israël et Riyadh main dans la main ?

La déclaration du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, sur le « droit » d’Israël à son « Etat-nation » ne constitue pas une surprise. Elle entre de plain-pied avec la politique inaugurée par le roi Salmane Al Saoud depuis son avènement à la tête du Royaume wahhabite.

Les bruits circulant ces derniers mois sur le rapprochement entre Riyadh et Tel-Aviv semblent ainsi avoir un début de confirmation. De fait, le prince héritier saoudien reprend à son compte et dans les mêmes termes l’antienne occidentale du « droit » d’Israël à son « Etat-nation ». Or, a contrario, la question de l’existence d’Israël ne se pose pas de cette manière, mais bien par rapport au droit de la Palestine à son Etat-nation. Le contentieux est à ce niveau, pas plus, pas moins. Ce ne sont pas les Palestiniens – plus généralement les Arabes – qui s’opposent à l’existence d’Israël, mais ce dernier qui ne veut vivre en paix avec les Palestiniens et s’oppose à l’existence à ses côtés de leur Etat indépendant. C’est cela le nœud gordien du problème.

Mohammed ben Salmane le « moderniste » (selon les médias occidentaux) ne fait que caresser dans le sens du poil l’Occident et dire ce qu’il veut entendre. Le prince héritier aurait eu beaucoup à gagner en écoutant ou en réécoutant les propos d’un ministre israélien, Beny Elon, qui assurait il y a quelques années : « Notre job, c’est de nous assurer qu’un Etat palestinien, qui représente par de nombreux aspects un danger pour Israël, ne soit pas créé. » Netanyahou et les leaders actuels du pouvoir en Israël ne disent pas autre chose. Dans ce contexte, un « Etat-nation » est perçu par Israël comme un « Etat-juif », ce qui exclut les citoyens israéliens (arabes chrétiens et musulmans) qui ne seront dans un tel Etat que des personnes de seconde zone n’ayant pas les mêmes droits que les juifs. En fait, ceux qui appellent à un tel Etat ne font que cautionner l’apartheid qu’impose (déjà) Israël à ceux qui ne partagent pas sa religion.

L’enjeu est ailleurs pour l’Arabie saoudite, prête à s’allier avec le diable pour neutraliser son présumé ennemi numéro un : l’Iran. C’est connu, la maxime « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » trouve toute sa signification dans le rapprochement inédit entre l’Arabie saoudite et Israël. Pas que l’Iran en fait. En 2014, Israël et l’Arabie saoudite ont exprimé les mêmes griefs à l’encontre des Etats-Unis qui n’ont pas concrétisé leurs menaces de frappes contre la Syrie. En outre, l’Etat hébreu et Riyadh avaient très mal pris, à l’époque de la présidence Obama, l’apaisement intervenu dans les relations entre Washington et Téhéran. Cette convergence entre les sionistes et les Saoudiens est plutôt bizarre et détonante eu égard aux réactions courroucées des uns et des autres. En fait, l’acharnement d’Israël – par Étasuniens interposés – à vouloir frapper les sites nucléaires iraniens n’a d’égale que la haine que les Saoudiens vouent à Téhéran, lui contestant son leadership sur le Moyen-Orient. Il n’est donc pas surprenant que Mohammed ben Salmane endosse cette imposture du « droit » d’Israël – seule puissance nucléaire de la région moyen-orientale – à son « Etat-nation » alors que c’est de la Palestine qu’il est question. De fait, afin de nuancer ou d’atténuer les propos de son fils, le roi Salmane Al Saoud a réaffirmé mardi « son soutien au droit des Palestiniens d’avoir un Etat ».

Cela ne change en rien le fond du problème qui est et reste la création de l’Etat palestinien : or par l’expansion des colonies, par son occupation militaire de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, par le blocus inhumain imposé à la bande de Ghaza – depuis 11 ans – Israël refuse de fait à ses côtés un Etat palestinien. C’est celle-là la réalité. Ce ne sont pas les Palestiniens – encore moins les Arabes qui ont présenté maints plans de paix uniment rejetés par Israël – qui s’opposent à l’existence d’Israël, c’est Israël qui s’oppose à l’existence de la Palestine.

Pas plus, pas moins !

5 Avril 2018

URL de cet article 33186
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
PALESTINE
Noam CHOMSKY, Ilan PAPPE
La question palestinienne est représentative de ce qui ne tourne pas rond dans le monde. Le rôle des États occidentaux et l’accord tacite de diverses institutions en font un cas très particulier de la politique actuelle. Les trois dernières offensives militaires d’envergure menées par Israël contre Gaza, entre 2008 et 2014, ont fait des milliers de morts du côté palestinien et donné lieu à de nouvelles expropriations de terres en Cisjordanie. Ces guerres de conquête israélienne ont ravivé, chez les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous vous trouvez nuls, souvenez-vous qu’il a fallu 20 ans, des milliers de milliards de dollars et 4 présidents US pour remplacer les Talibans par des Talibans

Norman Finkelstein

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.