RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

À La Havane, un sommet des pays du Sud pour défier l’hégémonie occidentale

Fondée à l’ONU en 1964, la coalition G77 + Chine se réunira à Cuba les 15 et 16 septembre prochains pour renforcer les voix des pays en développement et réclamer l’instauration d’un nouvel ordre économique international.

Lula da Silva pour le Brésil, Alberto Fernández pour l’Argentine, Antonio Guterres pour représenter l’ONU... Ils furent les premiers à confirmer leur présence au Sommet organisé par le G77 + Chine les 15 et 16 septembre prochains à La Havane, Cuba, bientôt rejoints par plus d’une centaine de représentants des 134 pays formant cette coalition, porte-voix des pays du Sud aux Nations unies.

Calé dans l’agenda des chancelleries à peine quelques jours avant le début de la grand-messe diplomatique annuelle -le débat de l’Assemblée générale, prévue du 19 au 23 septembre à New York – et après un G 20 marqué par un bras de fer entre pays émergents et un bloc occidental dominé par des États-Unis, nul doute que ce sommet préparé sous les auspices d’une présidence cubaine servira de tour de chauffe pour un Sud parvenant de plus en plus à faire entendre sa voix.

Réunis autour du thème des « défis actuels du développement  », les membres du G77 + Chine échangeront durant deux jours sous la direction d’un pays organisateur soucieux de défendre un « système commercial multilatéral basé sur des règles transparentes, non discriminatoires, ouvertes et inclusives  », mais aussi un accès universel à l’éducation et à la santé, « à travers une approche basée sur la décolonisation culturelle et économique des peuples  ».

Renforcer la capacité de négociation commune du Sud

Alors que la déclaration finale a déjà été approuvée par référendum au niveau des ambassadeurs, le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodríguez Parrilla, espère que le sommet se conclura par l’approbation définitive d’un texte « progressiste  » reflétant des revendications qui ne manquent pas de bousculer le statut quo. En plus d’aborder de manière critique la question de la dette extérieure croissante des pays en développement, la déclaration finale « exigera l’élimination urgente des mesures coercitives unilatérales et l’instauration d’un nouvel ordre économique international  », rapportait sur X (ex-Twitter) le ministère dont a la charge Bruno Rodríguez Parrilla.

Créé en 1964 par les membres du Mouvement des non-alignés à l’issue de la première Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, le G77 – la plus grande organisation intergouvernementale de pays en développement rattachée aux Nations unies – a pour objectif de promouvoir les intérêts économiques de ses membres tout en servant de levier pour amplifier leurs capacités de négociation commune au sein des organes multilatéraux.

« Nos peuples doivent pouvoir accéder à un niveau de vie décent  », signalait alors un certain Ernesto « Che » Guevara, à l’époque à la tête de la délégation diplomatique cubaine à Genève. Il y pointait déjà la nécessité d’instaurer « un traitement équitable  » à propos des règles régissant l’ordre économique international, et l’impérieuse nécessité de « mettre en place une nouvelle division internationale du travail  ».

« Promouvoir le développement de nos pays »

Près de six décennies plus tard, le combat – encore loin d’être gagné – continue pour les pays du Sud. « Ce discours du Che est toujours d’actualité  », expliquait mardi Pedro Luis Pedroso, représentant spécial de Cuba auprès du Groupe, à l’antenne de la chaîne pan-latino-américaine Telesur. « Qu’il s’agisse de la réforme du système financier international, des intérêts que représentent les institutions issues des Accords de Bretton Woods ou encore de la façon dont les pays développés tirent profit des richesses provenant des pays en développement. »

Dans un contexte où la collaboration Sud-Sud est encore très souvent entravée par les mécanismes d’un système financier conçu par et pour les grandes puissances économiques, Pedro Luis Pedroso souligne le rôle des obstacles mis par les pays du Nord pour entraver le développement du reste du monde.

Face à des pays du Nord qui « n’assument pas pleinement leurs responsabilités  », le diplomate Cubain Abelardo Moreno souligne les efforts réalisés par son gouvernement durant l’année écoulée pour « faire de la coopération Sud-Sud un instrument véritablement efficace pour promouvoir le développement de nos pays  ».

Avec l’entrée du Soudan du Sud en 2015, le G77 comprend aujourd’hui 134 États, auxquels s’ajoute la Chine qui y collabore depuis l’extérieur, tout en étant considérée comme un membre officiel. Bien que ses affiliés représentent 80 % de la population mondiale, il y a fort à parier que ce sommet passera inaperçu aux yeux d’une grande partie de la presse occidentale.

Source : l’Humanité du 14/09/2023

»» https://www.humanite.fr/monde/chine/a-la-havane-un-sommet-des-pays-du-...
URL de cet article 38903
  

Même Thème
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.