RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Amérique latine, un seul mot d’ordre : résister !

Suite à la révolution bolivarienne, initiée par le commandant Hugo Chavez au Venezuela en 1998, puis ensuite, suivant différentes voies dans la plupart des pays sud américains, il s’est développé de puissants mouvements sociaux et de groupements politiques d’une nouvelle gauche qui ont conduit à l’établissement de gouvernements démocratiques avec un très fort soutien populaire.

Dans la Bolivie d’Evo Morales, en Equateur sous la conduite de Rafael Correa, au Brésil durant les présidences de Luiz Inacio Lula da Silva et de Dilma Rousseff, dans l’Argentine des présidents Néstor et Cristina Kirchner, mais aussi en Uruguay sous le gouvernement de José « Pepe » Mujica, au Paraguay pendant la présidence de Fernando Lugo et naturellement au Venezuela dirigé par Nicolas Maduro. Ce sont dans ces pays qu’ont été réalisées des transformations inédites en Amérique Latine et surtout ces présidences populaires ont déplacé les élites traditionnelles de la conduite des destinées nationales.

Dans la diversité des particularités, propre à chaque culture et nationalité, tous ces mouvements et gouvernements représentatifs se sont unis sous le drapeau de l’indépendance face à l’Empire, en opposition des politiques néolibérales imposées par le FMI dans la région, et en lutte contre les oligarchies locales qui ont perpétué la domination impériale, l’exclusion sociale, l’inégalité et la misère épouvantable de larges couches des milieux populaires.

Actuellement et depuis les coups d’État « souples » ou institutionnels contre le président élu Manuel Zelaya, au Honduras en 2009, puis contre le président également élu par son peuple, Fernando Lugo du Paraguay en 2012 et surtout après le coup d’État médiatique et judiciaire contre la présidente légitime du Brésil, Dilma Rousseff ; la « guerre économique » et les essais putschistes de la droite vénézuélienne contre le gouvernement bolivarien de Maduro, l’escalade anti populaire et répressive contre les mouvements sociaux, entreprise par le gouvernement de Mauricio Macri en Argentine, on assiste à un retour en force de la droite oligarchique et de l’Empire sur la scène sud-américaine.

La révolution sociale et politique en Amérique Latine, ainsi que le mouvement bolivarien, se trouvent confrontés à des heures difficiles mais sont loin de laisser perdre les droits acquis à une vie plus libre, fraternelle et égalitaire.

Résistons donc, à cette avancée droitière et impérialiste contre les peuples !

Alberto Ruano & Bernard Tornare

Information : un nouveau blog multilingue intitulé "Resistencias del Sur - Résistances du Sud - Resistências do Sul" va être publié prochainement. Il sera consacré à la diffusion d’informations, à l’analyse et aux débats concernant les problèmes relatifs à la situation et au devenir des processus d’émancipation nationale des peuples de l’Amérique Latine.

»» http://b-tornare.overblog.com/2016/09/amerique-latine-un-seul-mot-d-or...
URL de cet article 30880
  

Même Thème
Les enfants cachés du général Pinochet - Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation
Maurice LEMOINE
Le 15 septembre 1970, onze jours après l’élection de Salvador Allende, le président Richard Nixon, en 15 minutes lors d’une réunion avec Henry Kissinger, ordonne à la CIA de « faire crier » l’économie chilienne. Le 11 septembre 1973, Allende est renversé… En 1985, Ronald Reagan déclare que le Nicaragua sandiniste « est une menace pour les Etats-Unis » et, le 1er mai, annonce un embargo total, similaire à celui imposé à Cuba. Depuis le Honduras et le Costa Rica, la « contra », organisée et financée par la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"De nombreux États modernes oublient qu’ils ont été fondés sur les principes des Lumières, que la connaissance est un garant de la liberté et qu’aucun État n’a le droit de rendre la justice comme s’il s’agissait d’une simple faveur du pouvoir".

Julian Assange

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.